Chomsky & Cie

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags :
17
2
mar.
2009
Culture
« Chomsky & Cie » est un film de Olivier Azam et Daniel Mermet issu d'une série de reportages radio avec Noam Chomsky, Normand Baillargeon, Jean Bricmont. Il a pu être monté notamment grâce à des souscripteurs « modestes et géniaux » auditeurs de l'émission « Là-bas si j'y suis ».

Ce film tourne dans les salles depuis novembre 2008, mais le faible nombre de copies et la taille des salles de ma ville ont fait qu'il ne nous est arrivé que hier ;-) Et finalement, ce n'est pas un mal !

Ayant vu ce film aujourd'hui, après plusieurs jours de rideau noir sur Linuxfr.org, j'ai trouvé intéressant de rapporter les liens forts entre le combat de la Quadrature pour que chaque citoyen obtienne une information contrastée sur les lois Hadopi en préparation, et le thème de ce film : Chomsky et ses copains n'ont pas arrêté de me répéter aujourd'hui d'aller prendre l'information par moi-même, de décrypter celle que j'obtiens.

“Le pouvoir ne souhaite pas que les gens comprennent qu’ils peuvent provoquer des changements” (N. Chomsky)

De fait, ce film m'a surtout semblé très constructif : loin de toute théorie du complot, il ne fait que rappeler les mécanismes d'autocensure que nous avons tous en nous-mêmes, et donne des pistes pour aiguiser notre regard sur la société, la politique, etc.

Enfin, il se paye le luxe de ne même pas être révolutionnaire, pensant les lendemains qui chantent sous forme d'apprentissage de chacun à prendre part au monde, afin que les multinationales - vrais tyrans d'aujourd'hui : elles n'ont aucun compte à rendre tant qu'elles sont bénéficiaires - perdent peu à peu ce trop plein de pouvoir que nous leur avons donné.

Bref, je recommanderais ce film à quiconque veut s'offrir 2 heures de réflexion intense sur le monde dans lequel nous vivons tous.

Allez, une anecdote pour la fin, vous y trouverez une moquerie sur les altermondialistes, vus comme des geeks scotchés à leur ordinateur, faisant un peu d'haltères pour garder un dernier lien avec le monde réel.
  • # Certes

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Mais il faut savoir que tout le monde n'a pas accès à l'information (1), ni les capacités intellectuelles pour la décrypter (2), ou encore ni les moyens pour se la payer (3).

    1/ amis chinois, bonjour !
    2/ amis jeunes, cons ou encore n'ayant pas bénéficié d'une éducation permettant le décryptage des informations essentielles, bonjour !
    3/ Je pense aux fameuses fraudes récemment découvertes. J'ai pas entendu une seule radio (j'habite plus en Europe ; j'écoute la radio française par le net) me dire *clairement* sur quoi ces fraudes étaient fondées. "Il a menti", ça suffit pas. Je veux qu'on m'offre du vrai contenu, quitte à ce qu'il soit complexe. Mais ça, c'est de l'information qui se paye, car c'est une information de qualité (comprendre "transmise par des conoisseurs, pas par des journalistes").


    Je dirais que la vérification est le propre des scientifiques, dans la mesure ou tout le système de la recherche repose là dessus, alors que l'enseignement hors l'académie repose sur l'acquisition de ce qu'on nous donne. Le libre semble aussi reposer dessus, mais la vérification est bien moins importante tant qu'il n'y a pas d'argent en jeu (c'est à dire des entreprises qui misent sur l'utilisation du logiciel ou sur la licence)
    Et vu les proportions, nul doute que les dires de Chomsky seront de toute façon (et probablement malheureusement) des paroles en l'air.

    Mes 2 yen.
    • [^] # Re: Certes

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      transmise par des conoisseurs, pas par des journalistes"Les journalistes, c'est comme les... Enfin, y'en a des bien.

      Je dirais que la vérification est le propre des scientifiques, dans la mesure ou tout le système de la recherche repose là dessusIl faut vraiment le dire très vite. En théorie, tu as raison. En pratique, il pleut de temps en temps au pays des Bisounours.
      • [^] # Re: Certes

        Posté par . Évalué à 3.

        En pratique, il pleut de temps en temps au pays des Bisounours.

        Ouais, d’ailleurs, pendant les vacances de fin d’année, j’ai vu un reportage là-dessus sur France 5. « Les Bisounours et le magicroque », que ça s’appelait. Et, franchement, ça faisait très peur…
    • [^] # Re: Certes

      Posté par . Évalué à 7.

      Bonjour,

      Je vais me permettre d'avoir un jugement critique sur ton commentaire même si c'est un peu léger pour pouvoir émettre une critique sur un contenu aussi court. Tant pis, je m'y risque en espérant que tu ne m'en voudras pas trop :-)

      Tout d'abord, je précise que mon jugement est biaisé car en règle générale je trouve les écrits de Noam Chomsky très instructif. J'ajouterai aussi que j'ai acheté le DVD "Chomsky & Cie" et donc je fais partie des souscripteurs de départ. Je suis donc déjà d'un côté de la ligne et mon jugement ne sera sans doute pas partial.

      En tout état de cause, j'ai l'impression que tu ne connais pas ou n'as pas trop lu Noam Chomsky. Peut être que ton commentaire s'appuie sur la dépêche. J'avoue que la dépêche laisse penser qu'il faut se bouger les ...... du ... pour obtenir de l'info. Or je pense, que le discours de Chomsky n'est pas réellement celui là. Il fait plus l'analyse du traitement de l'information et donc de dire qu'une même information n'aura pas le même traitement suivant la source. Et donc qu'il faut être un minimum critique de l'information qui nous parvient. Il ne dit pas qu'on doit tout vérifier tels des scientifiques, mais qu'on ne doit pas être dupe qu'une info sur le BTP dans un journal dont le patron est le plus grand groupe de BTP aura sans doute du mal à être traitée de manière réellement critique.

      En clair, je trouve que ce qu'indique Chomsky est plutôt simple, clair et suffisamment vulgarisé pour que tout le monde puisse le comprendre. J'avoue que la première fois que j'ai lu Chomsky, c'était dans un article [1] du monde diplomatique, un journal que je ne connaissais peu et sur lequel j'étais tombé par hasard chez mon oncle. A la lecture de cette article [1] tout me paraissait d'une évidence si naturelle, que j'en étais resté relativement pantois. J'ajouterai que tout ceci est récent et qu'avant cela, je ne portai pas trop d'intérêts à ce type d'information. Aujourd'hui c'est un peu le contraire et en 2 ans je suis passé du statut d'indifférent à celui de personne intéressé par ce genre d'articles. Comme quoi tout est possible :-)

      Il faut aussi noter qu'aujourd'hui, l'accès à l'information est plutôt facile avec internet. Ce qui fait que le discours de Chomsky prend encore plus d'ampleur, car si hier il n'y avait que quelques journaux papiers, quelques journaux télévisés, aujourd'hui l'information est disponible à profusion. Il faut donc réussir à faire le tri de ce flot d'informations. Et Chomsky ne fait rien d'autre que de nous donner des éléments pour réussir ce tri. A nous ensuite de savoir ce que l'on souhaite et si l'on est prêt à essayer de rester critique de l'information qui nous parvient. Critique ici ne veut pas dire "négatif" ni analyse scientifique de l'information...

      Je vous invite d'ailleurs à lire ses articles, débats, etc. sur son site [2] et voir 2 films qui lui sont consacrés (pas sûr que l'expression soit adapté mais tant pis) :
      - la fabrique du consentement
      - Chomsky & Cie

      [1] : http://www.monde-diplomatique.fr/2007/08/CHOMSKY/14992
      [2] : http://www.chomsky.info
      • [^] # Re: Certesf

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Du moment que le commentaire est critique vis-à-vis d'un autre et non pas de son auteur, il n'a à vexer personne, donc tout va bien.

        Je n'ai jamais lu Chomsky, et je ne connais de lui que la hiérarchie des grammaires (et d'autre blablas formels liés à la linguistique computationelle).

        Mon commentaire était effectivement basé sur la dépêche uniquement, mais il n'en reste pas moins qu'il tient toujours la route : la véracité (ou/et la précision) d'une information est fortement liée à sa source, et j'aurais naturellement tendance à croire un ingénieur d'une centrale nucléaire, alors que je mettrai en doute instinctivement ce que dira greenpeace à l'égard du nucléaire. Pour la simple et bonne raison qu'il y en a un dont c'est le métier (au sens large, et potentiellement passionel), et que l'autre est aussi qualifié sur le sujet qu'un poulpe misanthrope, ivre (c'est à dire qu'il fait couler beaucoup d'encre, déblatère plein de conneries, et veut tuer la moitié de la terre pour son bien (et notez l'ambiguïté grammaticale sur le "son")).
        Accès à l'information demande encore la capacité de la traiter. Quand tu rencontres des gens qui mettent en doute une preuve mathématique par A+B, soit qu'ils ne la comprennent pas, soit qu'ils *refusent* de s'accorder à l'évidence, tu te demandes bien quel est l'intérêt de toute façon de vouloir les forcer à vérifier.
        De plus, l'info sur net est surtout un téléphone arabe.
        Si l'info est importante, un gars (AFP, Reuters…) va la chopper, et tout le monde va la brasser pendant au plus une semaine, le temps qu'elle disparaisse. Aucune vérification possible car aucune autre source. Tu crois que le gars concerné va passer son temps à répondre aux mêmes questions ? L'info, c'est pas une opération marketing… Et si elle n'est pas importante cette info, tu t'en fiches de toute manières, alors à quoi bon ?

        Bref, la possibilité de vérifier est bien, ainsi que la démarche. Internet n'aide que peu selon moi (1). Néanmoins, garder l'esprit critique, c'est du bon sens. Je tenterai Chomsky suite à ton intervention réflechie, merci.

        1/ Je différencie (à tord ?) l'information "journal télévisé" de la connaissance. Je décrie (de "décrier") la première.
        • [^] # Re: Certesf

          Posté par . Évalué à 4.

          « Si l'info est importante, un gars (AFP, Reuters…) va la chopper, et tout le monde va la brasser pendant au plus une semaine [...] »

          C'est là où justement Chomsky dénonce le traitement de l'information fait par les journalistes.
          L'info "importante" n'est pas forcément choppée, et encore moins forcément publiée. Tout ceci pour différentes raisons : elle ne suit pas la ligne éditoriale du journal, d'autres infos sont considérées comme plus importantes (technique de l'écran de fumée), etc.

          Un article de wikipédia l'expliquera mieux que moi :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Mod%C3%A8le_de_propagande

          « Sans tomber dans le travers d'une théorie du complot, la thèse de Chomsky développée dans le livre est que le journaliste, évoluant dans une des entreprises contrôlée par ces groupes, peut passer l'ensemble de sa carrière dans l'illusion d'une liberté d'expression, alors que les sources d'information, les canaux de distribution, et les consignes amenées par les rédacteurs en chef au travers des politiques éditoriales construisent son environnement dans la perspective d'un consensus moral soucieux de ne pas égratigner la sphère politique, les lobbies, et l'« opinion publique » conçue de manière stéréotypée comme un électeur conservateur qu'il convient de conforter dans ses opinions. »

          Un texte plus complet sur ce sujet :
          http://www.revue-medias.com/article.php3?id_article=371
        • [^] # Re: Certes

          Posté par . Évalué à 4.

          Je ne pourrai répondre à tout, ce serait trop long et je suis un petit peu fainéant :-)

          Je pense que le sujet initial concerne Chomsky et les outils qu'il donne pour qu'on comprendre l'information. Il ne dit pas que demain, moi qui ne connait rien en Physique comprendrait un article sur l'étude des nanotechnologies ou sur les expériences de déplacement d'atomes dans je ne sais quel journal ou revue.

          Par contre il dit, si tu lis un discours pro-ogm sur une brochure monsanto, poses-toi des questions. Si tu lis un discours anti-ogm sur une brochure greenpeace pose toi des questions. Attention, il ne dit pas "analyse scientifiquement ces discours", mais "n'oublie pas quand tu lis ces discours, de vérifier d'où ils viennent". Après bien sûr, rapidement on se rend compte de ses penchants politiques. Et si on creuse ses écrits, on comprend aussi pourquoi il fait l'objet de "polémiques" pour parler gentiment. Mais ce type de discours c'est juste pour rappeler qu'il n'est pas étonnant qu'un article critique (et négatif) du "pass navigo" soit retiré d'un journal dont le patron à des intérêts financiers avec l'entreprise derrière ce "pass navigo".

          Maintenant, concernant plus précisément ton commentaire, si on prend l'exemple du nucléaire. Même si je n'y connais rien en physique nucléaire, il me reste le droit à l'opinion et pour cela j'ai besoin d'éléments. Maintenant viens le débat contradictoire entre l'ingénieur d'une centrale et le militant de greenpeace, ce débat doit me permettre de me faire une opinion. Lors de ce débat, alors que j'ai appris à l'école que la radioactivité c'est dangereux et que personne de censé sur terre ne dit le contraire (même l'ingénieur de la centrale), qu'ajouté à cela je fais partie d'une génération qui vivait sur terre lorsque l'accident de Tchernobyl eu lieu, il se trouve que sur ce sujet, suivant le discours tenu par l'un ou l'autre, je pourrai avoir confiance dans le poulpe s'il me dit : "attention, une centrale nucléaire à côté de chez toi c'est dangereux". Et pas besoin d'avoir fait bac+5 pour le comprendre, cela fait partie du bon sens (comme tu l'indiques en fin de commentaire).

          Et c'est là je pense qu'il y a un désaccord entre nous suite à ton second commentaire, c'est qu'il n'y a pas besoin d'être qualifié pour traiter une majeure partie des informations qui nous arrivent. Je ne suis pas un docteur es-militaire, il n'empêche que j'ai mon opinion sur la guerre (quelle qu'elle soit) et que j'imagine mal qu'on puisse me trouver des arguments pour. Je ne suis pas docteur es-nucléaire, il n'empêche que je ne souhaite pas avoir de centrale à côté de chez moi. Je ne suis pas docteur es-tourisme, toujours est-il que je ne souhaite pas partir en vacances à Bagdad actuellement.

          Le discours de Chomsky c'est une invitation à la prudence vis-à-vis de qui traite l'information. Peut être que pour toi c'est enfoncer une porte ouverte, pour ma part, il y a 2 ans cela ne me paraissait pas aussi simple. Il y a 2 ans je n'aurai pas mis en doute des journaux. Pourtant il y a 2 ans, je ne me qualifiais pas de jeune, ni cons (la preuve, j'utilisais déjà exclusivement linux depuis plus de 6 ans), ni n'ayant pas eu d'éducations pour traiter l'information (tout du moins mon bac+5 me le faisait croire).

          Donc merci à Chomsky de m'avoir ôté des œillères et de réussir à vulgariser des choses qui peuvent paraitre simples mais dont beaucoup (ce n'est que mon avis) aurait besoin :-)
          • [^] # Re: Certes

            Posté par . Évalué à 2.

            D'ailleurs, je préfère une information subjective, orientée, et annoncée comme telle, qui par défaut active notre prudence, plutôt qu'une information prétendument objective (mais qui ne l'est jamais) qui abaisse notre garde critique.

            Je suis contre l'objectivité des media. Mais je suis pour l'expression des avis multiples (et pas uniquement opposés).
            • [^] # Re: Certes

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              C'est d'ailleurs le gros problème des médias actuellement. Ils n'assument absolument pas leur orientation politique, ils vont même jusqu'à la réfuter lorsqu'on leur met devant les yeux.
              La télévision nous bassine avec son objectivité à deux balles, on finit par le croire... pas par réflexion, mais par réflexe.
              D'où « La Télévision a Toujours raison ».

              Lisez au moins une fois Le Plan B [1], un journal qui, sous couvert de feuille de choux anar pour les anars, décortique une partie des médias, présente divers arguments, donne des chiffres, des faits, des idées, des opinions, et... s'assume.

              [1] http://www.leplanb.org/
        • [^] # Re: Certesf

          Posté par . Évalué à 2.

          j'aurais naturellement tendance à croire un ingénieur d'une centrale nucléaire, alors que je mettrai en doute instinctivement ce que dira greenpeace à l'égard du nucléaire. Pour la simple et bonne raison qu'il y en a un dont c'est le métier (au sens large, et potentiellement passionel), et que l'autre est aussi qualifié sur le sujet qu'un poulpe misanthrope, ivre (c'est à dire qu'il fait couler beaucoup d'encre, déblatère plein de conneries, et veut tuer la moitié de la terre pour son bien

          C'est dommage d'accorder instinctivement plus de crédit à l'employé (à priori intéressé) d'une industrie à risque qu'à un militant écologiste, à priori soucieux du bien commun (et non pas de liquider la moitié de la planète).

          Peut-être as-tu eu une mauvaise expérience avec Greenpeace, et je ne chercherai pas à les défendre. Comme toute ONG d'une certaine taille, il y a des dérives. Et puis, on trouve des cons (des poulpes ?) partout. Même moi, si ça se trouve, j'en suis un ;-)

          Mais voilà: concernant le nucléaire, il y a d'un côté des gens (ton ingénieur peut-être) qui disent: "Tout est nickel, parfaitement géré. Vous pouvez dormir tranquille. Tchernobyl ? Mais non, ça ne pourra jamais arriver en France, nos centrales sont d'une tout autre conception, rendant un tel accident impossible". Et puis il y tout un tas de gens méfiants, dont certains ont aussi une haute culture scientifique, qui disent: "Il n'y a pas de technologie sans faille. Vos centrales sont différentes de celle de Tchernobyl, soit. Nous n'aurons donc peut-être jamais le même accident. Mais nous pouvons en avoir un autre, qui par définition n'est pas prévisible à ce jour. Et dans ce cas, contrairement à un accident de la route qui fera "au plus" quelques morts, le vôtre a la puissance de rendre toute une région inhabitable. Et ce risque là, nous le refusons, et refusons que vous nous l'imposiez."

          Crois-tu que les ingénieurs russes qui ont conçu Tchernobyl était moins bons que les ingénieurs français ? Je ne le crois pas. Il y avait de très grandes "pointures" à l'est aussi. De plus, ils avaient prévu certains accidents et avaient mis en place des moyens de contrôle. Qui n'ont simplement pas fonctionné tout à fait comme prévu.
          Sais-tu qu'on a dû envoyé des milliers de petites mains (militaires et autres "volontaires" de tout poil) pour colmater les brèches de la centrale et éviter qu'elle n'explose ? Et de fait, elle n'a pas explosé, grâce au sacrifice de beaucoup. Si elle avait explosé, pas sûr que nous soyons encore en vie, en France. Certains scientifiques pensent que l'Europe pourrait être à ce jour inhabitable.

          Est-ce que ceux qui défendent le nucléaire en France sont volontaires pour aller colmater une brèche en cas d'accident, comme l'ont fait les Liquidateurs ?
        • [^] # Re: Certesf

          Posté par . Évalué à 1.

          la véracité (ou/et la précision) d'une information est fortement liée à sa source, et j'aurais naturellement tendance à croire un ingénieur d'une centrale nucléaire, alors que je mettrai en doute instinctivement ce que dira greenpeace à l'égard du nucléaire.

          Tu fais une importante erreur de jugement en ne prenant pas en compte les conflits d'intérêts.

          Qui te dit que le militant Greenpeace, que tu mets en doute, n'est pas justement un ancien ingénieur responsable dans la sureté nucléaire ? Qu'en n'étant plus salarié d'Areva ou EDF il a une liberté d'opinion ! Alors que ton ingénieur ne peut contrevenir à son employeur sans risquer d'être licencié. S'il est en recherche d'un emploi, il se gardera bien de critiquer ses futurs employeurs.
          • [^] # Re: Certesf

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            En effet, et Chomsky met en garde justement contre tout discours institutionnel (forcément passé par les filtres du modèle de propagande qu'il a construit avec Ed Herman). Celui de l'ingénieur d'une centrale nucléaire en étant un exemple parfait (énormes enjeux économiques et politiques).
      • [^] # Re: Certes

        Posté par . Évalué à 4.

        j'avais particulièrement adoré l'article que tu lies, surtout ce passage, en mémoire de tous mes camarades tombés en écoles de commerce. Je pense que les infos aujourd'hui sont faites pour l'ingé ou le supdeco élevé à la bière en école fermée...

        C’est un sujet compliqué, mais les quelques recherches en profondeur menées sur ce thème suggèrent que, en réalité, l’influence des médias est plus importante sur la fraction de la population la plus éduquée. La masse de l’opinion publique paraît, elle, moins tributaire du discours des médias.

        toutes les discussions philosophiques, religieuses, économiques ou politiques que j'ai pu avoir avec des +4/+5 étaient complètement occultées par le "bruit" médiatique du moment (trou bidon de la sécu, pédophilie, prise d'otage, dette). Aucune imagination, aucun esprit critique. Y a qu'avec des non-bacheliers ou des doctorants modestes (yen'a) qu'on peut avoir des discussions libres et enrichissantes... (à moins de parler impôts, emprunts, enseignement privé, succession).
        • [^] # Re: Certes

          Posté par . Évalué à 0.

          D'ailleurs, pour rebondir sur ce passage, le cas récent du TCE revient généralement comme l'exemple type du décalage qu'il peut y avoir entre le traitement de l'information et la réalité. Tous les journaux, éditorialistes y allaient de leurs petites phrases pro-TCE et rares sont ceux qui avaient anticipés sur un refus du TCE lors du référendum (même à gauche, je pense notamment à Serge July qui après coup "enrage" ou Laurent Joffrin qui qualifiait ceux qui étaient contre le TCE de "partie du peuple").

          Certes, du point de vue politique cela n'avait eu aucun impact, par contre cela montrait le décalage qu'il pouvait y avoir entre le traitement d'une information et ce qu'en pensait réellement les citoyens (la masse de l'opinion publique comme l'indique l'article).

          NB : Désolé, par manque de temps je ne pourrai pas mettre mes sources pour les références au TCE et au journal libération.
  • # Cinéma...

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Et y'a même pas une CSS spéciale pour la sortie du film?
    • [^] # Re: Cinéma...

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Trop fort, j'ai écrit une dépêche en fonction du style forcé du moment... elle sera bizarre dans les archives alors....

      ⚓ À g'Auch TOUTE! http://agauch.online.fr

  • # des choses à voir

    Posté par . Évalué à 0.

    ça me fait penser à ce one man show extraordinaire de Franck Lepage à voir absolument "aussi" !
  • # Pour un film qui parle d'information..

    Posté par . Évalué à 4.

    Le site du film et le sujet ne sont pas très informatif je trouve..

    Désole mais je ne connais pas « Là-bas si j'y suis » donc je n'ai aucune idée de ce quoi parle le film, le site web du film donne un peu plus d'information mais bon moi l'escalade..
  • # Chomsky libre?

    Posté par . Évalué à 2.

    Question à ceux qui en ont achetés:
    Ils sont sans zonage, sans DVDCSS, les DVD de Chomsky?

    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Chomsky libre?

      Posté par . Évalué à 1.

      Je ne sais pas je ne l'ai pas encore testé :-)

      Et j'avoue ne pas savoir faire car l'ubuntu de ma copine intègre directement les trucs pour décoder au cas où. Mais s'il y a un moyen simple de vérifier je peux regarder ça ce soir.

      Cdt,

    • [^] # Re: Chomsky libre?

      Posté par . Évalué à 2.

      D'apres ce que j'ai compris libdvdcss est legal en france:
      voir: https://linuxfr.org//2008/07/25/24347.html
      Mais tu pourrais aussi ne pas vouloir acheter parce que tu est contre les DRM...
      • [^] # Re: Chomsky libre?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Ça serait quand même un comble de n'pas pouvoir regarder ce DVD sur Chomsky, anar contemporain le plus connu, parce qu'il est bourré de DRMs...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.