Google Summer of Code 2013

Posté par (page perso) . Édité par Christophe Guilloux, baud123 et Benoît Sibaud. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa
Tags :
31
13
fév.
2013
Communauté

C'est en plein milieu de l'hiver que Google lance le coup d'envoi de la neuvième édition de son été studieux pour étudiants développeurs : le Google Summer of Code 2013. Tous les ans, Google offre une bourse aux étudiants qui participent concrètement et sérieusement à des projets Open Source sélectionnés.
Bannière GSoc

Le GSoc est l'occasion pour les étudiants d'être rémunérés (jusqu'à 5000 USD) pour un travail en relation avec leurs études, de mieux connaître le monde Open Source, faire progresser des projets Libres et potentiellement de faire émerger de nouveaux contributeurs réguliers. Cependant, l'implication demandée n'est pas neutre, que ce soit pour les étudiants qui souhaitent y participer (le processus de recrutement peut s'apparenter à celui d'un véritable boulot) que pour les projets qui doivent encadrer les étudiants et valider leurs résultats.

Bref, comme le dit Google, l'été « il vaut mieux retourner des bits que des steaks ».

Planning

Voici les premiers éléments de planning donnés par Google. Il est décalé d'environ un mois par rapport aux éditions précédentes :

  1. du 18 au 29 mars : candidature des organisations Open Source pour soumettre leurs projets de développements
  2. le 8 avril, Google annonce les organisations et projets retenus.
  3. jusqu'au 21 avril, les candidats peuvent discuter des projets avec les organisations retenues
  4. du 22 avril au 3 mai, les étudiants peuvent officiellement faire acte de candidature.
  5. jusqu'au 24 mai, période d'étude des candidatures
  6. publication des étudiants retenus le 27 mai
  7. la période officielle de codage se déroule de mi-juin à fin septembre avec une annonce des résultats en octobre accompagnée d'une conférence de clôture.

Une version plus détaillée est disponible sur le site de l'événement. En annonçant dès à présent le calendrier de l'événement, Google s'assure que les organisations seront prêtes à temps pour soumettre des projets de développement. Si vous gérez un projet Open Source et que vous souhaitez participer au programme GSoC, préparez-vous dès maintenant (chaque organisation retenue touche 500 USD pour l'encadrement). Sans oublier les étudiants, car la charge de travail pour préparer son dossier n'est pas neutre !

Quelques chiffres

Selon les statistiques fournies par Google lui-même, plus de 6000 étudiants de plus de 100 pays ont déjà participé à ce programme lors des huit éditions précédentes. Les chiffres de 2012 affichent (les chiffres de 2011 sont donnés entre parenthèses à côté) :

  • un budget de 7,3 millions de USD (7,2)
  • 1212 étudiants retenus de 69 pays (1115 pour 65 pays)
  • 2221 (co-)encadrants (aka mentors) (2096)
  • 180 organisations Open Source (175)
  • un taux de réussite de 88.5% (88%)
  • # Recrutement, vampirisement de talents?

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Salut ! Et belle dépêche !
    Bon je sais que c'est osé, mais la question me taraude tellement que je me lance :

    Est-ce que le GSoC n'est pas juste un processus de recrutement pour Google? Je veux dire est-ce qu'il y a vraiment des étudiants (des bons, ceux qui gagnent) qui finissent ailleurs que que chez Google, via le GSoC? Par exemple des gens recrutés par un des mentors, du genre Debian ou autre?

    Je dis juste ça parce que le peu de personnes que je connais qui y ont participé, ont ensuite été recrutées (en très grande partie) par Google, et ce, directement ou indirectement par le biais d'un mentor. En plus, elles ne développent plus pour du libre aujourd'hui et quand on leur demande sur quoi elle bossent on à l'impression de violer leur intimité. Étant donné que ces mêmes personnes bossent 12H par jours, ça limite les échanges pour garder une relation sociale avec elles. Je ne sais pas si c'est bien ou mal d'être recruté jeune par Google, après tout c'est sûrement une des meilleures écoles pour apprendre à coder aujourd'hui. Mais je me pose quand même la question.

    Je manque de retours pour me faire une vraie opinion. Quelqu'un aurait des exemples intéressants?

    PS : Certains verront un coté trollesque dans ce commentaire, mais c'est une vraie question que je me pose. Je me demande vraiment si je dois pousser des étudiants dedans ou pas. Si oui, avec quels conseils?

    • [^] # Re: Recrutement, vampirisement de talents?

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      De part sa nature, Debian ne recrute pas tout court ;)

      Après, pour avoir encadré pas mal d'étudiants dans le cadre des divers GSoC, à ma connaissance, pas un seul ne travaille chez Google. Certains sont chez Facebook, IBM ou d'autres boîtes plus petites…
      Dans la boite où je suis actuellement, ça nous est arrivé de continuer avec les étudiants autour du projet.
      Il faut pas oublier qu'avoir été admis à un GSoC est déjà une réussite en soit: ça booste pas mal le CV.

      • [^] # Re: Recrutement, vampirisement de talents?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        De part sa nature, Debian ne recrute pas tout court ;)

        C'est vrai que l'exemple de Debian est peut être mal choisi.

        Il faut pas oublier qu'avoir été admis à un GSoC est déjà une réussite en soit: ça booste pas mal le CV.

        C'est indéniable, c'est aussi pour ça que je ne dénigre pas la démarche.
        Merci pour le retour.

    • [^] # Re: Recrutement, vampirisement de talents?

      Posté par . Évalué à 2.

      Je suis plutôt étonné par ce que tu racontes. Je ne connais personne qui bosse pour Google après avoir fait un GSoC. J'y ai participé avec succès l'an dernier et je n'ai pas reçu d'offre (après j'ai pas demandé non plus). C'est vraiment un truc pour les étudiants.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.