Pendant ce temps, de l'autre côté de l'atlantique...

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags :
24
30
jan.
2010
Internet
Alors que de nombreux pays adoptent ou projettent d'adopter des lois organisant la répression sur Internet, le gouvernement américain prend clairement parti pour l'Internet libre.

Le 21 janvier 2010, la secrétaire d'Etat Hilary Clinton a prononcé un discours intitulé "Remarks on Internet Freedom" (Remarques sur la liberté sur Internet).

Sans basculer du côté d'un idéologisme sectaire sur la question de la liberté d'expression, le discours fait bien la part des choses sur les aspects positifs et négatifs des nouvelles technologies présentes sur Internet.

Il revendique des idées telles que la liberté de se connecter (the freedom to connect) à un web qui ne serait pas fragmenté par un accès partiel à l'information (sous forme de censure ou de filtrage de mots). Il milite également pour le respect de la vie privée des citoyens.

Enfin, on pourra noter un appel du pied du gouvernement américain sur l'encouragement aux développement d'outils permettant de contourner la censure.

Au delà des discours actuels sur le sujet, ces mots donnent un tout autre sens à l'utilisation d'Internet dans le monde. Quelques détails importants du discours:

Pendant que la France se prend les pieds dans le tapis avec la loi HADOPI et l'autorité du même nom, alors que la Chine tente de bloquer Tor, que l'Australie projette de filtrer Internet (idée qui a également été évoquée par le président de la république française), que l'ACTA fait débat, les questions relatives aux libertés numériques vont bon train.

On peut constater que globalement, les actions et les orientations gouvernementales choisissent plutôt de porter des projets de restriction.

Mais de l'autre côté de l'Atlantique , la tendance est inversée, au moins dans le discours des membres les plus importants du gouvernement.

Ainsi, lors du 21 janvier 2010, la secrétaire d'Etat Hilary Clinton rappelle dans un discours sur l'"Internet Freedom" son attachement à la lutte contre toute forme de censure sur Internet. Le texte du discours est public. Il est assez long mais complet et très positif et je vous invite à le lire.

Ce qui est intéressant dans ses propos c'est qu'ils vont plus loin que la simple défense de la libre expression. En effet, Hilary Clinton rappelle que tout comme l'acier peut servir à construire des hôpitaux ou des bombes, Internet peut également être utilisé comme outil de lutte contre les libertés et les droits politiques et énumère assez justement quelques exemples qui le prouvent :
- Al-Quaida fait sa promotion sur Internet...
- ...pendant qu'en Arabie Saoudite, un bloggeur est en prison pour avoir rédigé un article sur le catholicisme...
- et que sont mis en place des outils de filtrage en Chine, en Iran et en Ouzbékistan.

Elle indique que, de fait, les nouvelles technologies ne prennent pas parti. Elles ne sont ni pour ou contre la liberté d'expression ou la défense des droits des citoyens. Cette prise de parti revient aux peuples. Les USA et leurs représentants ont donc clairement pris et revendiquent le parti de la liberté sur Internet !

Elle ajoute que si certaines pratiques sur Internet peuvent servir le terrorisme, elles ne doivent pas devenir une excuse des gouvernements pour violer les droits et le respect de la vie privée de ceux qui utilisent Internet dans des buts politiques louables.

Elle rappelle que le gouvernement américain désire protéger le libre accès à Internet et finance des développements d'outils qui permettent aux citoyens d'échapper à la censure politique (NdR : je pense que le projet Tor en fait partie surtout quand on voit l'origine des fonds). Ce même gouvernement désire s'appuyer sur les ONG et les conseils d'experts indépendants pour avancer sur ces sujets de manière complètement ouverte.

Enfin, je vous laisse lire la réponse à la deuxième question à la fin du discours (mais également reprise et commentée par le projet Tor) à propos de l'anonymat en ligne. Certes, l'anonymat en ligne permet de faire des choses répréhensibles mais c'est également un bon moyen de contourner la censure. Sur ce point la secrétaire d'Etat indique que le sujet est complexe, que le gouvernement doit privilégier l'ouverture et qu'il a besoin d'entendre la voie des experts sur le sujet...

Ce n'est qu'un discours de femme politique mais en cette époque difficile, riche en projets de loi sur les restrictions de la liberté numérique, il est plaisant d'entendre un membre de gouvernement faire la promotion du rôle positif et libérateur de l'Internet ouvert !
  • # Un petit bémol : SourceForge et les 5 pays de la liste noire américain

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    Cette dépêche est intéressante mais elle est à comparer avec la récente « polémique SourceForge », qui a vu le célèbre site fermer sans préavis ses accès à cinq pays, pour se mettre en conformité avec une loi sur la sécurité nationale.

    - Sécurité US et non discrimination du Libre ne font pas bon ménage sur SourceForge
    http://www.framablog.org/index.php/post/2010/01/26/sourcefor(...)

    Les utilisateurs et développeurs de l'Iran, la Corée du Nord, Cuba, du Soudan et de la Syrie n'ont pas dû être forcément très sensibles au discours vibrant d'Hilary Clinton.
  • # PDF en français disponible

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    Il est à noter qu'une transcription en français (entre autres) est disponible sous la forme d'un fichier PDF.

    C'est quand même plus facile à lire !
    • [^] # Re: PDF en français disponible

      Posté par . Évalué à  4 .

      Oui.
      - http://www.state.gov/documents/organization/135879.pdf

      Et c'est la première fois que je lis un discours politique américain et... mazette, c'est rempli de propagande. Je me suis arrêté à la page 10, j'en pouvais plus. :|

      Autant l'objectif est louable, autant les raisons exposées ne concernent qu'une seule partie de la société, l'économie de marché.

      J'espère que leurs discours politiques ne sont pas tous du même acabit, sinon bonjour le lavage de cerveau.
      • [^] # Re: PDF en français disponible

        Posté par . Évalué à  4 .

        Pourquoi ? Des gens qui tentent de se sortir de la pauvreté, c’est mal ? Ou alors les informations apportées sont fausses ? Le microcrédit n’existe pas ? Ses chiffres sur l’augmentation du revenu des paysans au Kenya sont inventés de toute pièce ?

        C’est bien gentil de parler de propagande, mais quand elle donne des arguments factuels, la réponse appropriée est de les démonter, sinon c’est du FUD.
        • [^] # Re: PDF en français disponible

          Posté par . Évalué à  10 .

          « Pourquoi ? Des gens qui tentent de se sortir de la pauvreté, c’est mal ? Ou alors les informations apportées sont fausses ? Le microcrédit n’existe pas ? Ses chiffres sur l’augmentation du revenu des paysans au Kenya sont inventés de toute pièce ? »

          ???
          Qui a dit une chose pareille ?

          Son discours ne voit le développement de la société QUE par l'intermédiaire de l'économie de marché.
          Par exemple, je n'ai rien trouvé à propos de l'éducation. L'aspect du partage des connaissances est quasiment à chaque fois reliée à un aspect économique.

          La propagande passe aussi par le fait de ne propager que certaines idées en omettant les autres.
          • [^] # Re: PDF en français disponible

            Posté par . Évalué à  10 .

            [...]
            Par exemple, je n'ai rien trouvé à propos de l'éducation. L'aspect du partage des connaissances est quasiment à chaque fois reliée à un aspect économique.
            [...]


            L'éducation ? Encore un truc de communiste pour fainéants/assistés, le self-made man est autodidacte c'est bien connu.

            Et puis de toute façon la seule vrai liberté fondamentale c'est celle du marché...

            Grmbl... encore un commentaire d'un de ces extrémistes socialo-stalinien-marxistes (d'ailleurs c'est un pléonasme), manquerait plus qu'ils exigent un accès gratuit (beurk) à la connaissance !
  • # Ce n'est pas lié ma p'tite dame

    Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

    Ne voyez là aucun lien avec l'affaire entre Google et le gouvernement chinois. :-°

    Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

  • # patriot act

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    ca me fait bien rire quand ils parlent de 'respect de la vie privée des citoyens' rappelons quand meme qu'ils ont le 'patriot act' qui autorise les autorites a espionner tout et tout le monde sans la moindre condition ni autorisation...
    • [^] # Re: patriot act

      Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

      Et pour avoir plus d'informations à collecter, il faut laisser un maximum de liberté aux utilisateurs d'Internet. Comment fonctionneraient leurs services de renseignement sans Facebook ?
      Non, franchement, ce discours me semble cohérent...
    • [^] # Re: patriot act

      Posté par . Évalué à  7 .

      Oui et surtout ce n'est pas comme si les US n'étaient pas partie prenantes dans les négociations pour l'ACTA et ne pesaient pas dans le sens contraire de ceux évoqués ici.
      Il y a le discours et il y a les actes.
    • [^] # Re: patriot act

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      En même temps, le patriot act, il a été signé par G. Bush et quand tu vois l'opposition réelle entre les républicains et les démocrates, ça m'étonnerait qu'Hillary aurait fait passé une telle loi si elle avait été à la place de Bush.
    • [^] # Re: patriot act

      Posté par . Évalué à  3 .

      Rhalala tu n'a rien compris, le patriot act est tout à fait légitime : c'est pour le bien de la nation (en plus y a patriot dans le nom).
      De toute façon si sa te fais peur qu'on vienne t'espionner c'est que tu as des choses à cacher CQFD.

      Faites confiance aux gouvernements, ils font tout pour vous protéger des méchant terroristes mangeurs d'enfants !

      C'est incroyable le nombre de gens tatillon avec leurs libertés fondamentales...
  • # Mouaai

    Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

    Il y a peut-être une volonté politique pour garantir les libertés sur internet. J'ai de sérieux doutes quant aux opinions des industriels du réseaux aux USA. J'y ai vécu, et bon, utiliser certains protocoles rend la connexion très très lentes. Je pense que c'est juste de la fumée pour supporter google. Quand ils reparleront des droits d'auteurs et compagnie, je ne suis pas sur que les beaux discours tiennent longtemps.
    • [^] # Re: Mouaai

      Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

      Tout-à-fait d'accord.
      Ce discours me rappelle le vibrant discours de Villepin contre la guerre en Irak.
      Et tout le monde sera également d'accord que l'opposition du gouvernement à la guerre était purement à dessein humanitaire et pour la stabilité politique, et n'avait strictement rien à voir avec nos intérêts économiques sur place.

      Bref, les discours "vibrants" des politiques, il vaut toujours mieux les replacer dans leur contexte...
      • [^] # Re: Mouaai

        Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

        Effectivement, c'est bien de se méfier du discours politique car il est connu pour s'appuyer sur ce dont il a besoin qui serait susceptible de lui rendre service.

        Effectivement, rien ne les empêchera de changer de point de vue quand ce sera le bon moment (surtout en cas de changement de majorité par exemple).

        Toutefois, c'est bien la première fois que j'entends quelqu'un qui officiellement parle d'un accès libre à Internet et de tout ce que ça implique en reprenant certains arguments que certaines associations reconnues partagent (style l'EFF, EFA, la Quadrature, etc...).

        Si vous lisez la réaction officielle de l'EFF (présente ici: http://www.eff.org/deeplinks/2010/01/clinton-internet-freedo(...) ), vous verrez qu'en restant méfiant et en pointant certains arguments du doigt, ils ont une attitude plutôt positive par rapport au discours surtout lorsqu'il parle de choses sur lesquelles ils ont travaillé (par exemple Global Network Initiative http://www.globalnetworkinitiative.org/ ).

        Si vous lisez la réaction officielle des membres du projet Tor, vous verrez que la réponse sur la question de l'anonymat leur va plutôt bien...

        Si vous lisez la réaction officielle de l'EFA (lisible ici: http://www.efa.org.au/2010/01/22/government-global-internet-(...) ), vous verrez que ce qui les choque c'est la réaction officielle du gouvernement australien qui a bien trié le contenu du discours sur ce qui l'arrange (dire qu'il faut lutter contre les gens qui font le mal sur Internet). Ils citent directement une partie du texte pour dire: ça c'est bien mais le gouvernement ne l'a pas lu !

        Pour donner un équivalent en France, c'est comme si notre cher président rappelait en préambule du projet de loi LOPPSI que, pour le gouvernement, un des principes fondateurs de cette loi est le respect de la liberté d'accès aux contenus présents sur Internet et que, de ce fait, le texte de cette loi ne pourra en aucune manière, au nom de la lutte contre la censure, utiliser des mesures techniques qui filtreraient automatiquement ces contenus ;-)

        Un autre intérêt majeur d'un discours public, c'est qu'il laisse des traces ! Et de savoir le retrouver lorsqu'il y en a besoin permet de rendre moindre crédible le retournement de veste...

        Mais je suis d'accord avec vous sur le fond, les paroles c'est bien mais ce qui compte, ce sont les actions... Néanmoins, dans un contexte où la parole est plutôt négative sur ce sujet, c'est bien d'agir en rappelant que des personnes influentes ont d'autres idées !
  • # Faites ce que je dis, pas ce que je fais...!!!

    Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

    Sauf que les américains sont les premiers à demander une restriction des accès aux sites Web américains pour les états dits "terroristes". (voir la news sur Sourceforge passée la semaine dernière)

    Alors Miss Hilary prône un libre accès au net, mais le restreint pour les "vilains".

    C'est quand même plutôt moyen...!!!
    • [^] # Re: Faites ce que je dis, pas ce que je fais...!!!

      Posté par . Évalué à  2 .

      Non du tout, ils font exactement ce qu’ils disent. Lisez le discours, « la liberté sur Internet c’est important sauf pour untel et untel » (réciproquement terroristes et pirates et vice-versa). Bien sûr seuls les US décident de qui faut bloquer, et par contre les gouvernements quelques peu en froid avec les US sont pointés du doigts.

      Je caricature un peu mais c’est une des idées du discours…

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.