Un nouveau logiciel libre : Lufi

57
6
oct.
2015
Internet

Après Lutim, qui permet d’héberger des images, je me suis dit « Pourquoi me limiter aux images ? ». Et puis, ça m’embêtait de chiffrer les images côté serveur. Bien sûr, pour pouvoir utiliser les images dans des balises <img>, il fallait que le chiffrement et le déchiffrement se fassent côté serveur. Mais, pour des fichiers, ça ne sert à rien.

J’ai donc pris exemple sur Zerobin, qui chiffre le texte côté client, en utilisant la bibliothèque Stanford Javascript Crypto et qui met la clé dans une ancre dans l’adresse URL.

Avec ça, j’ai repris le mode de fonctionnement de Lutim (qui lui‐même est fortement pompé sur mon logiciel Lstu), j’ai saupoudré de Bootstrap et de WebSocket et ça a donné Lufi !

LUTIm 0.2 : le retour

Posté par (page perso) . Édité par palm123, ZeroHeure et Yvan Munoz. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC by-sa
30
9
mar.
2014
Internet

18 jours après la version 0.1 présentée dans une dépèche précédente, voici venir une nouvelle version de LUTIm !

Logo de LUTIm

Pour rappel, LUTIm (à prononcer comme lutin) est un service web d'hébergement d'images, gratuit, libre et anonyme. Il est écrit en Perl, est utilisable avec ou sans JavaScript et possède une API, permettant son usage depuis d'autres logiciels comme par exemple Shutter, un logiciel de capture d'écran (rappelons qu'une des principales raisons du développement initial de LUTIm est le partage simple de captures d'écran).

Les trolls discussions ont été âpres sur certains aspects de LUTIm mais fort enrichissantes, aidant LUTIm à évoluer pour le meilleur (tout du moins, je l'espère).

Les changements ont été nombreux, comme en témoigne le Changelog mais les deux principaux changements, vraiment visibles de tout un chacun sont la possibilité de chiffrer les images et les miniatures des images dans la réponse.

L'instance officielle, https://lut.im, bénéficie bien évidemment des derniers développements, éventuellement avant les releases officielles quand il s'agit de bugs graves.

Lut.im, un service d'hébergement d'images gratuit, libre et anonyme

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud, Florent Zara et palm123. Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa
60
17
fév.
2014
Internet

Que celui qui n'a jamais voulu partager simplement une capture d'écran lève le doigt. Personne ? Le partage d'images nous confronte souvent à divers problèmes :

  • un courriel prend du temps (retrouver l'adresse du destinataire, l'envoi, etc.) ;
  • un courriel prend de la place. Ce n'est pas grand chose, mais pour une image jetable, c'est de l'espace disque perdu, que ce soit dans le dossier "Envoyé" de l'expéditeur ou celui du destinataire. Oui, on peut supprimer le mail, mais c'est encore une action à effectuer.
  • une solution commme imgur nous ramène au sempiternel problème des Conditions Générales d'Utilisation imbuvables, non traduites et que l'on ne lit de toute façon jamais en entier. Pour ce genre de service, on risque de fournir certains droits à l'hébergeur… et ça c'est pas cool !
  • un ownCloud (ou équivalent) fera bien le travail, au prix d'une certaine complexité de partage et de liens à la longueur ahurissante.

Logo de LUTIm

Pour répondre à cette problématique, j'ai codé LUTIm (prononcez comme lutin). Écrit en Perl avec le framework Mojolicious, utilisant le Twitter Bootstrap, un sous ensemble de Font Awesome et un plugin jQuery légèrement modifié pour la gestion du glisser/déposer, LUTIm est un logiciel libre (licence AGPL) de partage d'image anonyme et gratuit.

NdM : N'oublions pas nos amis de Toile Libre qui proposent un service d'hébergement d'image qui s'en rapproche : Pix 1.1.

Journal J'avais envie de coder ce soir

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
14
21
sept.
2013

Et je voulais un petit truc qui se torcherait facilement, en une soirée.
Le but était de faire un truc le plus compact possible, déployable et migrable rapidement. Et éventuellement utile.

Un raccourcisseur d'URL m'est venu à l'esprit. Comme ça, pour le fun.

Les outils :
* pour le langage, Perl bien sûr, y pas mieux ;
* pour le framework, Mojolicious, c'est évident ;
* pour la tronche du truc, Twitter bootstrap (build custom pour plus de légèreté), parce que j'avais (...)