[L'informatique de demain] 1. Introduction : les types d'ordinateurs

Posté par . Édité par ZeroHeure et Benoît Sibaud. Modéré par NeoX. Licence CC by-sa
4
7
mar.
2015
Technologie

Julien.D se lance dans une série « L'informatique de demain ». Cet article est le premier de la série, il sert d'introduction et présente les différents types d'ordinateurs actuels et futurs avec leurs caractéristiques, leurs avantages, leurs inconvénients et leurs tendances dans les années à venir. Au fil de l'épisode on ira de l'informatique personnelle du passé (les ordinateurs fixes et les portables), à celle du présent (les ordinateurs tout en un, mini ou nano, les tablettes et les ordiphones) et jusqu'à celle du futur (ordinateurs autour de nous et en nous).

La série L'informatique de demain a objectif de faire le point sur l'informatique, principalement personnelle, ses avancées ces dernières années et faire des hypothèses pour l'avenir. Le sujet sera axé sur le matériel, même si le coté logiciel sera nécessairement mentionné.
Elle traitera probablement de certains "nano-ordinateurs" avec une séance de métrologie et de sur-cadençage avec une analyse plus pointue sur les possibilités réelles, l'évolutivité, les limites, les avantages et inconvénients de chacun.

Sommaire

 

 

 

Introduction

L'informatique est un domaine où les choses évoluent très rapidement. Les ordinateurs deviennent de plus en plus puissants, de plus en plus présents, avec des capacités de stockage sans cesse croissantes et sont reliés par des connexions toujours plus rapides.

  • Quelles sont les différentes formes d'ordinateurs ?
  • Quel est l'avenir pour les formes existantes ?
  • Et quelles sont celles qui peuvent émerger dans les années à venir ?

Il y a quelques années

Les ordinateurs « fixes »

Ils peuvent posséder une grande puissance de calcul pour un particulier, mais nécessitent de la place à cause du boitier, se font généralement entendre à cause des ventilateurs de l'alimentation et du processeur. Cependant ils offrent une évolutivité très grande et un panel de fonctionnalités et de possibilités que ne possèdent pas les autres formes d'ordinateurs en facilitant l'ajout et le changement de pièces. La consommation électrique est élevée (refroidissement, rendement électrique) et n'est pas toujours justifiée pour l'usage qui en est fait. Leur présence ou non dans les années à venir est une question d'usage. L'utilisation navigation web / bureautique / films ne nécessite plus ce genre d'équipement. Il existe cependant des domaines qui prennent parti de cette puissance de calcul : traitement d'images, modélisation 3D et développement (séances de compilation) notamment. Quant au jeu, il semble incertain de faire des hypothèses, mais il est très probable qu'il restera une raison supplémentaire pour laquelle les ordinateurs fixe seront encore présents dans les années à venir (sauf si le cloud gaming venait à massivement se développer).

Les ordinateurs « portables »

Ils sont capables de fonctionner plusieurs heures sans alimentation grâce à une consommation réduite et permettent une utilisation nomade sans offrir l'évolutivité des ordinateurs fixes (bien que la modification de la mémoire et du support de stockage reste possible). Mais ils répondent aux besoins de l'informatique actuelle pour une large majorité. Dans un monde qui sans cesse accélère, la mobilité est un défi qui se pose à l'informatique depuis plusieurs années et les ordinateurs portables sont devenus la référence en matière d'ordinateur en représentant 68% des parts de marché1. Il est évident qu'ils seront présents à l'avenir avec des espoirs de performances et d'autonomie en hausse.

Aujourd'hui

Depuis quelques années, le marché informatique accueille de nouveaux types d'ordinateurs qui contrastent avec l'existant en montrant que les usages évoluent et se développent.

Les ordiphones

Couramment appelés smartphones et démocratisés en 2007 par l'iPhone, ils n'ont eu de cesse de voir leurs ventes augmenter jusqu'à envahir presque chaque poche. Malgré leur taille, ils peuvent très bien être considéré comme de véritables ordinateurs, par exemple en 2011 Motorola présente l'Atrix, un téléphone qui possède un dock pour une utilisation comme ordinateur portable. Ces ordinateurs de poches peuvent être très utile : navigation web, baladeur audio, gps, jeux et également téléphone, et ils offrent ces fonctionnalités de la façon la plus proche possible de l'utilisateur : dans sa poche. Cependant ce sont des ordinateurs qui n'ont aucune évolutivité, bien que certains s'essayent à changer cela, notamment Google avec son projet Ara.

Les ordinateurs « tout en un »

(Bien que l'idée ne soit pas nouvelle, par exemple - merci à Sidonie Tardieu - Imlac a commercialisé le PDS-1 en 1970, et Apple le Macintosh 128K en 1984 et l'iMac G3 en 1998, qui correspondent à cette description, on assiste depuis seulement quelques années à l'arrivée massive de cette gamme de produit sur le marché des ordinateurs).

Ils ont la particularité d'intégrer dans l'écran les composants normalement mis dans la tour. Cela permet de gagner en place et en esthétique, et comme dit précédemment l'informatique moderne peut se permettre ce choix d'ingénierie sans pour autant renoncer aux performances.
Malgré ça, ce choix pose un gros problème d'évolutivité, et à plusieurs échelles : les composants internes ne sont que rarement remplaçables et c'est également le cas pour l'écran qui d'un élément dont le changement était jusqu'alors simple devient le synonyme de changement de l'ordinateur.
Si ce marché se développe, c'est qu'il y a des clients et que leurs demandes trouvent une réponse dans ce genre de produits. C'est en réfléchissant à ces demandes que l'on peut se poser des questions sur l'avenir de l'informatique. Qu'elles sont elles ? La suppression de la tour, lourde et encombrante et peu importe l'évolutivité, pourvu que l'intégration soit belle et légère.

Les tablettes

Démocratisées en 2010 par l'iPad, les tablettes sont tout à fait semblables aux ordiphones, la seule différence étant la plus grande taille et toutes les caractéristiques qui en découlent. Elles souffrent également des mêmes problèmes que les ordiphones. En 2013, les ventes de tablettes dépassent celles des ordinateurs. Elles permettent de répondre à des usages nouveaux auxquels les autres types d'ordinateurs ne répondaient pas pleinement, par exemple la possibilité de lire un contenu ou visionner des vidéos de façon nomade et agréable.

Les « mini » ordinateurs

De taille similaire à une box internet, ils sont à la rencontre des ordinateurs fixe et des ordinateurs portables : pas d'écran et performances comparable à un pc portable. La consommation est de l'ordre de 75W2. Ils peuvent être connectés à une télévision pour servir de media center, à un écran d'ordinateur classique, ou même à rien pour fournir un NAS à votre réseau local ou un mini serveur. Les possibilités qu'ils offrent sont relativement élevées pour la consommation, le bruit (souvent fanless) et la place occupée. Ils souffrent eux-aussi de la non-évolutivité. Il semblerait que ça soit cette forme d'ordinateur qui va se développer dans les foyers car ils ont beaucoup à offrir et il est difficile de trouver une raison qui empêcherait leurs arrivées sur le marché. Ils risquent cependant de se confronter aux ordinateurs « tout en un » dont la simplicité et l'intégration encore plus poussée peut davantage attirer la clientèle.

Les « nano » ordinateurs

Annoncés comme étant des ordinateurs low cost mais capable de pas mal de choses, ils sont les vedettes de l'actualité spécialisée dès qu'un nouveau modèle vient à sortir. Il y a beaucoup de confusion, mais aussi d'intérêt parmi les curieux de ce domaine. Ils sont une porte ouverte aux développeurs et aux bidouilleurs pour s'amuser, découvrir un nouveau monde et réaliser des projets, mais ne visent pas le grand public. Leur prix est certes attractif, mais il ne faut pas oublier que leurs performances sont faibles et que la bidouille est dans leur code génétique, ils ne répondent pas aux besoin du grand public. Ce qui ne les empêchent pas de toucher un public toujours plus grand.

Demain

Ces ordinateurs autour de nous

La domotique et l'internet des objets sont des domaines en pleine effervescence actuellement qui font la promesse de connecter les objets de la vie de tous les jours pour permettre de gérer au mieux la lumière, le chauffage et suivre la consommation d'eau et d'électricité. Ils ouvrent un nouveau marché qui nécessite des ordinateurs d'un nouveau genre : miniatures et dont la consommation doit être très faible. D'autres usages peuvent émerger comme la gestion de la musique dans la maison, la vidéo-surveillance ou encore la commande vocale. Sans compter les usages non domestiques comme l'éclairage urbain, les affiches publicitaires et d'autres usages à développer.

Ces ordinateurs en nous

L'idée semble très futuriste pourtant il existe déjà certains objets expérimentaux qui rentrent dans cette catégorie. On peux déjà mentionner les ordiphones qui sont très souvent à proximité directe de leur propriétaire. Mais cela n'a rien de sensationnel, ce qui n'est pas le cas de certains projets :

Conclusion

L'informatique montre encore une fois qu'elle n'arrête pas d'évoluer dans de nouvelles directions sous différentes formes pour atteindre des objectifs sans cesse renouvelés. Elle promet pour les années à venir de grandes avancées si des réponses sont trouvées aux défis qui se posent à nous comme l'autonomie et l'intégration de la technologie dans les objets de la vie quotidienne. Mais certains usages posent des questions, notamment sur l'acceptation de l'intégration de puces dans le corps ou tout simplement sur le verrouillage des ordinateurs d'un point de vue logiciel et matériel.

 

Écrit de façon à être le plus neutre possible, cet article ne reflète pas nécessairement l'avis personnel de son auteur.
L'article qui devrait suivre prochainement sera plus technique et répondra aux exigences des technophiles.


  1. évolution des volumes de ventes de PC en 2012 

  2. donnée moyenne obtenue en comparant plusieurs puissance de chargeurs fournis par les constructeurs de ce type d'ordinateur. La puissance réellement consommée est donc inférieur la plupart du temps pendant le fonctionnement. Cette valeur n'est donnée qu'à titre indicatif. 

  • # Atrix

    Posté par . Évalué à 2.

    Apparemment, d'après le lien wikipedia qui y est associé, le Motorola Atrix date de 2011, et non pas 2001. À moins qu'il s'agisse d'un autre modèle, dont le nom aurait été repris ensuite…

    • [^] # Re: Atrix

      Posté par . Évalué à 2.

      En effet, c'est une faute de frappe. 2001 n'était pas vraiment l'époque de ce genre de produit. Merci de l'attention portée aux dates.

      GPG fingerprint : 7C5E 1E77 299C 38ED B375 A35A 3AEB C4EE FF16 8EA3

      • [^] # Re: Atrix

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        2001 n'était pas vraiment l'époque de ce genre de produit

        Quoique…

        • [^] # Re: Atrix

          Posté par . Évalué à 4.

          Tu mens ! tout le monde sait que c'est Apple qui a inventé le smartphone !

          Ah, tous ces méchants qui ne cherchent qu'à salir la mémoire du prophete à cols roulés…

          • [^] # Re: Atrix

            Posté par . Évalué à 2.

            D'ailleurs à un moment, il était chauve, le grand prophète à cols roulés…

            -->[]

    • [^] # Re: Atrix

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Corrigé, merci.

  • # En fait rien ne change ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 07/03/15 à 20:23.

    … sur le fond, les machines (le hardware en lui même) sont toujours plus puissantes et plus petites et toujours plus connectées, rien de réellement nouveau.

    La véritable avancée se situe sur toute la couche middle/software, qui fait/permet de plus en plus de choses (dans notre dos souvent et sans notre autorisation).

    • [^] # Re: En fait rien ne change ...

      Posté par . Évalué à 2.

      Et nombreuses et accessibles à de plus en plus de gens et de type de public.

      Il y a pas si longtemps on avait même pas un ordi par foyers, maintenant il doit y en avoir plus que de télés.

      On a vu aussi émerger, socialement, des tas de phénomène qui vont de la location d'appartement temporaire au harcèlement en ligne consécutivement, qui sont dû à cette montée en charge qui n'est manifestement pas sans conséquences :)

  • # Chromecast

    Posté par . Évalué à 4.

    La Chromecast est un nano-ordinateur mais contrairement à ce que dit l'article, elle est grand public.

  • # Vous avez dit neutre ?

    Posté par . Évalué à 10.

    Salut,

    Finalement, une dépêche avec un fort parti pris et très proche de ce que l'on peut déjà lire sur un peu près tous les sites s'intéressant de près ou de loin à la « technologie ».

    Julien.D a écrit :

    L'informatique est un domaine où les choses évoluent très rapidement.

    Tout est relatif. Techniquement, c'est toujours une histoire de transistor. Il n'y a pas eu de réelle évolution depuis les débuts de l'informatique, juste une amélioration de l'existant et une extension de celle-ci à un grand nombre de domaines.

    Julien.D a écrit :

    Dans un monde qui sans cesse accélère, la mobilité est un défi qui se pose à l'informatique depuis plusieurs années.

    En fait, c'est l'inverse : la vitesse de rotation de la Terre se réduit petit à petit, au point que les journées devrait compter 25 heures d'ici quelques temps.

    Plus sérieusement : non, le monde « n'accélère pas », il y a juste une majorité de personnes qui apprécient d'avoir accès à différents services (comme Internet) sans devoir attendre de rentrer chez eux ou de trouver une salle informatique.

    Julien.D a écrit :

    Il semblerait que ça soit cette forme d'ordinateur qui va se développer dans les foyers car ils ont beaucoup à offrir et il est difficile de trouver une raison qui empêcherait leurs arrivées sur le marché.

    Référence nécessaire…

    Non parce que tu tires cela d'où ? D'une consultation chez Madame Irma ? Sinon, je peux le faire aussi : face à la raréfaction des ressources naturelles et à son incompatibilité avec une idéologie consumériste et productiviste, la consommation et la production de différents appareils non-évolutifs vont dégringoler et différents projets ubuesques faisant suites à ces deux idéologies vont être abandonnés.

    Je veux bien que l'on fasse de la prospective, mais ce serait bien de ne pas se contenter d'un avis personnel.

    Julien.D a écrit :

    Elle promet pour les années à venir de grandes avancées si des réponses sont trouvées aux défis qui se posent à nous comme l'autonomie et l'intégration de la technologie dans les objets de la vie quotidienne.

    Quelles avancées ? Le fait d'être surveiller par son frigo ou sa machine à laver ? L'obligation de répondre immédiatement à une personne sous prétexte que l'on ne peut pas ne pas être au courant du message qu'elle nous a envoyé ? Ou encore celle qui consiste à te vendre des compléments alimentaires spécifiques suivant les dernières analyses d'une des puces RFID de ta fesse gauche ?

    Pour ma part, je n'appelle pas vraiment cela des défis et encore moins des avancées, en tous les cas pas pour l'être humain.

    Julien.D a écrit :

    Écrit de façon à être le plus neutre possible, cet article ne reflète pas nécessairement l'avis personnel de son auteur.

    Ha… Nous n'avons pas la même notion de neutralité dans ce cas.

    • [^] # C'est pas sympa ...

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      L'article partait d'une bonne intention.

      Même si effectivement sur le fond rien ne change vraiment depuis les premières puces et le début de l’électronique ce ne sont que des transistors qui calculent du binaire (le quantique c'est pour demain mais le demain plutôt dans longtemps). Tout n'est que miniaturisé de plus en plus, de plus en plus petit et intrusif d'ailleurs.

      En revanche je suis assez d'accord sur le fait que le monde s'accélère, les gens ont pris le pli du consumérisme et du plaisir à court terme, plus personne ne veut attendre et la patience est devenue une qualité qui se faire rare.
      Internet (enfin pas lui directement mais l'usage que l'on en fait) à apporté une couche "d'instantaneïsme" sur pas mal de choses, et je ne suis pas certain que cela soit une évolution "positive" pour l'humanité … Nous sommes dans une ère ou il faut tout, tout de suite, et maintenant, comme des petits enfants capricieux à qui on ne peut rien refuser.

      Sinon il me parait évident que l'écologie et la raréfaction des matières premières, on en a peut-être conscience, mais factuellement tout le monde s'en contre-carre, du moment que l'on peut avoir le dernier gogole-mobile à la mode, ou la dernière montre connectée. Sans changement de pensée majeur dans les mœurs ça continuera comme avant à acheter des produits "high-tech" enfin hight-tech à peine le temps de leur mise sur le marché car dépassé par un autre modèle à peine déballé. L'écologie c'est surtout pour se donner bonne conscience lorsque j'achète mon gadget le constructeur me garantit qu'il est composé à 95% de matériaux recyclable ouf alors me voilà sauvé …

      Puis au niveau des avancées, c'est la même chose que maintenant. J'suis pas certain que consulter ses emails partout tout le temps et surfer sur des flux RSS quand on le veut (surtout pour consulter de la pseudo presse à sensation), soit réellement une avancée majeure par rapport à ce que l'on avait il y a 10 ans, surtout des objets on ne peut plus intrusif que des smartphones, sérieusement à quand un véritable OS clean ? Car niveau flicage là on a jamais été aussi au top, y en a qui doivent se régaler.

    • [^] # Re: Vous avez dit neutre ?

      Posté par . Évalué à 5.

      Finalement, une dépêche avec un fort parti pris et très proche de ce que l'on peut déjà lire sur un peu près tous les sites s'intéressant de près ou de loin à la « technologie ».

      L'idée n'était pas de faire des révélations sensationnelles ni d'être très technique, simplement un tour d'horizon et une introduction au thème abordé.

      Tout est relatif. Techniquement, c'est toujours une histoire de transistor. Il n'y a pas eu de réelle évolution depuis les débuts de l'informatique, juste une amélioration de l'existant et une extension de celle-ci à un grand nombre de domaines.

      L'informatique n'est pas que du matériel, c'est aussi du logiciel, des usages, des humains. Les avancées ne se situent pas uniquement dans des transistors.

      Plus sérieusement : non, le monde « n'accélère pas », il y a juste une majorité de personnes qui apprécient d'avoir accès à différents services (comme Internet) sans devoir attendre de rentrer chez eux ou de trouver une salle informatique.

      Il est évident que c'était une image et que la définition que tu donne est celle de l'article.

      Non parce que tu tires cela d'où ? D'une consultation chez Madame Irma ?

      Oui, aucun chiffre pour affirmer ça, le marché est encore jeune et ce genre d'ordinateur n'est pas répandu dans le grand public, cependant l'expérience personnelle de demander à une vingtaine d'acheteurs potentiels ce qu'ils en pensent est relativement positive : "serait prêt à acheter pour remplacer le gros ordinateur, mais ça se trouve où ? c'est compliqué ? quel prix ?" L'objectif de l'article étant aussi de faire des hypothèses sur des produits encore peu répandu est généralement compliqué, mais faut-t-il s'en priver pour autant ?

      Quelles avancées ? Le fait d'être surveiller par son frigo ou sa machine à laver ? L'obligation de répondre immédiatement à une personne sous prétexte que l'on ne peut pas ne pas être au courant du message qu'elle nous a envoyé ? Ou encore celle qui consiste à te vendre des compléments alimentaires spécifiques suivant les dernières analyses d'une des puces RFID de ta fesse gauche ?
      Pour ma part, je n'appelle pas vraiment cela des défis et encore moins des avancées, en tous les cas pas pour l'être humain.

      Cette remarque est tout sauf neutre et ne considère que les méfaits des technologies RFID et de la domotique. Il est évident qu'il ne faut pas les ignorer, mais il serait dommage que cela empêche de voir la possibilité d'une utilisation positive. Et peu importe l'usage qu'il en est fait, la technologie à elle seule reste un défi. A noter que la phrase suivante indique justement une inquiétude sur ce sujet.
      Et pouvoir dépister un cancer le plus tôt possible est probablement considéré comme une avancée technologique par beaucoup de monde.

      Ha… Nous n'avons pas la même notion de neutralité dans ce cas.

      Encore une fois, il n'est pas indiqué que l'article est neutre, mais qu'il s'y essaye.
      (A titre personnel, j'ai conscience des problèmes de "la santé par la technologie" , mais cela n'a pas empêcher de parler des points positives par exemple.)

      Il est agréable de lire des critiques constructives, prenez note cependant que la promotion en dépêche ne vient pas de la demande de l'auteur. De façon personnelle, il était évident que l'article ne proposait pas beaucoup d'informations pour les connaisseurs, il est simplement un point de départ à une série d'article. Il y a également l'envie de toucher des personnes qui n'ont pas forcément le niveau technique ou la veille technologique de la moyenne des lecteurs de linuxfr.org. Les prochains articles devrait plaire à une plus large majorité, c'est du moins une sincère volonté !

      GPG fingerprint : 7C5E 1E77 299C 38ED B375 A35A 3AEB C4EE FF16 8EA3

      • [^] # Re: Vous avez dit neutre ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Julien.D a écrit :

        L'idée n'était pas de faire des révélations sensationnelles ni d'être très technique, simplement un tour d'horizon et une introduction au thème abordé.

        Mon reproche ne tient pas tant au fait que l'article n'est pas très technique ni qu'il n'apprend rien de bien neuf, mais plutôt qu'il reprend une fois de plus les habituelles rengaine qui me lasse et m'exaspère profondément tant elles constituent de grossiers raccourcis : « le monde accélère », « l'informatique est en constante évolution », « le futur de demain, c'est maintenant ! », etc.

        Julien.D a écrit :

        L'informatique n'est pas que du matériel, c'est aussi du logiciel, des usages, des humains. Les avancées ne se situent pas uniquement dans des transistors.

        Oui, sauf que sur le plan logiciel, ce n'est pas vraiment mieux. La seule chose qui a véritablement évoluée, c'est l'utilisation qui est faite de l'informatique.

        Julien.D a écrit :

        Il est évident que c'était une image et que la définition que tu donne est celle de l'article.

        En effet, mais je méprise l'image qui est donnée. :-°

        Julien.D a écrit :

        L'objectif de l'article étant aussi de faire des hypothèses sur des produits encore peu répandu est généralement compliqué, mais faut-t-il s'en priver pour autant ?

        Pour ma part, j'ai tendance à penser que oui.

        Julien.D a écrit :

        Cette remarque est tout sauf neutre […].

        Je n'ai jamais dit que mon commentaire était neutre, il ne l'ai d'ailleurs absolument pas. :p

        Julien.D a écrit :

        […] et ne considère que les méfaits des technologies RFID et de la domotique.

        Tout à fait. Cependant, l'article actuel donne l'impression (en tous les cas me donne l'impression) de balayer ces possibilités d'un simple revers de la main en se focalisant essentiellement sur les points potentiellement positifs, ce que je trouve assez dommage.

        Julien.D a écrit :

        Et peu importe l'usage qu'il en est fait, la technologie à elle seule reste un défi.

        C'est le point de vue que je critique et qui transpire dans l'article : la fuite en avant technologique. Elle est notre salut et nous sortira de notre misérable condition d'être humain. Louée soit la technologie !

        Julien.D a écrit :

        Il est agréable de lire des critiques constructives, prenez note cependant que la promotion en dépêche ne vient pas de la demande de l'auteur.

        Qu'il s'agisse d'une dépêche ou d'un journal, je commente toujours de la même manière.

        • [^] # Re: Vous avez dit neutre ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Oui, sauf que sur le plan logiciel, ce n'est pas vraiment mieux. La seule chose qui a véritablement évoluée, c'est l'utilisation qui est faite de l'informatique.

          L'utilisation a nécessairement des répercussions sur le logiciel à terme. Quant au fait que le logiciel progresse ou pas, c'est l'une des prochaines questions qui sera traitée et la réponse ne sera pas si formelle car elle essayera d'aborder plusieurs points de vue et d'utiliser différentes métriques.

          Tout à fait. Cependant, l'article actuel donne l'impression (en tous les cas me donne l'impression) de balayer ces possibilités d'un simple revers de la main en se focalisant essentiellement sur les points potentiellement positifs, ce que je trouve assez dommage.

          Pour une raison simple : ce n'est pas le sujet de l'article qui est "Les types d'ordinateurs" (Je regrette d'ailleurs d'avoir oublier de parler de la ChromeCast 1 ), il en est fait mention rapidement mais il faudra attendre pour lire une critique de ce domaine. Une liste d'inconvénients est déjà préparée donc non, ni "la fuite en avant technologique", ni "la technologie partout" ne sera pas "louée", simplement traitée de façon impartiale. Avec ses pour et ses contre.

          Les autres numéros de la série essayeront de prendre en compte les critiques mentionnées.

          GPG fingerprint : 7C5E 1E77 299C 38ED B375 A35A 3AEB C4EE FF16 8EA3

  • # Consultation et saisie

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Bonjour.
    Il y as un sujet que je ne vois pas vraiment abordé dans cet article, et qui pour moi représente une chose assez importante : La capacité a faire de la consultation et de la saisie.

    C'est pour moi l'une des différence fondamentales entre les ordiphones / tablettes, et les ordinateurs (Fixe et portable) de forme classiques.

    Les premiers sont hyper transportables, avec une vitesse d'accés aux donnée qui répond aux besoins de boulimie d'information : Terminal toujours a portée de main et qui sort de veille en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.

    Les second sont plus encombrands, plus lent au démarrage et moins mobile (même dans le cas d'un ultraportable). Mais la présence d'un vrai clavier, et généralement d'un système d'exploitation plus adapté pour la manipulation de fichier et de documents.

    Mais finalement la vraie question n'est pas la. L'utilisateur lambda, la madame michu, … resent il vraiment se besoin de faire de la saisie. Ou même la différence de confort entre les deux moyens pour l'entrée d'information ?

    Nous (Geek, libriste et autres férus d'informatique) somme généralement bien plus sensible a ce type de détails que beaucoup d'autres utilisateurs. Et je constate (sans que cela ne soit un échantillon statistique valable) que les moins férus d'informatique de mon entourage utilisent de plus en plus volontier tablette et/ou ordiphone au détriment des ordinateurs fixe/portables plus conventionel.

    • [^] # Re: Consultation et saisie

      Posté par . Évalué à 2.

      La question sera probablement traitée dans un prochain article sur les demandes et les usages de l'informatique. Je suis d'avis que la consultation et la saisie différencient les usages. L'utilisateur lambda consulte davantage qu'il ne saisie, pour "nous" le ratio entre les deux semble à mon avis plus équilibré. Ces différents usages influencent nos choix sur les périphériques que nous utilisons (et ont aussi des répercutions bien plus profondes que ce soit en terme d'offre de produits de la part des constructeurs ou de connexions internet notamment).

      Il existe des ordinateurs qui mélangent tablette et ordinateur portable comme le Dell Inspiron Duo ou le Lenovo Yoga 2

      Dell Inspiron Duo: une tablette hybride étonnante

      Lenovo Yoga 2

      GPG fingerprint : 7C5E 1E77 299C 38ED B375 A35A 3AEB C4EE FF16 8EA3

    • [^] # Re: Consultation et saisie

      Posté par . Évalué à 0.

      C'est pour moi l'une des différence fondamentales entre les ordiphones / tablettes, et les ordinateurs (Fixe et portable) de forme classiques.

      C'est discutable, tres discutable. Ca depend beaucoup du type de saisie dont tu parles.
      Clairement, ecrire un livre ou du code sur le clavier tactile d'un iphone, faut etre un peu SM. Mais c'est une niche ca.
      Entre la tendance data science/context aware du moment, couple a des trucs genre google now/siri/watch, les telephones et tablettes s'en sortent tres bien. Un exemple con, choisir une date/heure est plus simple sur un iphone que sur un desktop, c'est un exemple tres specifique, mais on a pas necessairement besoin d'une tonne d'input pour avoir un resultat satisfaisant.
      Et comme tu le dit, ne pas devoir entrer un tas de donnees, c'est plutot un avantage pour la plupart du monde.

      Quand au temps de boot, macosx sort de veille instantanement depuis des annees et je serais pas surpris que yosemite boote plus vite qu'un iphone dernier cri :) on insere un troll sur systemd tant qu'on y est?

      Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

      • [^] # Re: Consultation et saisie

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Les téléphonnes et tablettes possédent aujourd'hui des systèmes d'entrée d'information qui sont effectivement adapté a leur format.

        La selection de la date et de l'heure rentre pour moi dans la «sélection d'option» : Un nombre de choix définis parmis les quels on fait une sélection.

        Les google now / siri / … et autres copains sont de la reconnaissance vocale, ce qui pose de nombreux probléme (dont de confidentialité. aussi bien vis a vis des des société qui font le traitement de reconnaissance que des personnes proches qui peuvent tout entendre.)

        Pour moi la saisie correspond plus ou moins a rentrer du texte arbitraire, parfois tout a fait méconu de l'ordinateur.

        On peu ensuite distinguer plusieurs cas suivant la quantitée de texte qui est saisie.
        Si l'on tape seulement quelques mots, soit pour remplir des données dans un formulaire, soit pour des textes court tels que les SMS ou des mails simples, un clavier de fortune peu largement suffir.

        Par contre si l'on tape un texte plus conséquant (Ce que je nommais «saisie» ici) tel que répondre ici même, faire une réponse construite a un mail … faire plus que simplement quelques mots. C'est un exercice de style (ou du SM comme tu le dit) que de le faire sur un clavier virtuel (même de tablette).

        C'est une chose qui me semble, a moi, fondamentale, mais qui semble ignoré par beaucoup.

        --

        Les ordinateurs modernes sont effectivement capable de sortir de veille, et même de démarrer en un temps record.
        Mais sortir un ordinateur, même un ultraportable récent (qui prend a peine plus de place qu'une grosse tablette, et est presque aussi mobile) demande au moins un coin de table (ou des genoux) pour s'installer.

  • # A propos des "tout en un"

    Posté par . Évalué à 1.

    Bien que des considérations esthétiques puissent entrer en ligne de compte, l'un des attraits de ces ordinateurs est l'aspect intégré (comme l'aurait très bien dit M. de Lapalisse). Ils sont par exemple utilisés dans les salles de cours, car plus facile à connecter et à sécuriser.
    Dans ce cadre, l'aspect évolutif compte peu. Il faut qu'ils soient fiables et qu'ils viennent avec une bonne garantie, du fait de leur usage très intensif.

  • # Nano-ordinateur et grand public

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Les « nano » ordinateurs

    Annoncés comme étant des ordinateurs low cost mais capable de pas mal de choses, ils sont les vedettes de l'actualité spécialisée dès qu'un nouveau modèle vient à sortir. Il y a beaucoup de confusion, mais aussi d'intérêt parmi les curieux de ce domaine. Ils sont une porte ouverte aux développeurs et aux bidouilleurs pour s'amuser, découvrir un nouveau monde et réaliser des projets, mais ne visent pas le grand public. Leur prix est certes attractif, mais il ne faut pas oublier que leurs performances sont faibles et que la bidouille est dans leur code génétique, ils ne répondent pas aux besoin du grand public. Ce qui ne les empêchent pas de toucher un public toujours plus grand.

    Bonjour,

    c'est archi-faux.

    J'utilise actuellement une Cubietruck, et aussi un eeePC 701, connectés à un écran HD.
    J'ai accès à Internet, je peux voir des vidéos, utiliser Youtube, utiliser des logiciels de bureautique, de la retouche d'images… jouer à Simutrans…

    Alors dire que ça ne répond pas aux besoin du grand public est faux. C'est quoi sinon le besoin du grand public?

    Cordialement

    PS : le eeePC ne me permet pas actuellement d'utiliser mon écran en 1920x1080, je suis donc dans le mode en dessous avec lui.

    • [^] # Re: Nano-ordinateur et grand public

      Posté par . Évalué à 1.

      Il n'y a pas que le logiciel qui rentre dans les besoins du grand public, il y a également la présentation par exemple.

      la cubietruck : cubietruck

      Qui pourrait tout aussi bien être une carte de puissance d'un four pour Mme Michu. Sans compter le disque dur et les fils apparents qui font très bidouille, bien sûr il existe des boitiers pour corriger l'apparence mais ça reste un point à ne pas oublier quand on veux toucher un public qui n'est pas technophile.

      Niveau logiciel, on est sur du GNU/Linux, donc encore un nouveau truc qui change, plus rien ne fonctionne comme avant. Et les logiciels qui peuvent être installés ne sont pas forcément ceux qui sont connus sous Windows ou Mac OS, bien qu'il est relativement facile de trouver ses marques.

      Et si on prend l'exemple du Raspberry PI dans sa première version, il est loin d'offrir la même réactivité qu'un ordinateur plus classique.

      Sans compter l'installation du système qui n'est pas une tache courante pour tout le monde, d'autant plus quand le système n'est pas celui qu'on a l'habitude d'utiliser.

      J'aime beaucoup les nano-ordinateurs et GNU/Linux et je prend plaisir à les utiliser chaque jour. Cependant il faut arrêter de refuser de voir les barrières qu'il y a entre le monde des libristes et des bidouilleurs avec celui du grand public. C'est contre-productif. (Encore un point qui sera présent dans les articles prochains)

      Les démarches ne sont pas très difficiles, seulement il faut en avoir la volonté, la patience et le temps. Des qualités qui manquent chez le consommateur de façon générale.

      L'Eee Pc ne rentre pas dans la catégorie des nano-ordinateurs, mais des netbooks et effectivement il est tout à fait accessible au marché du grand public selon moi.

      GPG fingerprint : 7C5E 1E77 299C 38ED B375 A35A 3AEB C4EE FF16 8EA3

      • [^] # Re: Nano-ordinateur et grand public

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Oui, tu as raison, la présentation compte beaucoup. C'est même ce qu'il y a de plus important.

        D'une part, la photo que tu utilises est plutôt extrême, d'abord parce que les cubietruck (cubieboard v3) sont livrées avec les supports en plexiglass, ensuite parce que l'on peut commander des boîtiers super class pour 3€, ou des boîtiers métalliques avec ailettes pour le double.

        Avec le boîtier, aucun fil n'est apparent.

        D'autre part, parce que j'installe Cubian ou une autre distrib Linux dessus, et donc je me retrouve avec XFCE, ou KDE (pour KDE, j'attends qu'ils corrigent un bug chiant dans l'ajout des plugins dans les barres d'outils).

        Installer Linux sur une cubietruck n'est pas si difficile… mais pas évidant, il faut suivre la doc. (et il n'y a que des linuxiens qui installent eux-même leur OS).

        La Cubietruck est géniale une fois l'installation faite d'un Linux dessus (c'est valable pour tous les ordinateurs, évidement).

        Bonne journée
        G

  • # De la définition de l'informatique

    Posté par . Évalué à 3.

    En lisant l'article, je me suis posé la question de définir l'informatique surtout à la lecture de la phrase :

    Le sujet sera axé sur le matériel, même si le coté logiciel sera nécessairement mentionné.

    Est-il vraiment question d'informatique ou de support informatique ? Je me dirige vers la référence Wikipedia pour y lire :

    L'informatique est un domaine d'activité scientifique, technique et industriel concernant le traitement automatique de l'information via l’exécution de programmes informatiques par des machines : des systèmes embarqués, des ordinateurs, des robots, des automates, etc.

    Et ensuite vient la citation de Hal Abelson :

    La science informatique n'est pas plus la science des ordinateurs que l'astronomie n'est celle des télescopes.

    Qu'est-ce donc que cette informatique dont il est question dans l'article ? Est-ce que le matériel informatique est également de l'informatique ? D'après le raisonnement d'Hal Abelson, il serait faux de penser ainsi et je le rejoins un peu sur ce point. Nommer "informatique" un article qui ne traite que du "support informatique" me dérange. Bien évidemment, les définitions sont subjectives et les domaines se recoupent, ainsi ce que je considère comme informatique partage une partie avec l'électronique (ex : écriture d'un pilote matériel), l'électronique partage elle-même une partie avec la physique (ex : déplacement des électrons), etc. Les frontières sont floues et différentes pour tout un chacun mais, pensez-vous que le support informatique dont il est question dans l'article soit de l'informatique ?

    • [^] # Re: De la définition de l'informatique

      Posté par . Évalué à 1.

      La rigueur dans les termes semble être de mise. Le questionnement et la citation sont intéressants bien que même si il faut différencier la science de l'astronomie et celle des télescopes, l'astronomie sans télescopes ne serait pas celle que l'on connait (On peux d'ailleurs appliquer tout un tas de liste de dépendances entre les différentes sciences et leurs découvertes respectives). Cela ne me semble pourtant pas être une mauvaise idée d'étudier l'un avec l'autre, car dans les faits et l'usage ils sont liés (du moins une partie du temps).

      En revanche il est étonnant de voir que les choses qui paraissent le plus évident ne soient pas celles qui sautent aux yeux : Il est mention d'informatique comme étant le sujet d'une série d'articles, et non d'un seul. En effet bien d'autres domaines de l'informatique seront traités à l'avenir.

      pensez-vous que le support informatique dont il est question dans l'article soit de l'informatique ?

      Essayons de prendre cette question autrement :

      pensez-vous que le support informatique dont il est question dans l'article puisse être autre chose que de l'informatique ?

      On pourrait être tenté de répondre que c'est de l'électronique et l'informatique étant en parti de l'électronique, la réponse à la question précédente semble donc être oui. Mais la réponse peut varier selon les gens et leurs critères.

      Il semble tout de même que cela reste un détail et chacun est libre d'avoir un jeu dans certaines définitions qui sont difficiles à énoncer, l'important étant qu'on puisse communiquer sans trop de problèmes.

      GPG fingerprint : 7C5E 1E77 299C 38ED B375 A35A 3AEB C4EE FF16 8EA3

      • [^] # Re: De la définition de l'informatique

        Posté par . Évalué à 1.

        Merci pour la réponse, je comprends tout à fait la variation de la définition donnée à l'informatique par rapport à ma définition. Je trouve amusant et intéressant de pointer ces petites variations qui semblent anodines mais sont à l'origine de bien des incompréhensions voire pire.

        Je ne contestais pas l'intérêt évident de l'article et de ce que je nomme "support informatique". De toute façon, tout est lié et les sujets se chevauchent.

        Pour revenir au sujet, un résumé serait la quête de l'outil le plus modulable et facile d'utilisation à avoir sur soi. Le premier point est important car moins l'outil est spécifique à une utilisation, moins il sera performant alors que sa puissance de calcul lui permettrait beaucoup mieux. Deuxième point qui est plus une opinion personnelle qu'autre chose, la facilité d'utilisation ira à l'encontre de la liberté (du logiciel, du matériel et de l'humain).

  • # Mini > micro ?!

    Posté par . Évalué à 2.

    Bonjour,
    Tu parles de Mini-ordinateurs.

    Il est certain que la définition du mini ordinateur a un peu changé avec le temps, mais un mini-ordinateur est toujours plus gros qu'un micro-ordinateur.

    Les mini-ordinateurs étaient à l'origine des machines un peu moins grosse que les mainframes.
    On peut dire que c'était des machines de milieu de gamme.

    DEC en a fait pas mal basé sur processeurs VAX, mais il y en eut d'autres.

    Le PDP7 était considéré comme un mini, il me semble.

    Maintenant, les mini-ordinateurs sont plutôt des machines de type SPARC (Sun Microsystems et maintenant Oracle) ou de puissance comparable.

    Mais à ma connaissance, un mini, n'est toujours pas plus petit qu'un micro…

    En attendant la suite.

    A bientôt pour de nouvelles aventures dans le cyberespace et au-delà.
    Jonas

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.