QEMU, KVM, Cloonix

Posté par (page perso) . Édité par Xavier Claude, baud123, Benoît Sibaud et Malicia. Modéré par Xavier Claude.
30
2
jan.
2012
Linux

Le noyau Linux peut gèrer la virtualisation au travers du module KVM. Pour utiliser la fonctionnalité KVM, on avait seulement QEMU jusqu'à ce que Pekka Enberg, appartenant à la communauté du noyau Linux, lance la création d'un logiciel plus léger pour remplacer QEMU dans les cas simples d'utilisation.

Cloonix est un logiciel qui se place en utilisateur de machines virtuelles de 3 types : UML, KVM et LXC. Son rôle est de les démarrer, de les configurer, de les superviser et enfin de créer un réseau dynamique entre elles.

Grâce à la nouvelle machine de Pekka Enberg de code très simple, une nouvelle machine utilisant le module KVM existe maintenant : la CLOONIX_KVM, provenant d'un fork de celle de Pekka Enberg, est intégrée à cloonix-12.0.

Cloonix-12.0 n'a été testé que sur Debian Squeeze. Seuls les utilisateurs prêts à compiler leurs logiciels avant utilisation sont invités à l'essayer car la version est livrée sans binaires. Le code est sous licence GPLV3.

Il y a, intégré à Cloonix, des démonstrations plug-and-play de réseaux OSPF et OLSR dont le nombre de machines est configurable jusqu'à 150.

D'ici quelques mois, je livrerai grâce à Cloonix une démonstration de réseau incluant une machine DNS, une machine Apache en reverse proxy une machine contenant iceweasel, et une machine hébergeant des pages web.

Si une plateforme dont la configuration est relativement complexe comme celle ci-dessus peut-être lancée par une simple commande et par n'importe qui, j'aurais enfin prouvé l'utilité de mon logiciel : la configuration de logiciels open source devient un métier, Cloonix permet le partage des connaissances en configuration par des exemples « qui tournent ».

  • # give credit where credit is due

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    jusqu'à ce que Penberg, appartenant à la communauté du noyau Linux

    Son nom complet est Pekka Enberg.

  • # Libvirt ?

    Posté par . Évalué à 8.

    Ce n'est pas ce que fait libvirt depuis des années ? Ou alors j'ai pas tout compris.

    • [^] # Re: Libvirt ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      En effet, l'objectif de libvirt est un peu similaire, mais il n'est pas interdit de générer une saine concurrence.

      L'objectif de cloonix est bien plus restreint, il facilite l'automatisation de démos associés au réseau sans viser une utilisation opérationnel et professionnelle.

      La richesse de l'open-source réside dans la diversité et liberté de création. L'utilisateur possède la liberté de selection et de choix.

      • [^] # Re: Libvirt ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        L'objectif de cloonix est bien plus restreint, il

        Je pense qu'il faudrait que tu précise un peu ce point. Vu de l’extérieur, ça semble un peu obscur ...

        • [^] # Re: Libvirt ?

          Posté par . Évalué à 4.

          Ça vient peut-être de moi mais je n'ai pas bien compris ce qu'est Cloonix.

          D'après le premier paragraphe de la dépêche : c'est une machine virtuelle capable d'utiliser KVM, alors que jusqu'ici on avait que QEMU (ce qui n'est pas juste car Xen le peut aussi, en mode hvm)

          D'après le deuxième paragraphe : c'est un truc qui permet de piloter QEMU, LXC et UML. Donc une alternative à libvirt.

          Quel est donc le vrai rôle de Cloonix ? Quelqu'un peut-il m'éclairer ?

          • [^] # Re: Libvirt ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Cloonix vu par l'utilisateur est un simplificateur d'utilisation de machines virtuelles, tout comme libvirt.
            Cloonix, pour ce travail est un ensemble de pas mal de processus qui tournent ensembles et avant le fork de la machine de Pekka le processus qemu était une brique indispensable pour atteindre la fonctionnalité kvm du noyau. Maintenant, une brique cloonix fait le même travail que qemu mais mieux controlé car membre de la grande famille cloonix.
            Pour l'utilisateur de haut niveau, cette nouveauté n'a pas beaucoup d'interet, mais un dévelopeur peut éventuellement s'interresser à une nouvelle implémentation du côté user de la virtualisation kvm.

          • [^] # Re: Libvirt ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Ça vient peut-être de moi mais je n'ai pas bien compris ce qu'est Cloonix.

            Si j'ai bien compris, c'est un simulateur virtuel de réseau. Il permet de simuler facilement un réseau en créant des VM et en assurant la liaison entre elle. Ça permet de vérifier que ce qu'on prévu marche bien comme prévu (que les machines qui doivent se connecter entre-elles y arrivent bien, et inversément).

            J'espère que j'ai bien compris.

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: Libvirt ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Oui, en très gros, cloonix se place au niveau management dynamique de topologie réseau, idéal pour tester la mobilité ipv6 par exemple.
              Mais comme un réseau est fait de machines, cloonix aide à créer et configurer les machines virtuelles.
              L'objet principal géré est le réseau. On peut par exemple avec des commandes scripts connecter une machines successivement à plusieurs autres machines pour simuler un déplacement dans un réseau.
              En plus on peut accompagner les changement de topologies par des déplacements de la machine visiblent sur le graph, des commandes de déplacements existent pour mieux visulaliser l'évolution topologique.

    • [^] # Re: Libvirt ?

      Posté par . Évalué à -1.

      libvirt est une librairie pour manipuler différents "système" de virtualisation (kvm, lxc, xen, etc ...)

      Ici il s'agit de remplacer QEMU (qui s'occupe de l'émulation de certains composants) par quelque chose de beaucoup plus simple : Texte du lien

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.