Journée mondiale contre les brevets logiciels

Posté par . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par Nÿco.
Tags :
22
2
sept.
2008
Justice
« Une coalition mondiale de plus de 80 sociétés d'informatique, d'associations et de développeurs a déclaré que le 24 septembre serait la "Journée mondiale contre les brevets logiciels".

Il y a 5 ans, le 24 septembre 2003, le Parlement européen adoptait des amendements pour limiter la portée de la législation sur les brevets, protégeant ainsi les petites sociétés d'informatique des effets néfastes de la multiplication de brevets sans intérêt. Une pétition mondiale demandant l'arrêt définitif des dépôts de brevets logiciels dans le monde sera lancée le 24 septembre 2008, conjointement à d'autres requêtes spécifiques émises par certaines régions telles que l'Europe, les États-Unis ou l'Inde. »

NdM : (réédition le 4 mars 2013) les citations proviennent du communiqué de presse FFII Journée mondiale contre les brevets logiciels le 24 septembre.

En attendant, on peut d'ores et déjà signer la pétition provisoire et participer via le site Stop Software Patents.

  • # La dernière de Crimosoft

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Ils ont osé breveter les touches Page Up et Page Down.
    http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39382(...)
    Déjà qu'ils avaient mis une touche Winbouze sur mon clavier.
    Mais jusqu'où s'arrêteront-ils?
    • [^] # Re: La dernière de Crimosoft

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      N'importe quoi ! Ils n'ont pas breveté page up/page down, ils ont breveté le fait qu'appuyer sur page up/page down déplace d'une page dans le document, quelque soit le niveau de zoom (ce qui n'est pas le comportement par défaut de cette touche).

      Bon, ça reste un brevet logiciel (sur une idée que je trouve contre-intuitive en plus) avec une pseudo-formule mathématique toute bidon, mais c'est clairement assez innovant.
      • [^] # Re: La dernière de Crimosoft

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        tiens, moi je brevette l'ajout de lien oublié lors de la controverse (oui il y a le prior act de la reference needed de wikipedia http://www.nojhan.net/geekscottes/index.php?strip=59 ).

        https://linuxfr.org/~vladislav/27122.html
      • [^] # Re: La dernière de Crimosoft

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        c'est clairement assez innovant
        C'est du second degré ?
        Je crois que non...

        Innover ce n'est pas "inventer un truc que n'importe quel gamin peut inventer". Décider que la touche truc décale l'écran vers la droite n'a rien d'innovant.

        Par contre avoir l'idée de mettre une molette entre les deux boutons d'une souris, ça, clairement, c'est une idée innovante (qu'on aime ou pas, la question n'est pas là).
        Une fois que la molette existe, décider que ça déplace de 3 lignes n'est pas plus innovant que de décider que ça déplace de 10 lignes, ou d'une page, ou que ça fait pivoter l'écran, ou que ça fait l'équivalent de ALT+TAB, etc.
        • [^] # Re: La dernière de Crimosoft

          Posté par . Évalué à 6.

          Oui, c'est pourquoi pour contourner l'idée j'ai développé un outil et conjointement écrit un brevet basé sur le principe suivant:
          - appuyer sur PageUp décale d'une page vers le haut et PageDown une page vers le bas, à la condition exclusive et suffisante que la molette de la souris décale la page d'une ou plusieurs lignes qui ne soient pas assez nombreuses en tout cas pour faire une page
          - appuyer sur PageUp décale d'une ou plusieurs lignes (etc.) à la condition suffisante et exclusive que la molette décale d'une page

          Comme ça suffirait pas, j'ai proposé en plus l'innovation révolutionnaire suivante:
          une DEUXIEME MOLETTE de souris, une qui déplace par ligne(s) et l'autre par page. PageUp et PageDown peuvent alors servir à déterminer ce que fait chaque molette! Convivial, intuitif, simple!

          Et pour totalement éliminer la concurrence, j'ai breveté le principe d'une DEUXIEME SOURIS qui remettra enfin à égalité les droitiers et les gauchers et permettra une nouvelle expérience utilisateur, les deux souris pourront être indépendamment dotées de 0, 1, ou plusieurs molettes horizontales et verticales, correspondant à la position et l'attitude du curseur dans l'espace (voire l'espace-temps, pour travailler plus vite en changeant le passé et anticipant sur l'avenir). Dans cette configuration PageUp peut être réutilisé pour faire le café et PageDown pour ajouter du lait et/ou du sucre, voire même l'inverse!!

          Et enfin dans un ultime "embodiment", je brevette le principe d'une mico-souris attachée à chaque doigt et dotée d'un bouton ou d'une molette (qu'on utilise avec les pieds quand on est souple, et les dents pour les autres). Dans cette configuration PageUP et PageDown sont totalement intégrés quelquepart dans vos doigts mais ne servent plus à rien d'où l'intérêt de l'invention!
      • [^] # Re: La dernière de Crimosoft

        Posté par . Évalué à 3.

        contre intuitif ?
        PAGE up PAGE down, pas screen up screen down (décalage dépendant du niveau de zoom) , ni next page, previous page (changement de page)...
        Ce brevet décrit exactement le ce que le NOM de la touche décrit...

        Ce comportement est celui de kpdf pour le moment (pas celui de xpdf). Si pour des raisons de facilité (de programmation ou d'ergonomie) certains ont préféré faire un screen up/down, ou next/previous, je doute que ce comportement logique (celui déterminé à partir du nom de la touche) ait été inventé par MS.

        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

  • # Pas si récent le combat...

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Je viens de tomber sur un vieux ST-Mag de novembre 1991 (N° 56), qui déjà contenait une mise en garde sur les abus des brevets logiciels et les procès en résultant... et mentionnait RMS :)
    http://revolf.free.fr/img/scan_stmag_001.jpg
    http://revolf.free.fr/img/scan_stmag_002.jpg
    Bref, c'est un combat de longue haleine.
    • [^] # Re: Pas si récent le combat...

      Posté par . Évalué à 3.

      Même chose pour le magazine terminal en 1991 aussi introduction au GNU :

      " Au moment ou les éditeurs de logiciels entament une véritable campagne policière contre la copie des logiciels avec des arguments sur la propriété intellectuelle qui dissimulent mal leurs véritables raisons, sonnantes et trébuchantes , il nous a semblé opportun de publier des extraits du "Manifeste de GNU" qui affirme d'abord que "copier tout ou partie d'un programme est aussi naturel pou un programmeur que respirer " . Qui a pratiquer un tant soit peu la programmation ne peut qu'être d'accord avec cela . Les propositions de Richard Stallman feront sans doute sourir . Mais c'est oublier que des idéalistes comme lui ont plus apporté à l'informatique que ceux qui engagent des procédures judiciaires pour défendre leur droit de propriété sur le "look" d'une interface qu'ils n'ont même pas inventée."

      je me répète mais bon , sinon on voit que les combats d'avant gardes sont toujours mené par les mêmes

      source : http://www.terminal.sgdg.org/magazine/52/Ter_n52_article1_p4(...)
    • [^] # Re: Pas si récent le combat...

      Posté par . Évalué à 2.

      C'est marrant dans l'article de St Mag , c'est ecrit " La League for Programming Freedom de Richard Stallman "

      C'est la version 0.0.1 de la FSF , qu'avait elle de différente outre le nom ?

      Ca me fait presque penser a la League des Super Heros , la Justice Leagues :)
  • # Journée mondiale contre les brevets logiciels le 24 septembre

    Posté par (page perso) . Évalué à -1.

    Source: http://ffii.fr/Journee-mondiale-contre-les-brevets-logiciels(...)

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE - [ Monde / Economie / Innovation ]

    Bruxelles, le 4 septembre 2008 — Une coalition mondiale de plus de 80 sociétés informatiques, associations et développeurs a déclaré le 24 septembre "Journée mondiale contre les brevets logiciels". Il y a cinq ans, le 24 septembre 2003, le Parlement européen adoptait une série d’amendements pour limiter la portée du droit des brevets et ainsi protéger les petites et moyennes entreprises (PME) du secteur informatique contre les effets dévastateurs de brevets logiciels multiples et triviaux. Ainsi une pétition mondiale demandant de stopper une bonne fois pour toutes les brevets logiciels sera lancée le 24 Septembre 2008, assortie de demandes spécifiques supplémentaires pour certaines régions telles que l’Europe, les Etats-Unis ou l’Inde.

    Le 24 septembre 2008, la Journée mondiale contre les brevets logiciels donnera l’occasion aux volontaires d’exprimer l’inquiétude grandissante des utilisateurs, hommes d’affaires et développeurs, à qui l’octroi de brevets logiciels par les offices de brevets à travers le monde affecte la liberté d’innovation. Les organisateurs attendent 24 heures d’activité à travers le monde - des volontaires se rassembleront notamment devant les offices de brevets pour informer le grand public des problèmes sous-jacents à la brevetabilité des logiciels.

    Une pétition mondiale demandant de stopper efficacement la délivrance de brevets logiciels sera lancée le même jour. Dans certaines régions du monde telles que l’Europe, les Etats-Unis ou l’Inde, des campagnes dédiées sont en cours de préparation par des partisans locaux. Les organisateurs comptent célébrer cette journée mondiale chaque année, et ce à moins que des clarifications essentielles ne soient apportées en droit national, clarifications qui mettront un terme à la délivrance de brevets logiciels et à leurs effets sur l’économie numérique.

    Benjamin Henrion, initiateur de l’effort de coalition StopSoftwarePatents, explique : "L’objectif à travers StopSoftwarePatents est de rassembler à l’échelle mondiale une coalition mêlant le monde des affaires et la société civile afin d’obtenir des lois qui excluent clairement les logiciels du champ de la brevetabilité. C’est la meilleure solution pour se débarrasser des ’trolls’ et des risques juridiques incontrôlables engendrés par les brevets logiciels. Le jour où l’industrie du logiciel dressera un front net contre les brevets logiciels marquera le début de la fin des ’trolls’."

    Le militant belge fait partie des personnes qui il y a cinq ans parvinrent à persuader les membres du Parlement européen à adopter des amendements destinés à réduire la portée du droit des brevets pour protéger les petites sociétés informatiques. Le Conseil des ministres de l’Union européenne - au sein duquel les offices nationaux de brevets exercent une influence considérable - s’acharna alors à vouloir légaliser en Europe les brevets logiciels. En outre les ’trolls’ et grosses sociétés américaines financèrent un lobbying massif pour soutenir la position du Conseil. Après une longue lutte, la proposition de directive fut finalement rejetée en seconde lecture par le Parlement européen. Depuis lors, les offices européen et nationaux continuent à accorder brevets logiciels et brevets sur les méthodes d’affaires sans l’approbation du législateur par une interprétation créative de la Convention européenne sur les brevets.

    Dans quelques autres nations, notamment aux Etats-Unis, les offices de brevets sont même encore plus permissifs. Cependant, même aux Etats-Unis, le législateur n’a jamais approuvé cette pratique. La coalition mondiale appelle à une plus large représentation du monde des affaires et de la société civile contre les brevets logiciels. Le fossé actuel en termes de moyens de pression place le Congrès et le Sénat, ainsi que la Cour d’appel du circuit fédéral (CAFC) et la Cour Suprême à la merci du lobbying de l’industrie des brevets, des titulaires de brevets ou des professionnels du brevet. Malgré la pression des sociétés affectées par les litiges en matière de brevets logiciels en faveur d’une réforme, leur plaidoyer pour plus de qualité et moins de dommages vise davantage les symptômes que la source du problème.

    ==================================================
    Liens
    ==================================================

    - Appel pour une journée mondiale contre les brevets logiciels signé par près de 80 signataires: http://stopsoftwarepatents.org/call

    - Projet de pétition avec demande de commentaires publics: http://stopsoftwarepatents.org/petition

    - Communiqué de presse original en anglais: http://press.ffii.org/Press_releases/September_24_Is_World_D(...)

    ==================================================
    Contacts
    ==================================================

    Alexandra Combes, Présidente FFII France, alexandra.combes@ffii.fr

    Benjamin Henrion, FFII Bruxelles, +32-2-414 84 03, +32-484-566109, bhenrion@ffii.org

    ==================================================
    A propos de la FFII France
    ==================================================

    La FFII France est le chapitre français de la Fondation pour une infrastructure informationelle libre (FFII), association à but non lucratif dédiée à la promotion d’un marché libre de l’informatique et à la protection des auteurs et consommateurs dans l’univers numérique.

    Active dans plus de trente pays et forte de 850 membres, 3500 sociétés et 100 000 supporters, la FFII se fait l’écho fidèle de leur voix pour agir sur les questions d’intérêt public concernant les droits exclusifs (propriété intellectuelle) dans le traitement de l’information.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.