• # Personnellement…

    Posté par  . Évalué à 9 (+7/-0).

    J'aurais du mal. Je trouve que Windows n'est pas du tout adapté pour une station de travail. Il faut paramétrer (=> enlever) trop de trucs pour que ça n'en fasse pas plus que ce qu'on veuille.

    Ah, et aussi, sur mon ordinateur portable, j'ai ma configuration X.org qui paramètre l'AZERTY pour le clavier intégré, et le BÉPO pour mon clavier externe. Les deux en même temps. Et ça, sous Windows…

    • [^] # Re: Personnellement…

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+1/-0).

      Même si je n'apprécie pas spécialement quand je dois utiliser Windows, en ce qui concerne le clavier je ne vois pas trop le problème.

      Tu peux comme sous Gnome (je ne sais pas pour KDE ou d'autres), passer d'une disposition à une autre (Azerty <-> Bépo par exemple) avec le raccourci Win + Espace.

      Donc certes il faut faire manuellement le changement et tu n'as pas une disposition différente en même temps sur deux claviers distincts, mais d'un autre côté, tu n'as pas non plus quatre mains (normalement)… :D

      There is no spoon...

      • [^] # Re: Personnellement…

        Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

        Non, je n'ai pas quatre mains. Des fois, j'ai des collègues qui viennent sur ma machine. Et on est deux dessus, en même temps. C'est pratique.

        Enfin, euh, oui, bon, c'était avant la pandémie ça. Là, ça fait longtemps que je suis … … … JE SUIS TOUT SEUUUUUL SUR MON CLAVIIIIEEEEEEERR

  • # Bravo pour ce sujet

    Posté par  . Évalué à 7 (+6/-0). Dernière modification le 13/03/21 à 23:48.

    J'avoue qu'après 20 ans de linux sur mon poste de travail et malgré des passages obligés sous windows professionnellement de temps à autre je ne supporte plus l'ergonomie de ce système d'exploitation.

    Je serai vraiment malheureux d'être obligé de l'utiliser sur mon poste de travail.

    Mais bravo pour ce lien

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.