Linux, Mandrake, Red Hat et les particuliers

Posté par . Modéré par Mouns.
Tags : aucun
0
16
nov.
2003
Presse
Interviewé par Transfert.net, Gaël Duval donne une analyse de ces derniers temps et des derniers évènements: le rachat de SuSE, le changement de politique de Red Hat et les propos du PDG de la distribution américaine qui l'ont accompagné.

Gaël Duval se rapproche assez du PDG de Red Hat pour ce qui est du rapport entre Linux et le grand public. Selon lui, même si GNU/Linux est devenu beaucoup plus accessible et de plus en plus configurable par des outils graphiques, cela reste quand même complexe pour l'individu lambda. Le fait que de plus en plus d'applications bureautiques comme OOo apparaissent peuvent séduire et il y a bien sur des particuliers qui passent à Linux mais ce sont le plus souvent des personnes assez intéressées par l'informatique.
Ce sont donc surtout les entreprises qui sont les premières concernées et les évènements récents s'expliquent très bien par cela: l'arrêt du "grand public" pour Red Hat, SuSE qui passant sous la coupe de Novell va probablement se consacrer d'avantage au serveur. Même si SuSE continue à sortir une version pour particulier, il apparaît quand même que le secteur "grand public" des entreprises distribuant Linux est une faillite économique.
Le fondateur de MandrakeSoft affirme pourtant que l'éditeur français va probablement continuer dans cette apparemment non rentable du "grand public" car cela peut en plus constituer un élément pour pénétrer le marché des PME.

D'après Matthew Szulik, le P-DG de Red Hat, tant que les OS basés sur le noyau Linux n’auront pas gagné en maturité, le grand public doit continuer d’utiliser Windows. Un pavé dans la marre de ceux qui prônent l'utilisation de linux auprès du grand public... et une bonne pub pour Microsoft au passage.

NdM: merci à poc et undeuxtroisout pour leurs dépêches.
Que penser de tout cela? Ces déclarations qui accompagnent les derniers évènements sont très intéressantes et on peut se permettre de au moins s'interroger, au plus tirer des conclusions qui apparaissent de plus en plus claires:
- le GNU/Linux grand public reste encore un échec malgré tous les efforts qui ont été faits en matière de démocratisation,
- le GNU/Linux grand public est une faillite commerciale. Si Red Hat a pu au début profiter de ce secteur, c'est parce que la société entrait dans un monde très complexe qui rebutait tout le monde et la démocratisation amorcée par la distribution américaine a été un succès, de même Mandrake a su au début tirer profit du "grand public" grâce à sa simplicité déconcertante et la puissance d'urpm.
- les sociétés commerciales se voient donc obligées de s'orienter de plus en plus vers le marché des entreprises, voire comme RH, abandonner le secteur déficitaire du Linux pour particulier.

Peut-être cependant Mandrake saura s'approprier ce marché ce dont elle aurait besoin mais si il reste quand même déficitaire, seules les distributions comme Debian et Slack pourront reprendre le flambeau mais elles ne sont pas encore très accessibles.

Quelque part... le processus de "dés-élitisation" de GNU/Linux semble malheureusement ne pas avoir encore apporté ses fruits.
  • # Microsoft

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Microsoft a compris l'inverse.

    Pour rentrer dans l'entreprise il faut passer par le grand public. Ils avouent eux-mêmes avoir laissé des versions piratées de Windows de façon à ce qu'en arrivant dans l'entreprise l'utilisateur lambda avec ses connaissances des produits Microsoft fasse entrer (et surtout perdurer) Microsoft dans l'entreprise.

    Je ne pense pas qu'il faille délaisser le grand public sinon Linux en entreprise ça restera dans le placard pour héberger la passerelle :(

    L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

    • [^] # Re: Microsoft

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      D'où viennent les copiés illégales des logiciels Microsoft sinon de l'entreprise ?

      Je doute que, parmi les gens non interessés par l'informatique, beaucoup n'aient pas commencé à utiliser un ordinateur dans un cadre professionnel.

      Ensuite, évidemment, il ne faut pas délaisser le grand public : c'est ceci qui est très mal compris dans cet article. De fait, l'entreprise, c'est la porte d'entrée du grand public, c'est là où se trouve le grand public ! En d'autres termes, se focaliser sur l'entreprise, ça ne signifie pas se focaliser sur les serveurs d'entreprise.

      Aussi, c'est bien l'entreprise - et les organismes public - qui ont le plus d'intérêt à GNU/Linux. Ce sont eux qui ne peuvent se contenter de logiciels boggués qu'ils ne peuvent corriger ou adapter à leur contexte particulier...
      • [^] # tu te trompes

        Posté par . Évalué à 1.

        beaucoup n'aient pas commencé à utiliser un ordinateur dans un cadre professionnel.

        maintenant c'est certainement le cas mais il y a 10 15 ans ce n'était pas comme ça.

        Beaucoup de gens ont commencé avec un pc pour faire les comptes et quelques jeux - avec un GEM ou un DOS.

        Tout le monde sait que les pirates sont un moyen au mème titre que les démos de propager un logiciel de le faire connaitre = publicité
        et pas forcément chez les "pros".

        Si on reprend l'argument de l'entreprise, à l'époque où les gens travaillaient sur terminaux reliés à un 3090 personne n'auraient eu l'idée d'avoir un terminal chez lui, ou alors trés rare.
        Les micros sont arrivés par le grand public.

        On ne peut pas définir la diffusion des savoirs et des technologies, ou l'inverse, unilatéralement, c'est plus proche du "jeu de la vie", liquidwar.
        Linux Doit passer dans le grand public pour 2 tres bonne raisons :
        - il est le héros de la révolution open source /libre
        - j'ai investi des économies dans Mandrake et c'est leur stratégie

        Le seul truc c'est qu'il faut arréter d'entendre des trucs dans le genre de ce que je lis faut arréter de prendre les gens pour des c..
        s'ils ne viennent pasc'est qu'ils ont pas envie
        A un moment donné ça va frustrer pas mal de caractériels qui s'étaient réfugiés dans linux pour faire de l'informatique libre sans patrons.
        Qu'ils aillent sur freeBsd c'est pile poil leur philosophie, et c'est trés bon mais pas destiné au commercial.

        Linux en tant que technologie est dans un ère de commercialisation.
        Le commerce de notre époque et tu me crois tu me crois pas, voir l'entreprise comme moteur du commerce c'est une idée qui date. On ne peut pas se tromper elle fait l'unanimité !!!
  • # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Dire que windows est plus adapté pour les postes clients, j'ai du mal a le croire ! J'ai installé linux+gnome+mozilla+OOo sous linux a ma mere et des amis et je vois pas le probleme que cela puisse posé ! Ma mere ne s'amuse pas a installer des logiciels et a configuré des parties de l'OS tous les 4 matins. Elle se contente de faire du traitement de texte qd elle en a besoin et d'aller sur internet pour le plaisir.

    Si Linux n'est pas sur le poste client c'est au cause de l'education (et oui il n'y avait que du windows dans mon lycee/université), la vente forcée (il n'y a que du windows a carrefour), la communication (meme les journeaux télévisées font de la pub déguisée pour les produits Ms) et la volonté politique (d'ailleurs ceci est le point le plus important dans cette liste, s'il y avait un vrai politique Informatique comme elle existe dans l'agriculture ...).
    • [^] # Bonne analyse !

      Posté par . Évalué à 7.

      Effectivement les politiques mis à part quelques-uns (notamment Michel Rocard) ne font pas leur boulot au détriment de la France et de l'Europe. Il est pourtant simple de comprendre que l'investissement dans le logiciel libre pour un état est rentable!

      À quand une politique volontaire en informatique !
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par . Évalué à 3.

      Dire que windows est plus adapté pour les postes clients, j'ai du mal a le croire ! J'ai installé linux+gnome+mozilla+OOo sous linux a ma mere et des amis et je vois pas le probleme que cela puisse posé ! Ma mere ne s'amuse pas a installer des logiciels et a configuré des parties de l'OS tous les 4 matins. Elle se contente de faire du traitement de texte qd elle en a besoin et d'aller sur internet pour le plaisir.


      Bien sûr, mais faut penser à tous les jeunes Windowsiens qui utilisent leurs machine pour faire de la retouche photo par ci, du montage vidéo par là et qui aiment installer des programmes tous les jours pour "essayer ci et ça". Eux trouvent l'installation de programmes etc trop compliquée (et préfèrent frimer avec leur Photoshop CS téléchargé sur eMule...)

      A quand des bonnes gestions des dépendances et plus de messages d'erreur genre libXX needed ? Il faut un système simple je pense pour les débutants...
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Tu oublies quand meme quelques trucs.

      C'est toi qui a installé GNU/Linux a ta mère, laisse la avec le cd d'une mandrake et on va voir si elle s'en sort. Franchement, je travail dans une université et quand je vois que les utilisateurs ne sont pas capable de faire un windows update parce que :"c'est trop compliqué"(malgre une doc faite par un collegue), j'ai du mal a croire que GNU/Linux soit pres pour le grand public. Mais de toute facon, Windows ne l'a jamais été non plus. Le seul avantage de Windows sur GNU/Linux, c'est d'avoir des drivers pour tout les periphériques recents(ce qui n'est pas forcement vrai pour le vieux matos)·
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        moui mais ca fait plusieurs fois que je suis obligé de faire le trajet jusqu'a chez elle juste pour formater le HD et installé windows parce qu'elle ne sait pas le faire elle meme (ben quand word veut plus marché parce .... euh je sais pas, et qu'il ne veut pas se desinstallé parce que je ne lui met pas soit disant le bon cd (alors que c'est le bon) et que je peux pas installé word 97 parce que word 2000 est installé (enfin je peux l'installer mais pas le lancé puisqu'il lance automatiquement le word 2000 qui se lance pas)) elle ne sait pas mieux se débrouiller.

        Je pense qu'il y a bien plus d'erreur que je qualifirais de "mystique" sous windows Me que sur gnu/linux slackware.
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par . Évalué à 6.

        Franchement, je travail dans une université et quand je vois que les utilisateurs ne sont pas capable de faire un windows update parce que :"c'est trop compliqué"(malgre une doc faite par un collegue), j'ai du mal a croire que GNU/Linux soit pres pour le grand public.

        Avec ton exemple tu démontres que ces utilisateurs soient sous windows ou sous GNU/linux, les utilisateurs qui ne savent pas faire.... ne savent pas faire et qu'ils n'essairont même pas de bidouiller ou de faire eux-mêmes des actions basiques !!!
        Pour moi c'est une évidence qu'il est préférable que ces utilisateurs qui ne veulent pas toucher à leur OS utilisent GNU/Linux, vu que de toute façon, la situation ne sera pas mieux/pire que sous windows !

        Moi aussi j'ai mis un linux chez mes parents, une Mandrake, ils en sont très content mais ils n'y touchent jamais, de la même manière que si je leur avais installer windows, ça ne changerai rien, alors tous ces utilisateurs, je préfère les voir sous GNU/Linux !

        Tout ça pour dire que je suis relativement d'accord avec ta conclusion, le seul avantage de windows sont des drivers pour pratiquement tous les périphériques (même s'il suffit de trainer sur des forums ou des serveurs de news pour voir que même sous windows des choses simples sont problématiques).

        Mais je reste persuadé qu'il faille absolument faire le maximum, concernant les personnes qui n'installent pas eux-mêmes leur OS, pour leur faire utiliser GNU/Linux, si nous ne le faisons pas, qui le fera ?
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par . Évalué à 5.

        « laisse la avec le cd d'une mandrake et on va voir si elle s'en sort. »

        On notera que de plus en plus de systèmes de bureaux utilisent le système des portables, qui est d'être livré avec le système pré-installé.
        On allume la machine et Windows(r) est déjà installé sur le disque dur et configuré pour le hardware, etc. avec un cd de restauration à la place d'un « vrai cd » de Windows(r).

        Si on imagine donc un PC avec un Linux pré-configuré de cette manière, je pense que ça peut passer avec autant de facilité que Windows(r)...
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par . Évalué à 4.

        Tu crois qu'un débutant s'en sort avec un CD de Windows ?
        Faut arrêter cette utopie débile de croire que les gens avec un CD de Windows XP arrive à installer tout leur système et drivers en quelques clics.
        Et en ce qui concerne Windows Update, je rappelle que dès qu'ils se connectent, en 5 minutes ils ont blaster. (Testé et approuvé chez deux clients différents. ADSL et 56K)

        Windows XP, des drivers récents ? Lesquels ?

        Alcatel Speedtouch USB ? Il connait pas
        Sagem Fast 800 ? Non plus.
        Geforce xx ? Driver générique. (Ça change pas de trop de Xfree)

        Windows XP demande des drivers pour certains modems 56K/33K qu'il n'arrive pas à faire fonctionner en mode générique alors que Knoppix y arrive sans problème et sans drivers.

        Donc non Windows et Gnu/Linux, même combat, si y'a pas quelqu'un derrière pour expliquer ou une documentation fournie, les débutants n'y arrivent pas.

        Maintenant ce qui fait que Windows est devenu simple d'emploi, c'est que Windows est déjà PRÉ-Installé.
        Plus sérieusement, quand je lance ma bécanne, les daemons démarrent, X se lance, gdm lance Gnome 2 automatiquement, je lance un petit script (seul bémol) pour me connecter et je clique sur l'icone de Galeon pour surfer, sur celle de X-Chat pour aller sur le net, celle de Sylpheed-claws pour voir les news, sur celle d'Evolution pour voir mes mails.

        Y'a quoi de compliqué ? C'est sur pour les jeux Windows, ça l'est moins.

        Pour ce qui est de Redhat, elle m'a plutôt foutue des batons dans les roues qu'autre chose quand j'ai voulu l'installer sur la bécane à ma mère.
        Contrairement à Mandrake, Redhat sur 3 CD ne vient pas avec beaucoup d'applications (En tout cas, j'ai pas beaucoup de choix avec le selecteur de paquetages.) et n'a pas tendance à me faciliter la vie (le système pour créer des connexions est totalement minable et rigide).
        Obligé d'aller sur le net [sur ma distro] pour avoir un vrai lecteur de CD (xmms-cdread), les deux autres fonctionnaient pas (celui de XMMS est quasiment inutilisable, et celui de ... gnome je crois, plantait.)
        Alors maintenant que le PDG de Redhat dise que Redhat est pas fait pour le grand public, je veux bien les croire mais dire que Linux n'est pas prêt pour le grand public, c'est un peu gros.

        Quand au PDG de Mandrake, être d'accord avec le PDG de Redhat et continuer sur le marché du Desktop ça donne plutôt une image étrange de Mandrake.
        Dans le genre, on continue sur un marché qui est voué à l'échec selon nous.
        Assez étrange comme conviction.
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par . Évalué à 6.

      La politique agricole française (et européenne) n'est pas une référence ! Elle laisse libre jeu au marché mondial et aux grosses multinationales (non je ne m'appelle pas josé ;)
      Nous en revenons toujours au problème des lobbys. Nous vivons en ploutocratie.
      decrypt.politique.free.fr/lexique/ploutos.shtml

      Pour en revenir au débat, à savoir Linux pour le grand public.
      Il faudrait définir ce qu'est le grand public ?
      Personnellement, je ne sais pas.
      Si on suppose que le grand public n'ait pas été formé pour Win, cela concerne pas mal de gens qui ont plus de 30 ans. En effet, les jeunes de moins de 30 ans ont eu de grandes chances de faire leurs études sur des PCs Windows.
      Donc les exemples du type : "ma mère utilise KDE sans problème" sont vraisemblables. Mais cette dame d'un certain âge va rarement chez Carrefour chercher un PC en demandant qu'il soit "sous KDE".
      Elle demande conseil a "celui qui s'y connait en informatique". C'est en général le même processus pour l'achat d'une voiture. On demande au beau frère mécano. Mon exemple prend une femme car il est souvent cité mais beaucoup d'hommes n'y connaissent rien en informatique.

      Bref, il serait bien de définir ce que vous appelez grand public. La grande règle en marketing est celle des 4P, ici, nous devons définir le public.

      Pour faire avancer le débat, voilà ma vision des choses :

      - grand public de grandes surfaces : achète un PC à la rentrée des classes pour l'enfant qui rentre au collège/lycée/fac, utilisation bureautique, souvent déviée vers des jeux vidéos :)
      C'est le public visé par Lindows, Mandrake conviendrait même si je trouve que l'interface est encore trop chargée pour des débutants.
      Win* est en général considéré comme trop complexe par les vendeurs (HP/Compaq/...) et ils livrent donc un logiciel de prise en main très intuitif.
      Se pose ensuite le problème du SAV, il faudrait qu'un grand constructeur se lance (en France).
      De plus, faire des versions newbies de Linux n'est pas très intéressants et les meilleurs éléments se concentrent sur le marché des entreprises (plus rentable). Bref, aucun grand constructeur ne peut se lancer dans le "designed for Linux" sans prendre de risque.

      - grand public formé (et formaté) Win* : j'ai du mal à le définir. Je dirais le cadre dynamique qui utilise Win* (principalement Office) au bureau, mais aussi les joueurs !
      Pour le premier (cadre dynamique), personnellement, je ne le vois pas passer à Linux sur son PC perso, de peur de perdre du temps à se former et aussi peur de sortir du lot. Pour le second (gamer), la question ne se pose pas, aucun jeu récent sous Linux, aucun gain probant de FPS en passant sous Linux. Le problème vient des licenses propriétaires des pilotes de cartes graphiques. Ainsi, aucune distribution libre (Mdk par exemple) ne livre les pilotes nv ou ati. Il faut les installer, procédure (actuelle) trop complexe pour le public visé (habitué au Installer, Suivant, Suivant, Terminer) sauf pour la Suse 9 (dixit le test récent publié ici même). Bref, dilemne : mettre les drivers proprio dans la distrib (Suse n'étant pas 100% libre, je ne comprend pas pourquoi ils ne le font pas) ou faciliter l'installation des drivers sur le net (problème pour le nvnet !)

      Pour revenir sur le "designed for Linux", si la demande des grandes entreprises augmentent pour des postes clients sous Linux, cette "certification" va apparaître naturellement.
      Qui va faire le premier pas ? les gros fabricants de PC (Dell,HP,FJ/Siemens,IBM) en prenant le risque de froisser MS (IBM recommande toujours XP Pro dans ces pubs) ? ou alors les grosses sociétés en souhaitant réduire leurs coûts malgré les études de grands cabinets (sic) soutenant le contraire ?
      Je n'ai pas la réponse !
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par . Évalué à 1.

        les pilotes nv [...] faciliter l'installation des drivers sur le net
        C'est ce que Debian fait.
        • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

          Posté par . Évalué à 1.

          ??
          Ma phrase n'était pas claire mais la tienne non plus :)
          Je parlais des pilotes nvidia (proprios) et non pas nv (libres, ceux livrés avec Debian).
          Si tu considères les pilotes nv comme acceptables, ce n'est pas le cas de tout le monde même s'ils dépannent pendant un moment et que l'intention est louable et à encourager.
          Je disais donc qu'on peut installer des drivers proprios depuis le net mais qu'il n'y a pas de procédure simple (click) et libre (à ma connaissance) et que, quand bien même cette procédure existe, il reste des problèmes si la carte réseau a besoin de drivers proprios (cas de nvnet).
          J'espère avoir éclairci ce passage :)

          Ensuite, on peut débattre sur la nécessité d'avoir un logiciel libre pour installer des drivers proprios. En effet, il peut sembler illogique de critiquer la license de Yast et d'avoir des drivers nvidia ou ati proprios sur sa machine !
          • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

            Posté par . Évalué à 1.

            Je voulais dire qu'il existe sous Debian des packages dont l'installation consiste à télécharger les drivers proprios de nvidia sur le site officiel et à les installer. La distro reste libre et l'install est transparente pour l'utilisateur.
            • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

              Posté par . Évalué à 1.

              Ok, je ne savais pas :)
              Tu peux donner plus d'infos sur le nom du paquet stp, j'ai la flemme de chercher ;)
              Quand tu dis que la distro reste libre, je ne suis pas d'accord. Si tu mets du proprio dans ta distrib, elle n'est plus libre ! Ou alors la Suse est libre :)
              Donc la debian de base est libre mais si tu utilises le package en question, elle ne le devient plus (a mon avis, le package est d'ailleurs dans non-free).
              Donc bref, dans ce cas la, quelle différence avec une Suse ?
          • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

            Posté par . Évalué à 1.

            Hum, ma Mandrake (9.1 power pack -> drivers proprio inclus) m'installe bien le driver nvidia lors de l'instal.

            Sinon, si les drivers nv sont moins performant (pas de 3D), ils sont aussi beaucoup, beaucoup plus stables (ça marche toujours :)
            • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

              Posté par . Évalué à 0.

              Ok mais quelle différence avec une Suse dans ce cas la ?
              Aucune, on est bien d'accord.
              Mais alors, quelle différence entre un Powerpack et un XP+OpenOffice ?
              Le prix, 145e le powerpack, c'est grosso modo le prix d'un XP-Pro.
              Bref, l'argument principal pour un décideur (le prix) n'est plus si probant.
              Je n'ai jamais critiqué la stabilité des drivers nv mais leurs capacités !
              De plus, sur certaines configs, je n'ai jamais réussi à les faire fonctionner (des configs avec du nforce2 et des cartes graphiques leadtek à chaque fois !). Seuls les proprios fonctionnent.
            • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

              Posté par . Évalué à 1.

              J'ai d'ailleurs du mal à comprendre pourquoi NVIDIA ne se contente pas de reprendre les drivers GPL pour la partie 2D, les leurs sont tellement pourris...
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par . Évalué à 2.

      En fait le coup du Linux pas pour le poste client c'est du baratin, Red Hat et les autres disent que Linux est pas mature pour ça alors qu'il l'est parce qu'il y beaucoup moins de fric à se faire, alors que les entrepises sont prêtes à en cracher.
      Linux pour le poste client est une réalité, je n'arrête pas de faire switcher des gens en ce moment et je pense pas être le seul à voir ce genre de phénomène.
      Quand au coup du Linux c'est toi qui l'installe et donc les gens savent pas se débrouiller, c'est vrai la 1ère fois et après tout le monde sait installer une Mandrake en un clic, c'est même plus simple ET plus rapide que Window$ des dires des switcheurs (moi je sais pas comment c'est d'installer Window$ donc je peux pas me pronncer)
  • # Mag', Distrib' et Grand Public

    Posté par . Évalué à 10.

    Les magazines Linux, gagnent-ils de l'argent ? Si tel est le cas, pourquoi les éditeurs de distributions Linux ne se lancent t'ils pas dans ce créneau ?

    Excellent moyen pour toucher le grand public, le magazine papier, peut constituer un atout supplémentaire pour un éditeur ayant une problématique de rentabilité sur un segment de marché très volatile.

    En proposant des "goodies" et autres mises-à-jour logicielles, aux cotés d'articles d'actualité et de présentation de projets, un tel magazine pourrait devenir un maillon essentiel dans la relation d'un utilisateur à sa distribution.
    • [^] # Re: Mag', Distrib' et Grand Public

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      je pense que l'edition d'un magasin et la creation d'un distribution sont 2 choses totalement différent. Ils ne connaissent pas ce metier et devront se diversifier (et donc augmenter les frais). Un ingé informaticiens ne peut pas devenir journaliste du jour au lendemain
      • [^] # Re: Mag', Distrib' et Grand Public

        Posté par . Évalué à 1.

        Dans l'ensemble, je ne suis pas d'accord. En effet :
        • Nombreux sont les ingé informaticiens ayant déjà écrit des articles dans des magazines Linux.
        • Les éditeurs de distributions sont déjà les auteurs d'un certain nombre d'ouvrages (manuel d'installation, d'utilisation, tutoriels, ...) ; et ont de ce fait déjà une expérience dans l'édition.
        • L'augmentation des frais reste mesurée, car l'augmentation de ressources (personnel, mobilier et immobilier) nécessaires à la création d'un tel magazine est nulle.
    • [^] # Re: Mag', Distrib' et Grand Public

      Posté par . Évalué à 1.

      Je trouve l'idée plutôt bonne.
      Les gourous des distributions pourraient proposer des articles de qualité dans certaines revues comme Linux Mag moyennant un petit pourcentage sur les ventes.
      • [^] # Re: Mag', Distrib' et Grand Public

        Posté par . Évalué à 1.

        la bonne idée serait surtout de faire un magazine qui sponsoriserait une distrib ou reciproquement .

        De faire une synergie contenu contenant autour d'une distrib et d'un mag.
        les métiers sont assez semblables dans le fond, il s'agit de choisir les softs et les parametrages ou de choisir les infos et les mises en pages.
        L'aspect technique n'est pas le fond du probleme si on considere que la communauté en assume la majeure partie.

        un AOL LL.

        (petite provocation entre amis)
        Open source c'est pas vraiment Open mind et Logiciel Libre ne veut pas dire Esprit Libre pas vrai ?
        C'est trop dur de faire ce mouvement là , tendre la main pour choper l pognon.
  • # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    « - le GNU/Linux grand public reste encore un échec malgré tous les efforts qui ont été faits en matière de démocratisation, »

    A l'heure où l'on a plusieurs exemples d'Institutions qui sont passés à GNU/Linux pour des postes de bureau ? En lieu et place d'échec, ça ressemble à un, timide, début.

    « le GNU/Linux grand public est une faillite commerciale »

    Qu'est-ce qui est une faillite commerciale ? La vente de boites de distros ? Mais qui à osé serieusement penser que ce modèle serait efficace avec le logiciel libre ?

    Le GNU/Linux grand public passe évidemment par l'entreprise et les organismes public ! Si l'ordinateur est partout dans notre société, c'est bien évidemment sur plan professionnel.
    Si MS Windows est partout, c'est bien évidemment parce que c'est l'outil que les gens ont au travail, et pas l'inverse.
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par . Évalué à 1.

      J'aimerais savoir si la vente de boites Windows XP et/ou office dépasse réellement la vente des boites linux (toute distrib confondues).

      A mon avis la plus grande part des ventes grand public de microsoft doit se faire sur des machines préinstallées. Ou pourrait-on trouver ces chiffres?
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        >J'aimerais savoir si la vente de boites Windows XP et/ou office dépasse réellement la vente des boites linux (toute distrib confondues).

        Hou là ! C'est vrai que ce serait interressant de savoir...
        M'enfin à mon avis "dépasse" c'est pas le mot adapté.
        je pense que tu peux prendre les chiffres des boites linux et tu fais X 1000. C'est la vision que j'ai.
        Maintenant je dis peut-être une connerie.
        • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

          Posté par . Évalué à 1.

          L'idée, ce n'est pas de savoir combien il y a de linux ou de windows installés, mais de savoitr combien de boites sont effectivement vendues. Je sais que ce n'est pas représentatif du parc installé. Simplement on pourrait en déduire que la vente d'OS "en boite" ne représente pas une grosse part de diffusion d'OS, que ce soit Windows (préinstallé) ou Linux (téléchargement, magazines, copié par un pote ...).
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par . Évalué à 2.

        D'apres ce qu'ils avaient dit quand XP est sorti, les ventes OEM representent 80-90% des ventes.
        Et vu que 10% des ventes de MS c'est plus que les ventes de toutes les distrib reunies...
  • # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

    Posté par (page perso) . Évalué à -1.

    Ce constat est malheureux mais parfaitement realiste.

    Il est vrais qu'un linux installe et configure, depasse par bien des aspects Windows et cela fait des postes parfait pour l'entreprise ou justement il est interressant de laisser peut de droit a l'employe.

    Mais pour le particulier devoir ouvrir une console pour lancer un programme, essayer d'installer des applications reste difficille a moins d'aimer sa.
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Dans quelle théatre as-tu vu jouer cette séquence de l'utilisateur « lambda » qui doit ouvrir une console ?

      Aussi, utiliser gnorpm ou clones ne me semble pas plus complexe que de se farcir un "installshield" bidule dont le fonctionnement n'est pas garanti.
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        c'est vrais que beaucoup de progres ont etait fait de cote la, mais les RPM reste specifique a chaque distribution.
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Pour les rpm, ok. Mais pour les applications ou drivers commerciaux, c'est plutot des machin.sh ou machin.run

        Et franchement, si on prend l'exemple d'un drivers NVIDIA par exemple, entre :
        sous win: double click, suivant, suivant, suivant... OK avec la jolie interface graphique qui rassure.
        sous lin (de mémoire) : fermer la session, faire alt-f1 pour aller sous le terminal, su en root , changer l'init pour fermer X, aller dans le bon répertoire, faire ./machin.run, ne pas avoir peur avec les inscriptions texte, ni les questions "machin modules noyaux ..." , rechanger l'init ...

        Déjà, sous linux, faut déjà connaitre quelques commandes de shell ...

        Ensuite, meme pour les rpm, il peut y avoir des problemes, je pense au dépendance malgré urpmi et apt.
        • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          sous lin (de mémoire) : fermer la session, faire alt-f1 pour aller sous le terminal, su en root , changer l'init pour fermer X, aller dans le bon répertoire, faire ./machin.run, ne pas avoir peur avec les inscriptions texte, ni les questions "machin modules noyaux ..." , rechanger l'init ...

          On doit pas avoir la même mémoire ;)
          Franchement, le coup du init c'est presque de la mauvaise foi...

          Plus sérieusement, par exemple pour installer OpenOffice.org avec autre chose qu'n rpm, il m'a suffit de :
          Double-cliquer sur le install.sh (ou approchant), choisir le bouton "Exécuter", puis quelques suivants... et c'était bon. Idem pour Ennemy-Territory, etc.

          Mais franchement, sinon pour les RPM c'est quand même rare d'avoir des problèmes de dépendances, en tout ca, pas plus que sous Windows si je me souviens bien.
          • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

            Posté par . Évalué à 1.

            C'est vrai par contre qu'il faut sortir de X pour installer les drivers NVIDIA et parfois il faut taper des options (absconses pour le commun des mortels) l'installer comme il faut...
        • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          « Pour les rpm, ok. Mais pour les applications ou drivers commerciaux, c'est plutot des machin.sh ou machin.run »

          Les pilotes ou applications propriétaires, tu veux dire ? (parce que, bien entendu, un logiciel libre peut être commercialisé - et donc commercial)

          « Déjà, sous linux, faut déjà connaitre quelques commandes de shell ... »

          Les exemples que tu donnes ne sont significatifs que de certains logiciels propriétaires portés sur GNU/Linux, pas du système GNU/Linux.

          Le fait est qu'il est souvent plus rapide d'utiliser un terminal, mais il n'y a pas d'obligation.

          « Ensuite, meme pour les rpm, il peut y avoir des problemes, je pense au dépendance malgré urpmi et apt. »

          A priori, l'utilisateur lambda n'a pas besoin d'installer beaucoup de logiciels, je ne pense pas qu'il rencontre si souvent des cas de dépendances complexes.
          • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

            Posté par . Évalué à 3.

            A priori, l'utilisateur lambda n'a pas besoin d'installer beaucoup de logiciels, je ne pense pas qu'il rencontre si souvent des cas de dépendances complexes.

            A priori c'est vrai, maintenant quand je vois le nombre de conneries installees par les gens sous Windows, petits utilitaires gadgets qui ne servent a rien si ce n'est rajouter une icone dans la barre des taches, je me dis que ce n'est malheureusement pas le cas.

            Je suis deconcerte par la facilite avec laquelle les gens installent tout et n'importe quoi, ils ne reflechissent absolument pas avant de foutre le bordel sur leur systeme.
          • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Les pilotes ou applications propriétaires, tu veux dire ? (parce que, bien entendu, un logiciel libre peut être commercialisé - et donc commercial)

            Oui, des applications commerciales , je pensais à des drivers, des VMware, Borland, ....

            Les exemples que tu donnes ne sont significatifs que de certains logiciels propriétaires portés sur GNU/Linux, pas du système GNU/Linux.

            A partir du momment où c'est possible de faire un truc style "installshield" sous Linux, oui, tu as raison. Mais je sais meme pas si c'est possible vu que j'en ai jamais vu d'aussi bien fait, autres que ceux que j'ai cités (lancement sous root à partir du terminal avec le ./ devant ...)

            A priori, l'utilisateur lambda n'a pas besoin d'installer beaucoup de logiciels, je ne pense pas qu'il rencontre si souvent des cas de dépendances complexes.

            Y'a quand même beaucoup d'utilisateurs lambda qui install tout et n'importe quoi (genre le curseur de souris en banane qui s'épluche, l'horoscope dans la barre des taches ...) et non seulement ce genre de truc ne se trouve pas forcement dans les bases officielles urpmi/apt (ou des dependances sont bien gérés), mais seulement sur le site de celui qui a fait ce truc à la con.

            Et là, c'est souvant :
            - soit un tar.gz impossible à installer par un débutant
            - un rpm pour une autre distrib que la tienne, ou plutot de celle du débutant (loi de Murphy)
            - un rpm fait à l'arrache pour ta distrib avec les dépendances qui vont chier.
          • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

            Posté par . Évalué à 1.

            A priori, l'utilisateur lambda n'a pas besoin d'installer beaucoup de logiciels, je ne pense pas qu'il rencontre si souvent des cas de dépendances complexes.
            A priori, l'utilisateur lambda n'a pas besoin de changer grand chose à ce qu'on lui donne en standard avec sa machine quoi .
            Il se contenterait de windows .

            C'est pas vrai d'etre aussi ...plein d'a priori pour ne pas entendre ce qu'on a à dire :
            IL FAUT ARRETER DE PRENDRE LES GENS POUR DES C...
            S ILS VEULENT CLIQUER C EST LEUR DROIT
            LE LOGICIEL LIBRE C EST POUR TOUT LE MONDE PAS POUR CEUX QUI LE CONNAISSENT DEJA

            voila il ya des gens sur qui crier ça fait de l'effet .Sinon c'est le véto
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par . Évalué à 1.

        Aussi, utiliser gnorpm ou clones ne me semble pas plus complexe que de se farcir un "installshield" bidule dont le fonctionnement n'est pas garanti.

        C'est de la mauvaise foi, installshield fonctionne bien depuis des années.
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Il faudrait arreter de larmoyer, je connais une bonne vingtaine de particuliers non informaticiens qui utilisent Linux parce qu'il est plus facile, sympathique peut etre?
      Je pense que débattre ne peut tourner qu'en défaveur de Linux.
      Utilisez Linux.

      J'ai constaté qu'un bon moyen pour "convaincre", c'est juste d'installer un Linux dans un coin et ne pas en faire la publicité. La curiosité aidant, vous constaterez que le pingouin se défend très bien tout seul et se reproduit parfois...
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par . Évalué à 1.

        Le problème c'est que le grand public confond "utilisation" et "administration" (confusion entretenue a mon avis par M$).

        A mon avis on administre un OS et utilise les applis installées. Ce n'est pas la même chose qu'"utiliser un OS". Cette expression n'a pas de sens pour l'utilisateur. C'est pas moi qui utilise l'OS. Ce sont les applis que j'ai installées qui utilisent l'OS pour s'exécuter.
  • # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

    Posté par . Évalué à -2.

    Malgré tout ce que vous pouvez penser/dire, les responsables de RH, MDK, SuSE, etc, disent que Linux n'est pas encore prêt pour le vrai grand public.
    Oui, si tu installes une MDK à ta mère pour faire du traitement de texte et aller sur internet, tout va bien (et encore, il se passera quoi quand elle changera d'inmprimante? Tu as pensé à lui installer tous les plugins de Firebird?). Et demain elle va mettre un DVD dans le lecteur, et ... elle va te téléphoner en vitesse. Etc.

    Oui, vous avez raison, et RH et MDK ont tort.

    Vous êtes d'une mauvaise foi invraisemblable.

    Pour info, je n'ai pas Windows, uniquement Linux sur mon portable.
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Il faut arrêter de raisonner en noir et blanc.

      Dans l'article dans le lien, quand le « responsable » de RedHat parle de l'entreprise, il parle de postes de travail en entreprise, pas de serveur.
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par . Évalué à 0.

      C'est qui, "vous" ?
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par . Évalué à 5.

      Et demain elle va mettre un DVD dans le lecteur, et ... elle va te téléphoner en vitesse. Etc.
      Quelle est la différence avec Windows dans ce cas là ? J'ai tellement eu de problèmes avec la lecture de DVD sous cet OS que ce n'est pas du tout ce que je prendrais en exemple...

      On pourrait plutôt parler du manque de jeux disponibles sous Linux, du manque d'homogénéité de l'ensemble, de la difficulté à faire certains paramétrages, du manque de drivers et de support pour certains matériels...
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par . Évalué à 9.

        "Et demain elle va mettre un DVD dans le lecteur, et ... elle va te téléphoner en vitesse. Etc."
        Quelle est la différence avec Windows dans ce cas là ? J'ai tellement eu de problèmes avec la lecture de DVD sous cet OS que ce n'est pas du tout ce que je prendrais en exemple...

        La différence c'est que sous windows tous les problèmes, aussi importants qu'ils soient (perte de l'intégralité des données à cause d'un virus par exemple), sont "admissibles". Alors que le moindre petit problème sous GNU/Linux est une raison suffisante pour arrêter de l'utiliser et retourner sous windows. Ça s'appelle la peur du changement et c'est un des grands adversaires de l'adoption de GNU/Linux par le grand public.

        Bien entendu le problème se pose beaucoup moins pour un total débutant en informatique. Ce public étant une cible privilégiée je trouve. C'est pourquoi il faudrait utiliser du libre dans les écoles (endroit où on rencontre le plus de parfaits néophytes je pense). Ça rejoint l'idée d'adopter une vraie politique informatique en France et en Europe, tournée vers la liberté et la pérennité (et non tournée vers les accords commerciaux servant à emmener la famille en Martinique pendant les vacances...)
        • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

          Posté par . Évalué à 1.

          La différence c'est que sous windows tous les problèmes, aussi importants qu'ils soient (perte de l'intégralité des données à cause d'un virus par exemple), sont "admissibles". Alors que le moindre petit problème sous GNU/Linux est une raison suffisante pour arrêter de l'utiliser et retourner sous windows.

          C'est très bien vu, je trouve. Mais on pourrait peut-être rajouter que les problèmes *semblent* pouvoir se résoudre plus facilement sous Windows, du fait de la base d'utilisateurs plus importante. Ce n'est ni bien ni mal, mais ça rend les problèmes plus "admissibles". Se dire qu'on n'est pas seul dans cette galère relativise sacrément le problème.
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par . Évalué à 3.

      et encore, il se passera quoi quand elle changera d'inmprimante?

      La distro detectera la nouvelle imprimante au demarrage. Si l'imprimante a ete bien choisi, cad pas une winprinter cela ne pose pas de probleme.

      Tu as pensé à lui installer tous les plugins de Firebird?

      Meme sous windows les plugins n'arrivent pas tous seul. Mais je pense pas que les debutants, soit forcement abruti. Aller sur un site et clicker sur le lien qui correspont au plug in que l'on veut, n'a rien de bien compliquer.
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        surtout que installé un chrome a mozilla c ajouter de complexité ... J'ai fini par exemple par mettre epiphany a ma copine parce qu'il n'y a pas beaucoup d'option. Un logiciel epuré pour quelqu'un qui se contre fou de l'anti pop, de l'anti pub, ou autre c'est quand meme le mieux :)
        • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

          Posté par . Évalué à 1.

          Un logiciel epuré pour quelqu'un qui se contre fou de l'anti pop, de l'anti pub, ou autre c'est quand meme le mieux :

          En meme temps c'est vrai que si elle se fout des features qui font qu'on va utiliser firebird c'est effectivement qu'elle n'en veut pas :)
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par . Évalué à 1.

        a ete bien choisi
        rien que ça c'est le trou de la mort qui tue commercialement , non seulement elle n epeut pas utiliser son imprimante mais en plus c'est de sa faute.
        Argument nul et non avenu
        "Elle a tant de chance sur cent que son imprimante ne soit pas exotique et soit à mème d'etre reconnue."
        Mais pour pouvoir dire ça ecore faut-il maitriser ce genre de parametres :
        driver developpé ou pas
        délai de developpement si pas
        probabilité qu'il soit developpé un jour ;

        En tout état de cause, il ya de bonnes et de mauvaises raisons , il est trés difficile pour quelqu'un de non informé , donc méprisable, de se doter de matériel conforme à ce qu'un linuxien estime etre bien.

        Cette faiblesse est patente, je ne décris pas le phénomène je crois seulement que ce phénomène n'est pas nouveau et qu'il est au désavantage du libre à l'heure actuelle. Et ce n'est pas pour faire de la lèche mais il faut bien avouer que la situation d'avant microsoft était bien pire. AU moins il ya une réfèrence commune merci Bill.
        Il serait intéressant de voir comment y remédier, au moins partiellement. l'intégration, l'installation préalable en est un moyen,mais ce serait du travail et pas d'informaticien mème si finalement il _emploierait_ des info.
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      t demain elle va mettre un DVD dans le lecteur, et ... elle va te téléphoner en vitesse. Etc.

      Juste un truc, j'ai aidé une copine à installer Windows XP Home (vous savez, le top du top pour le multimédia !) la semaine dernière. Elle a mit un DVD dans le lecteur et .... message d'erreur de Media Player "Codec not supported"

      Comme quoi ...
  • # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Il est à noter que la décision de RedHat ne doit pas nécessairement être vue comme une fermeture à l'égard des utilisateurs classiques, mais plutôt à l'égard de nombreuses companies et institutions.

    Exemple : le CERN fait sa propre distro GNU/Linux à base de RedHat. Ils payent des gens pour faire un boulot qui n'a d'intérêt que dans le cadre du CERN, au lieu de directement demander du support à RedHat.
    Ca me choque pas que RedHat cesse de dépenser du temps pour fournir une distrib solide comme feu RedHat Linux, avec des mises à jour de sécu, faire du support en fait, si c'est pour n'en finalement récolter queudale. Maintenant, le CERN doit choisir entre payer des gens pour faire du support complet sur Fedora ou payer RedHat pour le support fourni sur la RedHat Enterprise.
    Moi ça me choque pas, je trouve ça plutot normal.
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par . Évalué à 1.

      Je suis entièrement d'accord avec toi , mème si fedora à l'air trés robuste et proche de Red Hat et a seulement l'air de ne pas vouloir implémenter l'USB ce qui contredit un peu cet argument.
      Mon soupçon c'est plutot qu'ils veulent préparer le marché à autre chose que tout gratuit sur linux et amener des produits rentables avec comme cible des particuliers , mais pas tou de suite , d'abord créer le besoin.
  • # Linux vs. Windows XP : Usability report

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    http://www.linux-usability.de/download/linux_usability_report_en.pd(...)

    Bin je trouve que linux s'en sort pas mal

    L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

  • # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

    Posté par . Évalué à 5.

    "[...] tant que les OS basés sur le noyau Linux n'auront pas gagné en maturité, le grand public doit continuer d'utiliser Windows"

    Je dirais plutôt que c'est le grand public qui doit gagner en maturité !

    Quand on voit que la majorité des gens ne sait pas vraiment utiliser un magnétoscope ...
    Quand on voit que la majorité des gens utilise un traitement de texte à 10% de ses possibilités, mais ne voudra jamais utiliser un logiciel moins cher, moins gourmand en ressources pour faire la même chose ...
    Quand on voit que la majorité des gens n'est pas choqué de devoir rebooter sa machine fréquemment ("Ah, c'est encore planté").
    Quand on voit que la majorité des gens prend l'habitude de réinstaller son OS plusieurs fois par an, "pour avoir une config propre" !!!
    Quand on voit que la majorité des gens continue d'utiliser cette passoire qu'est Outlook et continue à cliquer sur les pièces jointes, malgré tous les vers qui circulent ...

    Non, franchement le gros du boulot il est à faire entre la chaise et le clavier !
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par . Évalué à 4.

      Non, le grand public est ce qu'il est. Il n'achète géralement pas un ordinateur, mais plutot une machine sous windows qui fait machine à écrire, console de jeux, voir gestionnaire de compte lorsque que quelques uns s'aventure avec EXCEL. La part du grand public qui fait réellement de l'informatique a tout de suite compris qu'il est interessant d'aller vers linux ou les autres OS libre. Cela dit, tout le monde ne fait pas du dévelopement.

      Windows n'est pas un système d'exploitation, c'est une marque pour vendre des logiciels.
      Linux et les autres OS libres ne concourent pas dans la meme catégorie.
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par . Évalué à 1.

        Windows n'est pas un système d'exploitation, c'est une marque pour vendre des logiciels.
        Linux et les autres OS libres ne concourent pas dans la meme catégorie.


        Commentaire réducteur et élitiste.

        Si Windows n'est pas un OS, c'est quoi ? Un autocollant sur ton écran qui fait diversion pendant qu'un logiciel fait tout le boulot ?
        • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

          Posté par . Évalué à 1.

          tututut : windows est une marque ;
          c'est les déclinaisons 98 se 95 XP... qui sont des produits et le système d'exploitation c'est des programmes qui sont livrés dans un ensemble cohérent avec ce produit qui comprend : une assistance, un droit d'utilisation (licence) une garantie et des services.

          Je pense qu'il a raison et qu'il n'est pas élitiste, tu l'es : il dit les gens ils ne sont pas informaticiens, il ne dit pas les gens sont nuls de ne pas etre informaticiens,
          Tu le dis implicitement par ton interprétation.

          Il est réaliste pour lui l'informatique n'est pas l'alpha et l'omega de l'existence et il comprend mieux les motivations du "grand public" que toi qui semble si fort "les " défendre.
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par . Évalué à 1.

      Je dirais plutôt que c'est le grand public qui doit gagner en maturité !
      si les gens étaient plus honnêtes on n'aurait pas besoin de policier. Si les enfants naissaient avec la mème maturité que les bébés tortues on n'aurait pas besoin de s'en occuper. Mais aussi on serait des tortues, baaaaah

      La maturité je vois surtout un endroit où elle manque.
  • # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Grosse faute de frappe dans le titre :
    les particulers/les particuliers.

    Pour ce qui est du grand public, je pense qu'en effet, ça ne peut que faire du bien à l'image de linux en général. Y a qu'à voir : il y a qq années, on disait "linux", et tout le monde vous regardait bizarrement, maintenant, j'ai franchement l'impression que les gens commencent enfin à connaître le pingouin.
    Reste à faire changer des mentalités et à lutter contre la puissance du marketing de m$... c'est pas facile, mais si cela se réalise, ce sera une belle preuve de la qualité de linux.
  • # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    < mavie >
    Je suis d'accord avec vous pour ce qui est des drivers proprios comme ceux pour Nvidia.
    Je bosse dans la distribution de matos de détail (petit commercant qui est obligé de faire un max de service pour concurrencer les carrefours et autres), pour l'instant les machines vendues le sont sous windows, je commence à faire des "beta tests" sous linux.
    Mandrake me parait un choix approprié. J'ai donc installé une Mdk sur mon laptop (p4 1.7 avec une gfx nvidia). Tout s'est bien passé, l'installeur s'est occupé de mon X, m'a mis les nv, je ne joue pas, pour tout ce qui est 2d tout va bien, par contre, impossible de regarer un divx en plein écran, effet canal+ ...
    Dérangeant, je vais donc chercher le .run sur le site nvidia, il ne trouve pas d'interface précompilée pour kernel patché à la sauce mdk, logique...
    Il ne trouve pas non plus les headers pour compiler le module. Un coup d'urpmi kernel-source plus tard, il me les trouve.. on avance, mais ce n'est pas mieux, les sources sont celles d'une version plus récente (surement du au fait que les isos étaient celles d'une 9.2RC2), impossible de charger le module. Va falloir se refaire un kernel.
    Venant de Gentoo, je suis rompu à l'exercice, mais je me rends bien compte que si je mets du linux aux gens, il faudra que je prépare correctement les installations.
    D'un autre coté, j'ai installé un poste bureautique sur un p3 450, ou j'ai juste rajouté un peu de ram, et tout tourne à merveille, il m'a découvert l'imprimante/scanner HP g85, la matrox avec les drm et tout et tout, d'une facilité déconcertante (autre exemple, gphoto2 qui reconnait la plupart des appareils photos numériques sans driver externe), là ou sous Windows j'aurai du me tapper quelques coups de "Suivant Suivant Suivant".
    Sans parler du nombre de loiciels installés directement, et augmentant la facture sous windows (non, actuellement je mets du libre directement, on me demande office, je parle d'OOo, et des 300+ EUR de MS Office).
    Ma conclusion est que Linux peut être pret pour le average end-user, mais pas dans tous les cas. Il reste nombre de choses à faire, je pense surtout au support des nombreux modems adsl usb (en .be en tout cas), le FAI majoritaire vend des packs avec des modems usb *de merde* qui ne tourneront pas, faudra convaincre l'utilisateur de prendre un modèle plus cher pour ne pas avoir de problème.
    Linux c'est bien(tm), si le matos l'est aussi.
    < /mavie >
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par . Évalué à 1.

      Je me pose vraiment la question de savoir si le salut ne pourrait pas en effet venir des assembleurs de PC indépendants (du moins tant que M$ leur mettra pas trop la pression s'ils se mettent à livrer des PCs avec Linux). Vu que Dell et autres HP ne sont pas encore vraiment disposés à fournir des PCs avec Linux pré-installé à destination du grand public, les assembleurs sont les plus à même de livrer des configs "clé en main" avec Linux pré-installé et surtout du matos 100% compatible Linux (du moins si on exclut les périphériques que peut déjà avoir l'acheteur, ce qui reste un problème bloquant en cas de non compatibilité de l'imprimante, du scanner, ... j'ai eu le moi même le pb avec un scanner acheté du temps où j'utilisais encore la daube à Bill !). Sans compter que rien ne l'empêche de fournir 2-3 configs standards (un PC économique, un milieu de gamme et une super bête de course 64 bits) et d'avoir un master-disk pour installer le système rapidement sans perdre trop de temps et avoir une config bien testée et bien stable ... Sans pour autant l'empêcher de proposer des configs sur mesure, mais toujours avec du matos compatible, ce qui simplifiera l'installation de Linux et la configuration (j'ai mis en gros 2h avec une mandrake 9.1 powerpack, installation et configuration au petits oignons compris, mais avec l'habitude et la connaissance du matos ça doit aller plus vite). Et en plus rien n'empèche de proposer autre chose qu'une Mandrake (même si c'est très bien comme distrib pour l'utilisateur "lambda", c'est ce que j'ai), à partir du moment où la partie difficile, à savoir l'installation et la configuration, est faite. Après soit l'utilisateur se sert de sa config de base et ne la modifie pas, soit il la fait évoluer et se met petit à petit à se former doucement à Linux. En fait il faut juste une distrib facile à administrer ... Mes 2 balles pour faire avancer le schmilblick ...
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par . Évalué à 1.

        Je pense qu'un OS facile à administrer ca n'existe pas. Pourquoi alors les utilisateurs de Windows réinstallent plus souvent le système, et pas les utilisateurs Linux? Tout simplement parce que - en général - les utilisateurs Linux connaissent mieux, ou font l'effort d'apprendre à connaitre leur système. De ce fait ils sont plus à même de réparer lorsqu'il y a un problème.

        A partir du moment ou on ne connait pas un minimum l'OS, on ne peut pas l'administrer correctement.

        Je passe (un peu) de mon temps à aider la famille et des amis proches à "réparer" des problèmes sur leur machine (Windows et Linux). Il m'arrive de ne pas avoir le temps ni l'envie de me pencher sur certains problèmes. La réponse que j'ai c'est "Ce n'est rien, je vais réinstaller".

        A mon avis en connaissant un peu le système ils n'auraient pas à réinstaller (nettoyer la base de registres par exemple).
        • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

          Posté par . Évalué à 1.

          "A partir du moment ou on ne connait pas un minimum l'OS, on ne peut pas l'administrer correctement."

          Ok on est d'accord là dessus. Par facile à administrer j'entendais pouvoir installer une imprimante ou un scanner et mettre les programmes à jour facilement (updates de sécurité ou juste passsage à la dernière version de Mozilla ou OO), choses faciles à faire sur une Mandrake, à priori nettement moins sur une Gentoo par exemple (pour ce que j'en sais, je connais pas la distrib, pas la peine de troller là dessus ;-) ).

          Cependant, ce qui necessite un niveau de connaissance "basique" sur certaines distributions peut nécessiter un peu plus de connaissance de Linux sur certaines autres ... Et avec une distrib style Mandrake, on peut commencer à bidouiller en douceur et petit à petit apprendre à maîtriser l'OS et à corriger les petits pbs mineurs, alors que tenir à jour une LFS, même pré-installée, c'est une autre paire de manche ... Ok je caricature ...

          Pour ce qui est de la base de registre de Windaube, on peut la nettoyer, ok, mais quand elle est vérolée ou que c'est vraiment le souk, y'a pas grand chose d'autre à faire que de tout réinstaller. C'est justement ce genre de conneries qui m'a fait passer à Linux ! Ainsi que les 3-4 plantages journaliers quand je tapais ma thèse sous Win98...
      • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

        Posté par . Évalué à 1.

        Vu que Dell et autres HP ne sont pas encore vraiment disposés à fournir des PCs avec Linux

        A ce rythme là ça va pas avancer trés vite, faut s'ouvrir l'esprit un peu, et vérifier de temps en temps qu'on a les bonnes données.

        http://h10010.www1.hp.com/wwpc/us/en/sm/WF02a/12454-64287-89301.htm(...)
        • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

          Posté par . Évalué à 1.

          Lit la fin de la phrase : "à destination des particuliers" !

          Si je me base sur le lien que tu m'as indiqué, il n'est question que de "business desktop" avec en plus en haut à droite une splendide "HP recommends Microsoft® Windows® XP Professional". Alors soit, ils livrent quelques configs avec Mandrake pour les professionnels, mais on en est pas encore à des PCs sous Mandrake à la FNAC !

          Ceci dit si tu peux me donner l'adresse d'un Darty, FNAC, Carrefour ou autre qui a des PCs Linux en rayon, je m'incline ;-)

          Pour ce qui est de DELL, il me semble que si l'on souhaite un PC sans Windows XP, ils te font payer la désinstallation (cher, 2-3 fois le prix de Windows) ! Par contre je me souviens plus où j'ai lu l'info (DLFP ?)
  • # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    3 ans que je le pingouin squatte ma bécane.
    La première installation (une Suse) à été faite par un pote à moi.

    J'avais mon PC depuis 3 mois et je venais du monde Mac clic clic clic.
    4 mois après j'installai une RedHat, pour passer (et rester) sur une Mandrake.
    Je me suis cassé les dents sur la Debian, j'ai pleuré ma mère en testant FreeBSD...

    Ce qui m'a poussé a faire le grand saut c'était à l'époque mon Celeron 667 qui etait incapable sous windows de décoder un bon divx. Et Dieu nous donna Mplayer....

    Au final : je reste un simple utilisateur très satisfait. J'utilise encore XP car il y a certains logiciels dont j'ai besoin qui ne possèdent pas d'équivalent suffisament puissant sous Linux (cfr: le splendide GIMP, génial pour quelques retouches ou création de base, mais dont certains fonction absentes me manque cruellement) ; ou qques jeux (Wine m'a tué). Mais la plupart du temps je suis sous linux, il répont totalement a mes besoins au niveau multimedia, bureautique, ou internet ; de façon beaucoup plus puissante, amusante et stable que windows.

    J'ai installé une Mandrake chez 3 personnes :
    mes petits cousins (6/8 ans), ont un vieux pII que j'ai transformé en grosse vieille console (Xmame, VisualBoyAdvance... (ah oui ils kiffent graaave Frozen Bubble).
    ma soeur toute contente de pouvoir réaliser des albums de photos en html grace aux petits addons de Konqueror.
    un amis, fan d'informatique, converti rapidement (2 mois) au pingouin.

    Bref, chez ces 3 personnes, aucune n'a de soucis, aucune n'a son ordi qui plante (enfin si mon pote qui bourrine un peu trop ses fichiers de conf lol)
    et tout le monde est content.

    Donc je le confirme : Vu d'ici, Linux est DEJA pour les particulier
    • [^] # Re: Linux, Mandrake, Red Hat et les particulers

      Posté par . Évalué à 2.

      On en revient toujours au même point : tes petits cousins ont pas eu à installer et à configurer leur petit pingouin.

      Je suis tout à fait d'accord sur le fait que Linux est aussi accessible que Windaube au niveau fonctionnalités "de base" et interface graphique, avec les outils qui vont bien (OOo, Mozilla, K3B, Gimp, MPlayer, ...) et surtout un système nettement plus puissant derrière ... a condition de pas coincer sur la partie installation.

      Moi j'ai eu du bol, mon PC était compatible Linux à 90%. Tout marchait sauf ma carte modem PCI Olitec et mon scanner. Mais la carte graphique, l'imprimante, tout le reste a été reconnu du premier coup.

      Par contre, j'ai pas mal galèré pour installer les pilotes NVidia (sur les Mandrake 8.0, 8.2 et 9.0, pour la 9.1 on m'a offert le Powerpack, ce qui a simplifié les choses ;-) ). Un de mes potes se bat toujours avec son ATI Radeon pour activer la 3D ...

      J'ai également été obligé d'attendre un an avant que les pilotes de modem fournis par Olitec (ie Linuxant) marchent correctement, ce qui a retardé d'autant ma bascule complète sous Linux qui ne date que de ce début d'année. Pour le scanner, je n'ai jamais réussi à la faire fonctionner avant la 9.1 et une petite bidouille.

      Tout ça pour dire qu'à mon avis Linux pour le grand public implique 2 choses :

      - un PC au matériel compatible avec Linux (afin de ne pas se retrouver bloqué parce que la carte graphique supporte pas l'accélération 3D et qu'on peut pas jouer à Tux Racer ...!).

      - et Linux pré-installé dessus, soit d'origine, soit par le geek du coin ;-).

      Ceci-dit il faut avouer que l'installation d'une Mandrake sur un PC au matos compatible, c'est "fingers in the noze". A condition de savoir comment passer en root quand on se retouve avec le MdK KDM où ils ont oublié d'afficher le root par défaut sur la 9.1 ...

      Donc j'attends avec impatience le jour où je verrai ce type de PC Linux à la FNAC ou à Carrouf ! Là ce sera vraiment gagné. Mais on en est malheureusement pas encore là, car M$ fait un gros forcing pour bloquer ce genre d'initiatives à coup de vente groupée, et c'est pour ça que je pense que les assembleurs ont leur carte à jouer dans l'affaire ...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.