Nagios : l'auteur tente de museler sa communauté pour cause d'avoir été trop libre

Posté par (page perso) . Modéré par Christophe Guilloux.
Tags :
23
24
fév.
2010
Communauté
C'est un cri d'alarme de la communauté Nagios qui commence à se faire entendre. En effet, après une longue phase d'ignorance de cette communauté de la part de l'auteur de l'outil (Ethan Galstad), nous sommes arrivés à un point qui semble sans retour : l'auteur tente de museler la communauté française pour avoir été trop ouverte !

L'auteur demande à ce que lui soit cédé l'enregistrement DNS nagios-fr.org, site de la communauté Nagios française, afin qu'il puisse réunir une communauté plus "corporate" car celle-ci a parlé sur son site du projet open source Icinga, fork de nagios, mais félon aux yeux de l'auteur.

La coupe est pleine pour la communauté qui se veut aussi ouverte que les outils qu'elle défend. Dans logiciel libre, il y "free as in beer" mais aussi "free as in speech". Olivier Jan, fondateur et leader de cette communauté francophone, a ainsi répondu qu'il ne serait pas possible de se laisser dicter ce sur quoi la communauté pouvait parler. C'est donc avec une lettre ouverte au titre de "The nagios community wants to keep its open soul" que la communauté demande où ce projet se dirige, s'il sera toujours ouvert et respectueux des principes même des l'open source.

Espérons que cette lettre ne restera pas lettre morte, car ceci finirait de creuser le gouffre qui sépare l'auteur de Nagios et sa communauté qui est la vraie force motrice du projet et ferait le nid d'un fork qui diviserait encore la communauté, et qui rajouterai encore des noms tabous sur les sites traitant de Nagios.

NdM : Nagios est une application permettant la surveillance système et réseau. Elle est écrite en C (et Perl pour les greffons) et distribuée sous licence GPLv2. Revenons un peu sur les faits : lancé il y a plus de 10 ans, Nagios est encore à l'heure actuelle l'outil de référence dans le monde de la supervision open source, et de sérieux concurrents comme Zabbix ou Zenoss commencent à lui faire de l'ombre. Dans le domaine de l'open source, et tout particulièrement celui de la supervision, la force des outils repose sur leur communauté. Celle de Nagios a été fleurissante pendant des années. Cependant, depuis environs deux ans, l'absence de réponse de l'auteur principal aux propositions de cette communauté a légitimement irrité celle-ci, au point de voir fleurir un fork il y a environ un an, nommé Icinga.

L'histoire se complexifie au niveau de la sphère économique des sociétés utilisant et supportant Nagios. Comme pour beaucoup de logiciels commençant à prendre de l'ampleur, après plus de 8 années dédiées au projet l'auteur a légitimement crée une société de support et d'intégration nommée "Nagios Enterprise" et qui a déposé le nom "Nagios". Le fork "Icinga" est issu de membres de la communauté Nagios qui sont employés par "Netways", société allemande qui fait elle aussi du support et de l'intégration de Nagios. Si la licence GPLv2 est respectée, l'opportunisme et le manque de fair-play de cette société a fortement irrité l'auteur de Nagios et le reste de la communauté qui est restée fidèle dans sa grande majorité au projet initial.

Cette histoire semble avoir malheureusement eu un effet collatéral : l'auteur de Nagios s'est retourné contre sa communauté, et l'ouverture qui a permis ce fork en l'ignorant encore davantage (si c'était encore possible), en ne répondant pas par exemple à des propositions d'amélioration substantielles de code. Dernier affront en date et non des moindres : l'auteur demande à ce que lui soit cédé l'enregistrement DNS nagios-fr.org, site de la communauté Nagios française, afin qu'il puisse réunir une communauté plus "corporate" car celle-ci a parlé sur son site du projet open source, mais félon à ses yeux, Icinga. Posts qui de plus n'étaient pas particulièrement élogieux. Fork qui au final aura plus coupé l'auteur de sa communauté que simplement un projet en deux.

La coupe est pleine pour la communauté qui se veut aussi ouverte que les outils qu'elle défend. Dans logiciel libre, il y "free as in beer" mais aussi "free as in speech". Olivier Jan, fondateur et leader de cette communauté francophone, a ainsi répondu [1] qu'il ne serait pas possible de se laisser dicter ce sur quoi la communauté pouvait parler. Pour ne pas risquer une hypothétique assignation en justice (pour protection de trademark), il a donc été décidé d'obtempérer à l'attaque en déplaçant le site de la communauté vers monitoring-fr et de donner nagios-fr.org à la société Nagios Enterprise une fois la migration finie.

C'est donc avec une lettre ouverte [2] au titre de "The nagios community wants to keep its open soul" que la communauté demande où ce projet se dirige, s'il sera toujours ouvert et respectueux des principes même des l'open source. Des questions se posent en effet sur la réelle volonté de laisser ce projet open source en gelant la partie GPL et en l'incluant dans une solution fermée ("Nagios XI" éditée et diffusée sous peu par Nagios Enterprise) qui sera vraisemblablement seule à évoluer dans les années à venir. La communauté demande encore comment elle est perçue, si elle a encore sa place et si elle est tenue de tenir sa langue dans sa bouche sous peine de poursuite judiciaire en cas de non respect de la sacro sainte parole corporate de Nagios Enterprise.

Cette communauté fortement active ces dernières années est supportrice de l'industrialisation et le support de Nagios par des sociétés de logiciels libres, mais à la condition de pouvoir garder son âme. Nous souhaitons tous que Nagios conserve son rang qui ne l'oublions pas lui a été apporté grâce au soutient de toute sa communauté et que le projet revienne à la "bonne époque" où les codeurs et personnes de bonne volonté avaient encore leur mots à dire face à la communication marketing.
  • # Alerte Nagios

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    http://guilloux.info/pub/nagios-fr-pb.png :-)

    Christophe - https://guides-serveur.ovh

  • # Vote de soutient pour la communauté nagios

    Posté par . Évalué à 0.

    Bonjour,

    pour soutenir la communauté nagios
    Votez UP sur ce lien ;)

    http://ideas.nagios.org/a/dtd/22035-3955

    merci
  • # GPL et marque

    Posté par . Évalué à 7.

    (1) > une société de support et d'intégration nommée "Nagios
    > Enterprise" et qui a déposé le nom "Nagios"

    (2) > l'auteur demande à ce que lui soit cédé l'enregistrement
    > DNS nagios-fr.org

    Si (1) est avéré et valable en France alors le propriétaire actuel n'a pas trop le choix face à (2). Il aura beau poster toutes les lettres ouvertes de la terre, le propriétaire de la marque a le droit pour lui. Même si la démarche manque d'élégance, un logiciel GPL et une marque commerciale sont deux choses différentes.
    Le meilleur exemple est probablement RedHat et Centos : même soft -ou presque- marques différentes.

    Pour mémoire : http://rocbo.lautre.net/milka/ et http://tuxmobil.org/mobilix_asterix.html
    • [^] # Re: GPL et marque

      Posté par . Évalué à 1.

      IANAL, mais je ne crois pas que le dépôt soit valide étant donné que le mot Nagios était déjà utilisé avant...
      Le mieux serait que nagios-fr.org soit plus vieux que Nagios Enterprise. Je vois que le domaine a été créé le 13/09/2007 et que l'entreprise date de 2007, mais pas plus de précision, d'après le site officiel.
      • [^] # Re: GPL et marque

        Posté par . Évalué à 5.

        > IANAL, mais je ne crois pas que le dépôt soit valide étant donné que le mot Nagios était déjà utilisé avant...

        Dans le cas du nom de domaine sus-cité, le mot "nagios" était utilisé pour désigner le logiciel Nagios dont la marque a été déposé ultérieurement, et pas une autre chose sans rapport.

        Si nagios-fr.org avait hébergé un site de vente de doryphores vivants, ta théorie tiendrait peut-être (et encore, recherche d'antériorité toussa).
        En l'état actuel des choses le droit est du coté du méchant.
  • # Mon avis

    Posté par . Évalué à 1.

    Cette lettre ouverte est basé sur ce dilemme mais pas seulement. C'est la négligence d'Ethan envers sa communauté depuis fin 2008 qui déclenche cette lettre ouverte.

    C'est plus un appel aux secours pour montrer à Ethan qu'il suit un mauvais chemin et que pour le business dans l'open source d'autres voies sont meilleurs.


    Ethan aurait dû rester Dév principale de Nagios et leader communautaire. Faire développer la branche business par un pro des affaires et vivre des bénéfices de Nagios enterprises et des salons conférences mondiales afin d'évangéliser Nagios.

    Il aurait pû se rapprocher d'acteurs communautaires, mené une lignes de conduite pour quand même temps le phénomène de popularité soit profitable à sa branche Business. Il aurait ainsi validé les 3 axes :

    - Dev
    - Business
    - Communauté

    Actuellement, tu tue le dév et la communauté pour simplement le business. Là ca va car nagios commence à devenir vraiment populaire même au sein des entreprises. Mais quand la vague va redescendre ça risque de faire très mal car il aura pris un retard considérable sur les autres techno.

    Avec le POC Shinken il avait une chance de donner un coup de jeune à la branche Dév mais il n'a même pas dé-dénier répondre à Jean Gabès.

    Nous tirons cette sonnette d'alarme pour éviter qu'Ethan ne subisse la phase de "chute".
  • # de tout coeur avec vous

    Posté par . Évalué à 1.

    Bravo pour ce coup de gueule, en espérant que ça fasse réagir les développeurs comme la communauté.

    Je ne regarde pas en détail ce qui se passe sur la mailing-list des devs nagios, mais depuis la sortie de nagios XI est ce que le projet libre semble être ralentit (l'effort du travail se concentrant sur le package payant)? Est ce que finalement c'est pas dans l'intérêt de la société d'offrir des fonctionnalités supplémentaire aux personnes qui payent et donc de dévaloriser la version disponible librement?
  • # On a la réponse

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    On a eu la réponse de l'auteur sur la mailing list [1]. On peut y voir que Nagios se dirige vers un modèle 50/50 : une solution complète partiellement propriétaire (Nagios XI) qui fera entrer de l'argent pour développer la partie qui reste open source, un peu comme le fait Zenoss.

    C'est un virage important dans la vie du projet, espérons que l'auteur le négocie correctement, afin de ne pas plonger tout le monde dans le ravin.

    [1] : https://sourceforge.net/mailarchive/forum.php?thread_name=4B(...)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.