Revue de presse de l'April pour la semaine 4 de l'année 2014

19
28
jan.
2014
Internet

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[Sud Ouest] Mont-de-Marsan: François Pellegrini, président d'Aquinetic, est nommé à la CNIL

Par Jean-Louis Hugon, le vendredi 24 janvier 2014. Extrait:

Le président de l'association qui réunit les partisans du logiciel libre en Aquitaine a été nommé à la Commission nationale informatique et liberté par le président du Sénat Jean-Pierre Bel

Lien vers l'article original: http://www.sudouest.fr/2014/01/24/mont-de-marsant-francois-pellegrini-president-d-aquinetic-est-nomme-a-la-cnil-1439916-3452.php

Et aussi:

[Miroir Mag] Six clichés qui vous empêchent de vous mettre au logiciel libre

Par Nicolas Boeuf, le jeudi 23 janvier 2014. Extrait:

Encore mal connus, les logiciels libres continuent de faire peur aux utilisateurs. Doutes sur la fiabilité, nécessité de compétences techniques, habitude des autres systèmes… Autant de freins à leur généralisation. Pourtant, ces logiciels que chacun est libre d’utiliser, modifier ou partager pourraient amener de nombreux bienfaits, s’ils étaient utilisés de manière globale.

Lien vers l'article original: http://www.miroir-mag.fr/13674-six-cliches-qui-vous-empeche-de-vous-mettre-au-logiciel-libre

[Numerama] Le Pacte du Logiciel Libre relancé pour les municipales 2014

Par Julien L., le jeudi 23 janvier 2014. Extrait:

L'April s'apprête à se saisir à nouveau de son bâton de pèlerin. En vue des municipales de 2014, l'association va une fois encore battre la campagne pour promouvoir le logiciel libre. En conséquence, elle commence à mobiliser ses troupes.

Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/27309-le-pacte-du-logiciel-libre-relance-pour-les-municipales-2014-maj.html

Voir aussi:

[Solutions-Logiciels] L'open source, vivier des systèmes embarqués critiques

Par Cyrille Comar, le jeudi 23 janvier 2014. Extrait:

Quels sont les enjeux du développement de l’open source dans la conception de logiciels et systèmes embarqués critiques et sur la révolution tant attendue par les différents acteurs du secteur?

Lien vers l'article original: http://www.solutions-logiciels.com/actualites.php?actu=14336

[L'Informaticien] Le ministère de la Défense renouvelle son contrat «Open Bar» avec Microsoft

Par Emilien Ercolani, le jeudi 23 janvier 2014. Extrait:

Le contrat «Open Bar» entre le ministère de la Défense et Microsoft a été renouvelé pour la période 2013-2017, dans des conditions toujours aussi opaques.

Lien vers l'article original: http://www.linformaticien.com/actualites/id/31798/le-ministere-de-la-defense-renouvelle-son-contrat-open-bar-avec-microsoft.aspx

Et aussi:

Voir aussi:

[LeDevoir.com] 18 millions en logiciels Microsoft

Par Fabien Deglise, le jeudi 23 janvier 2014. Extrait:

Québec contrevient à ses propres lois en matière d’ouverture aux logiciels libres

Lien vers l'article original: http://www.ledevoir.com/politique/quebec/397985/18-millions-en-logiciels-microsoft

[ZDNet] FIC: Snowden partout, cybersécurité nulle part?

Par Antoine Duvauchelle, le mercredi 22 janvier 2014. Extrait:

Le lanceur d'alertes est partout, et a marqué les esprits. On pouvait s'y attendre, mais son influence est telle que la première conférence plénière du FIC s'est posé la question d'un échec de la cybersécurité.

Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/actualites/fic-snowden-partout-cybersecurite-nulle-part-39797283.htm

Et aussi:

[basta!] Numérique: cette empreinte écologique que les consommateurs ont bien du mal à voir

Par Nolwenn Weiler, le lundi 20 janvier 2014. Extrait:

L’économie virtuelle consomme une énergie bien réelle. Les «data centers», qui regroupent les serveurs indispensables à la navigation sur le Web et à la circulation des 300 milliards de courriels, pourriels, photos ou vidéos envoyés quotidiennement, peuvent consommer autant d’énergie qu’une ville de 200 000 habitants. Sans compter le coût environnemental de la fabrication d’équipements toujours plus nombreux. De quoi relativiser l’apport apparemment écologique de l’économie dématérialisée, avec ses «télé-réunions», son commerce en ligne ou ses téléchargements.

Lien vers l'article original: http://www.bastamag.net/Numerique-cette-empreinte

  • # Comme se discréditer

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Dans le dernier article référencé on trouve une perle:

    On estime qu’un data center moyen consomme autour de quatre mégawatts par heure, ce qui équivaut environ à la consommation de 3 000 foyers américains.

    Il faudrait un jour que les journalistes intègrent la notion de puissance…

    • [^] # Re: Comme se discréditer

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      C'est clair. Là, j'imagine que ça veut dire « quatre mégawatts heures par heure », autrement dit « quatre mégawatts » tout court, ce qui doit équivaloir à la consommation moyenne de 3.000 foyers.

      Les écrivains devraient aussi se former un minimum : je suis actuellement en train de lire la saga de la Compagnie des glaces, où l'auteur parle souvent de kilowatts comme s'il s'agissait d'une unité d'énergie…

      • [^] # Re: Comme se discréditer

        Posté par . Évalué à 4.

        Peut être que l'origine du problème est à chercher du coté de ceux qui utilisent le kilowatt-heure à la place des joules, suivez mon regard…

        Please do not feed the trolls

    • [^] # Re: Comme se discréditer

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      que les journalistes intègrent la notion de puissance…

      On retrouve fréquemment le même genre d'erreur quand ils parlent de la pluie : « lors de cet orage, il est tombé plus de 12 cm d'eau par mètre carré. ». Erreur qui n'est apparu que depuis quelques années, il me semble.

      * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

      • [^] # Re: Comme se discréditer

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Et que dire de toutes ces personnes qui parlent de km.h au lieu de km/h ?

      • [^] # Re: Comme se discréditer

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        12 centimètres pendant un orage, c'est brutal quand même…

        • [^] # Re: Comme se discréditer

          Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 29/01/14 à 22:10.

          En France on peut voir tous les ans, localement et jamais au même endroit, jusqu'à 30 voire 40 cm d'eau tomber en une fois, ce sont les épisodes cévenols.
          Imagine les dégats sur une zone urbanisée -donc bulle chaude facteur d'instabilité météorologique et sols étanches et en entonnoir, ou rappelle-toi de Vaisons-la-Romaine en 92 ou Nîmes en 88 :

          Le maximum des précipitations relevées est de 420 mm au Mas de Ponge, sur les hauteurs de Nîmes.

          Probablement qu'avec des règles d'urbanisme on éviterait de construire dans le lit des rivières, mais le Français est… latin avant tout !

          Edit: la page que je mets en lien précise bien que ce ne sont pas là des épisodes cévenols.

      • [^] # Re: Comme se discréditer

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Si vous voulez un autre exemple du même acabit, regardez un peu ça :

        http://www.franceinfo.fr/economie/l-inflation-au-plus-bas-depuis-novembre-2009-en-france-1213409-2013-11-14

        Le journaliste y mélange tout : prix à la consommation (un indice primaire), inflation (sa dérivée), accélération et ralentissement (une dérivée seconde des prix ?), au point que l'article en est incompréhensible.

        Tout ce qu'on arrive à saisir dans ce mélange, c'est qu'on était en déflation, autrement dit que les prix à la consommation avaient baissé. Le plus beau, c'est la première phrase du corps de l'article :

        L'inflation est en net ralentissement en France.

        Ça, littéralement, ça sous-entend veut dire que l'inflation augmente toujours, mais moins vite qu'avant — ce qui est le sens du verbe ralentir, contrairement au verbe diminuer — autrement dit :

        • que l'inflation augmente, autrement dit que les prix augmentent toujours plus vite, ou encore que la dérivée troisième des prix est positive ;
        • que l'inflation augmente de moins en moins vite , autrement dit que la dérivée quatrième des prix est négative, ce qui est une information excessivement complexe et assez inutile.

        Sauf qu'en fait, vu les chiffres, ce qu'il a voulu dire, c'est plutôt « l'inflation est nettement négative en France », ou encore « la France est en net déflation », ce qui est un constat brut qui porte évidemment sur la dérivée première et non sur la dérivée quatrième :

        • que l'inflation est négative, autrement dit que les prix diminuent ;
        • c'est tout en fait.
        • [^] # Re: Comme se discréditer

          Posté par . Évalué à 0.

          Sauf qu'en fait, vu les chiffres, ce qu'il a voulu dire, c'est plutôt « l'inflation est nettement négative en France », ou encore « la France est en net déflation »,

          Non, les chiffres disent que l'inflation est encore positive, et donc que la France est en désinflation, pas en déflation. Donc il a voulu dire que l'inflation diminuait.

          Et tu n'as peut-être pas fondamentalement tort sur ton pinaillage entre "ralentir" et "diminuer", mais l'abus de langage n'est pas énorme : quand on dit (par abus, soit) qu'une vitesse ralentit, on comprend bien que la vitesse diminue, et non pas qu'elle augmente.

          • [^] # Re: Comme se discréditer

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Non, les chiffres disent que l'inflation est encore positive, et donc que la France est en désinflation, pas en déflation. Donc il a voulu dire que l'inflation diminuait.

            Ce n'est pas ce que j'en ai compris, mais vu la clarté de cet article, difficile d'en être sûr :

            L'inflation est en net ralentissement en France. Sur un mois, les prix à la consommation en octobre ont reculé de 0,1% après avoir déjà baissé de 0,2% en septembre, a annoncé jeudi l'Insee.

            La partie qui vient de l'INSEE est plutôt claire : les prix ont baissé, ce qui correspond à une inflation négative, encore appelée déflation.

            Et tu n'as peut-être pas fondamentalement tort sur ton pinaillage entre "ralentir" et "diminuer", mais l'abus de langage n'est pas énorme : quand on dit (par abus, soit) qu'une vitesse ralentit, on comprend bien que la vitesse diminue, et non pas qu'elle augmente.

            Certes, mais là, il est tellement largué, ce pauvre journaliste qui n'a jamais fait ni d'économie ni de maths, qu'on ne peut même pas lui passer cet abus puisque de toute façon, il n'avait aucune idée de ce qu'il voulait vraiment dire !

            • [^] # Re: Comme se discréditer

              Posté par . Évalué à 0.

              Non, les chiffres disent que l'inflation est encore positive, et donc que la France est en désinflation, pas en déflation. Donc il a voulu dire que l'inflation diminuait.

              Ce n'est pas ce que j'en ai compris, mais vu la clarté de cet article, difficile d'en être sûr :

              C'est la seule chose dont est sûr, oui :-)

              L'inflation est en net ralentissement en France. Sur un mois, les prix à la consommation en octobre ont reculé de 0,1% après avoir déjà baissé de 0,2% en septembre, a annoncé jeudi l'Insee.

              La partie qui vient de l'INSEE est plutôt claire : les prix ont baissé, ce qui correspond à une inflation négative, encore appelée déflation.

              OK, je me basais sur le graphique, donc sur un an (glissant), et pas sur les chiffres mensuels du texte. Tu as raison, il y a bien déflation sur le dernier mois ; et il y a seulement désinflation sur un an, que ce soit par rapport à un an auparavant ou bien par rapport au mois précédent. Ouf… (au final je ne suis pas certain de m'exprimer plus clairement que le journaliste :-) )

              • [^] # Re: Comme se discréditer

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Si si, tu es plus clair que le journaliste, c'est seulement son article qui nous embrouille la tête. Au passage, tu m'as appris le mot de désinflation, diminution de l'inflation si j'ai bien compris.

      • [^] # Re: Comme se discréditer

        Posté par . Évalué à 1.

        […] 12 cm d'eau par mètre carré.

        J'ai du mal à comprendre en quoi ce serait une erreur de dire ça. Un pluviomètre récolte de l'eau de pluie dans un entonnoir dont la surface doit être connue (une constante); "12 cm d'eau par mètre carré" représente donc la même mesure, rapportée à l'unité de surface, le mètre carré. Avec la densité de l'eau ça fait 120 litres d'eau par mètre carré. L'orage ayant une durée connue, on a toutes les données pour extrapoler le total d'eau pour un département, un village… Non, je vois vraiment pas où est l'erreur.

        • [^] # Re: Comme se discréditer

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Le problème, c'est que la mesure de hauteur d'eau est tout à fait indépendante de la surface de collecte. C'est comme si tu mesurais une température avec un thermomètre dont l'ampoule fait un millilitre, et que tu indiquais ensuite qu'il fait 20°C/ml : c'est inapproprié, et ça donne l'impression fallacieuse que la température est inversement proportionnelle au volume.

          • [^] # Re: Comme se discréditer

            Posté par . Évalué à 1.

            Le problème, c'est que la mesure de hauteur d'eau est tout à fait indépendante de la surface de collecte. C'est comme si tu mesurais une température avec un thermomètre dont l'ampoule fait un millilitre, et que tu indiquais ensuite qu'il fait 20°C/ml : c'est inapproprié, et ça donne l'impression fallacieuse que la température est inversement proportionnelle au volume.

            Je ne comprends toujours pas. Je me balade peut-être avec une fausse notion depuis ma plus tendre enfance mais je ne comprends pas ton explication. Ou alors devrais-je demander ce qu'il faudrait faire et comment il faudrait faire pour mesurer la quantité de pluie tombée ou pour relater l'information?

            Je ne vois pas d'autre méthode que de rapporter la mesure à l'unité de surface, comme on le ferait avec une moyenne. N'est-ce pas à celui qui lit des chiffres à faire preuve de bon sens et à ne pas les interpréter n'importe comment (par exemple à ne pas conclure que le pays est noyé)?

            • [^] # Re: Comme se discréditer

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              que de rapporter la mesure à l'unité de surface

              Rapporter quelle mesure ? Le volume d'eau, je suppose, puisqu'on parle de pluie. Dans ce cas, un volume rapporté à une surface, c'est bien une hauteur…

              * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

              • [^] # Re: Comme se discréditer

                Posté par . Évalué à 1.

                Rapporter quelle mesure ? Le volume d'eau, je suppose, puisqu'on parle de pluie. Dans ce cas, un volume rapporté à une surface, c'est bien une hauteur…

                Je suis peut-être vieux mais pas encore gâteux. Je crois. Ce n'est évidemment pas ce que ma phrase signifie.

                Bon, je reformule: «re-proportionnée à l'unité de surface», c'est mieux? Je sais, c'est pas Français.

                Et ça: s'il est tombé 0.2 litres sur une surface de 100 cm carrés, «rapportant» la mesure (les 0.2 litres pour 100 cm2) à l'unité de surface, le mètre carré, il est alors tombé 20 litres sur un mètre carré. Je suis plus clair, comme ça?

                Ceci dit, tu n'as pas répondu à ma question: comment faudrait-il faire pour…?

        • [^] # Re: Comme se discréditer

          Posté par . Évalué à 5.

          Quand tu as une mesure de la forme valeur=a/b, ça veut dire quel que soit a et b, leur rapport doit donner valeur.
          Par exemple, si tu prends une vitesse moyenne de 20 km/h. Ça peut vouloir dire que tu as fait 20 km en une heure ou 10 km en une demi heure ou 40 km en 2 heures…
          Donc 12 cm/m² veut dire qu'il y a 12 cm qui sont tombés sur 1 m² ou 6 cm sur un demi m² ou 24 cm sur 2 m²… sur plusieurs km² j'imagine que tout le monde doit être noyé.
          Par contre, 120 l/m², ça c'est cohérent, car ça correspond à 60 l sur un demi m² ou 240 l sur 2m²…
          100 l/m² = 0,1 m³/m² = 0,1 m = 10 cm. Donc il faut dire qu'il est tombé 100 l/m² ou 10 cm d'eau sur la région machin, mais pas 10 cm/m².

        • [^] # Re: Comme se discréditer

          Posté par . Évalué à 4.

          "12 cm d'eau par mètre carré" […] Avec la densité de l'eau ça fait 120 litres d'eau par mètre carré

          Je ne reviendrais pas sur les 2 réponses ci-dessus qui répondent bien à ta question, j'ajouterai juste que 1 dm³ fait 1 litre, quelque soit la densité du liquide.

          • [^] # Re: Comme se discréditer

            Posté par . Évalué à 2.

            Je ne reviendrais pas sur les 2 réponses ci-dessus qui répondent bien à ta question, j'ajouterai juste que 1 dm³ fait 1 litre, quelque soit la densité du liquide.

            Exact. M'apprendra à me relire davantage.

    • [^] # Re: Comme se discréditer

      Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 28/01/14 à 13:14.

      En l'occurrence, le discrédit me semble être encore plus sur le fond que sur quelques coquilles. À en croire la revue de presse, l'économie dématérialisée ne consommerait que quelques pouièmes de la consommation mondiale d'énergie (autant que 200.000 personnes). En considérant le temps occupé par cette économie dans la vie du quidam moyen — pendant lequel la consommation de données se substitue à d'autres activités polluantes — n'est-ce pas là une extraordinaire économie d'énergie ?

      • [^] # Re: Comme se discréditer

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Sur le fond je pense que l'article a quelque chose à dire quand même. Même si l'erreur pour moi est plus une faute conceptuelle qu'un simple coquille. La ville de 200'000 personnes est citée pour la consommation d'un datacenter. Dans l'article ils disent 1.5% de la consommation électrique y est dévolue, ce qui n'est pas rien. De plus, je ne suis pas sûr que "la consommation de données" remplace des activités plus polluantes. Des exemples ?

        • [^] # Re: Comme se discréditer

          Posté par . Évalué à 4.

          Ben faudrait comparer le visionnage d'un film à la maison en streaming comparé au déplacement de tout le monde au cinéma mais en utilisant un seul système de projection, hors-ligne qui plus est.
          (Où comment tenter de démontrer que pirater des films est écologique…)

          Sérieusement, je penserais en premier au télé-travail ou au remplacement des pubs imprimées par des pubs en ligne.

          • [^] # Re: Comme se discréditer

            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

            Pour le film, faire le calcul serait intéressant, si tu comptes que 200 personnes regardent un film sur leur PC, ça consomme certainement beaucoup plus qu'une installation de cinéma. Après pour le transport je ne sais pas comment évaluer la consommation d'un trajet en transport public et comment vérifier la rentabilité de l'opération.

            Le télétravail est une question intéressante et probablement largement sous-exploité.

            Ce qui me semble le plus discutable c'est pour quoi on fait tourner tout ces data-centers: les applications comme "livre de visages" ou "gazouillis" me semblent assez futiles et peu à même de justifier une pareille dépense d'énergie…

    • [^] # Re: Comme se discréditer

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      L'article sur les clichés du LL est aussi très beau. Dr Carter, nous avons un problème avec le « système opératoire » ! Et des « royalties » qui se baladent dans les mains du revendeur, c'est aussi très croustillant. Un article en bois qui ne va pas dans le bon sens, en tout cas.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.