Lancement d’un nouvel ouvrage : Histoires et cultures du Libre - Des logiciels partagés aux licences

21
23
mai
2013
Culture

Sous la direction de Camille Paloque-Berges (Docteur en sciences de l’information et de la communication) et Christophe Masutti (Docteur en histoire des sciences, Président de l’Association Framasoft) et fruit de la collaboration inédite de plus de 20 auteurs provenant d’horizons disciplinaires différents, par des approches thématiques et des études de cas, cet ouvrage propose une histoire culturelle du Libre non seulement à travers l’histoire de l’informatique, mais aussi par les représentations sociales, philosophiques, juridiques et économiques qu’a cristallisées le mouvement du logiciel libre jusqu’à nos jours.

Peu d’ouvrages se sont focalisés sur le Libre dans une perspective historique, alors qu’il peut pourtant être considéré comme une clé de lecture possible de l’histoire de l’informatique en tant que telle (et donc au-delà du mouvement du Libre lui-même).

À l’aide de multiples clés d’analyse, et sans conception partisane, ce livre dresse un tableau des bouleversements des connaissances et des techniques que ce mouvement a engendrés.

Le lecteur saura trouver dans cette approche ambitieuse et prospective autant d’outils pour mieux comprendre les enjeux de l’informatique, des réseaux, des libertés numériques, ainsi que l’impact de leurs trajectoires politiques dans la société d’aujourd’hui.

Cet ouvrage a la particularité d’être un ouvrage dit « collectif » qui a fait l’objet d’un appel à publication invitant les auteurs à soumettre leurs articles. La sélection s’est faite par le comité de lecture de la collection Framabook et par un comité scientifique constitué ad hoc.

Publié aux Editions Framabook sous licence Creative Commons - By (3.0) (attribution), avec le soutien d’Inno3 et d'Inria. Librement téléchargeable sur http://framabook.org/histoires-et-cultures-du-libre, ce livre est également disponible en vente en version papier sur le site : http://www.enventelibre.org.

Sommaire

À propos de Framasoft

Framasoft a été créé en novembre 2001 par Alexis Kauffmann. En janvier 2004, une association éponyme a vu le jour pour soutenir le développement du réseau. Pour plus d’information sur Framasoft, consulter http://www.framasoft.org.
Se démarquant de l’édition classique, les Framabooks sont dits « livres libres » parce qu’ils sont placés sous une licence qui permet au lecteur de disposer des mêmes libertés qu’un utilisateur de logiciels libres. Les Framabooks s’inscrivent dans cette culture des biens communs qui, à l’instar de Wikipédia, favorise la création, le partage, la diffusion et l’appropriation collective de la connaissance.
Le projet Framabook est coordonné par Christophe Masutti. Pour plus d’information, consultez http://framabook.org.

Annexes

Sommaire

I (Pré-) histoire

  • Des réseaux ouverts, pour quoi faire ?
  • Ingénieurs, hackers : naissance d’une culture
  • Esquisse d’une archéologie de l’informatique communicante
  • Sharing Source Code

II Économie du Libre

  • Les modèles économiques du logiciel libre et leur évolution
  • Le logiciel libre : un renouveau du modèle industriel coopératif de l’informatique
  • Les RMLL, haut lieu mobile du libre francophone

III Trajectoires du Libre

  • Influence du Libre dans l’histoire du jeu vidéo
  • Brève histoire de l’identité visuelle du Libre
  • Free software et open source : utopie et idéologie

IV Licences libres

  • L’évolution des licences libres et open source : critères, finalités et complétude ?
  • Libre choix ou choix du Libre ?
  • Perspectives et conclusion

V Études de cas

  • Mozilla : histoire d’une libération
  • Pure data, logiciel libre de productions créatives
  • Wikipédia et le monde du Libre
  • Du logiciel libre pour l’Assemblée Nationale
  • RTFM! La chimie computationnelle : une communauté scientifique loin du libre

VI Témoignages : Libre et institutions

  • Un point d’histoire de la stratégie d’Inria sur l’open source
  • La place du logiciel libre au CNRS
  • Quelques faits passés

Textes complémentaires

  • François Élie, Des trois communautés aux forges de demain
  • Jean-Pierre Archambault, Le libre dans l’Éducation Nationale

Auteurs

Adrienne ALIX
Directrice des programmes de Wikimédia France (Paris), s’occupant notamment de définir, coordonner et suivre les différents programmes de l’association : soutien et valorisation des projets Wikimédia dont Wikipédia, soutien à la contribution et à la libération de contenu. Contributrice sur Wikipédia depuis 2006 et historienne de formation.

Jean-Luc ARCHIMBAUD
Ingénieur en informatique (CNRS) diplômé de l’INSA Lyon, actuellement responsable de projets et directeur adjoint technique de l’unité CNRS Mathdoc. Il a lancé (et en a été responsable pendant 5 ans) la plate-forme PLUME (https://www.projet-plume.org). Voir aussi http://jl.archimbaud.free.fr.

Sébastien BROCA
Docteur en sociologie (Cetcopra, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Auteur d’une thèse intitulée L’utopie du logiciel libre. La construction de projets de transformation sociale en lien avec le mouvement du free software. (dir. Ph. Breton, 2012).

Jonathan CHIBOIS
Membre du IIAC – LAIOS (UMR 8177), École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris. Doctorant en anthropologie politique, il prépare une thèse sur l’évolution des pratiques numériques des députés de l’Assemblée nationale française. Carnet de recherche en ligne : http://laspic.hypotheses.org.

Damien DJAOUTI
Maître de conférences en informatique à l’IUFM de l’Université Montpellier II - laboratoire LIRDEF (http://www.lirdef.fr). Il travaille sur la question des Serious Games, ces jeux vidéo destinés à d’autres finalités que le divertissement : éducation, communication, santé. . . Co-fondateur de l’association Ludoscience (http://www.ludoscience.com) dédiée à l’étude du jeu vidéo.

Primavera DE FILIPPI
Chercheure associée au CERSA / CNRS / Université Paris II. Experte légale à Creative Commons France et cofondatrice du chapitre français de l’Open Knowledge Foundation.

Séverine GIORDAN
Docteure en sciences de l’information et de la communication. ATER à l’Université d’Avignon dans le Master stratégie du développement culturel mention « médiations de la culture et du patrimoine ». Elle s’intéresse aux espaces sociaux et culturels reposant sur des processus de gouvernance partagée. Spécialiste du Data Curation, elle porte son attention principalement sur la constitution des mémoires collectives de ces groupes sociaux et leurs diffusions entre espaces présentiels et virtuels (fictions, expositions, débats, délibérations).

Pierre-Amiel GIRAUD
Membre de l’UMR 5185 ADES – CNRS / Université de Bordeaux. Agrégé de géographie, il prépare une thèse sur les lieux et les territoires de la mouvance du Libre, en optant pour une démarche comparative des pratiques aquitaines et québécoises. Il cherche notamment à y montrer qu’Internet, en tant qu’espace géographique, ne rend visible qu’une partie des phénomènes essentiels à la compréhension de la mouvance du Libre.

Gérard GIRAUDON
Directeur de Recherche Inria, spécialiste de Vision par Ordinateur, actuellement directeur du Centre de Recherche Inria, Sophia Antipolis – Méditerranée. Il a été pendant une dizaine d’années en charge du Développement et des Relations Industrielles d’Inria. Il a contribué à structurer la stratégie de l’Institut sur l’open source et la mise en oeuvre de sa politique comme outil de transfert notamment à travers la création de consortium (ObjectWeb, Scilab, etc.). Il est l’un des co-auteurs des licences de la famille Ce-CIL. Il a publié en 2006 une tribune dans Les Échos, intitulée « Le logiciel libre et ouvert : révolution ou évolution ? », dont on peut trouver une version longue à http://interstices.info/jcms/c_14658/le-logiciel-libre-et-ouvert-revolution-ou-evolution.

Patrick GUILLAUD
En charge des relations entre STIC et société à la direction du développement technologique d’Inria. Il pilote le concours Boost your code. Son cursus professionnel l’a mené de l’industrie à l’enseignement et la recherche. Ayant une formation en automatique, architecture de systèmes, gestion, et un doctorat en sciences de l’information et de la communication, ses recherches portent sur la créativité et l’innovation technologique. Il enseigne à l’INSA de Lyon.

Alexandre HOCQUET
Université de Lorraine & EHESS, Nancy & Paris. Professeur des Universités en Chimie http://hocquet.eeigm.eu), étudiant en Histoire des Sciences et des Techniques à l’EHESS, entraîneur de Football sur Internet.

Thibaud HULIN
Université de Montpellier 2, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Éducation et Formation. Philosophe de formation, développeur occasionnel de logiciel libre.

Benjamin JEAN
Membre de l’équipe du CUERPI (Centre Universitaire d’Enseignement et de Recherches en Propriété Intellectuelle), cofondateur de la société Inno3, consultant au cabinet Gilles Vercken et maître de conférences à Sciences Po. Cofondateur de l’association Veni, Vidi, Libri et du cycle de conférences European Open-Source & Free Software Law Event (EOLE).Il est l'auteur de l'ouvrage « Option Libre. Du bon usage des licences libres ». Voir aussi http://www.inno3.fr/

Nicolas JULLIEN
Maître de conférences en économie à Télécom Bretagne. Il travaille sur les communautés en ligne, et notamment le logiciel libre depuis 1998. Il a publié une dizaine d’articles scientifiques sur le sujet.

Hervé LE CROSNIER
Enseignant-chercheur à l’Université de Caen, il dispense des enseignements sur les technologies du Web (informatique) et la culture numérique (sciences de l’information). Ses recherches portent sur les relations entre l’Internet (et plus généralement le numérique) et la société. Il travaille également sur la théorie des biens communs et sur la communication scientifique. Il a publié dans la collection Les Essentiels d’Hermès deux ouvrages : La Neutralité de l’internet (avec V. Schafer et F. Musiani) et La propriété intellectuelle : Géopolitique et mondialisation (avec M. Dulong de Rosnay).

Christophe MASUTTI
Docteur en histoire des sciences et des techniques, chercheur associé au SAGE / UMR 7363 (Sociétés, Acteurs, Gouvernements en Europe) à l’Université de Strasbourg, responsable des affaires européennes à la Direction Générale des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg. Président de l’association Framasoft depuis janvier 2012.

Camille PALOQUE-BERGES
Docteure en sciences de l’information et de la communication et actuellement post-doctorante LabEx HASTEC - DICEN (CNAM). Travaille sur l’histoire d’Internet et des pratiques de communication en réseau. Membre des associations WebArchivists.org et Patrimoine Belfortain de l’industrie informatique (PB2i). Auteure de Poétique des codes (Paris : Archives contemporaines, 2009).

Isabelle RAMADE
Professeure agrégée affectée à l’université Paris-Sud 11. Chargée de mission C2i (Certificat Informatique et Internet) et Responsable Ressources Pédagogiques Numériques à la Faculté des Sciences d’Orsay. Responsable des Ressources Éducatives Ouvertes à Creative Commons France. Elle promeut la culture numérique à travers le C2i, et une culture libre à travers ses engagements personnels depuis 2005 (AFUL, Parinux, FDN et Wikimedia France), et depuis 2012 avec Creative Commons France.

Stéphane RIBAS
Passionné par la collaboration en mode distribué dans le domaine du développement logiciel, il travaille à la direction du développement technologique d’Inria, ou il assure la promotion des méthodes de management de communautés auprès des équipes de recherche de l’institut. Il est l’organisateur des conférences fOSSa (Free Open Source Software for Academia) et il aime faire partager son expérience du libre auprès des étudiants grenoblois.

Pascal ROBERT
Professeur en sciences de l’information et de la communication à l’ENSSIB/Université de Lyon et membre du laboratoire Elico. Il a récemment publié Mnémotechnologies, une théorie générale critique des technologies intellectuelles (Paris : Lavoisier, 2010) et l’Impensé informatique, critique du mode d’existence idéologique des TIC. Vol. 1. Les années 1970-1980 (Paris : Archives contemporaines, 2012).

Valérie SCHAFER
Chargée de recherche, Institut des sciences de la communication du CNRS (Paris). Historienne. Auteur de La France en réseaux (années 1960/1980) (Paris : Nuvis, 2012) et Le Minitel, l’enfance numérique de la France avec Benjamin Thierry (Paris : Nuvis, 2012). Organisatrice avec Fanny Georges du séminaire Histoires de l’Internet à l’ISCC.

Stéphane UBÉDA
Professeur des universités à l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon, il met sur pied et dirige pendant 10 ans un laboratoire de recherche en télécommunications et systèmes distribués. Associé à Inria comme chef d’une équipe mixte pendant cette période, il entre en 2009 au comité de direction de cet institut comme directeur scientifique en charge du développement technologique.

Robert VISEUR
Assistant à la Faculté Polytechnique de l’Université de Mons, en Belgique, et Ingénieur de recherche au CETIC (Centre d’Excellence en Technologies de l’Information et de la Communication). Ingénieur civil et Docteur en sciences appliquées de formation, il travaille principalement sur la valorisation des logiciels libres (modèles d’affaires, licences, etc.) et sur la mise en œuvre des technologies libres de recherche d’information.

Jean-Benoît ZIMMERMANN
Directeur de Recherche CNRS, GREQAM, Université d’Aix-Marseille, Aix-Marseille School of Economics. Économiste, il travaille sur l’approche des interactions comme fondements de la coordination des agents économiques. Travaux sur l’industrie informatique, le logiciel et le logiciel libre depuis 1999 (une douzaine d’articles publiés).

  • # Cool

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Cool, un nouveau framabook.
    Il y a deux ans, je m'étais acheté la bio de Stallman et je l'avais lu d'une traite.
    Je cours m'acheter celui-là (enfin demain, là il est tard !).

    Il avait aussi le plus grand respect de l'humour parce que c'était une des meilleures armes que l'homme eût jamais forgées pour lutter contre lui-même.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.