Alfresco : Nouvelle version 2.1 et rapport sur les usages

Posté par . Modéré par rootix.
Tags :
0
1
août
2007
Base de données
L'été est chargé pour Alfresco avec plusieurs annonces en parallèle. L'annonce d'une nouvelle version apportant son lot de nouveautés et la mise en ligne d'une étude sur sa communauté d'utilisateurs.

Pour rappel, et alors que certains outils dits CMS se concentrent sur la gestion de contenu de type web principalement, Alfresco est un outil d'ECM dont le rôle est de gérer l'ensemble des contenus d'une entreprise sous plusieurs aspects :
  • La gestion électronique de document ;
  • La gestion de contenu Web ;
  • Les workflows permettant entre autres les processus de validation ;
  • La gestion des enregistrements (les preuves légales et le cycle de vie) ;
  • En partie la gestion des contenus multimédia (Vidéo, images) ;
  • L'intégration des documents numérisés lors d'un processus de dématérialisation (sur ce point malheureusement en liaison avec des outils propriétaires car les outils de RAD libres manquent cruellement de maturité, pour ne pas dire d'existence).

Pour plus d'informations sur ces concepts, vous n'échapperez évidemment pas à un lien vers Wikipédia.

Alfresco est à la base le résultat des travaux d'une équipe qui provient massivement de Documentum, le leader historique du marché, mais aussi d'Interwoven pour la partie gestion de contenu web. Désormais presque 30 personnes travaillent à temps plein juste sur le développement du produit.

Mais qui dit Logiciel Libre (Alfresco est publié sous licence GPL) dit communauté et, sur ce point, le grand changement pour Alfresco est la place très grande qu'elle prend maintenant. Ainsi, les premières véritables contributions majeures de code ont été intégrées au coeur du produit et le nombre de nouveaux projets déposés chaque mois sur la forge dédiée augmente sans cesse, profitant certainement du nouveau système d'extension.

Pour la longue liste des nouveautés et une étude sur la communauté Alfresco, voir la suite de la dépêche. Alfresco 2.1 se focalise sur plusieurs aspects :
  • La facilité d'accès aux données ;
  • La capacité à s'intégrer avec des outils tiers ;
  • L'extension des capacités d'extension en utilisant des scripts ;
  • Une architecture encore plus orientée vers le Web.

Pour couvrir ces différents points, Alfresco a implémenté une interface REST appelée WebScript qui permet d'accéder à l'ensemble des informations de l'entrepôt de données uniquement en utilisant des URL définies par l'administrateur.

Cette architecture permet aussi d'interagir avec le système en lançant des recherches ou de définir le format de sortie en fonction de l'URL.

On peut par exemple obtenir en fonction de l'URL utilisé un flux XML (ATOM, JSON...) mais aussi une portlet à la norme JSR-168, un container JSF, ou plus simplement du HTML. Cet interface s'appuie sur un modèle MVC dont la mise en oeuvre repose sur Javascript, Freemarker (un langage de balises) ou encore... PHP que Alfresco embarque par l'intermédiaire de son implémentation JAVA : Quercus.

Bien sûr, et pour faciliter la vie du développeur, un débogueur Javascript est maintenant disponible. Il s'exécute côté client, et permet toutes sortes d'opérations côté serveur où le code s'exécute. Cette technologie permet une intégration très simplifiée avec des outils existants, qu'il soient de type web ou pas.

Un bon exemple est la mise à disposition d'un jeu d'extensions pour Office 2003 et 2007, en fait un container (disponible sous la forme d'un panneau dédié) d'environ 80 Ko qui va appeler directement sur le serveur des webscripts qui vont permettre la recherche, la gestion des versions, la gestion des tâches de workflow ou encore la création de dossier et la conversion en PDF sans jamais utiliser l'interface web. À noter, la version OpenOffice.org devrait arriver sous peu.

Côté portail, un jeu de composants (AJAX inside) est disponible, et permet la navigation dans les espaces, la prévisualisation des documents bureautiques, images, ou même vidéo en faisant du streaming directement depuis l'entrepôt de données.

De même, sont proposées des portlets de gestion des contenus Web ou des tâches de workflow.

Côté gestion de site Web, on pourra citer la possibilité de publier ou retirer un contenu à certaines dates, la mise à disposition d'un outil de déploiement permettant de "pousser" les pages générées sur 1 ou n serveurs de production en utilisant un démon distant ou directement sur un serveur de fichiers.

De même, le support de la norme XForms a été finalisé, et un outil de validation des liens a été ajouté.

Côté contributions, on citera en particulier celle - majeure - de la communauté qui a reversé l'intégralité du code permettant la gestion des documents multilingues. On peut ainsi décrire un document dans plusieurs langues, gérer les différentes traductions, et choisir sa langue de préférence afin de ne visualiser que les éléments s'y rapportant, ou une langue par défaut si le contenu associé n'est pas disponible.

On n'oubliera pas de citer le travail de la communauté francophone en ce qui concerne la mise à jour de la traduction (et c'est un travail conséquent). Cette communauté est d'ailleurs la seconde plus active au monde juste derrière celle des anglophones avec presque 600 membres à ce jour et (même en cette période de congés) près de 200 nouveaux messages chaque semaine et une masse critique qui permet aux acteurs "historiques" de dormir un peu plus :)

Quelques autres fonctionnalités en vrac :
  • La publication directe de contenu vers des blogs (Wordpress et Typepad pour le moment) ;
  • De nombreuses extensions des API Freemarker, Javascript, PHP ;
  • Les commentaires sur les tâches de workflow ;
  • La notion de date limite de prise en compte de workflow, avec lancement automatique d'une tâche annexe après écoulement de ce temps (notion d'escalade) ;
  • Le support de Java 1.6 ;
  • L'indexation de mails ;
  • La possibilité d'accéder à l'entrepôt en utilisant NFS en plus de FTP, CIFS et WebDAV.


Pour plus de détails, la liste des modifications est disponible sur le forum francophone qui dispose aussi depuis peu de son wiki dédié.

Alfresco dispose d'un portail sur lequel sont placées de nombreuses documentations, études de cas, et astuces de configuration. Pour y accéder, Alfresco demande quelques renseignements sur le pays, le système d'exploitation de test, le serveur d'application et l'OS visés, etc. Ces informations ne sont pas juste destinées à des statistiques internes, mais à fournir régulièrement un rapport sur les différents usages du libre dans les entreprises (mise à jour semestrielle) !

Ce rapport vient de paraitre et, si il ne se veut pas une photographie exacte de l'ensemble des entreprises, il propose quelques chiffres intéressants sur la base de quelques 10000 fiches renseignées pour 15000 inscrits (aujourd'hui la communauté des inscrits approche rapidement les 20000 personnes).

  • 60.3% des gens utilisent Windows comme OS de test (normal, ça reste le poste de travail de référence dans de nombreuses structures) ;
  • Lors du déploiement, 52% choisissent Linux, 29% Windows, et 12% choisissent Mac OS X ;
  • 72.1% choisissent une évaluation avec le serveur d'application Tomcat, contre 19.8% pour JBoss, 2.5% pour Weblogic et 2.3% Websphere ;
  • Lors du déploiement, 15% choisissent Websphere, 15% Weblogic, mais 70% restent fidèles à JBoss et Tomcat ;
  • La base de données de référence en test est MySQL pour 15% des gens, PostgreSQL pour 23%, suivis de Oracle pour 15% ;
  • Lors du déploiement, MySQL passe à 40%, Oracle à 19%, et PostgreSQL à 28%

La répartition des différentes saveurs de Linux varie énormément selon les pays :
  • Debian est majoritaire en France, tandis que les US utilisent plutôt RHEL, et l'Allemagne... Suse ;
  • On notera ceci dit que de façon globale, les parts de RedHat évoluent plus vite que celles de Suse. L'effet des accords Novell Microsoft ?

Plus de détails dans l'étude détaillée disponible en lien (le fichier PDF est téléchargeable en bas de page).

Je termine en donnant une liste des autres Logiciels Libres cités dernièrement et qui ont vacation à couvrir tout ou partie du périmètre de l'ECM :

Aller plus loin

  • # Wouha !

    Posté par . Évalué à 8.

    Ca c'est de la news !

    Merci pour cette qualité. Je trouve par exemple super intéressant les stats que tu donnes. Ca pourrait être sympa d'avoir la même chose pour quelques gros projets, si d'autres ont des liens.
    • [^] # Re: Wouha !

      Posté par . Évalué à 10.

      Le vrai défi c'est de ne pas haïr profondément le concepteur de la fenêtre de saisie de news qui fait 5 pixels sur 6 et rend pénible la moindre insertion de lien et autre acronyme ;)

      M
      • [^] # Re: Wouha !

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Oui c'est pénible ce genre de formulaire. Heureusement, il y a des solutions, comme Firefox + extension Resizeable Form Fields, qui permet de modifier à la souris la taille d'un élement de formulaire ;-)

        https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/3694

        Personnellement, je ne peux plus m'en passer.
        • [^] # Re: Wouha !

          Posté par . Évalué à 6.

          Une autre possibilité serait de faire une entrée dans le tracker linuxfr pour demander à étendre les boites de saisie de dépêches, journaux et commentaires.
          Je ne vois aucune raison pour que l'affichage d'un commentaire fasse 80% de la largeur d'une page, alors que le champ de saisie est limité à cols="70" en largeur.
      • [^] # Re: Wouha !

        Posté par . Évalué à 4.

        C'est pour cette raison qu'on est plusieurs à avoir tendance à taper nos dépêches à coté et à copier/coller dans le formulaire ensuite.
        J'ai notamment paumé des dépêches suite à de mauvaises manip dans la page de saisie justement ..

        Il y a eu des demandes/propositions d'une améliorations de ceci par exemple via un wiki interne qui permettrait de bosser sur une dépêche à plusieurs.
  • # mangez en :)

    Posté par . Évalué à 8.

    Pour avoir bosser sur l'un de ses concurrents proprios (Documentum), Alfresco est beaucoup plus simple à apprivoiser, propose beaucoup plus de mooyen de s'interfacer, et implémente plus de standard que la version de base de documentum.

    Bref, mangez en :)
  • # Face à Microsoft SharePoint ?

    Posté par . Évalué à 3.

    Face à Microsoft Office SharePoint Server (MOSS 2007), comment est ce que Alfresco se positionne ?

    En particulier MOSS s'intègre avec Exchange et Office 2007, ce qui permet de faire du travail collaboratif (mails/réunions...) directement sur le site.

    MOSS peut aussi récupérer (synchro régulière) tous les droits, users et groupes définis dans AD (ou un LDAP), et c'est quand même bien pratique pour gérer les droits et utilisateurs. Que propose Alfresco ?

    Visual Studio 2005 (ou 2008) avec Microsoft Workflow Foundation (WF) permet d'éditer des workflow complexes. Comment éditer un workflow complexe dans Alfresco ?
    Quel outil est proposé/recommandé ?
    • [^] # Re: Face à Microsoft SharePoint ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Je ne pense pas que SharePoint se positionne au même niveau qu'Alfresco.

      SharePoint a une approche plus haut niveau et temps a partager l'ensemble des données bureautiques (a tendance Microsoft Office ...).

      Alfresco est un systeme de GED, il se potionne a plus bas niveau, mais pour gérer les documents (pas les données). Check-in/check-out, suivi des montées en version, ...

      SharePoint c'est du Microsoft "tout utilisateur", ca s'integre donc mieux dans un réseau 100% Microsoft (Serveur Windows, Microsoft Exchange, SQL Serveur ...) et c'est, comme tout ce qui est Microsoft, grand publique, absolument pas paramétrable dans le détail et moyennement fiable/stable.

      Alfresco, de par sa construction, est bien plus ouvert pour être installé dans n'inporte quelle infrascture, en particulier sur un serveur Linux.

      Je trouve juste dommage que Alfresco ne soit pas encore bien fixé sur son "business model", il est Open Source, c'est un fait, mais la version professionnelle (payante) est grandement mise en avant par rapport a la community. Je travail dans une société d'informatique spécialisée dans la GED (on intégre principalement du Documentum et du Alfresco) et tout nos rapports avec Alfresco nous montrent bien qu'ils ne font que peu de cas des clients qui utilisent la version community... La version pro étant toujours la version stable/mise a jour, la community n'hérite que des améliorations avec une version de retard...
      • [^] # Re: Face à Microsoft SharePoint ?

        Posté par . Évalué à 10.

        Je suis obligé de répondre :)

        Le business model d'Alfresco est en effet orienté vers la version entreprise. Tout comme Redhat avec la RHEL, MySQL, et de nombreux autres. Ceux qui marchent pour être exact. D'ailleurs d'autres rejoignent ce modèle. SugarCRM vient de l'annoncer par exemple.

        Le principe est très simple (et fixé depuis déjà fort longtemps). N'importe qui peut faire ce qu'il veut de la version community tant qu'il respecte la GPL, mais le support est alors assuré par la communauté, et pas directement par les développeurs Alfresco.

        Ceci dit si vous parcourez un minimum les forums (qu'ils soient Anglophones ou Francophones), vous verrez de très nombreuses contributions des employés Alfresco ou de ses partenaires. 75% des réponses apportées pour être exact. Si je vous forwardais la liste des mails de remerciement qu'on reçoit pour ce support, vous seriez surpris. Pas mal pour des gens qui s'en moquent :)

        La raison est clair, chaque personne d'Alfresco "doit" une partie de son temps à la communauté. Et je parle en connaissance de cause !

        De même 100% de notre documentation est en ligne sur le wiki, il n'y a pas une ligne de plus réservée à des personnes en particulier.

        Après c'est vrai, si vous envoyez une demande de support urgente directement à Alfresco à propos de la version community, vous ne recevrez pas de réponse. Enfin si, des liens vers les forums et le wiki.

        Libre à vous de faire ce que vous voulez avec la community sur la base de ce contrat. La différence est qu'il faut un minimum d'autonomie pour la gérer là ou le support officiel s'engage sur un temps de réponse par contrat. Quoi de différent par rapport à une Fedora/RHEL ?

        C'est le résultat d'un modèle orienté éditeur. Alfresco ne génère pas de revenu de contrats de services ou de prestations. Nous ne faisons "que" le métier de l'éditeur. Sauf que là où la relation avec un éditeur s'arrête le jour où vous signez, avec nous elle commence :)

        Si vous avez mieux à proposer, nous sommes preneurs, mais aujourd'hui il semble que ce soit le seul modèle qui fonctionne. A-priori vu le nombre de SSII/SSLL qui vivent bien de leurs services autour de la version community, j'aurai tendance à penser que ça satisfait pas mal de monde :)

        Enfin, l'analyse de la différence entre version Community et entreprise n'est pas bonne. La version entreprise dispose même parfois de moins de fonctionnalités que la version Community parce qu'elles sont considérées comme non suffisamment mures.

        La version entreprise est faite à partir d'une partie des sources de la version community, et non l'inverse. La différence est que l'on "fige" la version à un instant donné pour dire "ok, on s'engage sur celle-ci pour plusieurs années coté support". Et ce n'est pas totalement neutre comme décision ...

        Enfin pour les mises à jour, il y a le SVN, et des builds tout chauds livrés chaque matin. Pour les croissants, prévoir un supplément, je suis un infâme profiteur ;)
        • [^] # Re: Face à Microsoft SharePoint ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Et bien merci pour cette réponse ditirembique :)

          Comme vous travaillez pour Alfresco, si j'ai bien compris ;), votre réponse n'est peut être pas 100% désintéressée, mais je suis d'accord avec la majorité de votre discours.

          Disons que toutes les personne travaillant pour Alfresco (je ne citerai pas de nom même si ca me brule les levres...) ne partage, s'emble-t-il pas votre point de vue...

          Si vous aviez été notre interlocuteur direct, je pense que tout ce serai beaucoup mieux passé, enfin bref je ne vais pas étalé des problemes privés.

          Je ne critiquais pas la qualité de l'outil, ou bien le développement de la version Community (mon entreprise y croit beaucoup), juste un coup de gueule personnel contre des personnes trop bien placées, qui n'ont manifestement pas le respect suffisant concernant votre partie communautaire et qui on une vision un peut trop "business" de l'affaire (même si je sais bien qu'il faut vendre pour gagner sa croute...).
          • [^] # Re: Face à Microsoft SharePoint ?

            Posté par . Évalué à 6.

            En ce qui concerne mon employeur, vous avez tout compris. Cela dit Je suis le projet depuis très très longtemps (voir l'historique de mes news) et j'assume aussi parfaitement le fait qu'on ne soit pas parfaits en toutes circonstances !

            De toute façon si on ne voulait pas de critiques, on ne ferait pas de libre. Mais en même temps on s'amuserait beaucoup moins :)

            Cela dit on est pas trop mauvais pour des gens qui ne connaissaient majoritairement que le modèle propriétaire il y a encore 3 ans.
            Entre temps on est passé par :
            - la version entreprise qui offrait plus (ça ne marche pas)
            - la licence bancale (ça marche, mais peut mieux faire)
            - la GPL (ça marche !)

            Bref, on apprend chaque jour et pour reprendre une phrase du patron d'Alfresco : "si on devait le refaire on ouvrirait tout le code de suite sans se poser tant de questions !".

            Coté version, une structure qui veut gérer quelques To de données pour 90000 utilisateurs dans 27 pays ne se pose pas de questions. Elle veut des engagement, et un contrat en béton.

            Le problème c'est le cas des gens qui veulent le support et la community. On pourrait partir sur cette base, mais on va avoir du mal à se payer nos sandwichs et à faire avancer la solution. A nouveau les preuves ne manquent pas : c'est un système qui ne fonctionne pas à terme et on doit donc fixer une limite claire.

            D'où un discours qui vous a peut être paru un peu extrême, mais souvent le seul qui convienne quand il s'agit d'expliquer le modèle à des décideurs qui confondent libre et gratuit. Et je tiens le même, je ne suis donc pas toujours le gentil (c'est juste qu'aujourd'hui je ne porte pas de cravate ;)

            Pour aller plus loin, on a bien l'intention de faire encore progresser la communauté, quitte à se retrouver en concurrence avec elle coté support. C'est même clairement prévu et ce sera alors à nous de montrer qu'on a de la valeur ajoutée.

            C'est l'histoire de tout éditeur qui décide de prendre le risque de tout mettre en libre. Je fais quelques digressions par rapport au sujet initial mais ça peut intéresser du monde de voir que ce n'est pas qu'une histoire de bonne volonté.

            M, qui devrait ouvrir un Skyblog ;)
            • [^] # Re: Face à Microsoft SharePoint ?

              Posté par . Évalué à -2.

              Je vous encourage dans votre démarche des deux mains ;)

              Juste pour info le petit "clash" qui a eu lieu dans mon entreprise avec une personne d'Alfresco n'est pas du tout lié a une demande de support urgente directement à Alfresco à propos de la version community, mais a quelquechose de plus grave et important qui, j'en suis presque sur, n'a pas le droit de paraitre dans ces quelques lignes... C'est pourquoi je m'arreterai ici sur ce sujet.

              Bonne continuation sur Alfresco, c'est du beau boulot ;)

              El, de Montreal ou il fait beau et chaud
              • [^] # Re: Face à Microsoft SharePoint ?

                Posté par . Évalué à 3.

                Suite a un retour sur mon commentaire, je tenais a expliquer que le "probleme" dont je parle n'était que parfaitement isolé et n'aurait pas eu lieu d'apparaitre dans ces lignes.

                Je suis parfaitement confient en la qualité du produit et dans son développement futur. C'est sur une interrogation particuliere que je souhaitais une réponse, qui m'a été donné et je suis parfaitement satisfait de tout ce qui a été dit.

                J'aurait mieux fait de formuler clairement mes interrogations plutot que d'inquiéter certaines personnes, car s'il est une chose a retenir c'est dans le potentiel d'Alfresco (et je ne travaille pas pour eux ;)
    • [^] # Re: Face à Microsoft SharePoint ?

      Posté par . Évalué à 4.

      La réponse n'est pas juste technique. Je m'explique : quand une entreprise a déjà du SQLServer, Exchange 2007, AD et de manière générale les outils MS qui compose majoritairement son SI, elle penche naturellement vers Sharepoint. C'est naturel, et je dirais même que c'est savamment organisé pour :)

      En ce qui concerne les fonctionnalités, l'approche Alfresco est de proposer à court terme une couverture fonctionnelle au moins identique à celle de Sharepoint, l'ouverture (et pas seulement) en plus. Cela ne se fera pas avec Alfresco seul, mais plutôt en coopération avec des fournisseurs de solution type portail. Je pense en particulier à Liferay et JBoss. Le partenariat est déjà très fort avec ces deux là.

      A propos des comptes, Alfresco sait utiliser des annuaires LDAP variés, et AD (y compris la gestion de NTLM) pour faire une synchro régulière des comptes et groupes, voir récupérer quelques attributs au passage.

      Enfin le design des workflow se fait en utilisant le designer de jBPM, un plugin pour Eclipse. Voir l'aspect général ici : http://docs.jboss.com/jbpm/v3/gpd/firstprocess.html

      Voilà voilà ...
      • [^] # Re: Face à Microsoft SharePoint ?

        Posté par . Évalué à 4.

        Bien sur la réponse n'est pas que technique. C'est intéressant de savoir par exemple que Alfresco peut tourner sur toute base "compatible Hibernate", alors que MOSS est restreint à SQL Server 2005 (à préférer à la version 2000).

        Pour le moteur et l'édition de workflows, ça à l'air d'être au même niveau que MOSS (ça mérite de faire des protos comparatifs mais à première vue c'est proche). C'est plutôt une bonne nouvelle.
        Au passage je connaissais pas jBPM, merci.

        Pour la synchro LDAP/AD, c'est aussi une bonne chose.
        Reste à voir l'intégration avec Exchange qui est un des points forts de Microsoft actuellement.

        Par contre MOSS fait pas mal d'autres choses en plus (c'est aussi le "côté usine à gaz") :
        - outils de BI
        - supervision d'ensemble de sites (les "site collection"), par ex la collection des blogs de la boite, ou la collection des sites documentaires de l'entreprise. => c'est plutôt l'affaire des portails J2EE ici
        - moteur de formulaires (mal foutu dans MOSS ce qui est dommage vu le potentiel que pourrait avoir un bête site gérant tous les formulaires administratifs d'une entreprise, au lieu des ignobles applis Lotus Notes actuelles)
        - incorporation de classeurs Excel comme contenu de page web.
        - intégration MS Office 2007 (dans les menus Office)

        Si Alfresco tient ses promesses, ça va exploser, le secteur GED/ECM/Workflow est en plein boom actullement.
        • [^] # Re: Face à Microsoft SharePoint ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Coté support de SQL Server, il est intéressant de noter que c'est MS qui nous a aidé à faire le debug de la partie Hibernate dédiée. Comme quoi ...

          Pour Exchange, gros morceau en effet. Mais on a de bonnes pistes.

          - Le BI, ce n'est pas notre métier. Maintenant les solutions libres commencent à percer sévèrement.
          - Les "site collection" ça se passe en effet coté portail. On a déjà des choses sympas qui tournent. Mais ce sera pour la version suivante.
          - Le moteur de formulaire est là, il ne manque que le designer. A suivre aussi.
          - L'intégration office est dispo. Voir ici : http://wiki.alfresco.com/wiki/Microsoft_Office

          La difficulté, c'est de réussir à gagner en fonctionnalités tout en conservant de la cohérence ET assurer la compatibilité ascendante mais sur ce point on a une roadmap sur quelques années, donc ça devrait aller.
          • [^] # Et n'oubliez pas Domino

            Posté par . Évalué à 3.

            IBM revient en force avec le ses versions 8 de Domino/Lotus et "surtout" QuickR, qui se veut lui aussi être un "portail" extrèmement bien ficelé, avec des connecteurs pour Office et quelques fonctions aussi sympatiques qu'un Alfresco ou un SharePoint...
            http://www-142.ibm.com/software/sw-lotus/products/product3.n(...)

            Mais je suis malheureusement plus victime du marketing que testeur revendicatif de ces solutions ! :P
  • # FreeDom

    Posté par . Évalué à 1.

    Vu que le lien n'est pas présent, je le donne :

    http://www.frdom.org/

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.