Faire-part de naissance : FusionForge

Posté par . Modéré par Christophe Guilloux.
Tags :
14
26
jan.
2009
Communauté
FusionForge : encore une nouvelle forge ? Non. Un renommage de GForge, un système de gestion de développement collaboratif de logiciel.

Pour pérenniser l'effort de maintenance de la version libre de GForge (4.x), les principaux développeurs de ce code ont décidé de le renommer en FusionForge, ceci afin d'éviter la confusion possible (et même fréquente) avec les versions 5.x, qui s'appellent techniquement "GForge AS" et pas "GForge", mais qui ne sont de toute façon plus des logiciels libres.

Cette prise de distance par rapport au GForge Group permettra en outre de faciliter les collaborations avec des forks qui ont déjà eu lieu, en espérant les résorber si possible. Au début, il y avait SourceForge, un logiciel libre développé par une boîte qui s'appelait (à l'époque) VA Linux Systems. Ce logiciel était utilisé par plein de gens, et développé de manière plus ou moins collaborative. Un jour, VA Linux Systems a décidé que les nouvelles versions de SourceForge (à partir de la version 3) ne seraient plus libres (et qu'elles s'appelleraient Sourceforge Enterprise Edition). Plusieurs personnes sont donc parties avec la dernière version libre (celle qui aurait pu devenir la version 2.6), avec dans l'idée de maintenir ce code.

Il y a donc eu GForge, un logiciel libre développé entre autres par une boîte qui s'appelle le GForge Group. Ce logiciel était utilisé par plein de gens, et développé de manière collaborative, notamment par votre serviteur. Un jour, le GForge Group a décidé que les nouvelles versions de GForge (à partir de la version 5) ne seraient plus libres (et qu'elles s'appelleraient GForge Advanced Server). Mais comme l'hébergement du projet était maintenu ouvert, les versions 4.x ont pu être maintenues de manière libre et collaborative.

Pendant ce temps, l'appellation "GForge Advanced Server" s'est faite de plus en plus rare, et des noms plus équivoques sont apparus : "GForge AS", "GForge Express Edition" (ou "GForge EE") et, plus récemment, "GForge Community Edition", aucun de ces logiciels n'étant libre (même si certains sont disponibles en téléchargement gratuit et qu'on peut même jeter un œil aux sources).

Comme cette ambiguïté prêtait à confusion (certains utilisateurs ont installé une version propriétaire en croyant installer un logiciel libre), les principaux développeurs de la version libre de GForge (Christian Bayle, Alain Peyrat et moi-même) ont décidé de... partir avec le code, et de renommer le projet de développement et de maintenance de ce code libre.

Le résultat s'appelle FusionForge, et il est hébergé sur FusionForge.org. Nous avons plein d'idées, mais un des buts majeurs (qui a justifié le nom) est que nous allons chercher à réintégrer dans le code commun des fonctionnalités qui ont été développées localement par des utilisateurs mais non publiées. Ça tombe bien, nous sommes déjà en relation avec plusieurs de ces utilisateurs institutionnels qui semblent intéressés par cette convergence.
  • # classement

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Pour info, voici un classement de quelques gforges basés sur le critère : (3 * projects) + (1 * users) = score

    http://gforgesites.infoether.com/

    Christophe - https://guides-serveur.ovh

  • # Ah, encore une french cabale !

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Maudits français... faut toujours qu'ils se distinguent ;)

    Bon, plus sérieusement, j'espère que ça redonnera un peu de vigueur au projet.

    Bonne chance.
  • # NovaForge

    Posté par . Évalué à 2.

    As-tu eu connaissance d'un fork de GForge développé par Bull qui s'appelle NovaForge ? Bull fait-il partie de vos contacts pour d'éventuels partages ?
  • # Quel gestionnaire de documentation

    Posté par . Évalué à 0.

    Bonjour,

    Juste pour information, quel gestionnaire de documentation cette nouvelle forge va utiliser?
    Je trouve que c'est le point faible de beaucoup de forge, alors qu'une GED plutot simple à la DocMgr, avec un workflow minimal me semble parfaitement adéquat et permet d'utiliser la forge en environnement PME/PMI.
    Le problème, c'est que DocMgr (utilisé par GForge si je ne m'abuse) semble un peu en végéter.

    pl.
    • [^] # Re: Quel gestionnaire de documentation

      Posté par . Évalué à 1.

      C'est vrai que le docmgr peut faire beaucoup de progrès.
      Il y aura des améliorations bientôt via le merge de certaines forges.
    • [^] # Re: Quel gestionnaire de documentation

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Ca ne se fait pas trop de venir faire de la pub dans les news des autres mais bon, c'est la famille ;)

      Dans un des autres enfants de SourceForge, Codendi ( http://codendi.com ), on a pas mal bossé sur la partie documentation. Dans notre cas, cela était tiré par des contraintes "process" (respect de template, table d'approbation de docs, etc) mais on peut très bien l'utiliser sans tout ce bazar.

      Maintenant que c'est tout GPL, manque plus que le code de Codendi soit publié et qu'il y ait une meilleur interop entre les forges. Ca tombe bien, ce sont deux projets en cours.
    • [^] # Re: Quel gestionnaire de documentation

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      > Juste pour information, quel gestionnaire de documentation cette nouvelle forge va utiliser?

      >> FusionForge : encore une nouvelle forge ? Non. Un renommage de GForge, [...]
  • # Voilà une bonne nouvelle !

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je fais partie de ceux qui se sont fait avoir : je crois que j'avais installé la Community Edition, dont le nom laisse penser qu'il s'agit de la version Open Source, comme dans beaucoup d'autres projets… Il faut dire que la page d'accueil du site en-elle même est déjà trompeuse. Heureusement je m'en suis rendu compte à temps et j'ai pu recommencer l'installation.

    Si je comprends bien, FusionForge sera en soi un nouveau fork, et le développement de la version OpenSource de GForge va être pratiquement abandonnée ? Aurez-vous du soutien de la part de GForge Group ou deviendrez-vous totalement indépendants ?

    J'avoue ne pas suivre les développements de près, mais si je puis me permettre deux petits conseil de connaisseur PHP :
    — abandonnez register_globals, s'il vous plaît !! :'-(
    — corrigez les notices PHP (surtout les nombreuses variables et index de tableaux non définis…)

    Bonne chance et bonne continuation :-)
    • [^] # Re: Voilà une bonne nouvelle !

      Posté par . Évalué à 2.

      Merci pour les conseils et pour les encouragements.

      Sinon, la réponse est que dans la prochaine version (4.7), register_globals est à off et les notices sont supprimés lors du packaging (on garde un mode notice dans le code pour faire la chasse aux variables mal initialisées).

      Alain.
  • # software vs standardisation ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Il aurait eté interessant aussi de normaliser le format des donnees pour ce type d'application de travail collaboratif, histoire d'envisager un jour de pouvoir migrer d'une forge a l autre sur les memes data ...

    Est ce deja fait ? si non pourquoi ? Trop tot ? pas assez tard ? trop penible ?

    ... en attendant une forge distribuée en p2p :)

    gpg:0x467094BC

    • [^] # Re: software vs standardisation ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Pas mal de gens sont bien conscients du lock-in des projets et des users dans les forges, mais encore faut-il que quelqu'un se tape le boulot....

      Je t'invite à rejoindre la communauté des forgerons frnacophones pour en discuter avec d'autres gens qui ont ces mêmes idées : http://wiki.planetforge.org/ et fait un search sur interop par exemple.
    • [^] # Re: software vs standardisation ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Je ne pense pas qu'on puisse standardiser le format des données, par contre il faut donner les outils par facilement exporter les données dans un format ouvert. Le format des données est très lié aux fonctionnalités de la forge, le normaliser cela serait bloquer l'innovation.

      Si on prend une analogie, on n'a pas normalisé le format des données d'un carnet web, mais on peut facilement exporter au format Atom pour importer ailleurs. La manière dont les données sont stockées par l'outil, c'est de la cuisine interne.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.