Sauvons MySQL !

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol.
Tags : aucun
9
4
jan.
2010
Base de données
En avril dernier, Oracle annonçait son intention d'acheter Sun Microsystems. Beaucoup y ont vu un moyen pour Oracle d'évincer un concurrent de taille de son logiciel phare : le SGBD MySQL.

Rappelons que MySQL est un projet dont le modèle économique a longtemps été basé sur le principe de la double licence, libre et propriétaire, et que son développement est essentiellement assuré par la société qui en est propriétaire (initialement MySQL AB, puis Sun). Ceci pousse de nombreuses personnalités du Libre, et notamment Richard Stallman (RMS), à croire que le projet ne pourrait survivre longtemps à ce rachat. La licence GPL ne suffit pas à assurer sa pérennité.

Récemment, la Commission Européenne a émis des objections à l'acquisition de Sun par Oracle. Il semblerait qu'elle ait été alertée par une lettre ouverte lui étant adressée par RMS et le K.E.I. des dangers d'un tel rachat.

Un site a été ouvert pour permettre aux utilisateurs professionnels de MySQL d'émettre leur opposition en signant une pétition qui peut être utilisée pour convaincre différentes autorités de la concurrence à l'échelle internationale. Ce site fournit de plus amples informations sur le sujet et est écrit en plusieurs langues.

Si vous faites partie de ces utilisateurs, vous êtes expressément invités à participer en vous inscrivant sur HelpMySQL.org et à transmettre le message autour de vous.
  • # MySQL concurrent d'Oracle

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Mouhahahahahahahahahaha

    Non mais il faut rester sérieux un peu quand même...
    • [^] # MySQL est fonctionnel, évolutif et crédible

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Tu te trompes. MySQL est une alternative à Oracle plus intéressante dans beaucoup plus de cas que tu ne le crois.

      http://helpmysql.org/fr/theissue/functional

      MySQL is also creating substantial competitive pressure on prices for proprietary databases, leading to moderation or lowering of licensing fees from Oracle and Microsoft, as well as defection of many enterprise database services to a MySQL platform. If one considers proprietary software a good thing, this reduction in their prices is an instance of the economic benefit that we seek from competition. Many of the larger users that form the backbone of Oracle's cash flow have or are expected to evaluate the benefits of migrating database services to a MySQL platform. While Oracle's database is the dominant player today for the "old” database market, MySQL is the dominant player for the "new,” emerging database markets, and is seen by Oracle as the most important competitor for the future.
      http://keionline.org/ec-mysql

      GNU's Not Unix / LINUX Is Not Unix Xernel

      • [^] # Re: MySQL est fonctionnel, évolutif et crédible

        Posté par . Évalué à 3.

        je crois que tu n'as pas compris le sens de son post... :)
        • [^] # Re: MySQL est fonctionnel, évolutif et crédible

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Ah bon ? O_o (comme dirait Roselyne)
          ... ça me rassure alors...

          GNU's Not Unix / LINUX Is Not Unix Xernel

          • [^] # Re: MySQL est fonctionnel, évolutif et crédible

            Posté par . Évalué à 9.

            bah premièrement, ce texte n'est pas très honnête, il enfonce beaucoup de portes ouvertes...
            il fait complètement fi de l'autre projet libre de moteur de bases de données, comme s'il n'existait pas: ça n'est pas étonnant quand on sait le traitement de la FSF des produits en licence BSD (déni). Il s'autoproclame seul projet vivant libre de moteur de bases de données, et fait un procés d'intention à Oracle. Personne n'a eu peur quand Sun a racheté MySQL AB, pourquoi maintenant ? sans autre preuve que les éternelles "leçons" de liberté de RMS, ceci est limite ridicule...
            Il y a des raisons d'être vigilant. En appeler encore et toujours à la pétition est puéril, surtout quand on connait le pouvoir incroyable de persuasion d'une pétition sur une multinationale.
            • [^] # Re: MySQL est fonctionnel, évolutif et crédible

              Posté par . Évalué à 4.

              d'autant plus que l'avidité de monty est la cause initiale de la situation délicate dans laquelle se trouve MySQL...
              enfin, c'est plus proche du pathétique que du sérieux tout ça...
              • [^] # Re: MySQL est fonctionnel, évolutif et crédible

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                Voilà, il n'avait qu'à pas le vendre…
                Cette initiative pourrait se résumer par « je veux le beurre et l'argent du beurre ».

                Et puis comme c'est libre, si Oracle décide de « tuer » le projet ça ne changera rien. D'ailleurs, il y a déjà une multitude de forks.

                DLFP >> PCInpact > Numerama >> LinuxFr.org

                • [^] # Re: MySQL est fonctionnel, évolutif et crédible

                  Posté par . Évalué à 5.

                  > Et puis comme c'est libre, si Oracle décide de « tuer » le projet ça ne changera rien. D'ailleurs, il y a déjà une multitude de forks.

                  Tu peux me rappeler le nombre de contributeurs externes et le volume de leurs contributions ? C'était d'ailleurs un des chantiers de Sun; avoir des contributeurs...
      • [^] # Re: MySQL est fonctionnel, évolutif et crédible

        Posté par . Évalué à 5.

        Mouais, enfin. Je ne dénigre pas MySQL, mais il y a encore beaucoup de domaines ou celui-ci n'est pas en mesure de concurencer Oracle. Je ne suis pas fan de MySQL (je lui préfère postgreSQL), mais dire que le rachat de Sun part Oracle pourrait faire mourir MySQL, j'y crois pas trop. Je pense que si Oracle venait à changer la licence de MySQL, on verrait un "gros" fork se faire (comme ça s'est fait pour XFree/Xorg), et MySQL libre continuerait son chemin tranquille, avec le soutien de pas mal d'acteurs commerciaux (je vois bien IBM soutenir un tel projet, pour éviter une hégémonie d'oracle sur le secteur des BDD par exemple, ou des sociétés commerciales qui s'appuient sur MySQL pour vendre leur couche applicative et qui verraient d'un mavais oeil le fait de devoir payer oracle pour continuer leur business ... Je vois bien google dans le lot ). Pour moi le seul risque, c'est l'apparition de multiples Fork qui risquent de diviser le développement. Et s'il y a quelque chose à faire à mon avis c'est fédérer les développeurs/utilisateurs sur un seul projet plutot que de se disperser dans des tas de fork. Au pire, c'est postgreSQL qui en sortira grandi.

        Pour moi, si Oracle change la licence de MySQL, toute la communauté autour y verra une trahison et laissera tomber Oracle. Et ça je n'y crois pas trop, ce n'est pas dans l'intéret d'Oracle.
  • # La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

    Posté par . Évalué à 10.

    MySQL est très populaire, certes. Pour autant il n'est pas le seul SGBDR libre et de loin. La licence GPL ne le "protège" pas puisque l'inquiétude est très grande sur son avenir. Est-ce parce que le développement de MySQL est porté par une société commerciale plutôt que par une communauté ?. Je ne saurais y répondre.

    En comparaison PostgreSQL s'appuie sur une communauté et une licence BSD. Finalement ce modèle semble offrir une plus grande solidité face au risque d'une prise de contrôle par une entreprise aux objectifs incertains. Et cela même avec une licence plus permissive. In fine ce modèle semble pérenniser un moteur qui, aujourd'hui, concurrence Oracle sur de nombreux projets d'envergure. Preuve de qualité.

    Le choix reste possible. Je crois que la peur d'une disparition potentielle de MySQL résulte de la perspective d'adaptation (au sens Darwinien) nécessaire. Le danger qui pèse éventuellement sur MySQL ne pèse pas sur l'écosystème du libre. N'est-ce pas cela le plus important ?
    • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

      Posté par Anonyme . Évalué à 2.

      +1
      Excellente analyse que je partage complètement.
    • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      >>> En comparaison PostgreSQL s'appuie sur une communauté et une licence BSD. Finalement ce modèle semble offrir une plus grande solidité face au risque d'une prise de contrôle par une entreprise aux objectifs incertains.

      Je ne pense pas.
      Dans le cas d'espèce de MySQL le problème vient du fait que Monty a choisi à l'origine un modèle économique basé sur la double licence proprio/GPL et que les contributeurs externes doivent abandonner leur copyright à MySQL AB.
      Avec ce système la revente de MySQL est possible (à Sun puis à Oracle) et l'entreprise qui rachète possède tout le code et tout le copyright...elle peut donc changer la licence quand elle veut.
      Tu me dira qu'il reste la possibilité d'un "fork" purement GPL mais le problème c'est que pas mal de sociétés s'appuient sur des extensions proprios et que si elles veulent continuer elles seront obligés de passer sous les fourches caudines d'Oracle.

      Tout ça pour dire que Monty est sacrément gonflé de lancer cet appel à pétition alors que c'est lui qui est à l'origine du problème avec son choix proprio/GPL et sa revente juteuse de MySQL.
      Maintenant il demande un passage en licence BSD ou en licence Apache car comme ça il pourra reprendre son business habituel d'extensions proprios.

      Comme le disent des commentateurs sur cet article LWN http://lwn.net/Articles/368366/ : "He wants his cake and eat it too".
      • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

        Posté par . Évalué à 5.

        > Tu me dira qu'il reste la possibilité d'un "fork" purement GPL mais le problème c'est que pas mal de sociétés s'appuient sur des extensions proprios et que si elles veulent continuer elles seront obligés de passer sous les fourches caudines d'Oracle

        euh, et où est le soucis, exactement ? avant, c'étaient les fourches caudines de Monty.
        • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          >>> euh, et où est le soucis, exactement ? avant, c'étaient les fourches caudines de Monty.

          C'est clair que les gens qui n'utilisent que du libre se foutent royalement de la polémique actuelle. L'inquiétude c'est pour ceux qui se reposent sur une stack MySQL+proprio.
          C'est pour ça que les cris d'orfraie de Monty sont un peu pitoyables étranges quand ils clament que le libre est en danger. Ceux qui sont en danger se sont ceux qui ont choisis de se lier pieds et poings en ajoutant des extensions propriétaires à leur MySQL libre.
          • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

            Posté par . Évalué à 4.

            le service juridique Oracle est très doué mais il ne pourra pas changer les accords qui dateront d'avant l'acquisition de Sun par Oracle (ou de MySQL AB par Sun, d'ailleurs)

            une stack MySQL+proprio ne cessera pas de fonctionner ni même d'être installable ou commercialisable. c'est juste que la partie MySQL risque de devenir figée dans le temps (et en fonctionnalités) si ces éditeurs n'arrivent pas à se mettre d'accord avec le nouveau propriétaire, enfin le nouvel éditeur, de MySQL.

            maintenant, le renouvellement des contrats de support de MySQL ça risque d'être drole, parce que Oracle a souvent des tarifs qui font rire.
          • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

            Posté par . Évalué à 2.

            Si c'est des extensions proprio en interne, pas de problème elle pourront continuer. Si c'est des extensions proprio de MySQL commercialisées, jamais entendu parler, t'as des exemples ?
            • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              >>> Si c'est des extensions proprio de MySQL commercialisées, jamais entendu parler, t'as des exemples ?

              Ben y'a des applis proprios qui utilisent MySQL en interne (inclus dans leur code) car ils ont acheté une licence proprio qui permet ça.

              Extrait de la FAQ http://www.mysql.com/about/legal/licensing/oem/ :

              Q6: What is Sun's commercial license for MySQL software?

              A: Sun offers a commercial license for all of its MySQL software that is embedded in or bundled with another application. The commercial license allows OEMs, ISVs and VARs to distribute commercial binaries of MySQL software with their own commercial software without subjecting that software to the GPL and its requirement to distribute source code.
              • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                bin euh, c'est un problème de pérennité du logiciel propriétaire ça, un classique en plus (tu en parleras à ceux qui ont choisi ALSB chez BEA avant le rachat pour Oracle ou autres technos rachetées par Oracle).

                Je ne vois toujours pas le souci pour le libre ? (hormis que bon une techno libre/proprio qui coule, la proprio coule clairement, celle en libre, bin faudra trouver les repreneurs mais _elle_, celle libre, reste disponible comme déjà indiqué, s'il n'y a pas de repreneurs c'est qu'une autre techno valait plus le coup ou que sa communauté était plus efficace).
    • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

      Posté par . Évalué à 5.

      La GPL apporte tout de même une protection. Il y a déjà des forks prêts au cas où ça tourne au vinaigre (cf cette dépêche http://linuxfr.org/2009/12/21/26278.html ).
      Et puis il y a d'autres projets libres tels que Postresql et Firebird par exemple.

      Cela dit, je suis utilisateur de MySQL et j'aimerais que cette histoire ne fasse pas trop de dégâts.
    • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Non il n'y a pas lieu de s'inquiéter, d'autant qu'il y a déjà des forks de MySQL, notamment MariaDB qui en maintient la compatibilité, qui sont techniquement supérieurs.

      Oracle peut bien faire ce qu'il veut de MySQL, plus de diversité ne nuit pas, c'est même l'inverse.
  • # Oui !!!

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Oui il faut empêcher l'acquisition de sun par oracle comme ça sun qui perd des millions chaque trimestre fera faillite et au moins on sera sur qu'il n'y aura plus de mainteneur pour MySQL et que Solaris ne viendra plus concurrencer GNU&Linux !
    • [^] # Re: Oui !!!

      Posté par . Évalué à 9.

      et OpenOffice ne viendra plus faire capoter nos jolis trolls vi/emacs !
    • [^] # Re: Oui !!!

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Attention quand même avec le FUD.

      Quand Sun et Oracle disent qu'ils perdent des millions chaque trimestre, il faut plutôt comprendre que soit ils ne font les millions d'économies prévues soit ils ne font les millions de chiffre d'affaire supplémentaires prévus.

      Ce ne sont pas des millions qui sont payés chaque mois à cause de l'acquisition en cours.
      • [^] # Re: Oui !!!

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Je ne parle pas de millions d'économies ou de chiffre supplémentaires mais si tu mattes le bénéfice de SUN, il se pète la gueule ces dernières années. Si SUN a viré plein de monde par deux fois c'est pas pour offrir un nouveau bateau au pdg mais bien pour réussir à rester concurrentiel malgrès les pertes.

        Avec la crise beaucoup de monde ne peut plus se permettre de prendre des serveurs haut de gamme de chez SUN (oui SUN est cher) malgrès le fait que c'est de excellent matos. De plus chez nes nouveaux informaticien (je parle de ceux formé ces dix dernières années) la plupart ne savent même pas vraiment qui est SUN et certain pensent qu'ils ne font que java et c'est tout. Ceci n'aide pas a vendre des contrats de maintenance Solaris ou du matériel SUN.
        • [^] # Re: Oui !!!

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Il faut dire qu'ils font tellement de pub pour Java que c'est difficile de savoir qu'il y a autre chose (même l'indice Nasdaq de Sun c'est JAVA)

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

      • [^] # Re: Oui !!!

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Sauf que Sun perd réellement des millions chaque mois: http://www.google.com/finance?q=NASDAQ:JAVA&fstype=ii .

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

    Posté par . Évalué à 2.

    MySQL est très populaire, certes. Pour autant il n'est pas le seul SGBDR libre et de loin. La licence GPL ne le "protège" pas puisque l'inquiétude est très grande sur son avenir. Est-ce parce que le développement de MySQL est porté par une société commerciale plutôt que par une communauté ?. Je ne saurais y répondre.

    En comparaison PostgreSQL s'appuie sur une communauté et une licence BSD. Finalement ce modèle semble offrir une plus grande solidité face au risque d'une prise de contrôle par une entreprise aux objectifs incertains. Et cela même avec une licence plus permissive. In fine ce modèle semble pérenniser un moteur qui, aujourd'hui, concurrence Oracle sur de nombreux projets d'envergure. Preuve de qualité.

    Le choix reste possible. Je crois que la peur d'une disparition potentielle de MySQL résulte de la perspective d'adaptation (au sens Darwinien) nécessaire. Le danger qui pèse éventuellement sur MySQL ne pèse pas sur l'écosystème du libre. N'est-ce pas cela le plus important ?
    • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      >>> La licence GPL ne le "protège" pas puisque l'inquiétude est très grande sur son avenir. Est-ce parce que le développement de MySQL est porté par une société commerciale plutôt que par une communauté ?

      C'est clair. Quand un soft libre est écrit par une seule entité commerciale et que les quelques contributeurs externes doivent abandonner leur copyright...alors le projet est vulnérable (et son caractère "vraiment libre" est un peu discutable).

      Quand un soft libre est écrit par une communauté très diversifiée et que chaque contributeur garde son copyright alors le projet n'est pas vulnérable (du moins si l'intérêt pour ce soft se maintient dans le temps).
      • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        alors le projet est vulnérable (et son caractère "vraiment libre" est un peu discutable).

        En quoi le nombre de détenteurs du copyright a un impact sur la liberté du code?
        En quoi peux-tu dire pas vraiment libre? Le libre n'impose rien sur les détenteurs du copyright, n'impose rien sur le futur d'un logiciel, il impose des choses sur le code qu'on te fourni à un instant t, et ce aussi dans l'esprit du libre.

        MySQL est sous GPL, la version que tu reçois est 100% libre, avec tout ce qui en découle (possibilité de forker si besoin).
        Ce dont tu parles n'a pas grand chose à voir avec le libre, mais sur un modèle de développement choisi autour du libre.
        • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          >>> En quoi le nombre de détenteurs du copyright a un impact sur la liberté du code?

          Si seule l'entité commerciale détient le copyright alors elle peut changer la licence des versions futures. Certes le code actuel reste libre mais la promesse implicite d'un logiciel libre c'est que le code _restera_ libre dans le futur.
          Je suis d'accord que ce n'est pas la lettre de la licence (comme tu le dis le libre n'impose rien sur le futur d'un logiciel) mais c'est bien l'esprit de la licence. Quand un contributeur apporte sa pierre à l'édifice du libre c'est parce qu'il a l'espoir d'être utile à tous. Si la licence peut être changée vers le proprio très facilement par une société alors l'esprit du libre n'y est plus vraiment.
          La multiplicité des copyrights (ou sa détention unique par une entité protectrice du libre comme la FSF) permet d'avoir une forme d'assurance sur la liberté future des projets.
          • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            mais c'est bien l'esprit de la licence

            L'esprit de la licence, c'est :
            * la liberté d'exécution ;
            * la liberté d'étude ;
            * la liberté de redistribution des copies ;
            * la liberté d'amélioration.

            absolument rien n'est mis dans l'esprit du libre sur le futur. Dans l'esprit de certains, peut-être, mais pas dans l'esprit du libre.

            Certes le code actuel reste libre mais la promesse implicite d'un logiciel libre c'est que le code _restera_ libre dans le futur.

            Où as-tu lu ça? Quand je diffuse du code libre, je ne fais aucune promesse implicite sur le futur de mon travail, seulement sur le présent.

            Quand un contributeur apporte sa pierre à l'édifice du libre c'est parce qu'il a l'espoir d'être utile à tous

            Il il restera utile à tous : son code fonctionnera toujours avec la version du logiciel qui va avec. Son code reste libre, son code reste utilisable. Il n'est pas obligé de donner le copyright à MySQL labs, il peut le diffuser sur son site web, avec le code entier de MySQL. Le fourniture du code source est un "paiement" pour que le mainteneur principal l'inclue dans son package pour plus de visibilité, c'est tout.

            Si la licence peut être changée vers le proprio très facilement par une société alors l'esprit du libre n'y est plus vraiment.

            Si, cf plus haut.

            La multiplicité des copyrights (ou sa détention unique par une entité protectrice du libre comme la FSF) permet d'avoir une forme d'assurance sur la liberté future des projets.

            On est d'accord.
            Mais ce n'est pas l'esprit du libre, c'est l'esprit d'autre chose en plus du libre.
            • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

              Posté par . Évalué à 3.

              * la liberté d'amélioration.

              absolument rien n'est mis dans l'esprit du libre sur le futur. Dans l'esprit de certains, peut-être, mais pas dans l'esprit du libre.


              Pour moi, la liberté d'amélioration est quand même bien lié au futur : même si ça n'apporte aucune garantie sur le travail futur du ou des développeurs d'une version à un instant T, ça permet quand même de garantir qu'il toujours possible d'améliorer sous licence libre le travail fourni à un instant T. Par contre rien empêche le propriétaire du code de passer celui-ci sous licence propriétaire pour les versions futures. Mais ce qui est libre à un instant T restera toujours libre. Et c'est pour ça qu'à mon avis le "problème" MySQL est un faux problème.
          • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

            Posté par . Évalué à 3.

            La multiplicité des copyrights (ou sa détention unique par une entité protectrice du libre comme la FSF) permet d'avoir une forme d'assurance sur la liberté future des projets.

            Je suis plutôt d'accord, avec un bémol. Comme on a pu le voir, la multiplicité des détenteurs de droits devient un point de blocage lorsqu'on veut changer de licence (par exemple passer sur la v3 de la GPL), et donc de ce point de vue on perd une certaine liberté.

            C'est plutôt cohérent si une ou plusieurs personnes ayant contribué s'opposent effectivement au changement de licence, mais dans certains cas c'est simplement parce que ça rend l'opération irréalisable (retrouver tous les contributeurs, leur demande de valider le changement de licence, etc.). Quand certains contributeurs sont décédés, il faut retrouver les ayant-droits, bref, c'est un cauchemar sans nom.

            Le mieux serait donc de passer par une entité protectrice, mais laquelle ? La FSF, c'est bien, mais on n'est pas forcé d'être d'accord avec sa politique. Et puis la confiance, ça ne marche pas toujours. La solution de Monty, c'était aussi de regrouper les copyright sous une société unique, qui était du coup une entité protectrice, et le résultat final est pas génial...

            Comme souvent, c'est donc une affaire de compromis : BSD (ou toute autre licence très permissive) vs. GPL détenteurs multiples vs. entité protectrice.
            • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

              Posté par . Évalué à 1.

              you can redistribute it and/or modify
              it under the terms of the GNU General Public License as published by
              the Free Software Foundation, either version 3 of the License, or
              (at your option) any later version.


              Donc, pour moi, si t'es en GPLv2, tu peux considérer que c'est la GPLv3 qui s'applique, donc techniquement, passer en GPLv3, ça change rien.

              J'avais d'ailleurs lu un article d'un gars (à l'époque du changement de licence chez Wikipedia) qui disait que ce « any later version » était une plaie dans une licence car si la FSF changeait totalement la licence (c'est un exemple), et la rendait non libre, le logiciel pourrait être lui aussi considéré comme non libre. Je ne trouve plus la source.
              • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Donc, pour moi, si t'es en GPLv2, tu peux considérer que c'est la GPLv3 qui s'applique, donc techniquement, passer en GPLv3, ça change rien.

                On se renseigne en entier sur ce qu'on quote!

                http://www.fsf.org/licensing/licenses/gpl-3.0.html

                Tu zappes la phrase écrit en lettres capitales "END OF TERMS AND CONDITIONS".
                Ce que tu quotes n'est pas dans la GPLv3, ni dans la GPLv2, mais dans la partie "How to Apply These Terms to Your New Programs" que tu n'es pas obligée de suivre à la lettre.

                Linux et en "GPL version 2", et non pas en "GPL version 2 or
                (at your option) any later version", avec Linux tu n'as pas le choix : c'est la v2.

                J'avais d'ailleurs lu un article d'un gars

                ce gars ne savait pas lire si il parlait de la GPL : aucune version de la GPL ne parle d'être compatible avec la version au dessus, ce n'est pas la plaie de cette licence, juste un choix libre des auteurs.

                L'auteur choisit si il veut faire confiance ou pas à la FSF, et si il ne veut pas faire confiance à la FSF il met "GPL version 3" tout court, il peut quand même utiliser la GPL. Utiliser la GPL ne signifie absolument pas faire confiance aveuglement à la FSF, ça reste ton choix (et c'est très bien d'avoir le choix, personnellement je laisse le "or any later version")
              • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                le logiciel pourrait être lui aussi considéré comme non libre

                Non, ça veut dire qu'il pourra être distribué de manière non-libre (la nouvelle version de la licence) mais aussi avec l'ancienne version libre de la licence, c'est l'équivalent d'un double (triple,...) licence propriétaire-libre (comme Qt ou MySQL).

                « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

      • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

        Posté par . Évalué à 1.

        > Quand un soft libre est écrit par une communauté très diversifiée et que chaque contributeur garde son copyright alors le projet n'est pas vulnérable (du moins si l'intérêt pour ce soft se maintient dans le temps)

        bah il peut se scléroser en restant assujeti à une (version de) licence obsolète, comme le noyau Linux qui restera en GPL v2.
        • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

          Posté par . Évalué à 5.

          Je suis d'accord avec toi sauf pour ton exemple qui est *très* discutable: Linus a dit a un moment qu'il préférait le texte de la GPLv2 a celui de la GPLv3..
          Donc la GPLv3 ne rend pas obsoléte la GPLv2 puisque certains préfèrent la GPLv2 a la v3.


          • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

            Posté par . Évalué à 2.

            certes, surtout que je ne considère pas la GPL v3 comme étant une évolution de la v2 mais une "autre" licence s'appellant aussi GNU Public Licence, donc considérer que la v3 remplit la définition de "v2 ou ultérieure" me gène beaucoup

            c'était surtout pour le coup d'avoir des centaines ou milliers de contributeurs, dont certains sont contre et d'autres carrément introuvables
      • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

        Posté par . Évalué à 1.

        >> La licence GPL ne le "protège" pas puisque l'inquiétude est très grande sur son avenir. Est-ce parce que le développement de MySQL est porté par une société commerciale plutôt que par une communauté ?

        Je ne dirais qu'un mot: Hurd.
        Que ce soit une société commerciale ou une communauté, l'avenir d'un projet n'est jamais établi.


        > Quand un soft libre est écrit par une seule entité commerciale et que les quelques contributeurs externes doivent abandonner leur copyright...alors le projet est vulnérable (et son caractère "vraiment libre" est un peu discutable).

        C'est tres contestable ce que tu dits!
    • [^] # Re: La fin de MySQL n'est pas la fin du SGBDR libre

      Posté par . Évalué à 1.

      Oui mais le problème est purement comptable:
      Avec MySQL j'ai un SGBD qui a un spectre large d'utilisation donc plus rentable.

      Bien sûr, dans chaque cas, il existe un autre SGBD libre qui aura de meilleurs résultats (postgre pour de grosses volumétries et la géographie, firebird pour les petites applications, etc...) mais ça demande aux admin BDD d'avoir plus de compétences.

      En plus, les DSIs n'aiment pas ce dire qu'il va falloir former de nouveaux les ingénieurs ...

      Ceci étant dit, nous on utilise postgreSQL alors je suis le mieux placé pour défendre MySQL
  • # Ce n'est pas une bataille du libre

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Rigolo de voir RMS s'immiscer dans une bataille de... logiciel proprio!

    En effet, il n'est nullement question de la partie "libre" de MySQL, au contraire : la partie libre reste libre, n'importe qui peut la reprendre.
    C'est uniquement la partie proprio qui est en jeu, les règles de la partie libre sont respectées.

    Il est rigolo de voir RMS soutenir la partie proprio d'un produit qui est aussi sous GPL donc toujours libre quelque soit le "propriétaire" du code... RMS se rendrait-il compte que le proprio est utile à la survie d'un produit?

    Quand je lis "Si Oracle rachète MySQL comme entité de Sun, les utilisateurs de bases de données vont payer l'addition." sur la page d'accueil de HelpMySQL.org, j'éclate de rire : oui, les utilisateurs proprio de MySQL vont payer l'addition, mais non, les utilisateurs libres (GPL) ne vont rien payer, ils vont juste changer d'entreprise pour la maintenance et les évolutions, il y en a qui se montent en ce moment.

    Je pense qu'il faudrait mettre un NdM pour préciser qu'on parle d'un problème du logiciel proprio, et que la partie libre reste libre avec tous les bienfaits du libre (changement possible de prestataire quand le prestataire de référence fait défaut).
    • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

      Posté par . Évalué à 2.

      J'ai effectivement l'impression que RMS a atteint depuis quelques années un stade de sénilité qui le pousse à attaquer les acteurs du libre plutôt que de les défendre.

      Théo de Raadt a beau être malpoli et infect quand il s'agit de communiquer, il semble se tromper plus rarement de combat que RMS.
    • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      RMS ne défend pas la "partie proprio" de MySQL, il dit qu'il a peur que tout le projet MySQL chavire... Et si c'est le cas, les utilisateurs libres risqueront de devoir convertir leurs bases de données vers un des autres SGBD solides du moment. Il n'est pas sûr que les forks de MySQL sont viables...

      GNU's Not Unix / LINUX Is Not Unix Xernel

      • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Et si c'est le cas, les utilisateurs libres risqueront de devoir convertir leurs bases de données vers un des autres SGBD solides du moment

        Pas forcement, il peuvent "juste" trouver un autre prestataire, c'est d'ailleurs le principe de base du libre non?

        Il n'est pas sûr que les forks de MySQL sont viables.

        Tu veux dire qu'il n'est pas sûr que le modèle du libre soit viable?
        Ca commence à faire beaucoup d'incohérence dans le personnage si il commence à penser que le libre ne protège pas l'utilisateur par rapport au produit qu'il reçoit... En quoi l'utilisateur est protégé par le libre si un produit libre ne peut pas survivre sans son mainteneur principal? Le libre pas mieux que le proprio alors?
        • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

          Posté par (page perso) . Évalué à -3.

          Cela a été répondu plus haut. Les contributions à MySQL ont toutes été faites avec attribution de droit d'auteur. Ce qui fait que MySQL peut juste disparaitre du marché suite à une décision du détenteur des droits.

          C'est pour moi une justification de l'inquiétude des personnes qui ont fait la lettre ouverte et la pétition.

          MySQL est largement utilisé par des acteurs commerciaux, dans la grande majorité des hébergeurs. Si on leur donne le choix entre migrer MySQL 5 libre à Oracle DB machin avec corporate support avantages et autres, et migrer de MySQL 5 à ce qu'ils veulent de libre sur le marché (PGSQL lol, il doit y avoir 2 cms qui le supportent...) qu'est-ce que vous pensez qu'ils vont choisir?? MySQL sonne mieux que PGSQL et Oracle sonne mieux que MySQL.
          • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

            Posté par . Évalué à 2.

            > qu'est-ce que vous pensez qu'ils vont choisir ?

            attends qu'ils voient la facture, on va rire. (enfin, ça pourrait être pire, ça pourrait être IBM et DB2)
          • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

            Posté par . Évalué à 1.

            en même temps, celui qui va décider de la migration possible vers tel ou tel SGBD, c'est l'architecte système (ou du moins qui va proposer différentes solutions payantes ou non à celui qui paiera). Et pour un architecte système, je ne vois pas de raison de considérer que MySQL sonne mieux que PostgreSQL sauf l'effet de mode :)
            • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

              Posté par . Évalué à 4.

              ça fait 10-12 ans qu'elle dure, ta mode. devine pourquoi.
              • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

                Posté par . Évalué à 2.

                meilleure com' ? :)
                • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

                  Posté par . Évalué à 6.

                  >>> meilleure com ?

                  Oui, et surtout grâce à une disponibilité précoce pour la plate-forme Windows. Voilà le secret de popularité de MySQL. Rien de plus, rien de moins. Et oui, MySQL doit tout (en terme de popularité) à Windows... car à cette époque les autres BDD libres était "compliquées" à installer sur un OS ou la qualité d'un produit se mesure à sa faciliter d'installation (sic).
                  • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

                    Posté par . Évalué à 2.

                    ça a aidé mais c'était surtout que les premiers services d'hébergement proposant perl puis php ont choisi MySQL (par rapport à mSQL et des fichiers plats, entre autres), plus facile à installer et déployer sur leurs serveurs que PostgreSQL (un lointain descendant universitaire de Ingres qui venait à peine de passer à SQL et changer de nom, d'ailleurs)

                    donc une disponibilité précoce tout court, quelque part

                    ensuite, effet boule de neige.
                  • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    une partie du succès de mysql est du à LAMP

                    www.solutions-norenda.com

          • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Ce qui fait que MySQL peut juste disparaitre du marché suite à une décision du détenteur des droits.

            Faut arrêter de dire des conneries!
            Charge le code de MySQL (il est dispo), et tu pourras alors faire le nécessaire pour que le code de MySQL ne disparaisse pas!

            Le libre est justement là pour protéger de ce genre de problème, et quand le problème arrive, hop on dit que le libre ne sert à rien pour ça? Mais c'est quoi ce délire?

            Le libre est justement fait pour que le produit ne disparaisse pas. Il ne peut plus disparaitre à moins que personne sur terre n'ai eu l'idée de copier (et ce de manière légale) le code de MysQL, à moins que tous les clients (dont Debian ou tout autre repository) décide de supprimer les fichiers.

            La seule chose qui peut disparaitre, c'est les futures releases fait par un prestataire si on parle de la version libre.

            C'est pour moi une justification de l'inquiétude des personnes qui ont fait la lettre ouverte et la pétition.

            Oui, c'est bien un problème des utilisateurs proprio car en effet MySQL proprio peut disparaitre. Rien de grave pour le libre, ce n'est pas une bataille du libre mais celle du proprio.
          • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

            Posté par . Évalué à 3.

            Les hébergeurs ont suivi la demande des clients. Si la demande va vers PostgreSQL, il suivront encore, n'en doute pas, c'est même déjà le cas.
            Même chose pour tout logiciels assez mal fichu pour penser qu'il n'existe qu'un SGBD; il suivra et utilisera peut-être enfin une bonne méthode de développement: couche d'abstraction aux données.

            Tu peux utiliser le navigateur de ton choix pour voir cette page. Pourquoi cela ne devrait-il pas être aussi évident pour l'accès aux données ? La plupart des applications que je connaisse exigeant exclusivement MySQL (nombre de CMS) est bâti sur cette absence de méthode. La déferlante MVC a au moins le mérite de remettre en lumière les articulations entre couches logiciels.
          • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Il y a un peu plus de 2 CMS qui peuvent se baser sur PostgreSQL tout de même
            http://guidecms.com/tous-les-cms/recherche/base-de-donnes/po(...) (au hasard) notamment Drupal

            et je pense que tu peux retenir la liste de ceux basés sur Pear[1] aussi pour ceux en PHP...
            Il y a aussi des "portages" spécifiques vers PostgreSQL qui sont suivis[2].

            Mediawiki[3] peut utiliser PostgreSQL aussi, certains chez TuxFamily l'ont installé comme cela ;-)

            [1] http://pear.php.net/
            [2] http://wiki.postgresql.org/wiki/Category:Software_Ports
            [3] http://www.mediawiki.org/wiki/Manual:PostgreSQL
      • [^] # Re: Ce n'est pas une bataille du libre

        Posté par . Évalué à 2.

        > RMS ne défend pas la "partie proprio" de MySQL, il dit qu'il a peur que tout le projet MySQL chavire... Et si c'est le cas, les utilisateurs libres risqueront de devoir convertir leurs bases de données vers un des autres SGBD solides du moment. Il n'est pas sûr que les forks de MySQL sont viables...

        c'est ce qui me fait le plus rire dans ces histoires de rachats ou de fermeture de code par changement de licence : des gens comme RMS semblent croire que le code des versions présentes et passées va tout simplement disparaitre et que toutes les installations existantes vont magiquement cesser de fonctionner toutes au même instant.

        alors qu'ici on a quand même un trouc qui est relativement terriblement efficace dans nombre de cas d'usages et qui rendra service encore 10 ans même s'il n'évolue plus et qu'aucune version 7 n'apparaisse jamais.
  • # Sauvons Mysql

    Posté par . Évalué à -1.

    On peut toujours faire un fork de la derniere verion libre de MySQL.
  • # usine à gaz

    Posté par . Évalué à 6.

    tant mieux, que ce gros veau coule.

    Pour ce qui est des "grosses" bases de données, il y a aussi bien ailleurs en libre (postgreSQL), et pour les petites bases de données qui servent juste à enregistrer le nombre de clics sur un site web, quel intérêt de déployer mysql alors que sqlite est beaucoup plus léger et facile à manipuler ? (simple fichier contenant la base).

    Il serait temps que les alternatives aient aussi leur chance.

    Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

    • [^] # Re: usine à gaz

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      J'espère que c'est encore du second degré, mais j'ai pas l'impression...
      Je pense que les alternatives ont déjà leur chance et que ce n'est pas MySQL qui les empêche de percer.
      Ce n'est pas en laissant une concurrence déloyale détruire un autre concurrent qu'on peut s'imposer...

      GNU's Not Unix / LINUX Is Not Unix Xernel

      • [^] # Re: usine à gaz

        Posté par . Évalué à 2.

        C'est du 1,5 degré, c'est à dire que je ne souhaite évidemment pas que mysql disparaisse ou périclite, mais je trouve dommage que dans certains cas où sqlite serait suffisant et adapté, on ne voit que par mysql.
        Par rapport à l'argument avancé plus bas sur les accès concurrenciels, il est indiqué :
        http://www.sqlite.org/faq.html#q5

        SQLite allows multiple processes to have the database file open at once, and for multiple processes to read the database at once. When any process wants to write, it must lock the entire database file for the duration of its update. But that normally only takes a few milliseconds. Other processes just wait on the writer to finish then continue about their business. Other embedded SQL database engines typically only allow a single process to connect to the database at once.

        However, client/server database engines (such as PostgreSQL, MySQL, or Oracle) usually support a higher level of concurrency and allow multiple processes to be writing to the same database at the same time. This is possible in a client/server database because there is always a single well-controlled server process available to coordinate access. If your application has a need for a lot of concurrency, then you should consider using a client/server database. But experience suggests that most applications need much less concurrency than their designers imagine.

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

        • [^] # Re: usine à gaz

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Je sais pas ce que ça vaut mais les devs d'Amarok ont utilisé mysql embeded à la place de sqlite. Il doit quand même y avoir des raisons de performance derrière ce choix

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: usine à gaz

            Posté par . Évalué à 6.

            Je trouve justement qu'Amarok c'est une grosse usine à gaz, peut-être qu'ils ont pensé que rajouter mysql cela allait bien avec leur concept ?

            Pour Digikal, qui peut contenir également des milliers de photos, je n'ai aucun problème de performance, pourtant digikam utilise sqlite. L'avantage de sqlite c'est que la base est facilement déplaçable, sauvegardable (me parlez pas de sql dump...)

            Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

    • [^] # Re: usine à gaz

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Sqlite n'est pas adapté aux nombreux accès concurrentiels. Pour un site web avec un peu de visite, c'est pas top.

      Envoyé depuis mon lapin.

  • # On se trompe pas de problème?

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Bizarrement, je vois l'acquisition de MySQL par Oracle comme une bonne opération pour eux...

    En effet, Oracle et MySQL n'ont rien à voir et ne sont en aucun cas concurrents...

    Il faut pas se leurer, MySQL en entreprise en dehors de la gestion des sites web, c'est 0 part de marché... Il y'a quasiment que du ORACLE et un peu de SQL Server.

    Donc, pour Oracle, cela leur permet de récupérer un marché sur lequel il n'avait pas la main. Après reste le problème du changement de licence.

    Par contre, personne ne parle d'OpenOffice... Qu'est ce que Oracle en a à foutre ? Vont il continuer le dev du produit ? OpenOffice peut il vivre juste via des contributeurs bénévoles?
    • [^] # Re: On se trompe pas de problème?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Par contre, personne ne parle d'OpenOffice... Qu'est ce que Oracle en a à foutre ? Vont il continuer le dev du produit ? OpenOffice peut il vivre juste via des contributeurs bénévoles?

      Personne ne parle d'OOo car personne n'a une idée de ce qui peut se passer. Contrairement à MySQL où Oracle est +/- concurrent ou le matériel qui fait tourner Oracle, OOo ne rentre pas du tout dans le modèle Oracle et dès lors il est très difficile de conjecturer. (Et puis le créateur d'OpenOffice va avoir du mal à faire du bruit autour de ce rachat en disant qu'Oracle c'est des méchants).

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: On se trompe pas de problème?

      Posté par . Évalué à 1.

      Et peux de personnes parlent de NetBeans ...
  • # Logique économique

    Posté par . Évalué à 2.

    * Arrêt de Mysql -> Ils ne voulaient pas déjà d'Oracle. Les gens partiront sur PostGres et ce sera des clients 100% perdus.
    * Fork payant uniquement ~> Permet de ramasser chez ceux qui ne paieraient jamais le montant demandé pour Oracle. Il faut juste que le coût de la licence soit inférieur aux coûts de migration vers postgre.

    Donc l'arrêt de Mysql ? Faut pas rêver. Ca n'entre dans aucune logique économique.
    L'arrêt de la version libre, par contre oui, c'est le risque majeur.
  • # MySQL est utilisé par d'aures logiciels libres !

    Posté par . Évalué à 2.

    MySQL sert de base à beaucoup de logiciels que nous utilisons tous les jours.
    Par exemple, MySQL est utilisé par mythTV, Amarok, aKonadi, gammu, knote et j'en passe ...
    Certes, des alternatives existent déjà, mais c'est encore une fois un bon système qu'il serait dommage de remplacer.
    Chaque fois qu'il faut re-coder une application, c'est de l'énergie qui est gaspillée .
    Du temps passé à adapter plutôt qu'à développer.

    J'ai envie que les solutions qui fonctionnent continuent d'évoluer, de s'améliorer, sans devoir sans cesse réinventer la roue, forker ou refaire un soubassement qui fonctionne.
    • [^] # Re: MySQL est utilisé par d'aures logiciels libres !

      Posté par . Évalué à 4.

      Akonadi marche sans problème avec PostgreSQL, et knotes dépend d'Akonadi, pas de MySQL.
      http://tokoe-kde.blogspot.com/2009/12/akonadi-and-postgresql(...)
    • [^] # Re: MySQL est utilisé par d'aures logiciels libres !

      Posté par . Évalué à 4.

      Il faudrait commencer par éduquer les développeurs. Se sont eux qui font le choix malheureux de souder une application (de grande audience) à une base de données unique.
      Rappelons nous le temps ou les sites WEB étaient tous fait pour le seul navigateur IE.
      Les développeurs devrait éviter de faire la même erreur avec les BDD.
      Si coté WEB on s'en ai globalement sorti, il est probablement impossible d'en faire autant avec SQL qui, pourtant, est lui aussi un standard en théorie. D'ailleurs il n'y a pas que SQL pour stocker des données. Même en se limitant à SQL, de nombreuses applications sont en mesures d'utiliser indifféremment telle ou telle BDD. Elle sont conçus sur une couche d'abstraction d'accès aux données. Et ceci devrait être la règle chez les développeurs d'applications se destinant à un grand nombre d'utilisateurs.

      finalement la disparition de MySQL serait un mal pour un bien si cela permettait aux développeurs de prendre conscience des erreurs commises.
  • # Autres points de vue

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Le fondateur de la SFLC (Software Freedom Law Center => des avocats qui défendent le logiciel libre) a été appelé à témoigner devant la commission européenne. Pour lui, aucun problème : la GPL est parfaitement légale et protège parfaitement le logiciel. Je ne comprends pas bien pourquoi c'est un autre type qui défend la GPL et RMS qui n'a plus confiance en elle...

    Source : http://www.softwarefreedom.org/news/2009/dec/11/software-fre(...)

    D'autre part, Oracle, dans un FAQ officiel, semble rassurer en indiquant qu'il n'a nul intention de toucher à MySQL ni même aux autres business actuels de Sun (y compris le hardware).

    Source : http://www.oracle.com/sun/sun-faq.pdf

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.