Des logiciels libres pour les lycées publics bretons

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
0
16
jan.
2007
Éducation
Le Ministre français de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche a commencé l'année en déclarant, en réponse à une question du député Richard Cazenave sur les enjeux et les avantages du logiciel libre que "le poids du logiciel libre au sein du système éducatif a été un des éléments qui a permis de négocier avec Microsoft des tarifs particulièrement intéressants sur la suite bureautique office" (déclaration publiée au JO le 02/01/2007).

Pendant ce temps la région Bretagne annonce que 4750 ordinateurs ont été équipés avec la suite de logiciels libres Free-Eos dans les lycées publics bretons en 2006. Sur le site du Conseil Régional, on peut lire : "La Région équipe les ordinateurs des lycées bretons de la suite bureau libre Open Office depuis 2003". Aujourd'hui, les ordinateurs des lycées bretons sont équipés de la suite Bureau libre Free-Eos qui comprend notamment la suite bureautique OpenOffice.org, le navigateur Mozilla Firefox et la messagerie Thunderbird.

En 2007, la région Bretagne envisage de mener aussi une expérimentation en partenariat avec la Ville de Brest dans quatre lycées pilotes de Bretagne (un par département), où la suite Free-Eos pourrait être mise à disposition de chaque lycéen. Je vous propose un lien vers une expérience similaire au lycée Vauban à Brest

Pour mémoire, Bureau Libre Free-EOS est un CD destiné à permettre une installation et une prise en main la plus facile possible des meilleurs logiciels libres orientés tous publics sous Windows, bureautique en tête. À ce titre il est autoexécutable et propose dès son chargement une interface de présentation des logiciels contenus dans le CD, ainsi qu'une interface de sélection permettant de lancer de manière automatique l'installation des logiciels choisis.

Voir aussi, les déclarations de l'APRIL à propos des enjeux du logiciel libre dans l'éducation. Cette association qui a fêté ses 10 ans en 2006 s'est donné pour mission de promouvoir et défendre le logiciel libre.
  • # Impact des LL portés sur les plateformes propriétaires

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Suite à ce genre de déploiement, le 'tout libre'* progresse-t-il ou régresse-t-il ?

    La réponse à cette question servira d'argument dans le prochain débat sur le thème "Faut-il porter les logiciels libres pour macOS et pour windows ?".

    * 'tout libre' : j'entends pas là : tout ce qu'on peut raisonnablement installer comme logiciel libre à la place de logiciel fermé en conservant ou augmentant le niveau de fonctionnalité.
    • [^] # Re: Impact des LL portés sur les plateformes propriétaires

      Posté par . Évalué à 5.

      Bonjour,
      même si la question du "tout libre" reste légitime, je pense qu'il faut quand même souligner que ce genre d'initiative est une progression du libre.
      En particulier, les arguments en faveur du libre deviennent de plus en plus significatifs et défendables:
      - migration des administrations vers openoffice, thunderbird, et firefox.
      - utilisation de logiciels libres par les lycées
      - utilisation des logiciels libres par les "pros" de l'informatique (serveurs)

      Un exemple tout bête: mon beau-père ne daignait même pas considérer openoffice avant que je lui dises que la gendarmerie et certains ministères l'utilisait pour des raisons de pérennité des données. Depuis, il a installé openoffice tout seul (sans me prévenir avant) pour l'ordinateur personnel de sa femme.

      En définitive, toutes ces petites initiatives font avancer le libre dans le bon sens. La plupart des gens ne font pas la différence entre le système d'exploitation et les programmes: le passage à Linux (ou *BSD) se fera avec le même état d'esprit que les changements de logiciels. (exemple: l'assemblée nationale)

      Pour ma part, je présente le libre comme un progrès du domaine informatique:
      "Moi, j'utilise thunderbird pour lire mes mails et firefox pour internet, c'est plus sûr. D'ailleurs, la plupart des administrations les utilisent pour des raisons de sécurité."
      Et si on te demande pourquoi c'est plus sûr:
      "C'est du code libre, c'est pour çà."
      Les gens n'ont pas besoin de plus d'explication en général, et l'association libre==mieux se fait naturellement.
  • # 2 articles connexes sur le Framablog

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Je me permets d'ajouter deux liens vers le Framablog.

    Le premier traite lui aussi de la réponse du gouvernement tandis que le second évoque un autre gouvernement, le gouvernement anglais cette fois (bien plus mature sur la question ?). En voici deux extraits.

    - "Place du logiciel libre à l'Éducation Nationale : la réponse du gouvernement"
    http://framablog.org/index.php/post/2007/01/13/logiciel-libr(...)

    Côté client et donc poste de travail, je suis plus dubitatif sur les arguments avancés en particulier pour ce qui concerne les suites bureautiques. Ainsi par deux fois il est explicitement indiqué que le logiciel libre est un moyen de faire pression sur les éditeurs propriétaires pour faire baisser leurs prix (et de s'enorgueillir d'avoir réussi à négocier MS Office à moins de 40 ¤) ! Ces tarifs attractifs ajoutés aux coûts cachés que représentent une migration constitueraient donc un frein au développement des suites bureautique libres (comprendre OpenOffice.org) dans les établissements.

    Cette histoire de coûts cachés est toujours difficile à évaluer parce que justement ils sont cachés et du coup on peut leur faire dire un peu ce que l'on veut. Ici ça donne : Une mauvaise maîtrise génère des coûts cachés importants et peut faire apparaître une baisse globale de la qualité de service.

    Certes mais franchement est-ce qu'on utilise les suites bureautiques avec nos élèves et étudiants de manière tellement poussée (genre avec macros Excel et tout et tout) que la migration risque nécessairement de faire baisser le service ?


    - Quand le gouvernement anglais déconseille Microsoft à l'école...
    http://framablog.org/index.php/post/2007/01/15/Quand-le-gouv(...)

    Quelle attitude adopter face à l'arrivée de Vista OS et de MS Office 2007 de Microsoft ?

    Le mouvement du libre est, on s'en doutait (et, oserais-je ajouter, à juste titre), plus que critique. Mais d'autres organismes bien moins suspects de partialité manifestent ouvertement leur perplexité.

    Comme le rapporte le magazine Computer Business dans deux récents articles (11 janvier 2006), ce n'est rien moins que le gouvernement anglais qui, après étude, évalue jusqu'à la critique l'intérêt des licences Microsoft pour ses écoles quitte à envisager les alternatives libres, et surtout leur déconseille fermement pour l'heure les grosses mises à jour que constituent Vista et MS Office 2007.
  • # 2 poids 2 mesures

    Posté par . Évalué à 3.

    et il surenchérit avec :
    Le poids du logiciel libre au sein de l'éducation nationale reste un argument de négociation avec les éditeurs permettant de tirer les prix des licences commerciales vers le bas.


    d'ailleurs souvent les diverses capacités et compétences d'un homme politique restent également un argument de poids pour le vote vers son concurrent (avec pas forcément plus de bonheur d'ailleurs...).

    heureusement quand même qu'ils utilisent "le logiciel linux" (sic !) pour équiper 98 % des serveurs des grands systèmes d'information de l'éducation nationale...
    (cf. le "Ainsi, les logiciels les plus connus comme LINUX, APACHE ou les suites bureautiques se sont imposés comme des références").
    C'est quoi *les* suites bureautiques d'ailleurs ?

    Allez, tous les bureaux sous Linux, vite !

    A la médiathèque près de chez moi, les ordinateurs tournent sous windows, et les formations gratuites à la bureautique sont proposées pour ms office ! :(

    Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

  • # L'Ecole contribue à la formation du citoyen

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    "L'Ecole contribue à la formation du citoyen", c'est ce qu'écrit Jean-Pierre Archambault, chargé de mission veille technologique au CNDP-CRDP de Paris.

    Source : article Le modèle du libre ne concerne pas que l'informatique paru dans 01 Informatique le 22/09/2006 :
    http://www.01net.com/article/328285.html
    et repris notamment sur :
    http://www.epi.asso.fr/revue/articles/a0611a.htm

    Extrait :

    "Les enjeux éducatifs des logiciels libres sont de trois ordres. Il y a d'abord des enjeux informatiques. Les collectivités locales, chargées des équipements des établissements, sont sensibles à la question de savoir pourquoi acheter cher ce que l'on peut se procurer quasi gratuitement. La licence GPL assure une certaine égalité des élèves, qui retrouvent à la maison leur environnement de travail sans frais supplémentaires. Le libre favorise une pédagogie qui vise la formation d'utilisateurs « intelligents » , et, pour cela, privilégie l'acquisition de notions scientifiques et techniques, et non de « recettes » . Il est en phase avec les missions du système éducatif et la culture enseignante de diffusion et d'appropriation par tous de la connaissance."
  • # Ils ont des chapeaux ronds

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Bonne initiative.

    Pendant ce temps là, en Ille-Et-Vilaine se déroule l'opération Ordi 35, qui consiste à allouer à chaque élève de 3ème un PC portable (15000 en tout) tournant sur l'OS de la majorité.

    Bon point, ce portable est aussi fourni avec un ensemble conséquent de LL, allant de The Gimp à Firefox en passant par VLC.

    Mauvais point, aucun projet n'a été démarré pour utiliser ce portable en temps que support de cours (au moins dans les collèges que je connais), ce qui devait se produire en théorie. En pratique, manque de moyens humains, de formations insuffisante, de bonne volonté ou simple inertie, ce portable ne sert qu'à visionner des vidéos ou écouter des fichiers audios échangés au vu et au su de tous, jouer à des jeux souvent piratés et chatter sur MSN.

    Ceux qui payent des impôts pour que les jeunes désapprennent le peu de connaissances de l'orthographe et de la grammaire qu'ils possèdent sur le client de messagerie de MS apprécieront. Au temps pour la réduction d'impôts de la fracture numérique.

    Au moins, ces portables ne seront pas à ré-acheter l'année prochaine, comme dans les Bouches du Rhône, où les élèves garderont le leur à la fin de l'année scolaire.

    PS : la prochaine fois, je vous parlerait du niveau déplorable des "animateurs" sensés encadrer, conseiller et dépanner les élèves.
  • # Arguments économiques

    Posté par . Évalué à 5.

    Ce qui m'étonne, c'est que la réponse du Ministre est uniquement d'ordre économique : ça fait baisser les prix de Microsoft. C'est complètement stupide. Surtout qu'à l'origine, les questions du député Cazenave mettent bien en avant tous les avantages des logiciels libres. Il ne parle jamais des avantages économiques...

    Bref, on voit qu'il y a encore du travail, et heureusement qu'il y a des députés, de tout bord d'ailleurs (ce qui est assez rare pour être souligné), qui ont enfin compris l'intérêt des logiciels libres.
    • [^] # Re: Arguments économiques

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      surtout que les 40 Euros /licences sont multipliés à la louche par le nombre de postes de l'éducation nationale y compris les postes qui sont déjà équipés d'Open Office. Au final, ça fait pas mal de pognon pour Microsoft
  • # Pas au lycée Lesage

    Posté par . Évalué à 1.

    Ah oui, le CD FreeOS, ma soeur l'a eu dans sa fac de Rennes.
    Moi je suis à Vannes (Morbihan), et selon l'ingénieur informaticien du lycée "il y aura un passage à terme vers OOo, mais c'est pas vraiment pour tout de suite".
    Je suis triste :(

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.