Journal Google Summer of Code 2014

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
27
25
fév.
2014

La liste des organisations du Google Summer of Code 2014 vient d'être publiée.

Pour sa dixième année, 190 organisations/projets ont été acceptés (contre 177 l'an dernier). La liste est disponible:
https://www.google-melange.com/gsoc/org/list/public/google/gsoc2014
Comme pour les organisations/projets, le nombre d'étudiants acceptés devrait être aussi en augmentation cette année.

Comme d'habitude, des projets comme Debian, Mozilla ou LLVM (au hasard) ont été sélectionnés.

Journal GSoC sur GtkSourceView/gedit

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
55
21
sept.
2013

Me voilà arrivé à la fin du Google Summer of Code chez GNOME. C'est un bon moment pour faire un récapitulatif de mes aventures GNOMEsques.

Tout a commencé un beau^W jour pluvieux d'été, en 2009, où je voulais me lancer dans un projet de programmation. J'aimais bien GNOME, donc développer une application en GTK+ me paraissait un choix judicieux. Qu'est-ce qu'il me manquait dans GNOME ? Un bon éditeur LaTeX, pardi ! J'utilisais Kile à l'époque. Me voilà donc (...)

Communauté Google Summer of Code 2013

Posté par (page perso) . Édité par Christophe Guilloux, baud123 et Benoît Sibaud. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa
Tags :
31
13
fév.
2013
Communauté

C'est en plein milieu de l'hiver que Google lance le coup d'envoi de la neuvième édition de son été studieux pour étudiants développeurs : le Google Summer of Code 2013. Tous les ans, Google offre une bourse aux étudiants qui participent concrètement et sérieusement à des projets Open Source sélectionnés.
Bannière GSoc

Le GSoc est l'occasion pour les étudiants d'être rémunérés (jusqu'à 5000 USD) pour un travail en relation avec leurs études, de mieux connaître le monde Open Source, faire progresser des projets Libres et potentiellement de faire émerger de nouveaux contributeurs réguliers. Cependant, l'implication demandée n'est pas neutre, que ce soit pour les étudiants qui souhaitent y participer (le processus de recrutement peut s'apparenter à celui d'un véritable boulot) que pour les projets qui doivent encadrer les étudiants et valider leurs résultats.

Bref, comme le dit Google, l'été « il vaut mieux retourner des bits que des steaks ».

Communauté Google Summer Of Code 2012

Posté par . Édité par Nÿco, Bruno Michel, baud123 et patrick_g. Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa
Tags :
25
1
mai
2012
Communauté

L'édition 2012 du Google Summer of Code est lancée et la liste des projets acceptés vient d'être publiée par Google. Cette année ce sont 1212 étudiants et 180 organisations qui participent.

Plus de détails dans la suite de la dépêche.

Technologie Début du Google Summer of Code 2012

Posté par (page perso) . Édité par Florent Zara, baud123 et Benoît Sibaud. Modéré par baud123.
Tags :
26
27
mar.
2012
Technologie

L'édition 2012 de « Google Summer of Code (GSoC) » est lancée, c'est l'occasion de rappeler le rôle et l'utilité du GSoC, notamment pour le monde du libre.

NdM : merci à Vincent Lucas pour son journal.

Journal Renforcer la sécurité du noyau

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
51
28
juin
2011

Un journal quasi-bookmark pour signaler une belle initiative visant à renforcer la sécurité du noyau.

Solar Designer (le leader de la distribution Openwall) a annoncé en avril dernier que 5 projets avaient été acceptés dans le cadre du Google Summer of Code. Mail d'annonce : http://www.openwall.com/lists/announce/2011/04/26/1

L'un de ces étudiants est Vasiliy Kulikov et il travaille sur la sécurisation du noyau. Essentiellement cela consiste à essayer de faire remonter vers la branche principale (celle de Linus) les patchs qui (...)

Journal 5 projets GSOC pour The Gimp

Posté par .
Tags :
10
11
mai
2011

C'est reparti, cette année il y aura donc 5 projets "sponsorisés" par le GSOC pour The Gimp. Et c'est tant mieux. Bon, c'est encore un de ces P* de journaux bookmarks et je m'en excuse. (pas le temps de développer, il est tard, j'ai beaucoup de travail).

http://www.google-melange.com/gsoc/project/google/gsoc2011/lightningismyname/6001http://www.google-melange.com/gsoc/project/google/gsoc2011/victor_matheus/8001http://www.google-melange.com/gsoc/project/google/gsoc2011/enrico_schroeder/12001http://www.google-melange.com/gsoc/project/google/gsoc2011/michael_mure/5001http://www.google-melange.com/gsoc/project/google/gsoc2011/robert_sasu/17001

X Effervescence autour de la pile graphique libre

Posté par . Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa
125
2
avr.
2011
X

Ces derniers temps ont été très riches en événements dans le monde graphique libre.

Une première phase du remodelage intégral de la pile graphique de nos systèmes libres avait commencé par DRI2, apportant notamment la possibilité à un compositeur tel que Compiz de rediriger le rendu OpenGL d’une fenêtre (Redirected Direct Rendering), puis le Kernel Mode Setting (KMS) permettant de transférer la gestion des modes vidéo et de la mémoire vidéo du pilote graphique Xorg (DDX) vers le noyau, et enfin, Gallium3D, le framework de Tungsten Graphics, permettant la mise en commun de nombreuses fonctionnalités auparavant implémentées dans chaque pilote graphique.

Très récemment, le noyau 2.6.38 a apporté le kernel page flipping, permettant l’arrivée du futur serveur d’affichage Wayland développé par Kristian Høgsberg (également auteur de DRI2 et de AIGLX) et popularisé par Mark Shuttleworth (qui souhaite son adoption dans Ubuntu dès l’année prochaine). Les bibliothèques graphiques GTK+ 3 et Qt 4 ont déjà des back-ends permettant le fonctionnement expérimental des applications GNOME 3 ou KDE 4 sous Wayland…

Parmi les plus récents événements, de nombreux étudiants ont proposé des projets en lien avec la pile graphique libre utilisée par GNU/Linux à l’occasion de l’édition 2011 du Google Summer of Code (GSoC). Ces projets sont plus précisément des « state trackers » pour Gallium3D :

  • un étudiant belge du nom de Denis Steckelmacher (alias steckdenis), a proposé rien de moins qu’un state tracker OpenGL 4.1, entièrement récrit. Ce projet ayant été jugé bien trop ambitieux par les développeurs Mesa / Gallium3D dans le cadre du GSoC, ces derniers lui ont proposé de travailler sur le remplacement des représentations intermédiaires propres à Gallium3D (Mesa IR) par une sémantique GLSL (GL Shading Language) plus standard. Après coup, cette idée n’a pas fait non plus l’unanimité au sein des développeurs, avec notamment deux sociétés, Intel et LunarG travaillant actuellement sur ces fameuses représentations intermédiaires. Denis Steckelmacher a finalement décidé de travailler sur Clover, le state tracker OpenCL, permettant d’exploiter la puissance des GPU pour le calcul intensif, avec pour objectif obtenir un state tracker fonctionnel réalisant, dans un premier temps, les calculs OpenCL sur le CPU en utilisant LLVMpipe, un moteur de « rendu OpenGL » logiciel basé sur LLVM (Low Level Virtual Machine).

  • un étudiant français, Emeric Grange (alias Emeric_), participerait également au GSoC 2011, avec pour projet le développement d’un décodeur vidéo WebM / VP8 accéléré via les shaders des processeurs graphiques. Tout cela serait placé dans un state tracker Gallium3D, qui exposerait ses fonctions aux lecteurs multimédias comme VLC, MPlayer et Totem (via un greffon GStreamer) à travers l’API VDPAU de nVidia. Ce state tracker pourrait constituer un bon point de départ pour la prise en charge générique du décodage matériel d’autres formats vidéo, tels que le MPEG 4 ASP (DIVX < 7) et MPEG 4 AVC (H264) ou le MPEG 2 (déjà pris en charge par le state tracker XvMC). À noter que, comme pour la gestion des textures compressées S3TC, la gestion de ces formats devra faire l’objet d’une analyse des brevets / licences impliqués.

Certes, tout n’est pas rose du côté de la pile graphique Linux, mais au moins ça bouge et ça avance plutôt dans le bon sens. Voir ci-dessous pour les détails.

Journal Tryton sélectionné pour le GSOC

3
23
mar.
2011

Cette année, et pour la première fois, le projet Tryton a été sélectionné pour le Google Summer of Code. Notre sélection est chapeautée par la Python Software Foundation, d'ailleurs beaucoup d'autres projets ont aussi été sélectionés via la PSF : Mercurial, PyPy, Pyjamas, Pylint, Mailman, ...

Si vous êtes étudiants, c'est donc l'occasion d'ête payé pour développer du logiciel libre. Nous avons quelques petites idées intéressantes :

  • port à Python 3
  • création d'un client web avec GWT
  • création d'un (...)