PostgreSQLFr finance des projets autour de PostgreSQL

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
Tags :
13
15
nov.
2010
Base de données
L'année 2009 fut exceptionnelle pour la communauté PostgreSQL Francophone avec notamment la conférence européenne "PG Day" qui s'est tenue à Paris et qui reste à ce jour la plus grande conférence dédiée à PostgreSQL jamais organisée en Europe. Ce succès se traduit par un net bénéfice au niveau de l'association PostgreSQLFr. En clair : l'association dispose d'assez d'argent pour fonctionner pendant plusieurs années et elle continue à recevoir plus d'argent qu'elle n'en dépense.

En 2010, les membres de l'association ont décidé de lancer un grand appel à projet pour redistribuer une partie des fonds de l'association au profit de projets de la communauté francophone de PostgreSQL. Concrètement l'association propose de financer des projets avec des bourses allant de 1000€ à 4000€, selon le besoin exprimé. Ces bourses pourront être utilisées pour rembourser des déplacements, du matériel, des frais d'impressions, de location ou tout frais nécessaire à la réalisation du projet. Les frais seront remboursés par l'association sur présentation des factures correspondantes. Il est possible de financer tout ou partie d'un stage étudiant. Des avances sur frais peuvent être accordées si elles sont justifiées.

Qui peut participer ?


Ce financement est ouvert à tous, quels que soient le pays, l'âge, l'expérience ou la compétence technique. Les projets candidats doivent respecter les critères suivants :
  • Le projet doit concerner "PostgreSQL et la francophonie".
  • Les acteurs du projet restent propriétaires du copyright de leurs travaux mais les éventuels résultats (code, documents, images) doivent être placés sous licence libre (BSD ou CC-BY-NC-SA de préférence). [NdM : la licence CC-BY-NC-SA n'est pas une licence libre au sens de la FSF ou de l'OSI en raison de la clause « non-commercial »]
  • Le projet ne doit pas avoir un but lucratif. En particulier, il ne s'agit pas de financer le projet de développement d'une entreprise.
  • Chaque projet doit désigner un référent, c'est à dire un interlocuteur joignable et disponible.
  • Chaque projet devra fournir un bilan d'avancement régulier ou un moyen de suivi "au fil de l'eau"

Qui décidera ?


Les projets candidats seront présentés aux membres de l'association. Ceux-ci sélectionneront les projets promus ainsi que le montant des bourses accordées. Les membres de l'association impliqués dans un projet candidat ne participeront pas à la sélection
Les projets sélectionnés seront prévenus le 21 mars 2011

Exemples de projets


  • Réalisation d'affiches et de matériel promotionnel
  • Organisation d'un évènement pour la sortie de PostgreSQL 9.0
  • Traduction en français d'un logiciel de l'écosystème PostgreSQL
  • Conférences, Ateliers, Journées d'initiation
  • Développement d'une fonctionnalité ou d'un logiciel

Dossier de candidature


Les dossiers de candidature doivent nous parvenir avant le 28 février 2011. Ils doivent obligatoirement comporter les éléments ci-dessous :
  • Un descriptif du projet
  • Une présentation des membres du projet
  • Une feuille de route
  • Un budget prévisionnel précisant le montant de la bourse demandée
  • Les coordonnées du référent au sein du groupe
  • Les dossiers doivent être envoyés à l'adresse appel-projets-2010 _AT_ postgresql.fr
Le calendrier établi est le suivant :
  • 1er novembre 2010 Ouverture au dépôt de dossiers de candidature
  • 28 février 2011 Date limite de dépôt des dossiers
  • 15 mars 2011 Délibéré au sein de l'association
  • 21 mars 2011 Communication des résultats du délibéré
    • # ...

      Posté par . Évalué à 1.

      Les gens qui donnent, donnent pour faire progresser PostgreSQL. Cela ne serait pas plutôt le boulot de l'association d'embaucher une personnes, pour bosser sur le projet ou sur la spécificité fr, plutot que de financer autre chose ?

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: ...

        Posté par . Évalué à 3.

        Ce n'est pas le cas ?

        Je cite la dépêche :
        Le projet doit concerner "PostgreSQL et la francophonie".
    • # Faudrait aussi changer le titre?

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      (BSD ou CC-BY-NC-SA de préférence). [NdM : la licence CC-BY-NC-SA n'est pas une licence libre au sens de la FSF ou de l'OSI en raison de la clause « non-commercial »]

      +

      Le projet ne doit pas avoir un but lucratif.

      Donc le titre n'est pas bon : remplacer "projets libres" par "projets à but non lucratif".
      La différence est de taille : ça élimine d'office beaucoup de projets libres, et de ce que je lis de la dépêche, il n'est pas du tout dans l'objectif de l'association de faire avancer le libre mais le non lucratif plutôt. Le libre n'a l'air que d'être un effet secondaire de leurs choix. Ou corrigez-moi si je me trompe en m'expliquant en quoi le libre est la cible et pourquoi des projets libres seraient éliminés pour des choses indépendantes du libre (le libre ne fait pas la différence entre lucratif et non lucratif!)...

      Autant les autres limites sont pratiques (organisationnelles), autant cette limite "non lucratif" est politique et change beaucoup l'orientation donnée au financement.
      • [^] # Re: Faudrait aussi changer le titre?

        Posté par . Évalué à 2.

        Le projet en lui-même ne doit pas avoir un but lucratif. Ça ne veut pas dire que la licence du logiciel doit restreindre l'utilisation commerciale. D'ailleurs ils suggèrent une licence BSD, qui ne la restreint pas.
      • [^] # Re: Faudrait aussi changer le titre?

        Posté par . Évalué à -1.

        Parce que c'est un peu con pour une asso loi 1901 de subventionner une opération à but lucratif, peut-être ? Dans un truc à but lucratif, ceux qui investissent s'appellent en général actionnaires ou bien sociétaires (et non donateurs) et peuvent espérer une rémunération au bout du compte.

        (sans compter l'aspect fiscal des choses, vu du côté de l'association)
        • [^] # Re: Faudrait aussi changer le titre?

          Posté par . Évalué à 5.

          Il y a une différence entre faire quelque chose à but non lucratif et faire quelque chose qui interdit explicitement d'en faire quelque chose de commercial.


          Il y a beaucoup de choses que je trouve bizarre dans cet article :

          * Pourquoi restreindre les projets au projets non commerciaux ? Surtout si c'est pour favoriser une licence non copyleft, la BSD, plus permissive. Pas que je copyleft empêche ça, mais ça permet de l'inclure dans du code fermé. Donc en gros on nous dit que l'association finance des projets libres, mais en fait non commerciaux (donc non libres), mais si vous voulez en faire des dérivés propriétaires vous pouvez, mais il ne faudrait pas en faire commerce (en tout cas ne pas le dire trop fort vu que la BSD modifiée autorise explicitement ce genre de choses). Bref, je suis perdu, je ne vois aucune cohérence dans la manière dont c'est présenté.

          * Pourquoi faut-il que ce soit francophone ? D'après le titre, on a l’impression que l'association souhaite maladroitement pousser le libre (ou presque). Or l'idée du libre c'est de partager. Pourquoi s'arrêter à nos frontières ? C'est bien de favoriser la diversité, les spécificités locales, culturelles, etc. Mais l'imposer, c'est vraiment dommage. D'autant quand je vois le nom de l'association « PostgreSQLFr », intuitivement, je pense à « communauté francophone de PostreSQL », pas à « Communauté de PostreSQL promouvant la francophonie ». Alors bien sûr, je ne suis pas membre, je n'ai pas mon mot à dire, mais si j'avais rejoint l'association, ç'aurait été pour la seconde raison et j'aurais été fort mécontent que l'association promeuve le première.
          • [^] # Re: Faudrait aussi changer le titre?

            Posté par . Évalué à 1.

            D'après le titre, on a l’impression que l'association souhaite maladroitement pousser le libre (ou presque)

            La maladresse, c'est ton jugement sur le sujet. Il ne me paraît pas idiot de favoriser les projets francophones lorsqu'on est une asso francophone. A ce que je sache, Framasoft publie prioritairement des contenus en français, par exemple.

            Donc en gros on nous dit que l'association finance des projets libres, mais en fait non commerciaux (donc non libres)

            Erreur de raisonnement. L'association accepte les projets à but non-lucratif, cela ne veut pas dire qu'ils sont sous une licence non-commerciale. Il y a des tas de projets libres (la majorité en fait) qui ne rapportent pas un centime à leurs auteurs.

            C'est bien de favoriser la diversité, les spécificités locales, culturelles, etc. Mais l'imposer, c'est vraiment dommage.

            Personne n'impose la diversité culturelle, et si tu veux faire un truc non-francophone à but lucratif autour de PostgreSQL, tu es libre de le faire ! Simplement, tu ne seras pas subventionné par l'association mentionnée ici.
            • [^] # Re: Faudrait aussi changer le titre?

              Posté par . Évalué à 2.

              D'après le titre, on a l’impression que l'association souhaite maladroitement pousser le libre (ou presque)

              La maladresse, c'est ton jugement sur le sujet. Il ne me paraît pas idiot de favoriser les projets francophones lorsqu'on est une asso francophone.
              Je ne vois pas bien l'utilité de ce commentaire acerbe, ni le rapport avec la partie que tu cites.

              A ce que je sache, Framasoft publie prioritairement des contenus en français, par exemple. Oui. Mais je ne vois pas bien le rapport.

              Framasoft publie des textes à destination d'un public francophone. Donc de fait il vaut mieux proposer des textes en français. La restriction n'est pas artificielle, mais purement pragmatique. Si demain il est possible pour Framasoft de toucher trois fois plus de gens sans augmenter leur quantité de travail, je pense qu'ils vont signer tout de suite.

              Là il est question de projets devant concerner « "PostgreSQL et la francophonie" ». C'est probablement très pertinent dans le cadre d'une traduction d'un logiciel (un des exemples donnés). Mais dans le cadre de «Développement d'une fonctionnalité ou d'un logiciel », ça se passe comment ? En quoi patcher un logiciel se fait dans le cadre de la francophonie (mis à part en le traduisant par exemple) ? Et pour ce qui est des affiches, comment se traduit la francophonie ? Si les sources sont libres ça peut faire des affiches pour toutes les langues pour lesquelles il y a des traducteurs motivés. À moins de réaliser une affiche « PostgreSQL dans le Cantal » .

              Erreur de raisonnement. Erreur d'interprétation.

              Je te serais vraiment reconnaissant de bien vouloir lire l'intégralité de mes propos avant de réagir. :)

              Et de ne pas utiliser la stratégie de l'homme de paille en démontant (courageusement) des arguments que je n'ai pas avancé.

              L'association accepte les projets à but non-lucratif, cela ne veut pas dire qu'ils sont sous une licence non-commerciale.

              Je n'ai pas dit que ce n'était pas possible de faire du commercial. Je dis justement que c'est tout à fait possible d'en faire avec de la BSD. Et que conseiller côte à côte la BSD et un CC avec clause NC, c'est vraiment bizarre.

              Il y a des tas de projets libres (la majorité en fait) qui ne rapportent pas un centime à leurs auteurs. Et ?

              Je ne vois pas le rapport. Ces projets étant libres, par définition, ils autorisent la redistribution commerciale.

              Que cette liberté soit rarement utilisée n'a que peu d'importance.

              Une autre liberté est rarement utilisée : celle de forker. Et pourtant ce n'est pas pour autant que c'est une liberté inutile et qu'il ne faut pas préserver.

              Personne n'impose la diversité culturelle, et si tu veux faire un truc non-francophone à but lucratif autour de PostgreSQL, tu es libre de le faire ! Simplement, tu ne seras pas subventionné par l'association mentionnée ici. Si si.

              Il suffit de le faire sous licence BSD, de se faire subventionner, puis seulement ensuite de le faire traduire et de l'inclure dans un soft propriétaire (ou non) à but lucratif.

              Du coup les restrictions, en plus d'être discutables, me semblent inutiles, voire contradictoire.
              • [^] # Re: Faudrait aussi changer le titre?

                Posté par . Évalué à 1.

                Framasoft publie des textes à destination d'un public francophone. Donc de fait il vaut mieux proposer des textes en français. La restriction n'est pas artificielle, mais purement pragmatique.

                Et à qui crois-tu que PostgreSQLFr (c'est dans le titre) destine ses actions ? Tu vois le pragmatisme, là, ou il te faut un dessin ?

                Je ne vois pas le rapport. Ces projets étant libres, par définition, ils autorisent la redistribution commerciale.

                Oui, donc tu n'as toujours pas compris. Comme je n'ai pas envie d'en remettre une couche, je te renvoie au commentaire suivant, qui explique bien les choses :
                https://linuxfr.org/comments/1182649.html#1182649

                (et, par pitié, cite proprement, tu es pénible à lire)
      • [^] # Re: Faudrait aussi changer le titre?

        Posté par . Évalué à 3.

        tout les mots sont importants :

        « BSD ou CC-BY-NC-SA de préférence   »

        Visiblement la licence CC-BY-NC-SA n'est pas obligatoire. Ce qui est obligatoire c'est de mettre le projet sous licence libre...

        Je suis d'accord qu'il y une petite incohérence à demander une licence libre tout en préconisant le NC de creative commons. Mais en dehors de cette confusion, ce concours laisse le choix de la licence et semble assez clairement orienté vers le libre...

        Par ailleurs, dans la mesure où PostgreSQLFr est une association de loi 1901, il me semble qu'il lui est impossible de financer des projets à buts lucratifs.... À vérifier.
        • [^] # Re: Faudrait aussi changer le titre?

          Posté par . Évalué à 3.

          Oui je trouve que ce NC est malvenu.

          Par contre financer essentiellement des individuels / groupes qui ne gagnent pas d'argent avec PostgreSQL me semble assez futé puisqu'à priori une entreprise qui développent sur PostgreSQL le fait parce qu'elle espère en tirer un bénéfice (s'ils ont du succès). L'association n'a donc pas vocation a subventionner une entreprise.
          Donc je trouve pas mal leur action pour faire grossir la communauté: Soit financer des étudiants pour mettre le pied dans le code de PostgreSQL, soit faire la promotion de PostgreSQL (puisqu'il n'y a aucune grande entité pour en faire la promotion comme MySQL l'était)

          Mais en même temps, j'imagine que la communauté francophone contient aussi des entreprises? Donc les exclure comme ca me semble un peu réducteur sur ce qu'est la communauté.

          Voila, c'est le fruit de mes pensées torturées :)
          Ne vous étonnez pas que ce soit contradictoire.

          Par ailleurs, dans la mesure où PostgreSQLFr est une association de loi 1901, il me semble qu'il lui est impossible de financer des projets à buts lucratifs.... À vérifier.
          J'avoue que j'aimerais bien aller au fond de cette affirmation et savoir si c'est bien vrai ou pas.
          • [^] # Re: Faudrait aussi changer le titre?

            Posté par . Évalué à 2.

            Par ailleurs, dans la mesure où PostgreSQLFr est une association de loi 1901, il me semble qu'il lui est impossible de financer des projets à buts lucratifs.... À vérifier.
            J'avoue que j'aimerais bien aller au fond de cette affirmation et savoir si c'est bien vrai ou pas.


            Si je me souviens bien, ce n'est pas impossible mais ça entraîne de possibles modifications dans le régime fiscal.
    • # Embaucher un permanent ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Postgresqlfr n'a t elle pas les moyens d'embaucher un permanent (même à mi temps ?) !

      C'est pourtant l'option la plus sure pour booster une association et mettre un peu la pression sur les bénévoles afin d'obtenir le meilleur ...
      • [^] # Re: Embaucher un permanent ?

        Posté par . Évalué à 0.

        Je ne sais pas si l'association PostgreSQLFr a besoin d'un permanent (même à temps à partiel).
        Par contre, l'association Framasoft embauche des permanents et qu'une campagne de dons a été lancé il y a peu de temps (http://soutenir.framasoft.org/).
        Peut être qu'une mise à jour de la fiche descriptive de PostgreSQL (qui en a grand besoin d'ailleurs - http://www.framasoft.net/article2309.html) sur le site Framasoft peut faire l'objet d'une soumission de projet (un particulier soit).
      • [^] # Re: Embaucher un permanent ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Cette proposition me semble intéressante. En effet, dans le milieu professionnel, on cherche toujours le plus rassurant. Or, avec le logiciel libre, 100 personnes compétentes sur une liste de diffusion, ça ne rassure pas un DSI. C'est dommage, mais c'est comme ça et il y a beaucoup d'eau qui passera sous les ponts avant que ça change.

        Avoir un numéro de téléphone et un interlocuteur rassure les donneurs d'ordres. Pourquoi s'en priver ? Même si il ne sert qu'à rediriger sur le bon interlocuteur, sa fonction est très importante.

        Depuis qu'APRIL a des permanents, son nombre d'adhérents a explosé. N'y aurait-il pas une relation de cause à effet ?
        • [^] # Re: Embaucher un permanent ?

          Posté par . Évalué à 3.

          Avoir un numéro de téléphone et un interlocuteur rassure les donneurs d'ordres. Pourquoi s'en priver ?

          Parce qu'ils n'en ont rien à foutre peut-être ? Suggérer que des bénévoles doivent financer un permanent pour rassurer les « institutions », c'est un peu gonflé.

          (remarque, si tu proposes de payer le salaire toi-même, ça change tout)

          Depuis qu'APRIL a des permanents, son nombre d'adhérents a explosé. N'y aurait-il pas une relation de cause à effet ?

          Oui, mais pas dans ce sens-là. L'April a fait de la promotion pour solliciter suffisamment d'adhésions afin de payer des permanents. Ce ne sont pas les permanents qui ont fait rentrer les adhésions, c'est les adhésions qui financent les permanents (que ce soit utile ou non est une autre question). C'est pareil dans n'importe quelle asso qui veut grossir.
          • [^] # Re: Embaucher un permanent ?

            Posté par . Évalué à 1.

            Ce qui attire les adhérents , c'est l'existence médiatique , pas les permanents !
            Effectivement, les permanents permettent d'avoir une plus grande présence médiatique.
            De là à dire que ça ne sert à rien ... ???

            Framasoft, Mozilla, l'April ,Mozilla France, l'adullact , la quadrature ont plus de visibilité que les autres associations même si certaines se débrouillent plutôt bien comme l' AFUL,
            • [^] # Re: Embaucher un permanent

              Posté par . Évalué à 2.

              Framasoft, Mozilla, l'April ,Mozilla France, l'adullact , la quadrature ont plus de visibilité que les autres associations même si certaines se débrouillent plutôt bien comme l' AFUL,

              Sacré mélange ;)

              Framasoft, l'April ont peut être plus de visibilité que les autres associations autour du libre. Ok, ça, c'est un fait. Mais beaucoup moins que d'autres association comme « les Restos du Cœur », « AIDES », l'« Association pour la recherche sur le cancer » (ARC) et tant d'autres.

              Mozilla, c'est une ancienne suite bureautique orienté Internet et Mozilla France, ça n'existe pas :)

              Je pense que tu voulais parler de la Mozilla foundation (et éventuellement de sa filiale la Mozilla Corporation) d'une part, et, d'autre part, de Mozilla Europe qui est effectivement une association française fondée par un Français disposant de locaux à Paris et employant majoritairement des français, mais ça ne s'appelle pas Mozilla France.

              Mais c'est difficile de comparer ces entités au reste de la liste qui a plutôt un objectif de niveau national ou qui se limite, plus ou moins[1], à l'espace francophone.


              [1] Toujours compliqué de faire des généralités et on peut bien sûr citer freesoftwarepact.eu qui est une initiative de l'April.


              La Quadrature du Net n'est pas une association au sens où on l'entend généralement (pas de statuts déposés à la préfecture), mais un collectif de citoyens (ou association de fait). Là aussi, le domaine d'action de la Quadrature du Net est ambigü entre son action française (Assemblée nationale, LOPSSI, HADOPI, etc.) européennes, (Paquet télécom, Lambrinidis, 138, wd12, Bruxelles, Strasbourg, etc.) et internationales (ACTA, etc.).

              Quant à l'adullact ou l'AFUL, no comment, je préfère parler d'associations sérieuses :)


              Mais je suis d'accord pour dire que des permanents sont nécessaires arrivé à un moment donné, pour le bon fonctionnement de l’association.

    Suivre le flux des commentaires

    Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.