Sortie d'ownCloud 1.0

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par Mouns.
30
25
juin
2010
Cloud
Le 24 juin 2010 est sortie la première version d'ownCloud, un projet de la grande famille KDE visant à offrir aux utilisateurs la possibilité de stocker leurs données chez eux, avec les avantages du stockage sur serveur distant (accessible aussi bien depuis un ordinateur que depuis un PDA, chez soi ou depuis l'extérieur), mais avec tout le contrôle et le respect de la vie privée nécessaires.

Cette version est la première version stable et apporte les fonctionnalités de base du projet.

ownCloud permet de stocker sur un serveur local ou distant des fichiers, puis d'y accéder depuis un point de montage WebDAV ou directement depuis l'interface web. Les transferts sont sécurisés au moyen de SSL si le serveur accueillant ownCloud (qui n'est qu'une simple application PHP) le prend en charge. Les futures versions permettront de stocker encore plus de choses (métadonnées Nepomuk, courriels et contacts Akonadi ainsi que les paramètres de configuration de KDE). Le projet a démarré au Camp KDE 2010, il y a à peine cinq mois. Ce début en fanfare a permis à beaucoup de développeurs de s'intéresser à l'une des pièces manquantes du Libre : le stockage distant respectueux de la vie privée.

Fonctionnalités

Outre les fonctionnalités de base (envoi et téléchargement de fichiers), ownCloud 1.0 en possède également d'autres, plus petites :
  • ownCloud est compatible avec l'API « Open Collaboration Services » du projet Social Desktop, celle qui fait tourner les sites de la famille OpenDesktop, comme Gnome-Look, KDE-Look, etc. Ainsi, il est possible de recevoir des notifications à la Facebook (mais utilisant OpenDesktop, respectueux de la vie privée) si un fichier est ajouté ou accédé par un tiers (chose possible uniquement si le fichier est marqué « partagé », bien évidemment) ;

  • Gestion des greffons permettant de développer des fonctionnalités supplémentaires telles par exemple une galerie photos, un serveur de musique en streaming, etc. Les greffons sont encore basiques dans cette version 1.0, la version 1.1 les développera bien plus ;

  • Gestion des sauvegardes automatiques pour éviter toute perte de données.
Avenir du projet

Fort de son développement rapide, ownCloud compte continuer à évoluer et passer à une version 1.1, suivie d'une 2.0, puis enfin 3.0. Tout ceci est détaillé sur la roadmap du projet, mais voici les grandes lignes :
  • Intégration d'un gestionnaire de versions, du genre de Git, pour permettre un retour en arrière lors des modifications des fichiers ou configurations stockées ;

  • Amélioration du système de greffons et de greffons supplémentaires : galerie photo, serveur de musique en streaming, stockage de la configuration KDE, lecteur de flux RSS et un lecteur multimédia (devant normalement tirer profit des balises HTML 5) ;

  • La version 3.0, un peu plus ambitieuse, essaiera d'implémenter un support d'ownCloud distribué, avec partage de fichiers entre plusieurs serveurs, permettant de tisser une véritable toile ownCloud.
La version 3.0 est prévue pour fin 2010, c'est à dire dans moins de six mois. Plus qu'à voir si les développeurs auront fini à temps, sachant que la version 1.0 était tout d'abord prévue pour sortir début mai.

L'installation d'ownCloud est relativement facile, il fonctionne simplement avec PHP sur un serveur web (donc un Apache avec base de donnée vite installés suffit). C'est un jeune projet qui pourrait devenir intéressant.
  • # ha vi :-)

    Posté par . Évalué à 5.

    La centralisation des configurations de kde : extra (y avait bien kiosk auparavant, mais bon)
    Le OwnCloud distribué, prévu pour la v3 : ex-tr-a :-)

    à propos de ce dernier : sais tu vers quelle type de solutions ils s'orientent ? un nouveau FS ? utilisation d'un fs existant genre xtreemfs ou autre ? Parceque sur la roadmap, je lis bien "world domination" comme objectif, mais jsute avant, je vois rien d'autre :p

    question subsidaire : pourquoi ça s'appelle "cloud" ?
    • [^] # Re: ha vi :-)

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Ce sont des devs KDE, pas des sysadmins, ni des kernel hackers. Je pense donc que ce ne sera pas un nouveau fs ni l'utilisation d'un fs distribué (KDE et ownCloud doivent être utilisables par Madame Michu).

      Je pense, mais je n'en sais pas grand-chose, que ce sera simplement une synchronisation/partage entre les serveurs par HTTP (requêtes XML, JSON, etc). Le but est simplement de permettre à Monsieur Martin de récupérer directement sur son Cloud la vidéo du mariage de Madame Jacqueline, sans devoir les télécharger sur son ordinateur personnel puis les renvoyer.

      Pour le cloud, je ne sais pas. Peut-être une allusion à l'informatique dans les nuages, du point de vue «je partage mes données», ainsi que web 2.0 (on partage des choses, on participe), etc.
    • [^] # Re: ha vi :-)

      Posté par . Évalué à 10.

      question subsidaire : pourquoi ça s'appelle "cloud" ?

      C’est vrai ça, ça devrait être kloud…
  • # service ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Pouvoir héberger sur son propre serveur c'est bien mais c'est quand même limité aux geeks.

    Pourquoi est-ce que KDE ne proposerait pas un service payant (pas trop cher) pour héberger les données de ses users ?
    D'une part ça permettrait de les financer, ensuite faciliter la vie de ceux qui ne veulent pas gérer leur propre serveur, et enfin héberger ses données chez KDE ou une fondation à eux est quand même moins inquiétant qu'une entreprise, quelle quelle soit.
    • [^] # Re: service ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Heu je crois que ce que tu propose est complètement à l'opposé de l'optique du projet, qui est bien d'héberger soi-même ses données...

      « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

      • [^] # Re: service ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        je vois pas en quoi c'est à l'opposé ... Si le projet laisse le choix, chez soi ou chez eux, quel est le problème ?
        • [^] # Re: service ?

          Posté par . Évalué à 2.

          et bien le but est de pouvoir héberger en local ses données, donc utiliser un nième système online …

          Mais pour utilisateur de base a besoin d'un truc simple, qui manque encore.
          • [^] # Re: service ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            C'est bien ce que je dis, pour le user lambda c'est mort ....
            • [^] # Re: service ?

              Posté par . Évalué à 3.

              L'installation d'ownCloud est relativement facile, il fonctionne simplement avec PHP sur un serveur web (donc un Apache avec base de donnée vite installés suffit). C'est un jeune projet qui pourrait devenir intéressant.

              Mme Michu + serveur Apache = couic

              Le truc simple qui marche actuellement, c'est Opera Unite. Mais pour ça il faut un serveur centralisé pour au minimum rediriger les requêtes et contourner ainsi les NAT de la MICHUbox.
              • [^] # Re: service ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Opera c'est proprio. Moi je parle dans un contexte libre. Je vois plein d'avantage à ce que les communautés libres propose des services libres !
                Pour l'instant des entreprises comme Canonical le font (ubuntu on, desktopcouch), tant mieux pour elles, mais pourquoi les communautés ne pourraient le faire également ?

                Si le libre se contente de ne fournir que du logiciel, vision 1990, c'est mal barré face au rouleau compresseur des services en ligne (HTML5 toussa)...
                • [^] # Re: service ?

                  Posté par . Évalué à 4.

                  et pourquoi pas vendre la boite ?
                  une box toute configurée en interface web …
                • [^] # Re: service ?

                  Posté par . Évalué à 6.

                  Pour l'instant des entreprises comme Canonical le font (ubuntu on, desktopcouch)

                  C'est un service libre, Ubuntu One? Tu peux installer un serveur Ubuntu One chez toi?

                  THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                • [^] # Re: service ?

                  Posté par . Évalué à 3.

                  C'est joli la liberté mais ce n'est pas une raison pour produire des services web techniquement défaillants. J'ai cité Opera Unite car c'est l'exemple le plus connu et dont les objectifs sont similaires à own[K]loud : l'accès à distance à des données utilisateur décentralisées.

                  Maintenant si tu veux des exemples libres qui fonctionnent, il y a(vait?) Ekiga, qui propose un serveur STUN pour contourner les limitations des NATs (bien que je ne sache pas si une solution identique soit possible dans ce cas). On peut aussi très bien imaginer d'intégrer le serveur Apache dans KDE (MySQL y étant déjà) et de gérer automatiquement les redirections NAT via upnp comme certaines consoles de salon ou certains logiciels bit-torrents le font déjà.

                  Bref, en développant plus le concept, on pourrait mettre tout le monde d'accord : les intégristes barbus comme la famille Michu.
                  • [^] # Re: service ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    Et le gars qui ne veut pas héberger chez lui, parce que bon dans la vie réelle il y a des inondations/incendie/vol si tu veux ...
                    Et qui veut pas ou ne sait pas gérer son serveur ?

                    Si tu veux ce profil là on veut l'oublier mais il y en a un peu un paquet...

                    Moi je trouve ça marrant comme les intégristes veulent absolument que les données soient uniquement chez soi ....

                    Sinon je ne vois pas pourquoi tu parles de produire des services web défaillants ...
    • [^] # Re: service ?

      Posté par . Évalué à 8.

      Dans l'idéal, il faut laisser la liberté à l'utilisateur de choisir où il souhaite entreposer ses données privées et publiques.

      On doit donc disposer d'un protocole ouvert qui permet d'interconnecter les entrepôts de données facilement entre eux.
      Ceci permet à un autre fournisseur d'infrastructure de se connecter au réseau.
      L'utilisateur paranoiaqueprudent par exemple pourrait choisir de stocker ses données privées chez lui et ses données publiques sur un serveur mutualisé.
      Un autre utilisateur pourrait choisir de stocker l'ensemble de ses données chez un fournisseur d'infra.
      Il vaut mieux payer monnaie comptante pour un service mutualisé (modèle économique) que d'avoir l'illusion de services gratuits qui on un coût caché (publicité, ReCaptcha, ...) et qui enferment vos données. Le potentiel du social, celui qui fait que la valeur totale des données collectées est plus riche que la somme des valeurs individuelles (rappelez vous la pertinence des tags proposés dans del.icio.us qui s'appuie sur l'effort de d'étiquetage de chacun). Ce potentiel là revient dans les mains du libre avec une véritable architecture distribué et avec des données libres si on souhaite les partager.
      C'est le retour en force du libre sur les données.


      Pour en revenir à notre utilisateur, comme il remet son destin entre les mains d'un tiers, le protocole et l'architecture doivent s'assurer que les données privées sont encryptées et fiables autant que possible. Le fait que l'infrastructure logicielle sur laquelle il s'appuie est une garantie supplémentaire de sécurité, même si elle n'est jamais totale.
      Cette infrastructure et ce protocole doivent pouvoir aussi assurer un certain niveau de réplication des données pour permettre de pointer sur un noeud différent en cas de défaillance du noeud principal.
      Tout ceci doit être contrôlable et configurable

      L'étape ultime est la distribution des traitements.
      Imaginons avec l'exemple de delicious que , un peu à la manière dont fonctionne le moteur de recherche Yacy (yacy.org) que lorsque je souhaite apposer un tag que non seulement la base de données qui associe les tags au urls soit répartie mais que les requêtes de suggestions de tags soient elles aussi séparées et distribuées pour être assemblée avant de me les servir.
      Si je choisis d'héberger mon propre noeud, je peux optimiser en local et mettre à disposition les ressources à la puissance commune.
      Si je suis un candide qui découvre un service ou que je suis nomade, un simple navigateur me suffit.


      La puissance de calcul répartie à l'échelle du Web, finirait d'achever le "Web 2.0", celui qui fait que des organismes centralisent et enferment vos données dans un web conçu à la base pour être ouvert et distribué

      I have a dream
      Bon, je retourne me reprendre un peu de moquette.

      Plus sérieusement, est-ce que quelqu'un qui s'est déjà penché dessus pourrait détailler un peu ce protocole "Open Collaboration Services" et les infras derrière .

      S'agit-t'il d'une API REST, y at'il du XMPP ? Y'a t'il des hastables distribuées derrière, ...
      • [^] # Re: service ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Tu as les specs ici : http://www.freedesktop.org/wiki/Specifications/open-collabor(...)

        c'est donc du REST. Le projet Movim souhaite utiliser XMPP ce qui me semble une meilleur idée, il doit être donc possible de développer une XEP qui implémente la specs OCS.

        Ce que je souhaite ajouter à ton commentaire pertinent, c'est que le socialdesktop propose la décentralisation des clients. En effet même si l'on parle avec justesse de l'intérêt à décentraliser les serveurs, je trouve totalement dépassé de devoir utiliser un client dédié pour utiliser un réseau social, fût-il décentralisé.

        Chaque application d'un desktop est susceptible d'avoir une information à partager avec son réseau, que cela soit un traitement de texte ou bien un IDE... Une rapide présentation se trouve ici : http://www.open-collaboration-services.org/socialdesktop.pdf

        Cela reviendrait à ce que chaque application exploite enfin les possibilités d'Internet que cela soit pour faire du réseau social ou synchroniser/partager ses données. Donc concurrencer enfin les applications web ... J'ai développé cette idée ici http://frederic.logier.org/2010/06/25/desktop-2-0/
  • # Structuration

    Posté par . Évalué à 7.

    Sur le plan conceptuel, je me pose des questions: je ne vois pas le lien entre KDE qui est un environnement graphique, avec un cloud qui est centré sur le réseau, il y a là à mon avis un mélange vertical qui ne peut être que préjudiciable.
    Pourquoi le projet ne se décline t il pas en un coeur qui est la gestion du cloud, et des interfaces utilisateur qui peuvent être KDE dans un premier temps, mais aussi des primitives en ligne de commande,un environnement Gnome, LXDE ou autre.
    Cet embrouillamini ne donne pas confiance, lfaute de cette structuration, es évolutions futures sentent le gros patch et la rustine.
    • [^] # Re: Structuration

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Attention, il faut différencier KDE, KDE SC et la KDE Platform.

      KDE, sans rien derrière, c'est la communauté de dev. ownCloud en fait partie car ce sont des devs de KDE qui travaillent dessus, il a été présenté au Camp KDE, il est hébergé chez KDE, présenté sur le dot KDE, etc.

      KDE SC et KDE Platform sont bien les briques de base de l'environnement bureau graphique lui-même.

      En clair, KDE est bien, mais vraiment bien plus qu'un DE. C'est toute une philosophie, une communauté de personnes ayant une même vision :) .
      • [^] # Re: Structuration

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Certains disent que Gnome est un DE mauvais. KDE c'est plus qu'un DE, donc c'est plus que mauvais !


        -------->PORTE
        (Fichtre de mouise que je dois configurer mon clavier de gaymacbook pour avoir les crochets !)

        Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

    • [^] # Re: Structuration

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Pourquoi le projet ne se décline t il pas en un coeur qui est la gestion du cloud, et des interfaces utilisateur qui peuvent être KDE dans un premier temps

      « ownCloud permet de stocker sur un serveur local ou distant des fichiers, puis d'y accéder depuis un point de montage WebDAV ou directement depuis l'interface web. Les transferts sont sécurisés au moyen de SSL si le serveur accueillant ownCloud (qui n'est qu'une simple application PHP) le prend en charge. »

      Il n'y a pas de technologies spécifiques à KDE
  • # Problème de version

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je ne sais pas pour vous mais je trouve qu'il y a un problème de numérotation. Annoncer la version 1.0 après seulement 5 mois de boulot mais surtout annoncer les versions 2 et 3 pour l'année m'inquiète un peu la pertinence des numéros.
    • [^] # Re: Problème de version

      Posté par . Évalué à 7.

      depuis quand le numero de version d'un logiciel a t'il un interet autre que pour les developpeurs et le service marketing ?
      • [^] # Re: Problème de version

        Posté par . Évalué à 1.

        Ben, aux utilisateurs évidemment.
        Quand tu utilise la version 2.1.6 d'un programme et que tu vois que la version 2.1.9 est disponible tu peux te dire que c'est juste une version de corrections et tu peux normalement mettre à jour les yeux fermés.
        Si tu as une version 2.3.2 là tu as des nouvelles fonctionnalités par rapport à la version que tu as, tu peux mettre à jour si ces nouvelles fonctionnalités t'intéressent, mais en te disant que comme cette nouvelle version est plus récente il y a peut-être quelques bugs qui traînent.
        Si tu as une version 4.2.3 tu peux supposer qu'il y a des différence majeures, peut-être même que le programme a été réécrit et ne fonctionne plus comme avant et qu'il te faudra du temps pour te former à la nouvelle version (ou si c'est un programme de type serveur tu devras peut-être réécrire toute ta configuration).
        • [^] # Re: Problème de version

          Posté par . Évalué à 1.

          Quand c'est libre, gratuit et de qualité, si tu mets à jour tu auras soit du bugfix, soit des fonctionnalités supplémentaires.

          Si tu as une version 4.2.3 tu peux supposer qu'il y a des différence majeure
          Ou alors on peut aussi arrêter de supposer et lire le change log pour voir s'il est pertinent de mettre à jour.

          Ben, aux utilisateurs évidemment.
          Les utilisateurs (l'assistante, le comptable) se moquent totalement du numéro de version. Les administrateurs qui prennent en chargent la maintenance et l'installation, eux vont regarder...
          • [^] # Re: Problème de version

            Posté par . Évalué à 2.

            Tous les utilisateurs ne sont pas décérébrés, même s'ils ne sont pas informaticiens ou geeks.
            Et il n'y a qu'en entreprise (et encore, suffisamment grande) que tu as des administrateurs pour te gérer ta machine sans te demander ton avis.
        • [^] # Re: Problème de version

          Posté par . Évalué à 2.

          'Quand tu utilise la version 2.1.6 d'un programme et que tu vois que la version 2.1.9 est disponible tu peux te dire que c'est juste une version de corrections et tu peux normalement mettre à jour les yeux fermés.'
          1-Tout est dans le 'normalement' qui en pratique se transforme en 'petit bonheur la chance'
          'Si tu as une version 2.3.2 là tu as des nouvelles fonctionnalités par rapport à la version que tu as, tu peux mettre à jour si ces nouvelles fonctionnalités t'intéressent, mais en te disant que comme cette nouvelle version est plus récente il y a peut-être quelques bugs qui traînent.'
          2-En fait t'as pas le choix si y a des bugs, ils seront quasiment jamais backporte dans un logiciel, resultat, tu te tapes la nouvelle fonctionalite de toute facon pour resoudre ton bug...
          3-'Si tu as une version 4.2.3 tu peux supposer qu'il y a des différence majeures, peut-être même que le programme a été réécrit et ne fonctionne plus comme avant et qu'il te faudra du temps pour te former à la nouvelle version (ou si c'est un programme de type serveur tu devras peut-être réécrire toute ta configuration). '
          voir 2, ton logiciel est mort, et tous les bugs qui vont avec y resteront...(aller on va dire qu'il y a une 'toute petite chance' dans le cas d'un logiciel libre qu'il y ait un fork si la nouvelle version est vraiment trop differente....)


          et last but not least.....la maniere de numeroter les versions d'un logiciel n'a rien de standard, de toute facon il n'y a pas de standard...
          bref dans la vie reelle on s'en tappe,a la rigeur on lit le changelog, on croise les doigts, (et les fesses) mais le numero de version on en a rien a branler.
          • [^] # Re: Problème de version

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            [pointal@murmure ~]$ tex --version
            TeX 3.141592
          • [^] # Re: Problème de version

            Posté par . Évalué à 2.

            Et pourtant, certains projets prenne t leur numérotation avec suffisamment de rigueur, comme par exemple Linux (le noyau) ou KDE, qui vient de sortir un KDE SC 4.4.5 alors que le 4.5 viens d'arriver en RC1.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.