Forum Linux.général Reconversion professionnelle vers le libre

Posté par . Licence CC by-sa
12
30
déc.
2013

Bonjour à toutes et à tous,

Avec les actualités de ces derniers mois telles que PRISM, ou encore le contrat "openbar" entre la Défense et Microsoft sans appel d'offre, l’obscurantisme qui entoure le monde du logiciel propriétaire ne me convient plus, cette vision du monde n'est pas la mienne et surement pas la votre non plus, aussi ai-je décidé de changer de cap.

Par idéologie et prise de conscience donc, je quitte le tout propriétaire et me dirige vers le monde du libre. A titre perso cela se fait sans douleur, et je tourne depuis plusieurs mois sur LMDE, et une Debian sur un serveur dédié qui me sert de seedbox, cloud, synchro contacts/calendrier/rss ect. Du fun et intellectuellement intéressant à mettre en place, mais ça reste de la bidouille.

Une étape plus importante maintenant et qui aura plus de conséquences : mon activité professionnelle n'est plus en accord avec ces principes de partage, d'égalité, de neutralité et de respect de la vie privée. Ingénieur système depuis 7 ans sur des technos Microsoft (AD, SCCM, powershell), connaissez-vous quelqu'un (ou bien vous-même !) ayant déjà envisagé ou fait ce virage ? Dans mon entourage pro immédiat, on me déconseille de le faire pour tout un tas de raison à vérifier, mais peut-être par peur ou ignorance : le libre ça ne paie pas, moins de débouchés, les entreprises n'en sont pas spécialement friandes et restent sur l'inertie Microsoft, repartir avec zéro expérience, ne pas savoir par quoi commencer ect.

Mon entreprise actuelle est très orientée Microsoft, je ne peux pas compter sur eux pour une formation GNU/Linux et changer de poste en interne. C'est pas ça qui va décourager ! Je suis donc à l'écoute de conseils, retour d'expérience, forums, ressources, livres à lire… Je prends tout et poursuis mes recherches.

Bonnes fêtes à toutes et à tous et au plaisir de vous lire.

  • # linux rocks

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Hello,

    Il y a quelques années linux rentrait par la petite porte dans les grands comptes,
    installation "en cachette" pour un intranet, un serveur mail, ou un serveur de fichier samba.

    Aujourd'hui ce n'est plus le cas, j'ai des clients de toute taille qui utilisent linux,
    (RedHat, Suse, Debian …), donc oui biensur il est possible d'en vivre, je suis également souvent rentré par la porte des Unix (AIX que je connais bien, Solaris, HPUX, pour ensuite profiter de l'équipe unix pour faire du linux)

    Par contre ne t'attends pas à ce qu'un boite prenne linux pour la "philosophie", c'est en général le cout et la flexibilité de l'OS qui priment.
    Le cout par rapport à un unix propriétaire (très cher !), et la flexibilité par rapport à un Windows.
    (distribution tunée maison pour des grands compte par exemple)

    Coté inconvénients,
    Mais attention derrière certaines distributions (type RedHat), tu retrouveras les vices du monde windows, (certifications, lourdeur administratives, licences),
    Linux est également en évolution très rapide et constante, c'est un travail perpétuel que de se mettre à jour, ce n'est pas toujours stable et pérenne de ce côté (plus que les interfaces graphiques de windows cependant !), je me suis donc posé la question concernant FreeBSD, mais bon pour l'instant je n'ai pas passé ce cap, (peut être jamais, à voire)

    Dans mon cas j'ai créé ma société, ce qui a facilité le choix des technologies et des clients ;)

    A+

    Nicolas

    • [^] # Re: linux rocks

      Posté par (page perso) . Évalué à -2.

      Aujourd'hui ce n'est plus le cas, j'ai des clients de toute taille qui utilisent linux,

      Rassure-toi, si avec ton auto-entreprise tu as des clients, ils ne sont pas de toute taile.

  • # Double competence

    Posté par . Évalué à 6.

    tu as la competence windows,
    te fermer à ce monde là serait une erreur,

    il faut garder l'ouverture d'esprit de savoir choisir le produit le plus adapter dans les deux mondes.
    ne pas devenir un "integriste" du libre qui ne veut plus toucher un windows si le produit windows est plus adapté aux besoins de l'entreprise.

    du coup, pourquoi ne pas te former à linux pendant que tu es encore en poste.
    ainsi tu acquieres une double competence,
    pour certains besoins tu pourras installer du linux, comparer les solutions, choisir la meilleure

    ensuite quand tu postuleras ailleurs, tu pourras faire valoir cette double competence.

  • # Yeap

    Posté par . Évalué à 2.

    Merci pour vos réponses, effectivement une entreprise ce n'est pas le monde des bisounours. A côté des avantages coûts et flexibilité, je pense que l'on pourrait rajouter la confidentialité des données. La suspicion de backdoors sur les logiciels propriétaires, en tout cas ne pas pouvoir prouver qu'il n'y en a pas car pas d'accès aux sources, ça devrait commencer à faire tilt chez les DSI, en tout cas chez les grandes entreprises peut-être plus à même d'être ciblées par ces "attaques".

    NeoX je pense que tu as raison, et que je ne devrais pas griller les étapes à vouloir tout de suite une transition franche et nette je risque de me tirer une balle dans le pied. Maintenant que c'est dit, que faire ?
    - Monter en compétence UNIX/Linux dans ma boite actuelle ? Impossible car tout Microsoft et aucune volonté à moyen terme de changer, donc ni "main dans le cambouis" ni accès à des formations.
    - Monter sa boite comme Nicolas ? Séduisant mais impossible car aucune expérience pour le moment.
    - Trouver une entreprise qui accepte un profil Windows pour le mettre à bosser sur du libre ? A voir, mais les doubles compétences ont l'air moins recherchées que les profils spécialisés. En tout cas Je je regarde les offres d'emploi car ça semble néanmoins la meilleure solution.

    • [^] # Re: Yeap

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Oui le code est lisible, mais il y a quand même plus de 15 millions de lignes ;)
      et ce, juste pour le noyau !, sachant que la NSA y a contribué ;), sachant que la sécurité n'est pas la priorité de Linus, pour l'argument sécurité, je pencherai plus pour FreeBSD du coup

      Difficile à vendre quand même, les boites françaises s'en tapent comme de l'an 40 de la sécurité, cela va mettre des années pour rentrer dans les moeurs (il n'y a qu'à regarder l'application des mises à jours sur les prods… !, un linux non mis à jour, c'est pareil qu'un windows…)

      Il faut que tu apprennes sur ton temps perso donc, … je me moque pas mal des diplômes et des certifications lors des entretiens, c'est davantage la personne/motivation, les compétences (on fait des tests), et la faculté d'adaptation/apprentissage qui sont validées. (mais bon en France dur dur, en général on aime bien les diplômes … ça rassure ..)

      Nicolas

    • [^] # Re: Yeap

      Posté par . Évalué à 8. Dernière modification le 30/12/13 à 23:53.

      bonsoir,
      pas vraiment de conseils à donner, simplement un appui sur ta remarque à propos de la reconversion.
      globalement un 'inge unix' coûte plus cher qu'un 'inge windows'. globalement un 'inge linux' côte à peu près pareil qu'un 'inge windows'. toujours globalement, les linux sont très recherchés, vraiment. et sont souvent multi casquettes (capables sur des aix, sur du celera de l emc ou du netapp, autant sur la couche système que applicative, et sont à l aise aussi sur des équipements réseaux)

      donc il n'est pas difficile de voir le mouvement, d'autant plus que les ingés windows sont souvent spécialisés de par le cercle certifs->poste->expérience.

      donc va y sans à priori, ton expérience Microsoft sera très probablement un atout, surtout avec des technos comme sssd/ad, samba4/cifs … ce n'est pas seulement l occasion de toucher à un autre système, dont les bases ont être posées par les anciens, c'est aussi l occasion de toucher à des technos particulières comme les clusters, les problématiques d archi du stockage,… les sujets très intéressants sont nombreux sur "unix".

      c'est donc le bon moment : le marché (mouvement d employés) bouge peu, mais les postes linux ne cessent d'augmenter, enfin linux commence à s'industrialiser(automatiser/simplifier) en évitant les écueils des autres unix.

      tout ça pour dire que :

      Trouver une entreprise qui accepte un profil Windows pour le mettre à bosser sur du libre ? A voir, mais les doubles compétences ont l'air moins recherchées que les profils spécialisés

      ne sous estime pas ce point. les sysadmins linux manquent, entre un débutant qui n'a pas conscience des contraintes et quelqu'un d'expérience qui fait cette démarche volontaire, mon choix serait vite fait, d'autant plus si j'y ajoute le bien à l'équipe (motivation de cette arrivée plus possibilité de lui déléguer des trucs que des vieux briscards unix rechignent à faire). C'est un bel atout que tu as.

      mais ça c'est le business. et si libre et business se marient à merveille, le libre c'est avant tout des communautés…

      mes deux cents ☺

      • [^] # Re: Yeap

        Posté par . Évalué à 1.

        Je ne saurais mieux dire.

        Aux agents des services secrets qui lisez ce message, veuillez considérer que défendre votre nation contre ces ennemis interieurs et extérieurs implique de suivre l'exemple de Snowden.

  • # regarde aussi la mise en place de softs libres

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    par exemple plein de boites passent sous SAP ou un ERP quelconque.

    Tu peux regarder OpenERP et les produits du genre, le coût de la licence est un argument pour inciter une entreprise à basculer (SAP coûte un bras, et à vie…).
    Si tu aides à la mise en place d'un ERP style OpenERP tu es pour 2 ou 3 ans au minimum dans une entreprise.
    Toute entreprise a des spécificités, et le produit standard n'est pas adapté, il faut toujours re-écrire des modules…

    Il y a aussi les softs de CRM, tiens un exemple
    http://linuxfr.org/news/sortie-de-creme-crm-en-version-1-3

    If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

  • # Auto Formation

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Personnellement, j'ai aussi eu ce moment ou j'ai voulu basculer au libre pour les serveurs au moins.

    Je l'ai fait doucement, dans la société ou je travail. Je partais de loin car les seuls souvenir d'UNIX & "UNIX like" que j'avais remontaient à mes études en IUT
    Je me suis pris 2 vieilles machines, et à l'époque j'ai installé un SME server sur une, et openSUSE sur l'autre pour me former sur le serveur et le desktop. J'ai ensuite monté une autre vieillerie en serveur Debian à la maison et j'ai basculé ma machine perso sous debian aussi (oui, j'aime bien debian :-P )

    Au fil du temps j'ai intégré le serveur SME dans la prod pour des applis non critiques (exemple : création de panoramas automatique depuis des images webcam) et j'ai fait de nombreux tests de serveur de messagerie et de samba.

    Le jour ou j'ai du remplacer le serveur de fichier principal (WIN2000), j'ai pris une machine avec SUSE pré-installé et j'ai fait cette bascule.
    J'en ai profité pour passer ma machine de bureau (administration réseau, bureautique et dev web) en debian, et de monter 2 serveurs de sauvegarde en Debian aussi (sauvegarde par rsync)

    Maintenant tous mes serveurs sont sous linux, mon poste est aussi sous linux, et j'ai des machines (cybercafé dans des restos) à disposition des clients qui sont sous ubuntu et sortent par une passerelle pfSense avec des logs sur une debian (sans parler des points d'accès wifi sous openWRT).

    Ça a pris des années, mais je j'ai pu me former, tester sur place ce qui était bien et ce qui n'allait pas, et faire une transition en douceur (les utilisateurs se foutent de savoir ce qu'il y a dans la boite tant que ça fonctionne)
    Au début quand j'expliquais ma démarche, les boss étaient suspicieux :-) j'avais donc un peu de pression, si je me plantais ils allaient dire que c'était à cause de mes essais d'OS de barbu.
    Maintenant les choses ont bien changé. Ils ont vu que ça fonctionnait très bien (voir mieux), et en plus on commence à recevoir du matériel de chez nos fournisseurs habituels qui fonctionne avec du linux embarqué. Et pas qu'un peu, beaucoup ! des caisses pour les restaurants (VECTRON) en passant par des portillons de contrôle (SKIDATA), les caméras (AXIS), … alors c'est plus facile de faire passer le message.

    Et lors du changement de notre système de téléphonie, j'en ai profité pour virer MATRACOM (à coups de pieds au cul) passer sur un IPBX Asterisk, du bonheur !

    Par contre tous les postes desktop (à part le mien) sont toujours sous Windows, et ça marche très bien comme ça.

    Voila, comme quoi tout peut se faire en autonomie, sur place et en douceur. Le tout est de ne rien précipiter car un plantage au début et c'est toute la confiance dans ces outils qui est remise en cause dans l'entreprise.

    Bonne transition, et bonne année 2014 libre à tous !

  • # DIF

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Si ta boîte ne veut pas t'aider dans ta conversion, il te reste ton DIF (Droit Individuel à la Formation) qui peut t'aider à suivre une formation dans le domaine de ton choix. Je crois qu'au bout de la seconde demande ils ne peuvent pas refuser. À titre personnel, j'ai commencé comme développeur d'interfaces graphiques en MFC, donc du pur Windows, mais j'ai bsculé plus tôt que toi. Pour l'argument "le libre ça paie pas", c'est idiot. Même si je ne produis pas de code libre dans le cadre de mon travail, j'utilise des technologies libres et par conséquent je contribue indirectement à pousser l'écosystème dans ce sens. Sur le "moins de débouchés", ça dépend de la branche. Mais pour de l'administration système ou du développement embarqué, trouver du taf autour de Linux, ça se fait… Alors c'est sûr, ça se fait pas du jour au lendemain, mais la double compétence peut aider dans ton cas, pour l'administration de systèmes hétérogènes. Repartir à zéro expérience c'est difficile,c'est un vrai défi, mais il y a un moment où il fut apprendre à nager sans avoir pied. Si t as la motivation (et tu sembles l'avoir) tu as déjà le plus gros. Bon courage à toi.

  • # Il faut le faire en douceur, pas à pas

    Posté par . Évalué à 2.

    L'informatique n'est pas mon métier directement, mais il se trouve que je gère une structure informatique pour un ami dans son entreprise.

    Au début: un serveur DELL sous Win (jamais sauvegardé)
    des postes DELL sous W2000
    2 lignes de fax propriétaire matériel

    Aujourd'hui:
    un serveur Nas4Free sous ZFS (mirroir) + clône, et avec des snapshots
    des poste clients sur des RaspberryPi (taille mini et silence)
    les Windows sont sous Virtualbox (en mode headless), tous les windows tournent sur 3 serveurs de machines virtuelles.
    les 2 lignes de fax sont virtualisés
    tout est sauvegardé tous les jours (rsync avec option backup)
    tout est indestructible (pas de dépendance)
    tout est cloné sur une machine déportée localement (incendie)
    toutes parties peut être remise en service ailleurs sous 10 à 15 min (temps de copies)
    en gros, on peut tout voler le matos, je retrouve 2 pc et j'assure un minimum en quelques heures.

    J'ai mis des années pour arriver à cela, mais aujourd'hui toutes les machines physiques fonctionnent sur du libre et le personnel utilise Windows (virt).

    Au début, je suis passé pour un fou (quand j'ai parlé de virtualisation, certains croyaient qu'ils allaient avoir un gant et avoir un casque sur la tête, lol) , jamais on m'aurait laissé faire, mais aujourd'hui, tout est fait, et je suis allé même au delà de ce que je prévoyais.

    Il faut prendre éléments par éléments et surtout démontrer les avantages de telle ou telle
    possibilité.
    Je pense que le meilleur pour commencer est le NAS (partage Windows)
    L'autre plan de bataille est la virtualisation, montrer les avantages, la liberté par rapport au matériel.

    Moi aussi je suis dans le même cas, j'ai été dans les automatismes/info industrielle, j'ai fais un dif, mais mon entreprise n'y a pas cru et je suis partis, je me suis lancé dans quelque chose à mon compte, mais la crise est passé par là et aujourd'hui je me remets dans l'informatique.
    Je vais sans doute essayer la formation, j'ai un gros inconvénient je suis anti-Microsoft à donf (mon dernier Windows est 95), mais je suis aussi un magicien, c'est à moi de montrer tout ce que l'on peut faire.
    C'est pas toujours facile, et les gens ne "suivent" pas, il faut donc des exemples concrets, montrer du 'vrai', des exemples et des choses que les gens comprennent.
    Il me manque aussi plein de briques (sur le réseau par exemple), c'est dommage, car a une époque j'aurais pû faire le lien entre l'automatisme et le web dynamique.

    Bien sûr, pour ma part, avoir une entreprise en réel, c'est un bon exemple, mais après, la suite, je n'en sais rien.

    Toi tu as l'avantage d'avoir déjà une casquette Microsoft ;-)

    Trouve toi des machines de tests et construis toi des parties, des exemples.
    Je trouve que c'est très rassurant de dire "j"ai", "ça marche", "je fais" plutôt que "normalement, on devrait pouvoir faire"

    Je ne suis pas un bon exemple car je suis autodidacte (j'ai tout raté mes études et j'ai aucun diplôme), mais bon, c'est un avis parmi d'autres.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.