Journal taxe internet

Posté par .
Tags : aucun
0
19
nov.
2003
C'est la raison pour laquelle l'ADAMI penche pour une solution de type licence légale, dont l'assiette de perception serait le prix payé par le public pour accéder à Internet. Je crois que c'est une solution qu'il ne faut pas écarter parce qu'elle est réaliste.
http://news.grandlink.org/11-17-2003/11-17-itw_adami.html(...)

héhéhé. On commence à entendre des choses intéressantes.
L'ADAMI représente les artistes interprètes. C'est pas les producteurs. C'est pas les auteurs. Accessoirement l'ADAMI est "co-décideur" pour le DRM.
Du côté des producteurs, un certain nombre d'indépendants ont aussi la volonté de s'embarquer dans la licence légale (voyez les autres interviews sur l'excellent Grandlink).

Reste à savoir si c'est réaliste. Un état a t-il le pouvoir d'imposer ca unilatéralement ? Combien de temps ca va prendre ? Comment on le met en place ? Comment raisonner Pascal Nègre et Eminem ? Quand est ce qu'on mange ?
  • # Piratage musical

    Posté par . Évalué à 9.

    Première constatation: l'ADAMI est plus intelligente que les majors.

    Le problème pointé (le piratage électronique) est existant et nul ne peut le nier. Maintenant, l'incidence du phénomène sur les résultats des producteurs, artistes (auteurs, compositeurs, interprètes confondus) et des autres intermédiaires ne peut être chiffré. Dire que les artistes vendent moins qu'avant à cause du piratage me parait abusif. Dire qu'ils vendent moins qu'ils ne vendraient sans me parait plus juste. N'oublions pas que chaque jour sort son lot de m**des musicales. La quantité (effet de diffusion) et l'absence de qualité de produits sortis crée une situation où le public hésite avant d'acheter, mais surtout une situation où le public ne peut plus suivre financièrement. Sans p2p, le marché peut s'étouffer tout seul. Les ados de 10-15 ans n'ont pas le portemonnaie de Crésus pour acheter tous les CD de la StarAc', des derniers boys and girls à la mode du moment. Surtout qu'en se branchant sur la bonne bande FM (selon les gouts musicaux) ils entendent le même morceau à s'en lasser. Pour les personnes plus agées, le même problème existe: trop de sorties, qualité musicale en baisse, ... finallement, on achète moins et on dépense son argent à autre chose.

    Dans le marché actuel, le p2p permet, c'est mon interprétation, de quand même posséder un morceau, même si l'on aurait pas eu l'envie de l'acheter. Il permet d'écouter un morceau sans devoir acheter l'album ou le single (car l'achat de CD 2-titres est un vol comparé au prix de l'album).

    Maintenant, ce que propose l'ADAMI est une idée, mais je doute que les FAI se laissent faire et surtout on prend de l'argent aux FAI pour le donner aux artistes. Ca ressemble au principe des assurances sociales: on prent l'argent là où il y en a pour le redistribuer là où il y en a pas.

    Donc si cette idée n'est pas bonne à mon goût, que proposer d'autre ? Taxer le volume échangé auprès du consommateur ? Finallement, on taxe bien les supports numériques, pourquoi ne pas taxer l'échange d'information ? Mais, naturellement, le problème est que le traffic échangé n'est pas que de nature illégal. Une telle association "support pouvant servir à stocker du matériel illégal" ayant été fait pour les CD-R, DVD-R, ... une telle taxe pourrait voir le jour. Cependant, elle conforterait les pirates "je paye la taxe, je peux pirater". A mon avis une telle solution n'est pas la bonne.

    Alors quoi d'autre ?

    Retournons aux sources. Retournons chez Universal et autres majors et demandons leur de faire leur travail: sélectionner des artistes qui ont du talent, qui ont des idées, qui ont leur caractère, qui ont leur musique, qui ont leurs textes, ... et pas des copies de ce qui existe déjà et surtout pas de tenter en fabriquer. Après selection, le nombre de disques sortant diminuerait énormément, mais plus de clients achèteraient les disques sortants.

    Ensuite, empêchons l'utilisation en boucle des titres à la mode sur les ondes. Le public entendant un morceau, sachant qu'il ne l'entendra pas 1 heure plus tard, achètera plus facilement le CD.

    Mettons également de la plus value sur les emballages et le CD lui-même (le bien matériel). La musique peut être recopiée par tout le monde, un superbe emballage ne le peut pas (mais zut, c'est ce qui coute le plus cher aussi à produire pour les majors!). Ceci empechera également la vente légale de titres sur iTunes par exemple.

    Finallement, baissons le prix des CD. Retribuons mieux les artistes, baissons les marges des producteurs (qui ne servent quasiment plus à rien, du moins à l'heure actuelle) et des distributeurs.

    Enfin, tout cela pour dire d'arrêter la parano et que si les utilisateurs p2p sont responsables d'une partie du manque à gagner des artistes, ils ne sont pas les seuls responsables.
    • [^] # Re: Piratage musical

      Posté par . Évalué à 0.

      Première constatation: l'ADAMI est plus intelligente que les majors.

      On peut reprocher beaucoup de choses aux majors, mais pas d'être stupides quand il s'agit de leurs intérêts.
    • [^] # Re: Piratage musical

      Posté par . Évalué à 5.

      Ce qui me fait surtout halluciner c'est la fric depense par les majors pour la promo de leurs 'marionnettes'... Et la c'est la qualite des productions que je mettrais en accusation. Souvent, quand l'originalite ou la qualite est la, les ventes suivent.
      En prime cette promotion ne s'exerce pas que sur la musique, mais aussi sur le 'merchandising'. Beurk.

      Autre point, mais la je ne fais que repeter les propos auxquels je reponds : le rapport qualite artistique/quantite produite est en forte baisse :on trouve toujours beaucoup de creations de qualite, mais souvent noyees dans la masse. Faire son choix devient de plus en plus dur.

      Bon sinon, j'ai un critere tout simple pour evaluer un artistes/groupe : la scene !!! La musique est faite pour etre jouee et entendue, et je n'achete plus que des cds d'artistes qui m'ont marque sur scene. (a part ceux qui sont helas morts).

      Signe des temps, jusque dans les annees 80 ce n'etaient pas les ventes de disques qui faisaient principalement vivre les artistes, mais les concerts/tournees. Maintenant les concerts/tournees sont dediees a la promotion de la sortie de tel album et deviennent souvent des gouffres financiers.

      Bref, comme dit plus haut et plus bas, il est grand temps que les maisons de production consentent a gerer autrement leurs produits : depenser moins en promotion, se concentrer un peu plus sur la qualite des artistes produits, et offrir une vraie valeur ajoutee : un bel emballage, des livrets bien leches (maintenant 50% et peut etre meme plus des CDs sont livres avec une simple feuille degueulasse au contenu insipide en guise de jaquette).

      Par analogie, l'edition du livre (piratable sans probleme -> scans, saisie...) offre un vrai support et a su segmenter son offre : editions de poche pas trop chere, editions plus prestigieuses. De plus elle offre des criteres de choix et guide (on apprecie ou pas) le consommateur : prix litteraire, differentes collections litteraires. Je pense que l'industrie du disque ferait bien de s'en inspirer.

      Mais au fait, comme disait Zappa, le probleme principal c'est que industrie et musique sont deux mots qui ne devraient jamais etre associes.
      • [^] # Re: Piratage musical

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        ...la scene !!! La musique est faite pour etre jouee et entendue, et je n'achete plus que des cds d'artistes qui m'ont marque sur scene. (a part ceux qui sont helas morts).
        Je ne suis pas tout à fait d'accord, certains artistes sont des bêtes de scène et d'autres sont plutôt des artistes de studio qui ne sont vraiment pas fait pour la scène.

        Maintenant les concerts/tournees sont dediees a la promotion de la sortie de tel album et deviennent souvent des gouffres financiers.
        Je pense que cela n'est vrai que pour les "grands" artistes. Ils ne sont pas numériquement représentatif. La majeure partie des artistes, ceux qui ne vendent peu ou pas de disques, tirent leurs (maigres) profits de la scène.
        • [^] # Re: Piratage musical

          Posté par . Évalué à 1.

          Heu, oui, ca merite une precision :
          le contexte de ma disserte etait le milieu des majors.
          Les petits indes eux, c'est vrai restent sur la bonne vieille route 'tourner pour se faire entendre et vivre'.

          Par contre, sur l'autre point, je campe sur ma bonne vieille position : la finalite de la musique, c'est le concert (mais je concois que pour les musiques plus electroniques qu'electriques ca peut devenir difficile...)
  • # Re: taxe internet

    Posté par . Évalué à 7.

    Ce n'est pas la première fois qu'on parle de taxer les provideurs, mais bon est-ce que les producteurs de patates imposent des taxes sur les autoroutes qui font de l'argent grâce (exclusivement biensûr) à ces merveilleuses patates qui font du trafic autoroutier ?

    Et ce monsieur qui nous resert l'argument usé du pillage de la création..
    Les artistes peu connus gagnent plus en faisant des concerts qu'en vendant des disques et il me semble plus normal d'être payé pour des concerts que pour des disques (l'artiste travail une seule fois pour son disque, après ce sont les usines qui travaillent..)

    Si les ventes de disque baissent c'est peut etre aussi que les consommateurs n'ont pas de budgets infinis à consacrer à ça..
    (alors oui ces monsieurs veulent piocher aussi dans les budgets d'internet..)
  • # Re: taxe internet

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Et pourquoi je payerai les auteurs moi qui ne télécharge pas de musique ?
    Faudrait aussi taxer les autoroutes (on peut déplacer le CD copié en voiture) et les supermarchés (il parait que certains mangent pendant la copie) ...

    J'en ai vu pas mal raler contre la taxe des CDs parce que les CDs ne servaient pas qu'à la copie. Une taxe sur Une taxe sur Internet c'est la même chose à beaucoup plus grande échelle. Ce serait bien réducteur de dire qu'Internet sert uniquement (ou même majoritairement) à la copie de mp3.

    Je ne veux pas payer plus les auteurs de musique simplement parce que j'ai demandé une connexion qui me permette de télécharger des logiciels gratuit de manière agréable. Je refuse qu'on taxe autre chose que la musique si c'est à destination de la musique.



    Ce que je vois aussi dans la source : "Mais le principe de non-responsabilité des fournisseurs d'accès, tel qu'il apparaît au travers de la directive sur le commerce électronique, n'est pas acceptable."
    • [^] # Re: taxe internet

      Posté par . Évalué à 1.

      "Et pourquoi je payerai les auteurs moi qui ne télécharge pas de musique ?"

      Pareil ... J'ai une connexion ADSL depuis deux ans maintenant, et j'ai téléchargé un seul mp3 : michel_informaticien.mp3 ! Qu'on ne vienne pas me dire que c'était du piratage !
      Je paye déjà une taxe sur les CDR, moi qui en suis resté à mon vieux Mitsumi 4x2x8x, c'est dire si je grave souvent !

      Même si je suis bien conscient que la majorité des connectés ADSL, comme la majorité des utilisateurs de graveurs, n'est pas très honnête, c'est dommage de faire payer systématiquement tout le monde :-(
    • [^] # Re: taxe internet

      Posté par . Évalué à 1.

      > Et pourquoi je payerai les auteurs moi qui ne télécharge pas de musique ?

      parce que. c'est comme ca. t'es puni. ;-)

      En fait c'est l'effet pervers de l'exception culturelle qui dit que les biens culturels ne sont pas des marchandises comme les autres. Bref, le corollaire, c'est que tu auras toujours un casse pied qui viendra empiéter sur ton petit confort juste par caprice. C'est pénible je sais. Il faut accepter ca avec philosophie. Le bon côté, c'est que ca renforce la notion de solidarité et la tolérance: on rentre dans un jeu win-win.

      Remarque que t'es pas obligé d'accepter la taxe et que tu peux proposer d'autres solutions.
      - enfermer 75% des internautes.
      - obliger les consommateurs à faire cinquante kilomètres pour aller voir des gens peu connus qui doivent bien vivre, non morts, dans des concerts.
      La taxe est impopulaire mais a fait ses preuves.

      (on peut déplacer le CD copié en voiture) (il parait que certains mangent pendant la copie)

      faux problèmes. La sagesse est de travailler à résoudre des vrais problèmes. :)

      le principe de non-responsabilité des fournisseurs d'accès n'est pas acceptable.

      Ben tiens donc. Surtout n'argumentons pas. Ca pourrait se voir.
      Le principe de non responsabilité tel que défini par la loi Bloche tient parfaitement la route. Il a été expliqué à maintes reprises et il a fait ses preuves. Si on veut trouver des responsables, c'est peut être qu'on se sent un peu bête d'avoir cherché des responsables n'importe où n'importe comment et de constater aujourd'hui qu'on fait des virages à 180 degrés.
  • # Re: taxe internet

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je serais assez pour ce genre de taxe. Cependant, une fois un tel système mis en place une question importante me viendrait vite à l'esprit :

    Où va mon argent ? Et surtout qui (et sur quels critères) le décide ?

    Est-ce que la vente de CD servira de jauge pour savoir quel part chaque artiste/producteur recevra ? Cela serait idiot pour tous les artistes qui ne produisent pas de CD et qui pourraient justement profiter de ce système pour éditer leur musique à moindre frais et sans avoir à convaincre un producteur (et du même coup sans avoir à lui faire aucune concession).

    Quid des artistes indépendants / underground ? Serait-ce les maisons de disques qui récupéreraient ce qui leur est du (aux artistes) ?

    Que d'incertitudes pour moi qui n'ai pas fait d'études...
    • [^] # Re: taxe internet

      Posté par . Évalué à 1.

      Où va mon argent ?

      Chez Retspan; dans la poche des avocats; dans la recherche sur les DRM; dans les petits fours à Bruxelles.
  • # Re: taxe internet

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    S'ils font une taxe sur internet pour compenser le P2P, alors ils *doivent* auparavant rendre le téléchargement de musique par P2P légal.

    En effet, au regard de la loi, ce qui est illégal *n'existe pas*, donc on ne peut pas faire une taxe pour un truc qui n'existe pas.

    C'est pourquoi on a une taxe sur les CD vierges (la copie privée est, elle, légale).

    Bref, ça me paraît doucement utopique la taxe internet...
    • [^] # Re: taxe internet

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      au regard de la loi, ce qui est illégal *n'existe pas*, donc on ne peut pas faire une taxe pour un truc qui n'existe pas.

      Sauf pour le fisc (à notre grand malheur, ils sont vraiment loin d'être con au fisc) mais là n'est pas le sujet.
    • [^] # Re: taxe internet

      Posté par . Évalué à 1.

      ils *doivent* auparavant rendre le téléchargement de musique par P2P légal.

      Techniquement, c'est pas compliqué et il y a plusieurs options.
      Politiquement, c'est comment le faire sans que Bush nous déclare une guerre antiterroriste ? La taxe qui prépare le terrain à une future légalisation, c'est cool, politiquement.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.