Forum général.hors-sujets Petite Quenelle du jour

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes : aucune
-3
18
fév.
2013

Je crois que si les politiques décidaient de taxer leurs conneries, eh bien une partie du déficit de la France serait en effet effacée juste en quelques mois.

Pierre Jovanovic, après avoir lu

"Le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, a suggéré dimanche que fiscaliser les prestations familiales pouvait être une piste pour augmenter les recettes de l'Etat. 'Les prestations familiales, les allocations familiales, le fait qu'elle soient fiscalisées ou pas, c'est un sujet qui peut être mis sur la table', a estimé M. Migaud sur les ondes de la radio Europe 1.".

  • # ou comment faire croire qu'on va ameliorer les choses.

    Posté par  . Évalué à 6.

    fiscaliser les prestations familiales pouvait être une piste pour augmenter les recettes de l'Etat.

    soit une famille qui touche N de salaire, N etant suffisament faible pour ne pas payer d'impot et donc beneficier des Allocations Familiales.

    partont du principe que l'allocation est fiscalisée, ca veut donc bien dire que la famille va toucher moins à la fin du mois…

    le calcul est simple, il suffira d'augmenter les allocations pour qu'ils touchent la meme chose à la fin, l'etat prenant sa part au passage,

    ah, mais attendez, c'est l'etat qui verse l'allocation ? il veut en recuperer une part ?

    encore un politique qui a tout compris.

    mais en meme temps certains allocations sont deja taxées.

    l'allocation chomage est considéré comme un revenu par l'etat, le chomeur doit donc le faire figurer sur sa declaration de revenu, et il va payer des impots dessus (je le sais, j'ai connu une periode de chomage suffisamment longue pour que ca m'arrive)

    et le plus "drole", c'est que par contre ta banque te refuse un pret à la consommation, car "desole monsieur, mais les allocations ne sont pas un revenu"…

    alors ? 2 poids 2 mesures ?

    • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va ameliorer les choses.

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

      soit une famille qui touche N de salaire, N etant suffisament faible pour ne pas payer d'impot et donc beneficier des Allocations Familiales.

      Regarde les conditions d'allocation des Allocations Familiales, elles ont été mises en place sans condition de ressource, ça a été rediscuté de temps en temps mais les associations familiales défendent bec et ongle ce principe comme base de la politique française de soutien à la famille. D'où l'idée qui ressort régulièrement de les prendre en compte dans les revenus.

      L'autre solution serait de les conditionner aux ressources (et si possible de façon dégressive pour éviter les effets de seuil débiles). Choix politiques.

      Python 3 - Apprendre à programmer dans l'écosystème Python → https://www.dunod.com/EAN/9782100809141

      • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va améliorer les choses.

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

        Et le fait que ces allocations soient sans conditions de ressources est une des raisons qui expliquent la "forte" natalité en France, comparé aux autres pays européens.

        Ensuite, pour réduire son déficit, faut-il agit de ce côté, vaste débat.

        ウィズコロナ

        • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va améliorer les choses.

          Posté par  . Évalué à 2.

          le fait que ces allocations soient sans conditions de ressources est une des raisons qui expliquent la "forte" natalité en France

          Tu dois pouvoir te permettre de dire ça parce que tu as investi dans un pifomètre professionnel avec sonde digitale auciculaire hydrolique, qui remplace avantageusement la technique dite "du petit doigt mouillé".

          Parce que ce genre de trucs, c'est globalement du pipeau. 1) ce n'est pas dit du tout que les allocations encouragent la natalité (la natalité est bien plus élevée dans les pays sans allocations), et 2) ce n'est pas dit du tout que la prise en compte de conditions de ressources affecte le processus, puisqu'a priori, l'argent est un problème principalement pour les gens qui n'en n'ont pas. Si tu es dans la tranche des 14% (jusqu'à 2150€ net par mois, quand même), tes allocs passeraient de 400€ à 344€. Tu es en train de me dire que la décision de faire un enfant se joue à ça?

          • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va améliorer les choses.

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

            1) ce n'est pas dit du tout que les allocations encouragent la natalité (la natalité est bien plus élevée dans les pays sans allocations)

            Ah ? source ?
            je trouve
            http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/venir-en-france-22365/connaitre-la-france/societe/population-et-societe/article/la-france-championne-d-europe-des

            ウィズコロナ

          • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va améliorer les choses.

            Posté par  . Évalué à 6.

            1) ce n'est pas dit du tout que les allocations encouragent la natalité (la natalité est bien plus élevée dans les pays sans allocations),

            Dans les pays Occidentaux, surtout ceux dont salaires sont élevés, un enfant est un coût non négligeable, qui ne rapportera pas (ou peu), il suffit de voir que l'âge auquel le rejeton quitte le nid familial ne fait que progresser (hé oui les Tangy de 30 ans c'est de plus en plus fréquent).

            Pour contrebalancer ce coût, certains états ont une politique nataliste (crédit d'impôts pour les crèches, allocations familial, 1/2 part par enfant… ), d'autre ne font rien ou pas grand chose. Suffit de regarder l’Allemagne, surtout celle de l'est depuis qu'ils sont réunifiés, et la fermeture des crèches.

            Une politique nataliste c'est tout un ensemble de mesure visant à réduire l'impact d'un (ou plusieurs) enfant(s) sur la vie professionnelle. Dans le cas le plus extrême, où la garde d'enfants n'est pas abordable (via des crédits d'impôts, par exemple) seul les riches peuvent se permettre de la payer, ou les couples dont l'un des deux s'arrête de travailler pour s'occuper du môme. Et dans notre société, c'est bien souvent la femme qui s'y colle, mais depuis un moment, la femme elle dit qu'elle ne veut pas jeter sa carrière pour un chiard ou un morveux.

            Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

            • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va améliorer les choses.

              Posté par  . Évalué à 3.

              Dans les pays occidentaux, les familles immigrées ont bien plus d'enfants que les autres (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Natalité_en_France), alors qu'il s'agit aussi des plus pauvres, et elles ne sont pas forcement les mieux loties en terme d'aides : le quotient familial avantage par exemple bien plus les familles aisées.

              De même, par rapport à la France, les US ont un meilleur taux de fécondité et de faibles allocations, et dans les pays nordiques, c'est exactement le contraire (http://lexpansion.lexpress.fr/economie/pourquoi-la-france-affiche-un-taux-de-natalite-si-eleve_195788.html).

              On peut aussi trouver un autre avis ici contestant l'influence des allocation : http://www.rue89.com/2013/02/18/pour-ou-contre-la-taxation-des-allocations-familiales-pour-les-riches-239722 ; et, à l'inverse, une étude canadienne soutient l'importance de l'impact des allocations : http://www.rdc-cdr.ca/bébé-bonus-et-fécondité-effet-daccélération-ou-de-quantité-impact-du-programme-dallocation-à-la-nais.

              Il est donc assez difficile de trancher sur ce point.

              • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va améliorer les choses.

                Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 19/02/13 à 16:03.

                Merci. Ce qui me parait clair, c'est que le pifomètre du gouvernement est réglé de la même manière que le pifomètre de ceux qui prétendent voir un lien de cause à effet entre les allocations et la natalité. Après tout, la plupart du temps, les politiques de natalité ont au moins le mérite d'être un peu cohérentes : dans les pays où il y a une dépense publique importante dans les maternelles et les places en crèche, il y a aussi un paquet d'aides sociales sur les congés parentaux et les allocations familiales. Essayer de comprendre le rôle relatif de ces incitations est très complexe, sans compter que l'effet est probablement synergique.

                Par ailleurs, le fond du problème est l'imposition des allocations. Si les allocations familiales peuvent compenser en grande partie la perte de pouvoir d'achat dans un foyer modeste, elles ne le feront jamais dans une famille aisée. Si on raisonne de manière rationelle, les allocs ne peuvent pas être un critère incitatif pour les ménages aisés—les soumettre à l'impôt sur le revenu ne peut donc pas remettre en cause la politique de natalité.

                D'une manière générale, toute allocation "plate" ou toute taxe à taux fixe (TVA, prélèvement libératoire sur les revenus du capital) est socialement injuste, et redistribue l'argent des pauvres vers les riches.

    • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va ameliorer les choses.

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

      l'allocation chomage

      est une assurance chômage pour laquelle tu as cotisé, et qui t'assure un revenu. Elle est du ressort des partenaires sociaux qui l'ont mise en place.

      Ce qui dépend de l'état (ie. de la solidarité via l'impôt), c'est plutôt le RSA, l'ASS, etc.

      Python 3 - Apprendre à programmer dans l'écosystème Python → https://www.dunod.com/EAN/9782100809141

      • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va ameliorer les choses.

        Posté par  . Évalué à 4.

        mince, je croyais que le l'ANPE, l'ASSEDIC et maintenant le pole emploi etait un organisme d'etat, avec des fonctionnaires pour y travailler.

        et là, tu me dis que ce sont des sociétés privées avec delegation de l'etat ?
        je comprend mieux pourquoi les "capitaux" qu'on leur laisse partent…

        • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va ameliorer les choses.

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

          C'est plus compliqué - cf Wikipedia.

          Python 3 - Apprendre à programmer dans l'écosystème Python → https://www.dunod.com/EAN/9782100809141

        • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va ameliorer les choses.

          Posté par  . Évalué à 0.

          des sociétés privées avec delegation de l'etat ?
          Gérées par les syndicats, non ?
          ce qui expliquerait encore mieux pourquoi les "capitaux" qu'on leur laisse partent

          • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va ameliorer les choses.

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

            Réponse trollesque stupide.

            La création de Pôle Emploi qui a mixé l'assurance chômage (Unedic, partenaires sociaux) avec l'ANPE (État) n'a pas - il me semble - été approuvée par les syndicats, because mélange des genres.

            Le problème du déficit est directement lié à la conjoncture (l'Unedic était bénéficiaire en 2000 et 2001), d'une façon renforcée car un chômeur devient bénéficiaire et en même temps cesse de cotiser.

            Python 3 - Apprendre à programmer dans l'écosystème Python → https://www.dunod.com/EAN/9782100809141

            • [^] # Re: ou comment faire croire qu'on va ameliorer les choses.

              Posté par  . Évalué à 3.

              C'est vrai que quand on voit les fonds étranges de l'UIMM (syndicat patronal), l'absence de comptabilité claire du CE d'EDF (géré par la CGT), la faillite du CE d'Air France on se dit que la gestion des Assedic doit être exemplaire.

              Mais c'était trollesque, j'en conviens.

  • # C'est une parodie

    Posté par  . Évalué à 1.

    Les inconnus sont de retour. ;)

    Merci aux personnes qui mon aidé a trouvé des solutions pour essayer d’écrire sans faute d’orthographe.

  • # Ailleurs

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

    L’Angleterre vient de lancer une alternative inédite: http://www.telegraph.co.uk/finance/personalfinance/consumertips/tax/9628381/How-will-the-child-benefit-tax-affect-your-family.html

    Et d'autres l'ont déjà mis en place (Allemagne, Suisse, etc)

    La gelée de coings est une chose à ne pas avaler de travers.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.