• # Calcul de l'interface

    Posté par  . Évalué à 3 (+2/-1).

    Titre de l'image

    • [^] # Re: Calcul de l'interface

      Posté par  . Évalué à 6 (+4/-0).

      J'ai déjà lu des commentaires arides sur LinuxFr, mais il y avait du texte!

      ⚓ À g'Auch TOUTE! http://afdgauch.online.fr

      • [^] # Re: Calcul de l'interface

        Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

        En même temps c'est la section lien et une image n'est qu'un lien que le navigateur suit et affiche parce qu'on lui dit de le faire.

        • [^] # Re: Calcul de l'interface

          Posté par  . Évalué à 4 (+1/-0).

          Oui mais quand on lit le titre et qu'on suit le lien, on sait ou on finit par comprendre de quoi ça parle.
          Là je sais que j'ai l'image d'un calcul d'interface, et je peine à comprendre:
          -C'est le résultat escompté?
          -C'est pour montrer un cas qui ne marche pas?
          -C'est une nouvelle fonctionnalité?
          -C'est pour montrer que le rendu est joli?
          -Ce genre de calcul est une prouesse technique?

          Déjà que les outil de simulation par éléments finis sont assez cryptiques pour le commun des mortels, si en plus on suppose que toute visualisation de résultat parle d'elle-même…

          • [^] # Re: Calcul de l'interface

            Posté par  . Évalué à 1 (+0/-1).

            Je pense que c'est pour montrer un cas qui fonctionne. :)

            OpenFoam utilise la méthode des volumes finis pour résoudre les équations aux dérivées partielles de la physique des fluides.

            Un problème de mécanique des fluides consiste basiquement à résoudre les équations qui équilibrent le champs de vitesse du fluide et le champ de pression au sein d'un écoulement. On peut complexifier à l'infinie en prenant en compte des tranfserts de chaleurs, des réactions chimiques, le frottement du fluide sur les parois, les turbulences générés par le fluide, des réactions chimiques qui ajoutent et enlèvent des composants au sein de notre fluide en générant ou non de la chaleur.

            Tout cela c'est pour une phase (genre que de l'eau ou que de l'air).

            Si on ajoute une deuxième phase, il a des nouvelles d'équations qui décrivent les transferts d'énergie de part et d'autres de l'interface entre les deux phases. La nature a tendance à toujours minimiser cette énergie et le solveur doit donc trouver la position de l'interface qui réponds à tout les problèmes précédents tout en minimisant l'énergie entre les deux surfaces.
            C'est assez coûteux en terme de calcul et il faut quasiment un algorithme par type de problème physique. Surtout que l'interface se situe toujours entre deux mailles du maillage.

            La nouvelle version apporte un nouvelle algo qui prend en compte plusieurs physiques et qui permet de remailler intelligemment le maillage de calcul autour de l'interface.

            En gros.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.