L'ESA lance son Summer of Code

Posté par . Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa
42
6
juil.
2011
Communauté

L'agence spatiale européenne (ESA) lance un projet inspiré du Google Summer of Code : le SOCIS (Summer of Code in Space).

Destiné aux étudiants inscrits dans une institution européenne, ce projet vise à associer un étudiant à un projet libre et un mentor, tout comme le GSoC. Les projets doivent être en lien avec le domaine spatial. On retrouvera donc par exemple RTEMS, un système d'exploitation temps réel, parmi les projets candidats.

Ce SOCIS étant le premier du genre, les délais sont assez courts pour les inscriptions. Ainsi, les projets doivent déposer leur candidature avant le 15 juillet et les candidatures acceptées seront annoncées le 18 juillet. Les étudiants pourront ensuite postuler. La période de développement sera entre août et octobre.

Une liste de diffusion a également été mise en place pour les éventuelles questions et annonces liées à l'événement.

Le code produit devra être publié sous une licence libre. Ce projet s'inscrit dans la volonté de l'ESA de pousser à l'utilisation des logiciels libres dans le spatial.

  • # Après SOCIS...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    ... bientôt le Summer of Code Extra Terrestrial, aussi connu par les intimes comme SOCET ?

  • # intéressant

    Posté par . Évalué à 5.

    Ça va faire pas mal de développement pour de l'embarqué...
    j'aime bien "In space no one can hear you code." . Pourquoi mon code est effrayant à en hurler ?

    • [^] # Re: intéressant

      Posté par . Évalué à 10.

      Si tu programmes en C avec plein de pointeurs, peut-être y en aura-t-il un pour s’écrier :

      Oh my God—it’s full of stars!

      (En espérant qu’il n’y aura pas le début de la citation :

      The thing’s hollow—it goes on forever— )

  • # Licence

    Posté par . Évalué à 4.

    Le code produit devra être publié sous une licence libre. Ce projet s'inscrit dans la volonté de l'ESA de pousser à l'utilisation des logiciels libres dans le spatial.

    Je n'ai pas regardé les liens, mais poussent-il en particulier à utilise CECILL ? Il me semble que les institutions européennes essaient d'uniformiser leur licence autour de celle-ci. J'aurais imaginé qu'ils laissent le choix libre (il n'est pas toujours possible de choisir) tout en conseillant celle-ci.

    Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

  • # Au pays du cassoulet ...

    Posté par . Évalué à 4.

    Le SOCIS a sa place :), ils manquent pas d'humour a l'ESA (Toulouse) !

  • # Matériel libre

    Posté par (page perso) . Évalué à -1.

    Je ne m'y connais pas trop sur le sujet.

    Je suis assez curieux de voir ce que cela va donner. Parce que du code libre sur du matos fermé, ça n'a pas trop de sens. J'espère que le matériel est également relativement utilisé pour l'embarqué sera relativement libre lui aussi.

    La réalité, c'est ce qui continue d'exister quand on cesse d'y croire - Philip K. Dick

    • [^] # Re: Matériel libre

      Posté par . Évalué à 1.

      Pourquoi du "matos fermé" ?

      Pour un SCU en l'air, t'as quelques douzaines de machine
      qui tournent pour les calculs, la simu, les bancs, les
      analyses etc.

      Enzo Bricolo

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.