De l'utilisation des logiciels propriétaires dans l'enseignement public

Posté par (page perso) . Modéré par Amaury.
Tags :
0
15
oct.
2002
Communauté
Un groupe d'étudiants de l'UTBM (école d'ingénieur) a rédigé un manifeste intitulé De l'utilisation des logiciels propriétaires dans l'enseignement public, visant à sensibiliser enseignants, étudiants et administration à la question de l'utilisation de logiciels propriétaires dans des établissements d'enseignement public.

Le texte a été publié dans le journal de l'école (La Bohème) et va être transmis à l'ensemble des enseignants (notamment les enseignants en Informatique), et sera affiché dans l'école.

Nous encourageons vivement d'autres étudiants d'autres écoles à faire de même pour utiliser, tous, des logiciels libres.
  • # Bravo

    Posté par . Évalué à 1.

    En trois mots: bravo les gars !

    Ce genre d'initiative est extrêment bénéfique pour tous. En effet, les logiciels utilisés dans les écoles lors des formations ont un très impact sur les choix que les futurs diplômés vont promouvoir dans leur futur entreprise. De plus, comme cela a si bien été dit, les principes fondateurs du logiciel libre (libre accés et libre diffusion de la connaissance) sont les mêmes que les principes de base de l'éduction publique, et il est bien dommage de voir que certaines écoles privées sont plus orientées logiciels libres que certaines écoles publiques.

    Espérons que ce genre d'initiative ne restera pas isolé, mais servira d'exemples dans d'autres écoles, et sera suivi d'effets.
    • [^] # Re: Bravo

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Très bonne initiative. L'aspect éthique des logiciels libres est assez facile à faire comprendre aux non informaticiens.

      J'avais eu une discussion avec RMS sur ce sujet : En cinq minutes, je peux expliquer à quelqu'un ce que sont les logiciels libres, car c'est une approche philosophique alors que pour expliquer le GNU, il faut expliquer ce qu'est un OS, ce qui est une approche technique.
      RMS m'a répondu qu'il ne parvenait pas à ce résultat en Amérique et qu'il pensait que c'était dû à une différence de culture.

      Alors profitons de notre différence culturelle pour faire circuler ce très bon texte
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        En cinq minutes, je peux expliquer à quelqu'un ce que sont les logiciels libres
        Tiens ce genre d'explication courte mais efficace m'intéresse. Tu pourrais me mailer ça stp ?
        • [^] # Re: Bravo

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Ca m'interesse aussi tant qu'a faire ;)
          • [^] # Re: Bravo

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Tu peux rapidement expliquer à un Français l'intérêt des logiciels libre en partant de la devise de la République Française : Liberté, Égalité, Fraternité.
            Liberté d'utiliser, de modifier et de diffuser un logiciel libre.
            Égalité : contrairement à un logiciel propréiétaire, le créateur d'un logiciel libre et l'utilisateur ont les mêmes droits : utilisation, modification et diffusion. Avec un logiciel propriétaire, le créateur du logiciel a plus de droits que l'utilisateur (souvent l'utilisateur ne peut modifier un logiciel, ni le donner ou le vendre à qui il veut).
            Fraternité : l'utilisateur a le droit de diffuser les logiciels libres tels quels ou modifiés. Le reste de l'humanité peut profiter des améliorations que chacun apporte.

            On peut supposer que le Français moyen a compris l'intérêt de la Révolution Française. Avec cette argumentation il comprendra vite, pour peu que l'information soit diffusée, ce que le mouvement des logiciels libres peut apporter à l'humanité (et pas seulement à son portefeuille).

            Cette argumentation vient d'un discours de Richard Stallman auquel j'ai assité à la Linux Expo 2002. Pour faire une argumentation plus complète que celle ci-dessus, tu peux faire la correspondance entre "Liberté, Égalité Fraternité" et les quatre libertés décrites à http://www.fsf.org/philosophy/free-sw.fr.html(...) .

            Mainteneur de LiquidPrompt - https://github.com/nojhan/liquidprompt

    • [^] # Re: Bravo

      Posté par . Évalué à 1.

      Le logiciel libre est déjà massivement utilisé dans les écoles et les universités qui ont comme enseignement principal l'informatique.

      Dans les autres formations a part remplacer MS Office par OpenOffice tout le reste restera en logiciel propriétaire, parce qu'il n'existe pas d'equivalent libre.
      dans la CAO (électronique, mécanique ...), le logiciel propriétaire regne en maitre.
      Mais les licences pour les écoles et universités sont souvent données, ou cédées pour une somme symbolique par les éditeurs, soucieux de transformer leur outil en standard industriel.
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par . Évalué à 1.

        parce qu'il n'existe pas d'equivalent libre.
        dans la CAO (électronique, mécanique ...), le logiciel propriétaire regne en maitre


        Inexact: pour la mécanique, Code_Aster, le code de calcul d'EDF, est désormais disponible sous une licence libre. Et il y a deux ou trois logiciels de calcul libre. D'ailleurs je suis en train d'en écrire un (pub!).

        Le vrai problème est que ces codes libres ne sont pas du tout utilisés dans l'industrie...
        • [^] # Re: Bravo

          Posté par . Évalué à 1.

          "Code_Aster, le code de calcul d'EDF, est désormais disponible sous une licence libre"
          Je pense que c'est quelque chose de très spécialisé qui correspondait à un besoin interne d'EDF.
          En même temps ça n'a pas forçément grand chose à voir avec CATIA ou d'autres logiciels de CAO.
          • [^] # Re: Bravo

            Posté par . Évalué à 1.

            Rien de spécifique à EDF en fait.

            --> http://www.code-aster.org/(...)

            Et plus particulièrement ceci : http://www.code-aster.org/produit/fonctionnalites.php(...)

            Ça a l'air bien, je vais peut être pouvoir modéliser ma chasse d'eau et repérer le point de fuite qui finit toujours par apparaître au bout de 6 mois.
            • [^] # Re: Bravo

              Posté par . Évalué à 1.

              bon OK, c'est une bibliothèque mathématique écrite en Fortran de solveur de mécanique ...

              En même temps peut-on comparer une bibliothèque de Nurbs (fut-elle libre et il y en a) à 3DS-MAX ?
              Peut-on remplacer l'un par l'autre ?
              • [^] # Re: Bravo

                Posté par . Évalué à 1.

                bon OK, c'est une bibliothèque mathématique écrite en Fortran de solveur de mécanique

                À priori c'est beaucoup plus que ça. Pour le FORTRAN, je ne sais pas, pas fait gaffe. Je n'ai jamais vu que des exemples en Python.

                En même temps peut-on comparer une bibliothèque de Nurbs (fut-elle libre et il y en a) à 3DS-MAX ? Peut-on remplacer l'un par l'autre ?

                Quel est le rapport avec la choucroute (volante ou terrestre) ?

                Si c'est pour la comparaison avec CATIA, je ne vois pas le rapport, la CAO ce n'est pas que du dessin technique (pour faire dans le résumé ultra-vulgarisant moi aussi). La Conception Assistée par Ordinateur, c'est aussi de l'étude de comportement mécanique de structures.

                Bref, tout le monde a tort et tout le monde a raison, comem d'hab.
                • [^] # Re: Bravo

                  Posté par . Évalué à 1.

                  J'ai jamais fait de mécanique alors effectivement il se peut que je me trompe, et que le "dessin technique" représente une minorité des TP.

                  En tout cas, pour CATIA c'est un travail gigantesque, il y'a plus de 3000 personnes à plein temps à Dassault Système qui travaillent dessus (bon ok, dans les 3000 il y'a aussi du personnel administratifs pas que des développeurs, mais quand même ça doit faire au moins 1000 personnes).

                  Comme CATIA c'est 10 ans de dev, ça nous fait plusieurs milliers
                  d'années-hommes, même EDF n'a pas les moyens d'investir autant d'argent la-dedans à mon avis (si Dassault n'avait pas les moyens de financer CATIA sans partager les couts de dev en vendant son logiciel à d'autres, EDF ne les a pas non plus à mon avis).

                  En même temps, sans être aussi gigantesque que CATIA, CODE ASTER peut présenter un intérêt aussi : peut-être que pour un TP celà suffit, peut-être même que les fonctionalités sont complémentaires ?
        • [^] # Re: Bravo

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Existe-t-il des sites web repertoriant des solutions logicielles libres alternatives a des programmes utilisées dans les écoles, comme par exemple Pro Engineer, Katia, ou d'autres programmes de conception de circuits électroniques, etc. ?

          Si oui, quelle est son adresse ? Les listes sont-elles complètes ? Refletent-elles l'etat actuel des projets ?

          En effet, il me semble que notre rôle est bien d'expliquer en quoi le logiciel libre est meilleur, et en quoi l'enseignement public ne doit pas fermer les gens a n'utiliser que du logiciel proprietaire, mais notre role est aussi de proposer des solutions alternatives viables aux logiciels proprietaires.
          • [^] # Re: Bravo

            Posté par . Évalué à 1.

            Pour l'électronique je connais http://www.geda.seul.org/(...)
            mais pour faire un vrai design, il manque encore pas mal de soft (il n'y a rien pour le placement-routage par exemple)
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par . Évalué à 1.

        "Le logiciel libre est déjà massivement utilisé dans les écoles et les universités qui ont comme enseignement principal l'informatique."

        Si tel est le cas alors nous avons encore plus de raisons d'essayer de motiver notre école, parceque à l'utbm, les machines faisant tourner des logiciels libres sont vraiment rares...
        • [^] # Re: Bravo

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Effectivement à l'UTBM nous utilisons Microsoft Windows et Sun Solaris. Il existe 4 machines Linux en libre service pour les étudiants, qui sont gérés par le Club Linux de l'école.

          Même en TP d'initiation a Unix, on se logge sous Windows, et on utilise ensuite un client X (propriétaire bien sur) pour se connecter à une station Linux... incroyable, mais vrai !

          Bref, ceux qui pensent que le logiciel libre est déjà massivement utilisé dans les établissements d'enseignement public se trompent !
          • [^] # Re: Bravo

            Posté par . Évalué à 1.

            Même en TP d'initiation a Unix, on se logge sous Windows, et on utilise ensuite un client X (propriétaire bien sur) pour se connecter à une station Linux... incroyable, mais vrai !

            Euh si je ne m'abuse on se connecte pas a des Linux pdt les tp d'initiation a UNIX mais a un Solaris - sunserv - non ? (a moins que ca ai changé en 1 an...)

            J'ajoute qu'en effet, il est a déplorer l'utilisation quasi exclusive de logiciels propriétaires... avec les problemes qui vont avec : comment doivent 60 éleves travailler - en toute légalité... - sur un projet (projet qui s'étale sur tout le semestre) a faire en 3D Studio Max, sachant que l'utbm ne possede que 6 licences ? Rien que le redu de l'animation finale peut prendre des heures !

            D'un autre coté, l'utbm ne peut pas se permettre de nous faire sortir de l'école en ayant étudié que des produits libres.. il nous faut connaitre les standard du marché. L'objectif que nous devrions chercher a atteindre est un juste milieu.
            • [^] # Re: Bravo

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              En ce qui concerne les TPs, j'ai fait l'UV y'a deux semestres, et on se connectait sur un serveur avec Linux Mandrake, et c'est toujours le cas à l'heure actuelle. Mais le pauvre serveur, 15 personnes connectées en même temps au moment du TP, et 15 fois KDE ;(

              Par contre, je sais pas si tu as lu le manifeste, mais dans tous les cas tu n'as pas compris son sens : il vise justement a expliquer que les logiciels proprietaires ne sont pas les standards du marché. Ils sont promus à ce rang, sans aucune justification réelle, en tout cas pas une justification technique...

              D'autre part, la formation d'une école d'ingénieur ne vise pas à savoir utiliser tel ou tel outil, mais à maîtriser les concepts. L'utilisation de logiciels propriétaires dans ce cas constitue donc de la publicité cachée. Bref, ton raisonnement ne tient pas debout !
            • [^] # Re: Bravo

              Posté par . Évalué à 1.

              "on utilise ensuite un client X (propriétaire bien sur) pour se connecter à une station Linux."
              La terminologie correcte ça serait pas plutôt un serveur X sous Windows, pour se connecter au client X qui tourne sous Linux
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Euh, pas partout !
        Dans ma Fac on pleur pour avoir une machine non Windows, et quand c'est âs du Windows c'est du Solaris :-(....
        J'en ai discuté avec le chef de département : il m'a dit que le problème c'est que l'admin (un prof) ne connait que l'"administration" Windows et comme personne ne veut de la patate chaude (dans tous les sens du terme) ben ca reste en l'état (merdique).
        • [^] # Re: Bravo

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Mauvaise fac, changer de fac.
          • [^] # Re: Bravo

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Non, surtout pas !

            Il ne faut pas changer de fac, mais changer la fac !

            Si tout le monde fuit les endroits où on utilise du logiciel propriétaire, qui va convertir ces endroits au logiciel libre ! Il faut rester, et se battre pour faire percer le logiciel libre !

            La lacheté n'apporte jamais grand chose...
          • [^] # Re: Bravo

            Posté par . Évalué à 1.

            ouais, et puis c'est super facile à faire...
            - oh! devine quoi Jean-Guillaume, j'aime pas le prof de physique!
            - J'ai une idée! et si on changeait de fac! comme ça on sera plus tranquille. Bon d'accord il faudra déménager, refaire tous les papiers, se refaire de nouveaux amis (déjà qu'on a eu du mal à en trouver dans cette fac..), mais au moins le prof nous fera pu ch***

            wooo gamin! faut arrêter les bangs! ;)
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par . Évalué à 1.

        Bah là... c'est pas gagné.
        J'ai fait un IUT informatique et je suis dans un IUP système d'information et je peux dire qu'on est encore loin de l'utilisation généralisée des logiciels libres.
        Depuis cette année et après avoir gueulé toute l'année dernière, on a enfin OpenOffice.org :-)
        Pour quasiment tout, il existe un logiciel libre ou au moins un logiciel tournant sous plusieurs sys. d'exp.
        Mais on a :
        Rational Rose (au lieu d'Argo UML)
        Visual Age (au lieu eclipse)
        tp de base de données sous Access
        + des logiciels merdiques, payant, fait par les boites de certains profs
        + notre admin a installé cette année netscape 6.2 (ha bon, c'est pas le dernier ? ;-))
        + même s'il y a linux sur les postes : la moitié des install se lance même pas et pour le reste, c'est une install façon merdique d'une Red HAt 6.2

        et je suis sure que j'en oublie...
  • # Réactions ?

    Posté par . Évalué à 1.

    Et quelles sont les réactions des élèves, des profs et des autres cadres à ce manifeste ?
    • [^] # Re: Réactions ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Le texte a été publié hier dans "La Bohème", et envoyé aujourd'hui même aux enseignants, donc nous n'avons pas beaucoup de réactions, mise à part celle d'un prof de GSP (Génie des systèmes de production), qui trouve notre initiative constructive et bien expliquée.

      Bien entendu, il se demande si il sera possible dans son domaine (CAO notamment) de passer a des logiciels libres, mais il pense que la question mérite d'être débattue.

      Nous essaierons de vous tenir au courant des diverses réactions suite à ce texte...
      • [^] # Re: Réactions ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        A priori, nous allons mettre en place bientot une petite page Web ou nous allons essayer de decrire le reste de l'aventure : les reactions des profs, des administratifs, les actions que nous aurons entreprises au sein de l'ecole, etc...
        • [^] # Re: Réactions ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Je rajoute qu'il pourrait etre interessant d'évoquer la question au sein du prochain bureau de département, via nos délégués. Je pense que le directeur du département pourrait etre sensible a ce genre de questions.

          Les élections ayant eu lieu cette semaine, et les résultats la semaine prochaine, il faudra en parler au délégué a ce moment la.

          Cependant, comme je l'ai déja dit, il ne faut pas a mon avis tomber dans l'intaigrisme, et savoir modérer nos propos, sinon on risque de passer pour le geek du coin qui en peut plus avec Linux.

          Une bonne chose qui pourrait etre faite est de réunir les responsables d'UV afin de regarder quels logiciels sont utilisés, quelles sont les alternatives possibles qui ne changeraient pas fondamentalement les enseignements. C'est un travail de longue haleine, mais qui peut valoir le coup...

          <mode>
          Enfin, selon moi, la premiere chose a faire et de virer ce Solaris préhistorique et de mettre une bonne distrib GNU/Linux à la place, avec autre chose que Netscape 4.7, et surtout de remplacer cette horreur de CDE par quelque chose d'utilisable sans piquer une crise de nerfs au bout de 30 minutes...
          </mode>
          • [^] # Re: Réactions ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Apparemment tu es a l'UTBM, mais ton nick ne me dit rien, peux-tu me mailer par exemple, ou me dire qui tu es pour qu'on prenne contact, car il semble que tu aies des idées fort intéressantes.
  • # Re: De l'utilisation des logiciels propriétaires dans l'enseignement publ

    Posté par . Évalué à 1.

    Cela a l'aire d'être particulièrement adressé à l'utbm car insiter tout les 2 lignes sur l'enseignement "publique" me gonfle un peu.

    J'ai été dans une école privé, on bossait un peu sous nt/linux et beaucoup sous Solaris avec entre autre staroffice, gcc, ... Bref, on a éviter le vc++ et je m'en porte mieux.

    Cette opposition publique/privé, en tout cas dans les études supérieurs, j'ai vraiment du mal à comprendre.

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: De l'utilisation des logiciels propriétaires dans l'enseignement publ

      Posté par . Évalué à 1.

      "J'ai été dans une école privé, on bossait un peu sous nt/linux et beaucoup sous Solaris avec entre autre staroffice, gcc, ..."
      Et moi j'étais à l'ENSI de Caen (publique), et les TP se faisaient principalement sur Nedit + GCC sur la Sun E450 de l'école.
      On avait aussi de nombreux postes sous NT4 (à l'époque, ça date un peu maintenant avec XP).

      "on a éviter le vc++ et je m'en porte mieux"
      Pourquoi ?
      Tu as si peur que ça de voir un logo MS dans la boite "About" ?

      Dans ma boite il y a un développeur qui vient de DESS (donc de la FAC) qui se plaignait l'autre jour de n'avoir pas été formé à Visual, comme quoi ce n'est pas si facile à utiliser pour quelqu'un qui ne connait pas les switchs/onglets où modifier les bonnes options.
      • [^] # Re: De l'utilisation des logiciels propriétaires dans l'enseignement publ

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Mouai, faut encore que ce soit une vraie formation a MSVC++ !
        parce que créé un projet et appuyer sur le bouton point d'exclamation pour compiler et executer, j'appel pas ca apprendre MSVC++.
        C'est comme ca chez ... moi.
        • [^] # une vraie formation à VC++

          Posté par . Évalué à 1.

          Nous, on faisait beaucoup de TP (d'algo, de C) sous Solaris, mais bon si tu utilise Linux je suppose que tu serais capable :
          - de lancer Nedit
          - de compiler avec gcc (ou Sun CC pour les aventuriers qui veulent sortir des sentiers batus)
          - de faire un makefile tout simple.

          Bref, la "vrai formation à Unix" ne serait pas forçément tellement plus détaillée que la "vrai formation à VC++" dont tu nous parle.

          Pour le reste il faudra attendre les stages / expérience professionelle.
    • [^] # Re: De l'utilisation des logiciels propriétaires dans l'enseignement publ

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Cela a l'aire d'être particulièrement adressé à l'utbm car insiter tout les 2 lignes sur l'enseignement "publique" me gonfle un peu.

      Il me semble que tu interprète mal leur message : ils ne sont pas en train de dire que le privé c'est nul. Ils exprime juste que l'un des rôle du public est de former les gens « sans parti pris ».

      Ça ne veut pas dire qu'il y a nécéssairement du parti pris dans une école privé, mais il parraît assez logique, si tu fais une formation chez MS, d'être formé sur des outils MS, tu n'as pas à t'en plaindre.

      Bref, ils insistent sur le fait que le public a un _devoir_ d'ouverture. Ce qui ne signifie pas que le privé à un devoir de fermeture. Juste que si une école privée financée par un fabriquant de logiciel oriente son enseignement il n'y a pas lieu de s'en plaindre.
  • # Re: De l'utilisation des logiciels propriétaires dans l'enseignement publ

    Posté par . Évalué à 1.

    je n'arrive pas a retrouver la nouvelle, sur linuxfr, où qqun avait posté un truc dans lequel il y avait le meme genre de truc
    sauf que ce n'etait pas un manifeste mais une copie d'une lettre envoyée à je sais plus qui.
    en gros ca parlait de la meme chose, ils parlaient d'une pub recue de la part de Ms qui parlait de faire des economies, ils avaient été choqué par le fait qu'une entreprise aborde l'ecole en terme d'argent, ils continuaient la lettre en disant que le libre collait plus à l'esprit scolaire car travail collaboratif, communauté, etc etc, les valeurs qu'est sensée transmettre l'ecole quoi.
    vous auriez le lien vers ca siouplé qqun?
    Je veux absolument filer la copie de cette lettre ouverte à tous mes amis profs, enseignants etc, pour qu'ils la collent dans leur salle des profs.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.