Journal le ministère de l'EN initie un colloque sur le numérique dans l'éducation : CIUEN

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
12
avr.
2006
Un extrait du courriel reçu :
Le CIUEN sera un moment privilégié qui vous permettra de faire le point en 2006 sur l'avancée des politiques développées pour le numérique par les communautés universitaires les plus en pointe, en France, en Europe et dans le monde.

On pourra y vérifier ainsi si notre pays a créé le mouvement et les conditions nécessaires pour relever l'un des défis essentiels des établissements d'enseignement supérieur et de recherche : la généralisation des usages du numérique pour l'éducation et la formation.


J'ai coupé la suite parce qu'on retrouve toutes les informations sur le site :
http://www.ciuen.org/public/ciuen/

Ca ressemble à une forte action de communication du gouvernement sur les stratégies qu'il envisage à ce sujet.

Difficile de savoir ce qu'il va y être dit substantiellement, si quelqu'un a des informations... les commentaires sont là pour ça.

Il y a fort à parier que beaucoup de choses importantes vont être mises sur la table. En particulier, je serai curieux de voir la place des logiciels libres dans les discussions.
  • # Souvenirs

    Posté par . Évalué à 1.

    C'est marrant mais il me semble en avoir connu déjà un certain nombre de ces colloques...
    Certains furent de qualité, il faut avouer, comme ceux organisés en 2001/2002 par le réseau des écoles de Telecom.
    Mais l'impression générale est quant même celle de grandes messes assez vaines où quelques aigrefins tirent une épingle politique de jeux assez éloignés de préoccupations numériques/pédagogiques.
    Enfin si certains utilisateurs/supporters du libre ont fait parfois entendre leur voix j'ai été stupéfait (à l'époque) de me rendre compte à quel point Linux et le libre n'existaient même pas dans ces aéropages...
    J'ose espérer que ca a changé (en mieux) depuis...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.