Journal Devedjian appelle l'industrie musicale à baisser le prix des CD

Posté par .
Tags : aucun
0
21
juin
2004
A l'occasion de la Fête de la musique, M. Devedjian confond 21 Juin et 1ier Avril! Mais comme les blagues les plus courtes sont aussi les meilleures, Devedjian oubliera ses propos dès le 22 Juin! :o)

PARIS (AFP) - Le ministre délégué à l'Industrie Patrick Devedjian a vertement tancé l'industrie musicale, appelant à une baisse du prix des CD et des téléchargements sur internet, dans un entretien publié par Le Parisien lundi, jour de la Fête de la Musique.
M. Devedjian doute également des effets bénéfiques d'une baisse de la TVA sur le disque, réclamée à cors et à cri par les professionnels du secteur.
"Réclamer la baisse de la TVA sur le disque n'équivaut-il pas à mener une bataille désormais d'arrière garde?", s'interroge-t-il, estimant que "le CD est une technologie dépassée" et que "se battre pour lui paraît un combat perdu d'avance".

Au passage, il relève que "lorsque la TVA est passée jadis de 33% à 18,6%, les prix payés par le consommateur, eux, n'ont baissé que de 8%". S'il considère que "la piraterie est un drame pour l'industrie musicale" et qu'il "faut la combattre", M. Devedjian "pense que la responsabilité des industriels est également engagée dans cette affaire".

"J'ai mené une enquête pour savoir pourquoi les jeunes piratent", explique-t-il, "la réponse est limpide: les disques sont trop chers et certains titres ne sont plus disponibles que sur internet".

M. Devedjian fustige l'attitude "des responsables du secteurs (qui) considèrent depuis des années qu'il est plus profitable pour eux de fabriquer des vedettes pour vendre des disques". Et de s'exclamer: "ça n'a strictement rien à voir avec l'internet et la piraterie!".

"Voilà pourquoi je me pose la question: qui fait mal son métier dans cette affaire?", enchaîne-t-il.

Evoquant le téléchargement légal et payant sur internet, le ministre de l'Industrie "constate que les prix de vente en ligne sont encore trop élevés" puisqu'ils atteignent pratiquement ceux d'un CD.

"Le gouvernement français est bien décidé à favoriser la concurrence", souligne-t-il, notant que "l'industrie du disque est trop concentrée entre les mains de quelques multinationales". Il promet que l'Etat utilisera les "moyens d'investigation" dont il dispose "pour vérifier que le marché fonctionne loyalement".

Le marché phonographique français a reculé de 10% l'an dernier et de 20% au cours du premier trimestre. Les éditeurs phonographiques imputent ce recul principalement au téléchargement illégal.

(extrait de l'entretien accordé au Parisien, repris par Yahoo: http://fr.news.yahoo.com/040621/202/3xjd3.html(...))
  • # clap clap clap

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    allez, ouvre tes noeils, et regarde 3 ou 4 journaux en dessous ;)
  • # Les blagues les plus courtes sont les meilleurs...

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

  • # Houla !!! Ca barde :)

    Posté par . Évalué à 3.

    \o/ depuis 6 mois qu'on entend les pauvres industriels se plaindre, le ministre prend position !

    Et il a pas l'air content, je trouve (son discours est même jouissif à lire).

    Bon, ca fait du bien quand même, ca va être relayé par les médias (et c'est le plus important, un coup de gueule comme ca ca va marquer les esprits) , les "méchants pirates" ne seront plus montrés du doigt, comme au temps de la chasse au sorcières.

    Il était temps de remettre les pendules à l'heure. Ce coup de gueule est vraiment bienvenu, car les majors se la jouaient un peu trop...

    Cette baisse des prix viendra-t-elle ?
    L'industrie du disque publiera-t-elle des contre enquêtes ?
    La musique sur internet va-t-elle etre moins cher et sans DRM ?
    Allofmp3 sera-t-il clairement légal en France ? ( parce que qualité/prix, il est imbattable)
    Rêvons nous ?

    Nous le saurons dans le prochain épisode :)
  • # Encore du boulot

    Posté par . Évalué à 1.

    > « la piraterie est un drame pour l'industrie musicale" et qu'il "faut la combattre" »

    Il lui reste encore des choses à apprendre à ce monsieur, notamment que cette phrase n'a rien d'une évidence et qu'il faudrait d'abord qu'elle soit démontrée.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.