Software Heritage : l’ADULLACT premier contributeur technique

27
26
avr.
2017
Internet

Le logiciel libre fait ses premiers pas vers le patrimoine immatériel de l’UNESCO. Le 3 avril dernier, au siège parisien de l’Unesco, en présence de François Hollande, un accord historique a été signé entre l’Inria et l’Unesco pour préserver le patrimoine logiciel de l’humanité.

Software Heritage est le projet numérique le plus ambitieux de cette décennie. Sa plate‐forme de collecte, d’archivage et de partage de tout le code source disponible dans le monde va permettre de préserver un patrimoine numérique dont aucun outil ne garantissait jusque‐là la pérennité. C’est une reconnaissance du travail et des recherches réalisées par tous les professionnels et passionnés du Numérique.

La suite de l’article vous explique comment l’ADULLACT contribue à Software Heritage.

Signature d’une convention INRIA‐UNESCO autour de Software Heritage

25
4
avr.
2017
Science

Le 3 avril 2017, l’INRIA et l’UNESCO ont acté une convention autour du projet Software Heritage pour assurer la préservation du patrimoine logiciel. La signature a eu lieu en présence d’Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, de François Hollande, président de la République française et d’Antoine Petit, président directeur général de l’INRIA.

Software Heritage a pour but de collecter, d’archiver et de rendre disponible les codes sources accessibles publiquement (pas forcément des codes sous licence libre donc, mais notamment tous ceux sous licence libre). La plate‐forme Software Heritage a été lancée en juin 2016 (voir ce journal), après un an et demi de développement. Elle contenait alors 22 millions de logiciels. Les objectifs de préservation et de partage de ce patrimoine logiciel mentionnent les aspects culturel, industriel, éducatif, scientifique et de recherche.

Lors d’une conférence au FOSDEM 2017, en février, il était question de plus de 45 millions de logiciels.

Elle contient désormais 55 millions de projets logiciels, avec plus de trois milliards de fichiers source uniques (notamment les projets Debian et GNU, ainsi que GitHub), ce qui en fait la plus grande archive de code de la planète.

Si les projets hébergés ne sont pas tous libres, l’ensemble du code de l’infrastructure est lui développé sous licence libre, via la forge du projet (une instance de phabricator).

Journal Bibliothèque d'Alexandrie des logiciels libres

Posté par . Licence CC by-sa
43
1
juil.
2016

Après un an et demi de développement, l'INRIA, Institut français de recherche en informatique, a divulgué sa plateforme, le Software Heritage, qui se veut être une bibliothèque mondiale du logiciel libre en archivant, rien de moins, l'ensemble du code libre écrit jusqu'à ce jour. C'est un bibliothèque d'Alexandrie 2.0 en quelque sorte. Cette bibliothèque est accessible à tous, gratuitement, et chacun peut proposer du code. Quelques 22 millions de logiciels sont déjà archivés et stockés.

L'idée derrière ce projet est (...)