Revue de presse de l’April pour la semaine 40 de l’année 2018

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC by-sa.
15
9
oct.
2018
Internet

La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’Association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[La gazette.fr] Open data : « Le mouvement qui s’enclenche est inéluctable »
Par Romain Mazon, le vendredi 5 octobre 2018. Extrait :

« Adoptée dans la loi pour une République numérique d’octobre 2016, l’obligation d’open data par défaut pour les collectivités territoriales entre en vigueur le 7 octobre. Si le mouvement a incontestablement progressé, on reste encore loin du compte, puisque à peine 10 % des collectivités concernées ont ouvert des données. Dans les administrations de l’État, le résultat est aussi mitigé. »

Voir aussi :

[Les Frontaliers] Fab lab : qu’est‐ce que c’est ?
Par la rédaction, le mercredi 3 octobre 2018. Extrait :

« Fab Lab… Bien sûr, ça vient des États‐Unis ! À quoi ça sert ? Pour les artistes, bricoleurs, entrepreneurs… Jeunes, vieux ? Tout savoir… »

[Techniques de l’Ingénieur] L’État explique comment se passer des GAFAM
Par Philippe Richard, le mardi 2 octobre 2018. Extrait :

« Peut‐on travailler sans utiliser des outils et des plates‐formes des poids lourds américains ? L’État répond positivement à cette question en publiant une liste de solutions alternatives. »

[Le Monde.fr] La Californie réinstaure la neutralité du Net, l’État fédéral l’attaque en justice
Par la rédaction, le lundi 1er octobre 2018. Extrait :

« L’administration de Donald Trump a lancé des poursuites judiciaires contre l’État californien après que celui‐ci a fait passer une loi pour rétablir ce principe. »

Aller plus loin

  • # Toi aussi, passe-toi des GAFAM

    Posté par . Évalué à 9 (+6/-0).

    La liste en question est un tableau avec des liens vers des projets commerciaux ou non balancés à la face du visiteur.

    Exemple:
    "Partage de documents":
    -https://owncloud.org
    -https://framadrive.org
    -https://pydio.com

    Alors je ne veux pas dire que du mal: l'initiative est louable, ça change des aberrations d'usage:
    "Si vous aussi vous trouvez que Google est trop imbriqué dans nos vies privées et évite les impôts dus en France, rejoignez-moi dans la lutte, sur mon groupe Facebook!"

    mais j'ai du mal à imaginer que Mme Duchemin va trouver ce site (faut déjà savoir qu'il existe, et je doute que notre Président le mentionne sur son flux Twitter…) et encore moins comprendre ce qu'elle est censée en faire.

    Personne ne va aller se taper la liste des liens et se découvrir une âme d'autohébergé avec ça.
    Ce n'est même pas une liste de services alternatifs mais un joyeux mélange d'outils et de services!

    Si le gouvernement est vraiment sérieux à ce sujet, peut-être qu'il faudrait commencer par montrer l'exemple et annoncer aux journalistes qu'à partir de maintenant, pour suivre le Président, c'est sur le compte Mastodon de l'Élysée et pas Twitter (et oui, XMPP dans la foulée ce serait top, mais le "gros joueur" du Libre, là tout de suite, c'est Mastodon). Ça en ferait, un paquet de gens subitement intéressés au réseau, ne serait-ce que pour le suivre lui.

    Après, plutôt que de lister des outils (y compris DailyMotion pour la vidéo, tiens donc?), mentionner les services commerciaux comme gratuits qui proposent des services d'hébergement alternatifs complets, tels que les CHATON.

    Là je commencerai à les croire, parce que ce site, là, il me donne surtout l'impression que quelqu'un avait dans sa liste des tâches "promouvoir les alternatives aux GAFAM" et qu'il vient de torcher ça vite fait, case cochée, on n'en parle plus!

    Aller, un petit effort, bon sang!!

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.