Le Syntec Informatique publie son Guide Open Source

Posté par (page perso) . Modéré par Christophe Guilloux.
Tags :
13
6
oct.
2010
Commercial
En préalable de l’Open World Forum, la semaine dernière à Paris, a eu lieu dans les locaux du Syntec Informatique la présentation du nouveau Guide “Réflexions sur la construction et le pilotage d’un projet Open Source”.

Résultat de deux ans de travail, il regroupe le travail d’avocats, d’architectes, de responsable de propriété intellectuelle, et de nombreux autres acteurs d’un grand nombre de sociétés françaises (parmi lesquelles Steria, Novell, Bull, Red Hat, CSC, HP, Microsoft, Logica, Sodifrance, Devoteam, Logitas, SAGE, Ingres, Orange, Linagora) intéressées à partager les meilleures pratiques autour de la gestion de projet comportant des composants Libre ou Open Source. Il est à mon avis très utile pour les nombreuses PME françaises qui se posent encore des questions sur ces sujets en apportant des réponses développées mais aussi des conseils pratiques d’organisation ou d’outillage par exemple.

Le guide est disponible sous licence Creative Commons CC by-sa 3.0 et GNU FDL 1.3 et les contributions sont souhaitées pour son amélioration dans le temps pour en faire un incontournable ! Enregistrez-vous sur le site dédié : http://opensourceguide.info/
  • # La FniLL

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    La première phrase de http://opensourceguide.info/ mentionne la FniLL.
    Beaucoup d'entreprises font état de leur appartenance à l'April que je connais un peu, mais je ne me souviens pas avoir entendu parler de la FniLL (http://www.fnill.org ) que je ne connais que mal -et pourtant ça fait quelques années que je suis l'actualité sur linuxfr (une recherche me montre qu'en fait ça m'avait échappé, mais tout de même, je voudrais en savoir plus !)
    Par ailleurs je ne suis pas certain qu'on puisse vraiment qualifier Red Hat, HP ou Microsoft de sociétés françaises, même si elles ont un siège dans la capitale française :-)

    Ne faudrait-il pas mentionner cette association dans la dépêche ?

    Bon, je critique, je critique, sans envoyer de dépêche ni rien, alors je termine ce commentaire en remerciant de cette information qui me sera peut-être directement utile !
    • [^] # Re: La FniLL

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      La FniLL (Fédération Française pour l'Industrie du Logiciel Libre) est l'association qui organisait l'événement "Paris Capitale du Libre" pendant quelques années. L'événement est maintenant remplacé par l'Open Word Forum, ce qui explique notamment sa faible visibilité (il y aurait d'autres éléments, mais autant éviter une polémique qui éclipserait l'intérêt de ce billet : le guide :-)).
      • [^] # Re: La FniLL

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        je me permets une petite rectification …

        Open Word Forum >> Open World Forum

        [services informatique](http://www.aexm.fr/ "AEM") sur Grenoble

    • [^] # Re: La FniLL

      Posté par . Évalué à 2.

      Par ailleurs je ne suis pas certain qu'on puisse vraiment qualifier Red Hat, HP ou Microsoft de sociétés françaises, même si elles ont un siège dans la capitale française :-)

      Petite précision :
      - Red Hat a son siège à Puteaux
      - HP et MS ont leurs sièges à Issy-les-Moulineaux

      Je chipote, c'est quand même tout près de Paris, mais ce n'est pas Paris ;)
    • [^] # Re: La FniLL

      Posté par . Évalué à 2.

      La FniLL est encore une tentative de Linagora de tirer la couverture à elle.

      D'ailleurs, il me parait nécessaire que les personnes qui interviennent ici et qui sont des salariés ou affiliés avec Linagora le précisent.
      • [^] # Re: La FniLL

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        :-)

        J'approuve, je demande par la même occasion que les personnes qui interviennent ici et qui sont des salariés ou affiliés avec « Microsoft/Oracle/Google/Novell/Red Hat/l'April/l'AFUL/Framasoft/la FSF/un GUL/le diable/une SSII ou un éditeur de logiciel » le précisent.

        De manière plus générale, toute personne ayant un lien avec – ou contre – le logiciel libre, son écosystème ou son industrie est priée de se dénoncer – a fortiori en cas d'opinion sur le sujet !
        • [^] # Re: La FniLL

          Posté par . Évalué à 2.

          Ouais......

          Sauf que les entités que tu cites n'ont pas le même passif d'accaparement de l'associatif libre en france.
  • # Ouh là !

    Posté par . Évalué à 5.

    Si SYNTEC - la convention collective des entreprises qui n'en veulent pas - s'occupe de conseiller les PME sur le LL, forcément ça va être compliqué, nécessiter des armées d'ingénieurs et de la "démarche SI" à tout va, faire la part belle à l'Open Source ... bref, être cher (très) et libre AU MINIMUM.

    Pauvres PME, pauvres petites mains de l'informatique adeptes du LL : la contribution de SYNTEC n'est pas une bonne nouvelle en ce qui me concerne. Que SYNTEC continue de s'occuper (mal) de son objet social !
    • [^] # Re: Ouh là !

      Posté par . Évalué à 5.

      Tu as lu le guide, ou tu fais un procès d'intention ?

      Le guide fait (plutôt bien) une synthèse des problématiques en jeu, tant dans l'utilisation des logiciels libres que dans la contribution. C'est pour des gens qui ne connaissent pas du tout le sujet.

      Je pense que ça va dans le bon sens: faire que les PME qui utilisent les logiciels libres le fassent en suivant les règles du jeu.
      • [^] # Re: Ouh là !

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Je l'ai lu le guide. J'ai encore plus peur quand je lis que c'est pour des gens qui ne connaissent pas le sujet :/

        Dites moi si je me trompe : il s'agit bien de comment réaliser une OPA sur les logiciels libres intéressants, sans rien ou presque reverser à ceux qui écrivent le logiciel, et en se gavant sur les services.

        C'est bien ça ?
        • [^] # Re: Ouh là !

          Posté par . Évalué à 2.

          Bof, tu sais, franchement moi quant je vois des distributions prendre un outil moins bien qu'un autre car ce dernier est sous Agpl, j'ai un peu mal au cul aussi ... Donc bon, effectivement on pourrait éviter les procès d'intention.

          Je comprends (je crois) la problématique posée par ton commentaire, mais je ne ferais pas de procès d'intention à la LiFo au sujet des reflexions qui y sont actuellement menées (et qui ne semblent pas passionner les foules [malheureusement] sur ce point de la gestion fine des licences. Alors je ne vois pas pourquoi j'en ferai un à Syntec (pour un jugement personnel ? bof). Si la LiFo arrive à sortir un outil (ou en faire évoluer un...j'espère) pour cela, cela ne peux être qu'une bonne chose. Il n'y a pas lontemps on m'a fait remarquer une erreur de compréhension de ma part sur la gpl dans le noyau, et bien ce type d'outil peux aider à résolver justement les points (mal compris, mais on s'en fiche) litigieux... et à arrêter de voir du gros blob sous pretexte qu'il reste dans le userland.

          Je sais pas exactement, qui vivra verra
          • [^] # Re: Ouh là !

            Posté par . Évalué à 2.

            résolver => résoudre c'est plus français.
            et je ne compte pas les fautes de grammaire, mais parait qu'on a le droit d'en faire,...
      • [^] # Re: Ouh là !

        Posté par . Évalué à 3.

        C'est d'autant plus clair avec l'objectif que tu met en valeur ici. J'ai trouvé ce document remarquablement bien réalisé, clair et agréable à lire. Cela fait plaisir de voir ce type de document (et que syntec y soit associé est une bonne chose, ça évitera le pillage de code que j'ai pû constater parfois [vendredi inside un peu, mais pas trop] en permettant aux ssii et pme/pmi d'avoir une vision clair des enjeux).

        Ce qu'il manque (à mon goût) ce sont des pistes sur la mise en pratique de ces bonnes pratiques :) Certes les outils usuels sont cités (blackduck) mais tout semble rose bombon au pays des fleurs... Or ce n'est pas le cas, il me semble important de souligner également les difficultés liés à ces enjeux, et parfois le coût en terme de temps que peux représenter une bonne gouvernance opensource au sein d'une entreprise. Alors oui bien sûr on est très loin de la *mertitude* des serveurs de licences, mais il y a quant même, ou du moins il peut y avoir, des difficultés en prendre en compte.

        Je prends l'exemple de RPM.
        Actuellement rpm gère les licences sous la forme d'une simple déclaration unique. Si on fait sale, on colle tout sur une ligne et basta. Si on fait un peu plus propre on va utiliser la possibilité de création de rpm multiples avec un seul spec, et ainsi avoir une granularité plus fine des licences. Très bien. Mais il reste de nombreux cas où ni l'un ni l'autre ne convient. Exemple courant : un projet totalement libre inclu des fichiers sous license apache, une biblio en lgpl, deux futurs binaires en gplv2 strict, et un peu de doc sous gfdl. Ok. Mais tout ceci ne constituera qu'un paquetage unique au final, il n'y a pas d'intérêt à en créer de séparer (mettons que le doc ne soit pas doxy... [dredi])...Là, RPM n'est pas actuellement capable de répondre à cette problématique. En fait, pour être plus précis, il s'en fiche c'est pas son problème. Mais cela peux causer des soucis à la gouvernance OpenSource pour -au moins- faciliter la compatibilité et le suivi des licences utilisées.
        Ca fait enculeur de mouche, mon exemple, mais c'est pourtant un exemple très courant. Et perso il ne me semble pas pertinent que la gouvernance OpenSource au sein de l'entreprise commence par un "point. libre" en mélangeant allègrement licence de type bsd et gpl.

        Il est donc peut être nécessaire, à des fins externes aux paquetages et au système eux mêmes, d'avoir une meilleure granularité directement dans le fichier spec de RPM, permettant de lier avec précison chaque licence de chaque brique. (sinon bonjour le binz pour parser une à une les licences, alors que cela serait très simple et certainement utile, d'avoir cela directement dans le spec sous une forme plus précise que Licences : gplv2, bsd Mais plutot Licence Doc : gfdl Licence lib : lgpl Licence bin gplv2 etc etc).

        Mes deux cents.

        Donc clairement pour moi ce document fût un régal à lire. Reste à voir comment les entreprises appliquant les recommandations (à mon avis ça ne cible pas que les pme/pmi, si?) vous pouvoir faire du "demerdes toi" au quotidien. Ou si, sous la même impulsion que celle qui a donnée naissance à ce doc, elles pourront disposer d'un outil fin et efficace de gestion des licences OpenSource et de leur interaction. Bref savoir si cela restera un "whitepaper" ou bien si cela sera suivi d'effet, pour par exemple participer aux reflexions actuellement menées au sein de la Linux fondation à ce sujet...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.