Le projet MLED fait peau neuve

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Pierre Jarillon et Nÿco. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
Tags :
33
16
mar.
2017
Slackware

Voici la nouvelle mouture du projet MLED, qui a été entièrement revu et corrigé. Le poste de travail Microlinux Entreprise MLED fournit un poste de travail professionnel propre, complet et robuste basé sur Slackware Linux et l’environnement de bureau Xfce. Il est principalement utilisé dans quelques mairies, médiathèques, écoles et stations de radio du sud de la France.

MicroLinux

L’originalité de MLED, c’est que ce n’est pas à proprement parler une distribution à part avec sa propre image ISO d’installation. Au lieu de réinventer la roue, MLED s’appuie sur une base Slackware élaguée à l’aide d’une poignée de scripts, et sur laquelle s’installe une collection de paquets qui contiennent tout ce qui manque communément à Slackware : applications populaires, polices de caractères, codecs et greffons multimédia, etc.

Environnement de bureau, installation, préconisations… Voyez cela en deuxième partie de d’article.

MLED mise sur la qualité plutôt que sur la quantité et se concentre sur un seul environnement de bureau : Xfce. Celui‐ci est personnalisé par le biais d’une série d’éléments fonctionnels et esthétiques. Au final, on obtient un bureau au visuel « léché », mais dont l’habillage sobre s’intègre bien dans un environnement de production.

Pour ce qui est de l‘installation, MLED vise les utilisateurs ayant un minimum d’expérience avec GNU/Linux et Slackware. La documentation détaillée de MLED facilite au mieux la procédure d’installation et de configuration. En revanche, une fois que MLED est installé, même la proverbiale Madame Michu pourra s’en servir sans le moindre souci. Un soin particulier a été apporté à une configuration intuitive du profil par défaut.

Un des points forts de MLED, c’est que le système tourne très bien même sur du matériel obsolète. Depuis la version 14.1, MLED est disponible pour les architectures 32 bits et 64 bits, et le projet suit le cycle de maintenance de Slackware, qui est d’environ cinq ans pour chaque version. Enfin, la toute nouvelle mouture du site Web du projet est désormais compatible avec les mobiles, les téléphones intelligents et les tablettes. L’ensemble du site et de la documentation est disponible en français et en anglais.

  • # Juste en passant...virez OS X du site

    Posté par . Évalué à 2.

    Mettez votre propre icône de bureau, plutôt que celle d'OSX sur votre site, même si la ressemblance est forte. ou virez au moins la  ©…

    Sinon cette distro à l'air très intéressante, même si en tant que noob, je suis plutôt porté vers la "famille Debian" qui me semble être plus populaire, avec Debian, Ubuntu & Co, et maintenant Raspbian.

    • [^] # Re: Juste en passant...virez OS X du site

      Posté par . Évalué à 2.

      Manque de maturité Debian, c'est un projet un peu jeune je trouve.

      Yth, rhoo, quoi ? On a le droit de dire des âneries non ?

    • [^] # Re: Juste en passant...virez OS X du site

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Au fil des années, il y a eu plusieurs moutures de MLED basées successivement sur CentOS, Ubuntu LTS et Debian. J'ai retenu Slackware parce que c'est probablement la distribution que je connais le mieux, et parce que dans mon quotidien je suis assez fréquemment confronté à du matériel obsolète. Je sais que Debian s'acquitte bien des vieux PC, mais la durée de support pour les mises à jour de sécurité est bien plus longue pour Slackware (environ cinq ans) que pour Debian (un an après la sortie de la version stable subséquente).

      Quant à la pomme, vous avez de bons yeux. Elle fait 12x10 pixels. Et j'ai choisi ce graphisme parce qu'effectivement c'est ce qui ressemblait le plus au bureau MLED dans sa configuration par défaut. N'étant pas infographiste - je dessine comme un pied - je serais reconnaissant si quelqu'un pouvait m'envoyer une version de l'image sans la pomme.

      Dyslexics have more fnu.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.