Oxyradio passe son studio sous 100 % de Logiciels Libres

Posté par . Modéré par Mouns.
14
24
nov.
2008
Technologie
Vous connaissez peut-être Oxyradio ? Si ce n'est pas le cas, Oxyradio est une webradio basée à Cergy (Val d'Oise) qui diffuse du contenu musical sous licences libres (CC, Art Libre, ...). Elle propose aussi des émissions dont une libre antenne et une émission sur la culture libre animée par Mathieu Pasquini, membre reconnu dans la communauté du libre.

Oxyradio a décidé de se lancer un défi le 29 novembre 2008 qui consiste à passer toute son infrastructure sous 100 % de Logiciels libres. En effet, actuellement, seul le serveur de diffusion utilise des logiciels libres ainsi que quelques logiciels fonctionnant sur un système propriétaire dans le studio pour diffuser le live et la playlist.

La solution technique choisie est basée sur Ubuntu Studio ainsi que le logiciel libre : Rivendell.

Vous pourrez assister en direct à la migration de l'infrastructure sur notre site pendant l'émission "Oxynight" qui commencera dès 21h le samedi 29 novembre 2008. Vous pourrez nous appeler pour commenter cette migration ou bien pourquoi pas, nous donner quelques idées / conseils.

Je vous rappelle également qu'Oxyradio sera présente lors de l'Ubuntu Party qui se déroule à la cité des sciences et de l'industrie, porte de la Villette à Paris le 29 et 30 novembre 2008. Nous vous attendons tous à l'entrée du carrefour numérique pour une interview des conférenciers présents sur place pour l'évènement.
  • # N'exagérons rien.

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Oxyradio est une webradio basée à Cergy (Val d'Oise) qui diffuse du contenu musical sous licences libres (CC, Art Libre, ...).
    CC, ça ne veut rien dire, c'est un groupe de licences, donc, là, on peut se poser quelques questions, déjà.

    Exemple bête, je vais sur http://www.oxyradio.net/ et je vois que dans les titres récents, il est passé ceci : Clownage - Mille Morceaux (pris au hasard). Alors, je vais sur Jamendo, je cherche et je tombe là dessus : http://www.jamendo.com/fr/album/2405. Conclusion, c'est du CC BY-NC-SA 2.5 : ce n'est donc pas libre, puisqu'on empêche la réutilisation commerciale.

    J'en profite pour noter que j'avais tenté de participer à leur émission de présentation du libre d'octobre 2008 et qu'il y passait déjà de la musique non-libre (que bien sûr, ils appelaient « libre »), j'en avais d'ailleurs parlé sur mon blog.

    Il faudrait peut-être appeller un chat un chat et voir à ne pas changer la définition de « contenu libre » sur la première page de linuxfr.org…
    • [^] # Re: N'exagérons rien.

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      et sur BSDfr.org ils disent qu'une licence en CC BY-SA n'est pas libre… alors qui croire ?
      • [^] # Re: N'exagérons rien.

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Tout simplement parce qu'en terme de musique le terme "libre" n'a pas la même signification que pour les logiciels.
        • [^] # Re: N'exagérons rien.

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Surtout, en terme de musique, le terme "libre" n'a pas la signification uniformément acceptée (ou presque) que le même terme a quand il est question de logiciels.

          Il peut très bien exister http://freedomdefined.org , il n'en reste pas moins que bien souvent, on se retrouve à discuter de ce qui est entendu par "musique libre" (ce qui est une conversation qui tend à me saouler quand je l'ai plusieurs fois par semaine).
      • [^] # Re: N'exagérons rien.

        Posté par . Évalué à 0.

        Depuis qu'une licence_libre est une licence s'appliquant à une œuvre (de nature quelconque) et que cela implique:

        La possibilité d'utiliser l'œuvre, pour tous les usages ;
        La possibilité d'étudier l'œuvre ;
        La possibilité de redistribuer des copies de l'œuvre ;
        La possibilité de modifier l'œuvre de l'esprit et de publier ces modifications.


        Donc les CC-*-nc sont non-libre.
        C'est le choix de l'auteur, et on ne le remet pas en cause. Ce qui est problématique, c'est l'appellation.
        • [^] # Re: N'exagérons rien.

          Posté par . Évalué à 2.

          ça c'est une définition. Celle de la FSF notemment.

          On peut parler de musique libre d'écouter on peut parler de musique libre de diffuser ou libre de modifier. Dans tout les cas utiliser le mot "libre" tout court est un raccourci valable.

          Les CC-*-nc sont des musiques libre d'écouter et de distribuer gratuitement.
          • [^] # Re: N'exagérons rien.

            Posté par . Évalué à 7.

            Tu es aussi libre d'acheter la musique de Britney Spears et libre de te faire niqué par les DRM. Tout est libre ! C'est la fête !
            • [^] # Re: N'exagérons rien.

              Posté par . Évalué à 1.

              ben tu pourrais rajouter des liberter à la licence de type FSF.

              Genre ce logiciel est libre d'être modifié puis relicencié sous une licence proprio aux talibans.
              • [^] # Re: N'exagérons rien.

                Posté par . Évalué à 1.

                Comme tu es libre de décider que les chevaux s'appellent des "palocap" et les oiseaux des "gnorkgnork", et tu peux continuer ainsi pour tout les mots. Mais si ça n'a de sens que pour toi, c'est pas pratique pour communiquer.

                Pour les licences libres, même si les avis divergent sur la définition exacte, ils s'accordent tous sur les 4 points fondamentaux.

                Alors que pour "Musique Libre", si elle n'est pas libre dans le sens de Licence Libre, et que comme tu le dis, elle n'a aucun sens précis, on ne sait pas ce qui la caractérise. "Musique Libre" en devient vide de sens et donc absolument inutile, sauf niveau marketing.
                • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu

                  Posté par (page perso) . Évalué à 9.

                  Il ya un truc qui me chiffonne depuis pas mal de temps. Sans parler de la diffusion de la musique, il y'a deux points fondamentaux de cette "liberté" qui me semblent difficilement applicables au domaine de la création musical : La possibilité d'étudier l'œuvre et La possibilité de modifier l'œuvre.
                  Pour pouvoir "étudier" et "modifier" un morceaux de musique, il faut tout un tas d'informations qu'il n'est pas obligatoire d'inclure dans de simples pistes.
                  C'est très vaste, ça pourrait être les partitions, les réglages d'effets (compress, EQ), les types de micros, les marque d'instruments, de préamplis, les automations....
                  Une piste déja mixé est très différente d'une prise directe de studio.
                  Une piste midi bouncé dans un fichier son, est-elle encore considéré comme une "source" ?
                  Une piste finale stéréo masterisée peut-elle être considérée comme libre ?
                  Il y'a tellement d'étapes entre la prise son directe et le mastering finale. C'est complètement différent d'un code source, lisible, claire et portable.
                  Voila, mon morceau est prêt, je mets 32 pistes séparées, déja mixées, tous mes effets "incrustés" dedans, équalisées, compréssées. Vous pouvez les étudier et les modifier sans problème, et c'est sous licence libre.
                  Voila mes sources, une belle suite de 0 et des 1, vous pouvez les étudier et les modifier sans problème, et c'est sous licence libre.
                  Non ?
                  Alors c'est quoi vraiment de la musique "Libre" ?
                  • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Des remarques tout à fait pertinentes. Nous voilà au fond du problème.

                    - Qu'est-ce qu'une musique libre ?

                    Si c'est une musique sous Licence Libre, que faut-il pour qu'une musique puisse être couverte par ce type de licence ?
                    Là on aurait une définition de Musique Libre, mais il faudrait définir ce qui est nécessaire à l'application correcte d'une licence libre sur une musique. Comment nous est donnée la possibilité d'étudier et de modifier pleinement l'œuvre, et donc quelles informations nous avons besoin pour le faire ?

                    Si on n'en a pas de définition claire, pourquoi utiliser cette formule ?

                    Pourquoi vouloir absolument appeler ces musiques "musique libre", dans la mesure ou ça mélange encore les concepts ? Les gens ne sont pas foutu de comprendre ce qu'est un logiciel libre, quel bazar si on a une définition différente pour Musique Libre, Vidéo Libre, Image Libre, etc. La problématique pouvant s'étendre aux films, et d'autres formes de créations.

                    Plein de questions en suspend, mais une certitude pour moi: l'utilisation de "Musique Libre" est tout à fait inopportune. Le minimum étant qu'elle soit couverte par une licence libre, bien que certaines modalités devraient être définie pour ça prenne tout son sens, et ce n'est pas le cas pour bon nombre.
                    • [^] # Ca suffit !

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Si vous continuez je vous balance tous à l' ACLVSFAD *





                      * Association Contre Les Violences Sexuelles Faites Aux Drosophiles ;-)

                      Il se prend pour Napoléon, son état empire.

                    • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Pourquoi vouloir absolument appeler ces musiques "musique libre", dans la mesure ou ça mélange encore les concepts ? Les gens ne sont pas foutu de comprendre ce qu'est un logiciel libre, quel bazar si on a une définition différente pour Musique Libre, Vidéo Libre, Image Libre, etc. La problématique pouvant s'étendre aux films, et d'autres formes de créations.



                      Alors va falloir arrêter d'utiliser le mot libre pour le logiciel si tu veux éviter les ambiguïtés, libre c'est "Qui n'est pas la propriété d’un maitre.".
                  • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    Moi je dirais qu'elle est libre au sens FSF si tu fournis les fichiers projet des logiciels qui t'ont permis de créer,mixer,retoucher ta musique, et cela évidement avec des logiciels libres, ainsi que les ressources utilisées (sample, ...).
                    Par exemple pour GIMP le fichier XCF avec textures utilisées.

                    Autant dire qu'aucune musique dite libre ne répond à ça.
                    • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Autant dire qu'aucune musique dite libre ne répond à ça.

                      Si !

                      http://linuxfr.org/~MilkaJinka/27504.html

                      ­La faculté de citer est un substitut commode à l'intelligence -- Somerset Maugham

                      • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu

                        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                        Et ceci dans un avenir proche:
                        http://ccmixter.org/state-shirt

                        Le principe, ce dj propose son album (et ses sources), vous le remixer, et il fera un album en utilisant les meilleurs remix.
                        Elle est pas belle la vie ?


                        Et bien entendu, merci à tous pour le buzz!
                        • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          Oui mais la notion de source d'un sample est TRES différente.
                          La source d'un sample c'est quoi ?
                          A - le sample en mp3
                          B - le sample en wav , stéréo, qualité CD16 bits 44100hz
                          C - le sample avec 8 pistes stéréo, qualité 32 bit 48000Hz
                          D - 8 fichiers stéréo, qualité 32 bit 48000Hz, "bruts" pas coupés, pas nettoyés, sans aucune infos sur tout les traitements sonores
                          E - un fichier Ardour/Logic/Protools contenant TOUT (réglages, montage, mixage, mastering)
                          F - 8 partitions, la marque et le modèle de chaque instrument, la liste et la marque du matériel utilisé en studio (amplis, EQ, effets..), plus évidement la totalité des réglages, les placements de micros, le volume de la cabine de prise et la densité des matériaux... etc....
                          • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu

                            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                            Selon moi, le simple fait de mettre à disposition les différentes "pistes" d'un même morceau est déjà un bon pas.
                            J'entends par là, comme le font Brad Sucks et certains autres, la piste vocale, instrument1, instrument2, instrumentX d'un même titre.
                            • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu sans trop troller

                              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                              C'est évidement un bon pas.
                              Cependant, je suis catégorique, les pistes séparées d'un morceaux ne sont nullement comparables aux sources d'un logiciel.
                              Il y'a trop d'éléments "non libres" entre la prise de son et l'obtention desdites pistes.
                              • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu sans trop troller

                                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                Je pense que tu pousses le cas à l'extrême.. Brad sucks refile, si je ne me trompe, ses tablatures, ses textes..
                                Tu irais jusqu'à préciser le taux d'échantillonnage de tes pistes, ce qui a inspiré tes textes, les biscuits que tu grignotais en réfléchissant à tout ça ?

                                Essaie d'être un peu plus précis/concret, je ne saisis pas entièrement.
                                • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu sans trop troller

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                  Je veux juste mettre en avant, qu'au niveau technique, la source, la seule qui se rapprocherait d'un code source, pour un enregistrement, serait une prise de son, brute, sans traitement. Pas mixé. Et un paquet de doc sur l'equipement et les "recettes" de l'ingé son.
                                  Une reverbe non naturelle ne te convient pas sur un enregistrement multipiste ? Une guitare est trop compressée ? L'equalisation de la voix te dérange ? Tu aimerai savoir quels sont les réglages d'un effet sur le synthé pour corriger un truc ou l'appliquer ailleurs ?
                                  Un enregistrement multipiste, ou un sample, ne te laissera pas la liberté qu'un code source te laisse sur un logiciel.
                                  • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu sans trop troller

                                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                    Merci pour l'éclaircissement, je suis totalement d'accord avec tes arguments.
                                    Cependant, entre logiciel libre et art libre, il y a une énorme difficulté de "standardisation".

                                    Je m'explique par un exemple:

                                    Tu développes un logiciel libre, tu fournis ton code source.
                                    Tu composes et enregistres de la musique, te rends-tu compte du nombre d'informations que tu aurais à fournir ?

                                    Personnellement, je me verrais mal passer mon temps à définir/expliquer mon travail plutôt qu'à utiliser ce temps à la création.
                  • [^] # Re: N'exagérons rien, mais réfléchissons un peu

                    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                    Alors c'est quoi vraiment de la musique "Libre" ? "

                    Ca me parait assez compliqué à définir exactement.
                    Ce que je sais, c'est que la musique sous licence "libre" nous permet de ne pas être inscrit à la SACEM sans passer par la case PAI (auteur inconnu).

                    Nous gardons donc le contrôle de notre musique en conservant un certain droit de regard dessus.
                    Cette licence nous donne plus de poids lorsque que des sites communautaires à vocation commerciale (sans rétribution des artistes non sacemisé), comme deezer, utilisent notre musique sans notre accord.

                    Concernant les sources. A-t-on besoin de séparer les pistes ou de donner les partitions?
                    A quoi bon?
                    N'importe quel musicien peut reproduire des accords ou des rythmes de batterie.
                    De même pour les paroles, il suffit d'écouter : pas besoin d'avoir le texte en pdf.
                    (c'est exemple n'est pas valable pour le grind-crust-core).

                    La musique reste avant tout une création artistique et que la clause non commerciale (sans accord de l'auteur) apparaisse, cela me parait tout à fait normal.
                    Notre musique est sous licence creative commons BY NC SA. Je n'ai pourtant refusé que dans de rare occasion l'usage commercial de nos morceaux.

                    Depuis que le groupe existe, nos musiques ont servi à faire des clips, illustré des reportages, été remixéés par des Djs, intégrées à des distributions GNU/Linux, copiées et diffusées à travers le monde...
                    Je trouve ça fort sympathique avec le recul... et en comparaison avec la star-academie ses amis de la SACEM, je n'ai aucun scrupule à qualifier notre musique de "libre"...

                    Et puis, peut-être certains se souviendrons des derniers paroles de BERURIER NOIR lors de leur concert de séparation en novembre 1989 :
                    "Combien êtes vous dans la salle? Formez des groupes de rock... libres!"

                    ;o)
        • [^] # Re: N'exagérons rien.

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Tu remarqueras qu'avec la GPL ces libertés sont soumises à des condition :
          Tu as le droit de redistribuer l'œuvre mais avec son code source
          Tu as le droit de publier des modifications mais avec la même licence…


          Alors après je suis d'accord les CC NC ne sont pas libre pour la FSF et ne sont pas en accord avec l'esprit du logiciel libre tel qu'on le ressent ici. Mais il faut être pragmatique.

          Le logiciel libre a trouvé son modèle économique et je pense que les contreparties de la GPL aide beaucoup à ce modèle. Qt vit en vendant des licences proprios. D'autres peuvent vivre en vendant du support, des ajouts de fonctionnalité, des formations…

          Tout ce modèle économique me semble difficilement adaptable avec la musique libre. Si tu arrives à instaurer un mécanisme de rémunération avec la CC BY-SA c'est très bien, mais aujourd'hui les artistes semblent penser qu'ils y arriveront mieux avec un « NC ».
  • # Ecouter en ligne...

    Posté par . Évalué à 1.

    super

    playlist en pls : mplayer se fige, obliger de le killer (réessayé 5 fois)

    playlist en asx : firefox se fige puis se plante 30s après, j'ai perdu un téléchargement d'ubuntu server en plein milieu (en plus j'ai un faible débit, ça faisait déjà 30mn que ça téléchargeait, et j'étais pressé (boulot).

    ça donne envie de l'écouter.
    • [^] # Re: Ecouter en ligne...

      Posté par . Évalué à 2.

      Tu devrais plutot les remercier parce qu'ubuntu et server, pour moi ça fait 2.

      ok je -> []
      • [^] # Re: Ecouter en ligne...

        Posté par . Évalué à 4.

        ça t'apprendra à ne pas récupérer tes ISO avec wget et son indispensable paramètre "-c" après un plantage.

        Certes, le site d'Ubuntu est trèès mal foutu, les liens directs vers les ISO sont difficiles à trouver.

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Ecouter en ligne...

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          > ça t'apprendra à ne pas récupérer tes ISO avec wget et son indispensable paramètre "-c" après un plantage.
          Le mieux, ça reste quand même le torrent.

          Sinon, pour écouter, personnellement j'écoute directement et sans problèmes le flux qui est à http://www.oxyradio.net:8000/live.ogg
        • [^] # md5sums

          Posté par . Évalué à 2.

          sans compter la misère, sur ubuntu.com, pour récupérer les sommes MD5.
          • [^] # Re:

            Posté par . Évalué à 2.

            Ca tombe bien, lors de l'ubuntu party de Paris, il y a justement une conférence "Logiciel, Culture et Art libre" par Mathieu Pasquini ..

            Et c'est même permis de "débattre" en live sur l'antenne d'oxyradio !
            • [^] # Re: Re:

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              On peut ne pas etre d'accord avec les solutions utilisees (Ubuntu en l'occurence), mais est-ce la peine de venir debattre sur la distribution utilisee ? Il faut penser positif ! Ils passent de solutions proprietaires a des solutions libres, c'est le principal. Tant que ca marche !
    • [^] # Re: Ecouter en ligne...

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Je n'ai aucun probleme de chez moi. Tous les players fonctionnent, aucun plantage (avec Iceweasel = Firefox).

      Je ne pense pas que beaucoup de monde aient de soucis a ecouter... Si ? Reveillez-vous !
      • [^] # Re: Ecouter en ligne...

        Posté par . Évalué à 2.

        Pareil, VLC mange le lien sans faire d'histoires.

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

  • # Plus d'infos sur Rivendell

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Pour ceux qui sont intéressés par Rivendell, vous trouverez plein d'infos sur le wiki officiel : http://rivendell.tryphon.org/.

    La partie francophone du wiki démarre seulement : http://rivendell.tryphon.org/wiki/index.php/Main_Page/fr, mais vous êtes les bienvenu(e)s sur la mailing-liste ou l'irc "francophones".

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.