Journal Proposition de stage : libération d'un logiciel industriel

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
35
4
déc.
2012

Bonjour à tous,

Je crée ce journal pour proposer un stage au CEA List. La proposition en elle-même se situe dans la suite du journal, mais je voudrais d'abord expliquer les raisons qui font que c'est selon moi un poste idéal pour un développeur libriste :

  • satisfaction de libérer un gros logiciel industriel jusque-là propriétaire ;
  • possibilité voir de plus près les avantages du logiciel libre en entreprise ;
  • découverte des enjeux de la libération d'un gros logiciel ;
  • opportunité de travailler sur de la documentation, qui est reine malgré la mauvaise réputation qu'on lui donne ;
  • apprentissage sur la mise en place de tests unitaires et fonctionnels sur un logiciel déjà existant ;
  • faire partie d'une équipe de libristes motivés.

Voilà, c'est un stage auquel j'aurais adoré postuler, et il ne faut pas se méprendre et lire l'offre de stage comme "bouh, ils lui filent le boulot chiant", parce que ce n'est pas ça.

Contexte

Depuis 2002, le laboratoire LVIC développe l'analyseur linguistique multilingue LIMA. Il s'agit à ce jour d'un outil puissant et modulaire capable de faire l'analyse de textes (tokenisation, analyse morphologique, syntaxique et sémantique) dans des langues aussi diverses que le Français, l'Anglais, l'Arabe, le Chinois, l'Espagnol, l'Allemand ou encore l'Italien. LIMA représente à ce jour plus de 100 000 lignes de code (sans compter les ressources linguistiques). Le logiciel est déjà utilisé dans plusieurs produits industriels, mais le CEA List a décidé de le diffuser sous une licence libre pour faciliter son utilisation, sa diffusion et obtenir des retours et améliorations d'une communauté d'utilisateurs plus large.

LIMA est codé en C++ standard. Il utilise largement les bibliothèques boost et Qt. Il est multi-plateformes (GNU/Linux et Windows à ce jour). Son architecture le rend très facilement extensible et intégrable dans des applications.

Objectif

Cette libération, qui se fait dans le cadre du projet ANR ASFALDA, nécessite d'améliorer encore le logiciel avant de le diffuser, et ce sur plusieurs aspects qui ne nous donnent pas encore satisfaction à l'heure actuelle :

  • tests unitaires,
  • tests fonctionnels,
  • documentation des APIs,
  • documentation utilisateur,
  • paquets pour diverses distributions.

LIMA dépend de ressources linguistiques pour fonctionner (dictionnaires, règles d'analyse, …). Même si le laboratoire est propriétaire de certaines d'entre elles, d'autres sont issues de ressources commerciales et ne peuvent être diffusées librement. Il faudra donc produire des ressources de remplacement à partir de ressources linguistiques libres disponibles.

Le travail du stagiaire consistera à intervenir sur ces différents sujets (codage, documentation et ressources) en vue de la mise à disposition de LIMA sur une forge logicielle à la fin du stage.

Le ou la candidat(e) retenu(e) aura un bon niveau en C++, une compréhension des problématiques liées à la diffusion des logiciels (tests, documentation, …) et idéalement aura participé à un projet de logiciel libre.

Informations supplémentaires

  • Localisation : Nano-INNOV à Palaiseau (près de Polytechnique, Sup'Optique, Thalès et Danone).
  • Durée du stage : 6 mois
  • Formation souhaitée : Master/Ingénieur
  • Domaine de spécialité requis : Informatique
  • Mots clés : C++, Logiciel Libre, Rédaction de documentation, Traitement Automatique des Langues
  • Contact : quentin.pradet@cea.fr

Je serai ravi de répondre à vos questions/interrogations/commentaires par mail ou sur ce journal, même pour ceux qui ne voudraient pas postuler. :)

  • # Interressant

    Posté par . Évalué à  4 .

    c'est un stage auquel j'aurais adoré postuler

    Moi aussi ;-)

    • [^] # Re: Interressant

      Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

      En effet, c'est bandant !

      J'ai un impératif qui fait que je dois rester sur Lyon mais en tout cas, c'est une très belle proposition.

      La réalité, c'est ce qui continue d'exister quand on cesse d'y croire - Philip K. Dick

  • # Des dollars !

    Posté par (page perso) . Évalué à  9 .

    Bonjour Quentin,

    il manque la rémunération dans ton offre :)

    • [^] # Re: Des dollars !

      Posté par . Évalué à  3 . Dernière modification : le 04/12/12 à 19:20

      Bah non, il a dit "stage", qui plus est dans le public…

      Edit : j'avais pas fait gaffe au smiley, si ça se trouve c'est ironique, auquel cas mea culpa

      *Sano*

      • [^] # Re: Des dollars !

        Posté par (page perso) . Évalué à  9 . Dernière modification : le 04/12/12 à 19:31

        Bah non, il a dit "stage", qui plus est dans le public…

        Ben si, à moins d'être dans l'illégalité.
        http://www.urssaf.fr/employeurs/dossiers_reglementaires/dossiers_reglementaires/stages_en_entreprise_02.html
        "Lorsque la durée du stage au sein d’une même entreprise est supérieure à 2 mois consécutifs, une gratification doit être versée."
        (minimum de 436,05 €/mois pour info)

        Le smiley est à mon avis parce que c'est la remarque permanente qu'on fait aux annonces, le recruteur ayant tendance à toujours l'oublier alors que c'est quand même assez important (c'est un critère parmi d'autres quand même).

        • [^] # Re: Des dollars !

          Posté par . Évalué à  1 .

          Pour être plus précis, et d'après le site du CEA
          http://www.cea.fr/ressources-humaines/stages-et-formation-en-alternance

          ça sera "entre le minimum légal (environ 430€ je crois) et 1300€" (je suppose que c'est du brut).

          *Sano*

          • [^] # Re: Des dollars !

            Posté par . Évalué à  8 .

            Sachant qu'au CEA le "entre" n'est généralement pas au bon vouloir du labo mais de l'administration, se basant sur un pseudo-classement archaïque des écoles & fac. ça ira du minimum legal si tu viens d'une école inconnue au bataillon, au max si tu viens d'une école dite prestigieuse (au sens CEA du terme)

      • [^] # Re: Des dollars !

        Posté par . Évalué à  2 .

        Mais il a aussi dit:

        Le travail du stagiaire consistera…

        Et le dicton ne dit-il pas "Tout travail mérite salaire" ?

        De toute façon un stage de 6 mois c'est forcément rémunéré.

        Après… si c'est dans le public… faut pas s'attendre à plus que le minium légal. J'en ai fait l'expérience, mais je ne le regrette pas du tout (300€ mensuel pour du BAC+2 info à l'époque)

        • [^] # Re: Des dollars !

          Posté par . Évalué à  0 . Dernière modification : le 04/12/12 à 20:11

          Après… si c'est dans le public… faut pas s'attendre à plus que le minium légal.

          Les généralités c'est mal. Par exemple de mémoire les stages à l'INRIA tournent entre le minimum et 1200 brut ce qui est honnête. D'après un coup de google sur les offres du CEA ca tourne aussi entre 600 et 1300 pour un master. Après sauf profil exceptionnel un stage de BAC+2 tu vas pas le payer bien plus cher. Il te coûte de l'argent plus qu'il ne produit…

          Y'a des trucs qui payent bien dans le publique et d'autres qui payent mal, tout dépend du poste et du moment de ta carrière.

          • [^] # Re: Des dollars !

            Posté par . Évalué à  0 . Dernière modification : le 04/12/12 à 20:17

            D'autant plus que le CEA est un établissement public industriel et commercial (EPIC). Ça a une part de financement public, mais c'est plus ou moins géré comme une boite. La SNCF est aussi un EPIC par exemple, ou France Telecom l'etait avant privatisation. Donc qualifier ça de public, bof, c'est pas comme le CNRS par ex

            • [^] # Re: Des dollars !

              Posté par . Évalué à  2 .

              Dans le cas de la SNCF, c'est plutôt du EPIC FAIL sur les horaires…

              (bon ok je sors… t'façon on est trolldi!)

          • [^] # Re: Des dollars !

            Posté par . Évalué à  10 .

            Les généralités c'est mal.

            Puis

            Après sauf profil exceptionnel un stage de BAC+2 tu vas pas le payer bien plus cher. Il te coûte de l'argent plus qu'il ne produit…

            • [^] # Re: Des dollars !

              Posté par . Évalué à  -1 .

              Bien vu.

              Voilà ce que je veux dire. Un BAC+2 aussi bon soit-il tu as beaucoup de mal à le rentabiliser. Par que quelque soit son niveau tu as un coût de formation important. C'est vrai pour n'importe qui qui rentre dans une équipe mais c'est d'autant plus vrai pour les stagiaire et ce de manière inversement proportionelle au chiffre qu'il y a derrière le +. Le stage est souvent court et une fois le stage fini il ne te reste rien. C'est très différent d'un +5 que tu vas formé à pas cher pendant son stage pour le garder si il est bon. L'investissement est beaucoup moins clair avec un +2.

              Après évidement d'un mec à l'autre la productivité peut largement différer de 1 à 10.

          • [^] # Re: Des dollars !

            Posté par . Évalué à  5 .

            En 2005 les gratifications de stage au CEA dépendaient, comme indiquait plus haut, uniquement de ton école, et ça démarrait à bien moins que 600€ (plutôt 300).

            D'ailleurs je vous invite à vérifier et faire vérifier 3 ou 4 fois le chiffre initial qu'on vous donne, dans mon cas j'avais eu droit à une erreur et une gratification au minimum alors qu'on m'avait indiqué plus… sympa :/ Par contre le labo était super :)

        • [^] # Re: Des dollars !

          Posté par (page perso) . Évalué à  4 . Dernière modification : le 04/12/12 à 20:46

          Et le dicton ne dit-il pas "Tout travail mérite salaire" ?

          Oui, mais dans les deux sens aussi : le stagiaire demande plus de temps de gestion, il met plus de temps à démarrer etc… Et ça a un coût, parfois supérieur au gain qu'apporte le stagiaire.
          Alors il faut faire attention avec ce genre de grande phrase, si il fallait que le stagiaire rémunère le maître de stage (ben oui, "Tout travail mérite salaire", "tout" comprenant celui de maître de stage), il pourrait (parfois, certes pas toujours) en avoir de sa poche.

          Ici, je dirai que c'est plus le principe de ne pas sélectionner un stagiaire suivant la taille du compte en banque des gens (sans gratification, on sélectionne ceux capables de vivre avec les sous de papa/maman ou qui sont assez riches pour avoir mis des sous de côté)

          PS : un stagiaire n'a aucun salaire, mais une gratification, la différence de mot est pour la différence de "travail" qu'apporte le stagiaire ;-).

          • [^] # Re: Des dollars !

            Posté par . Évalué à  4 .

            Oui, mais dans les deux sens aussi : le stagiaire demande plus de temps de gestion, il met plus de temps à démarrer etc… Et ça a un coût, parfois supérieur au gain qu'apporte le stagiaire.
            Alors il faut faire attention avec ce genre de grande phrase, si il fallait que le stagiaire rémunère le maître de stage (ben oui, "Tout travail mérite salaire", "tout" comprenant celui de maître de stage), il pourrait (parfois, certes pas toujours) en avoir de sa poche.

            Effectivement, encadrer un stagiaire, c'est du travail. Mais, si je ne me trompe pas, ce travail est déja rémunéré par l'employeur.

            • [^] # Re: Des dollars !

              Posté par (page perso) . Évalué à  9 .

              Donc pour toi, c'est normal que l'employeur paye tout, comme ça? Oui, il paye, et justement c'est un engagement financier, et c'est la raison pour laquelle j'ai réagi : Tout travail mérite salaire, faut-il expliciter "de la part de celui qui a besoin de ce travail"? Sinon, je me permettrai de travailler pour moi et de te présenter la facture, vu que ça n'a pas l'air de te choquer quand tu l'écris pour les autres ;-).

              Bref, si on regarde qui paye pour un travail dont il a besoin, c'est bien le stagiaire qui peut avoir à payer pour la prestation demandée, alors qu'on ne sorte pas trop rapidement un "Tout travail mérite salaire", pour les stagiaires ce n'est pas si évident, il y a un troc (le stagiaire bosse, contre un gratification + prend du temps d'un autre salarié) l'employeur doit en trouver un équilibre entre gain et coût.

              PS : parlons que des stages réellement stages, et non pas emploi déguisé.

              • [^] # Re: Des dollars !

                Posté par . Évalué à  2 .

                Donc pour toi ca serait normal que le maitre de stage, qui est déja payé par son employeur pour encadrer le stagiaire, soit en plus payé par le stagiaire ?

                Oui, c'est normal que l'employeur paye tout. Le maitre de stage comme le stagiaire travaille pour lui, non ?

                Tout travail mérite salaire, faut-il expliciter "de la part de celui qui a besoin de ce travail"

                Et QUI a besoin qu'on encadre un des stagiaires qu'il a décidé de prendre ? L'employeur.

                Sinon, je me permettrai de travailler pour moi et de te présenter la facture, vu que ça n'a pas l'air de te choquer quand tu l'écris pour les autres ;-).

                D'une part ca n'a rien à voir, d'autre part, encore une fois, tu me fais dire ce que je n'ai pas dit… Tu zenitramise encore et toujours.

                Oui, le stagiaire a besoin qu'on l'encadre. Ca fait partie des ressources dont il a besoin pour être efficace. Vas tu demander aux cadres de l'entreprise de payer leurs téléphones, leurs postes de travail et leurs ordinateurs portables ? Dans les deux cas (l'encadrement du stagiaire, ou l'ordinateur du cadre) ce sont des ressources dont les gens ont besoin pour pouvoir fournir un travail dont a besoin l'employeur. Donc c'est lui qui paye.

                • [^] # Re: Des dollars !

                  Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                  Donc pour toi ca serait normal que le maitre de stage, qui est déja payé par son employeur pour encadrer le stagiaire, soit en plus payé par le stagiaire ?

                  Pourquoi l'employeur paierait-il quelqu'un pour faire le maître de stage ?

                  Et dans le cas où le maître de stage est son propre employeur, pourquoi donnerait-il de son temps à former un stagiaire, temps qui écrase celui de son travail principal et qui rapporte ?

                  Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

                  • [^] # Re: Des dollars !

                    Posté par . Évalué à  1 .

                    Pourquoi l'employeur paierait-il quelqu'un pour faire le maître de stage ?

                    Parce que c'est lui qui a besoin d'un stagiaire.
                    Et puis, le maitre de stage n'est rarement que maitre de stage (ou alors c'est qu'il gère une dizaine de stagiaires).

                    Et dans le cas où le maître de stage est son propre employeur, pourquoi donnerait-il de son temps à former un stagiaire, temps qui écrase celui de son travail principal et qui rapporte ?

                    Meme reponse : c'est lui qui a besoin d'un stagiaire.
                    Ferais-tu payer au cadre junior le salaire du cadre sénior qui l'encadre ? C'est pourtant le meme cas : quelqu'un qui prend sur son temps de travail pour encadrer quelqu'un d'autre.

                    • [^] # Re: Des dollars !

                      Posté par . Évalué à  3 .

                      Bof, de 1), le maitre de stage peut être le demandeur de stagiaire. Pas forcément l'employeur.

                      Et pis, il n'y a aucune raison de rémunérer plus parce qu'un gars doit faire un travail qui le sort un peu de sa tâche quotidienne.

                      Un stagiaire, c'est aussi une chance pour le maitre de stage. de sortir de son quotidien, de rencontrer un stagiaire qui a d'autres compétences que lui, probablement plus récente sur certains points. Un stage, c'est un pari gagnant-gagnant.

                      Un peu de flexibilité et arrêter de penser aussi étroitement, ca serait permettrait d'avoir une relation au travail moins… défaitiste.

                      • [^] # Re: Des dollars !

                        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                        Un peu de flexibilité

                        Tu ne verras donc aucune objection sur la flexibilité de ton salaire? A moins que ce genre de commentaire soit à sens unique…

                        Le sujet initial est qu'un stagiaire a un coût, qu'il faut prendre en compte aussi, bref que "Tout travail mérite salaire" n'est pas une phrase à balancer comme ça dans tous les cas (surtout pour les stagiaires), que c'est plus complexe que ça (il y a plus que des sous du côté de l'employeur, qui est une forme de paiement aussi), c'est tout. Un peu de flexibilité et arrêter de penser aussi étroitement ("Tout travail mérite salaire"), ca serait permettrait d'avoir une relation au travail moins… défaitiste.

                        • [^] # Re: Des dollars !

                          Posté par . Évalué à  2 .

                          Tu ne verras donc aucune objection sur la flexibilité de ton salaire?

                          Voilà un argument fallacieux, et en plus tu es tombé sur e mauvais client car j'ai une part variable dans mon salaire. Part qui dépend en partie de mon travail, et des résultats de l'entreprise. Donc, j'ai n'ai aucune objection.

                          Mais bon, tu es passé à coté de l'idée générale de mon commentaire.

                      • [^] # Re: Des dollars !

                        Posté par . Évalué à  2 .

                        Bof, de 1), le maitre de stage peut être le demandeur de stagiaire. Pas forcément l'employeur.

                        Le maitre de stage recrute le stagiaire en tant que représentant de son employeur.

                        Et pis, il n'y a aucune raison de rémunérer plus parce qu'un gars doit faire un travail qui le sort un peu de sa tâche quotidienne.

                        Je n'ai pas parlé de le rémunérer plus. J'ai dit que ce travail (encadrer le stagiaire) etait déja rémunéré (par l'employeur).

                        Un stagiaire, c'est aussi une chance pour le maitre de stage. de sortir de son quotidien, de rencontrer un stagiaire qui a d'autres compétences que lui, probablement plus récente sur certains points. Un stage, c'est un pari gagnant-gagnant.

                        Tout a fait d'accord. Pourquoi voulez-vous tous le transformer en relation gagnant-perdant (je vous rappelle que vous parlez tous de faire payer le stagiaire pour avoir le droit de travailler, parce que son travail necessite de l'encadrement, et que ca donne du travail à la personne qui l'encadre) ?

                        Un peu de flexibilité et arrêter de penser aussi étroitement, ca serait permettrait d'avoir une relation au travail moins… défaitiste.

                        Désolé, je ne considère pas que refuser de considérer que le stagiaire doive payer pour pouvoir être encadré relève d'un manque de flexibilité ou de l'etroitesse d'esprit…

                        Encore une fois : oui, un stagiaire a besoin d'encadrement, oui c'est du travail pour la personne qui l'encadre, et qui donc aura moins de temps pour faire son travail a lui. Mais la situation est la meme pour n'importe quel employé : il y a toujours quelqu'un qui l'encadre, et encadrer quelqu'un ca demande toujours du travail.

                        • [^] # Re: Des dollars !

                          Posté par (page perso) . Évalué à  2 . Dernière modification : le 05/12/12 à 12:15

                          je vous rappelle que vous parlez tous de faire payer le stagiaire pour avoir le droit de travailler

                          Merci de relire (hint: "si", puis un peu plus loin "le principe de", face un une expression balancée comme ça sans regarder l'ensemble, c'est tout, rien qui dit de faire payer le stagiaire, au contraire).

                          • [^] # Re: Des dollars !

                            Posté par . Évalué à  1 .

                            si il fallait que le stagiaire rémunère le maître de stage (ben oui, "Tout travail mérite salaire", "tout" comprenant celui de maître de stage), il pourrait (parfois, certes pas toujours) en avoir de sa poche.

                            Ici, tu dis que "tout travail mérite salaire" implique que le stagiaire doit rémunérer le maitre de stage.
                            bah non. Le travail du maitre de stage est déja rémunéré par l'employeur.
                            Et si le maitre de stage est l'employeur, son travail d'encadrement est largement payé par le travail effectué par le stagiaire (ou alors, c'est que l'employeur s'est planté quand il a décidé de prendre ce stagiaire)

                    • [^] # Re: Des dollars !

                      Posté par . Évalué à  6 .

                      Pourquoi l'employeur paierait-il quelqu'un pour faire le maître de stage ?

                      Parce que c'est lui qui a besoin d'un stagiaire.

                      Ta vision est parcellaire. Je peut te citer un exemple d'une toute petite boite de galvanoplastie qui n'a rien demandé, mais qui a été démarché par un lycée professionnel pour accueillir des stagiaires.
                      L'équipe enseignante remue ciel et terre pour trouver des stages aux élèves. La société a finalement pris un stagiaire, mais elle n'en avait pas besoin. Elle a fait cela uniquement comme bonne action et parce qu'un salarié avait été dans ce lycée il y a quelques années.
                      Et depuis ce stage, je peux t'assurer que cette société est démarchée tous les ans pour accueillir encore des stagiaires, alors qu'elle n'a rien demandé (pas de besoin).

                      • [^] # Re: Des dollars !

                        Posté par . Évalué à  -2 .

                        Si l'employeur accepte le stagiaire "pour faire une bonne action", il n'a pas a se plaindre du fait que le fait de l'encadrer lui coute plus cher que ce que le stagiaire lui rapporte.

                        PS : Ca marche aussi avec les charlatans commerciaux qui harcelent la société pour qu'on leur achete leur bouse produit : ils achetent sans avoir besoin, pour qu'on arrete de les harceler ou pour faire une bonne action ?

                        • [^] # Re: Des dollars !

                          Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

                          il n'a pas a se plaindre

                          Qui, ici, s'est plaint?
                          C'est grave, ici on explique la partie coût (que ce n'est pas aussi simple que "tout travail mérite salaire", sans la moindre plainte, juste une réaction à une expression qui n'a pas grand chose à voir avec les stages), le pourquoi on peut prendre des stagiaire (à l'opposé complet de tes préjugés en la matière), et on a le droit à une incompréhension totale des flux de besoin (ouais, c'est l'employeur qui paye, pas grave ça ne compte pas) et un truc HS sur les commerciaux, rien de mieux…

                          • [^] # Re: Des dollars !

                            Posté par . Évalué à  1 .

                            C'est grave, ici on explique la partie coût

                            Tu crois vraiment qu'on avait besoin qu'on nous explique qu'encadrer un stagiaire ca a un cout ?

                            le pourquoi on peut prendre des stagiaire (à l'opposé complet de tes préjugés en la matière)

                            Que sais-tu de mes préjugés ? Tout ce que j'ai fait, c'est dire "non, votre idée de 'si tout travaille mérite salaire alors c'est le stagiaiare qui devrait payer', c'est une connerie". Et ca, je maintiens. Après, tu peux en déduire que j'ai tous les préjugés que tu veux, mais faudra sourcer.

                            on a le droit à une incompréhension totale des flux de besoin (ouais, c'est l'employeur qui paye, pas grave ça ne compte pas)

                            Oui, c'est l'employeur qui paye. Par contre, trouve moi où j'ai dit "pas grave ca compte pas".

                            et un truc HS sur les commerciaux, rien de mieux…

                            Bah oui le truc sur les commerciaux c'est HS, mais quand j'ai lu que la boite avait pris un stagiaire parce qu'elle se faisait harceler par l'ecole, je me suis dit que ca devait être des bons clients pour les charlatans qui veulent vendre tout et n'importe quoi à cette boite : suffit d'insister.

          • [^] # Re: Des dollars !

            Posté par . Évalué à  8 .

            Tu parles uniquement de la théorie, qui fort heureusement existe encore en pratique à droite à gauche. Mais malheureusement j'ai plutôt l'impression qu'on s'éloigne de plus en plus de cette description : trop souvent les "stagiaires" ne sont aujourd'hui rien d'autre, de par le travail qu'ils exécutent, que des employés presque gratuits et sans protection. Déjà un stage de fin d'étude d'ingé en info, si tu tombes sur un stagiaire doué, c'est quand même le jackpot pour une boite, et ce même si l'encadrement est top (il ne va très rapidement plus en avoir plus besoin qu'un vrai employé de l'encadrement en question, s'il est doué). Et rien qu'à voir le contenu pédagogique des stages, on se rend compte qu'il y a un problème; même ici où le stage à l'air potentiellement intéressant je considère au premier abord, vue la description qui en est donnée, que le contenu pédagogique est léger et relève en fait tout simplement plus de la simple expérience professionnelle, surtout vue l'audience recherchée : "un poste idéal pour un développeur libriste" et "Le ou la candidat(e) retenu(e) aura un bon niveau en C++, une compréhension des problématiques liées à la diffusion des logiciels (tests, documentation, …) et idéalement aura participé à un projet de logiciel libre." <- on voit bien que le critère de recherche principal est un un développeur le plus immédiatement possible productif => je n'arrive pas bien à comprendre les critères qui font qu'un stagiaire est recherché plutôt qu'un CDD / une presta.

            • [^] # Re: Des dollars !

              Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

              Mon avis n'est que personnel, mais ça peut sans doute s'appliquer à bon nombre de stages : un stagiaire, il peut se planter. Je lui donne(rai) uniquement des choses pas vitales, il apprend, il se plante, on gueule un peu pour le principe, il recommence, on a perdu 2 mois mais on s'en fout, le coût est relativement faible (ça prend un peu de temps au maître de stage). C'est aussi les stages que j'ai fait pendant mes études et le dernier stage que j'ai donné (et pour enfoncé le clou qu'Axone a déjà un peu enfoncé : non, on n'en a pas forcément besoin du stagiaire, c'est souvent lui qui vient nous voir plutôt que l'inverse) : intéressant (peut-être!) mais pas vital pour l'entreprise. Un CDD / une presta, c'est plus cher et alors la personne n'aura pas trop droit à l'erreur, le time to market n'attend pas.

              Ici, c'est une libéralisation de projet, ça me semble remplir les critères sur le côté "non vital", donc un stage ne me choque pas.

              • [^] # Re: Des dollars !

                Posté par . Évalué à  2 .

                Vu l'abondance de stagiaires la démarche se tient, il faut bien leur donner des stages et si on en n'a pas de vrai leur dénicher du travail productif sans grand intérêt pédagogique intrinsèque fort, qu'on contorsionne pour le transformer en stage tant bien que mal.

                Mais dans l'idéal le stage ne devrait pas tant juste reposer sur le caractère "non vital" d'un projet et de la tolérance, mais véritablement sur l’intérêt pédagogique (sans non plus pour autant interdire de la production si elle rentre bien dans ce cadre).

            • [^] # Re: Des dollars !

              Posté par . Évalué à  4 .

              Cette année on recrutait aussi quelqu'un qui devait connaître le C++. Le meilleur candidat ne connaissait pas ; je l'ai aidé à apprendre pendant le stage. Au final, c'est un candidat qui se débrouille mieux en C++ que la plupart des gens que j'ai côtoyé en école d'ingénieur. C'est normal : rien de mieux que la pratique pour apprendre.

              Donc oui, on cherche un candidat productif et enthousiaste à l'idée de libérer un logiciel, mais ce n'est pas pour ça que 1/ on va trouver le candidat qui a déjà fait ça dix fois 2/ il ne va rien apprendre. C'est un stage qui couvre beaucoup de choses, et je suis convaincu que le contenu pédagogique est fort. Typiquement, écrire des tests unitaires utiles, ça ne s'invente pas. Écrire de la bonne doc c'est pas facile non plus. Changer les ressources linguistiques d'une application existante est aussi un petit challenge technique. Ce n'est peut-être pas ton avis, mais en tout cas je peux t'assurer que le but est vraiment que le stagiaire y trouve aussi son compte.

              • [^] # Re: Des dollars !

                Posté par . Évalué à  3 .

                Ça n'est pas tant une question d'avis qu'une question d'impression. À rédiger l'annonce (en partie) comme on rédigerait une annonce de recherche d'employé avec des prérequis sur les sujets sur lequel il va intervenir, l'impression que ça m'a donné est que ces prérequis relevaient d'une grande priorité.

                Une petite note ou une tournure de phrase indiquant de ne surtout pas se décourager si ne correspond pas pile poil au profil idéal aurait été AMA bénéfique pour bien faire comprendre à priori l'ouverture que tu indiques, surtout que vu l'audience de LFR ça n'aurait sans doute pas eu trop d'effet pervers.

    • [^] # Re: Des dollars !

      Posté par . Évalué à  7 .

      Tu as raison, j'ai oublié. Comme dit dans les commentaires par un ex-membre du labo, ce n'est pas le laboratoire qui fixe les salaires. Pour un stage long, c'est entre 750€ et 1300€ brut (j'ai vu les deux cas de figure quand j'étais en stage ; ça dépend de la formation). Le net se calcule sur la part au-dessus du minimum légal (un peu plus de 430€).

  • # Hum

    Posté par . Évalué à  7 .

    et ce sur plusieurs aspects qui ne nous donnent pas encore satisfaction à l'heure actuelle :
    tests unitaires,
    tests fonctionnels,
    documentation des APIs,
    documentation utilisateur,
    paquets pour diverses distributions.

    En général on écrit les 4 premiers pour s'assurer que ce qu'on écrit et livre fonctionne, est utilisable et répond au besoin. C'est assez "rigolo" que la libération du code pousse ce genre de choses. C'est juste de la plomberie à (re)faire ou il y a plus ?

    • [^] # Re: Hum

      Posté par . Évalué à  4 .

      Les cinq items existent déjà¹, mais ce n'est jamais aussi bien qu'on le voudrait. La libération du code les rend plus important pour une raison simple : quand un développeur ou un utilisateur a une question sur un aspect du logiciel, il ne peut plus demander au collègue ou au support : il faut soit de la bonne documentation soit plonger dans le code.

      C'est le genre de choses auxquelles je pensais quand je donnais le lien nommé "les avantages du logiciel libre en entreprise" ; qu'il faut comprendre comme "les avantages de développer un logiciel comme si il était libre, qu'il le soit ou non".

      ¹ Le plus abouti actuellement, ce sont les tests fonctionnels. C'est très important pour nous : on s'assure que cet assemblage complexe (avec notamment pas mal d'apprentissage automatique) gère toujours les cas qui nous importent, même quand on remplace un composant.

      • [^] # Re: Hum

        Posté par . Évalué à  2 .

        Si tout est déjà ficelé et que les tests unitaires n'ont pas été écrit par les dev, il vaut mieux se concentrer sur les tests le plus haut niveau possible.

        Bien écrit, ils peuvent servir aussi de spec et d'exemple d'usage (et donc de doc utilisateurs).

        Pour avoir une idée de la couverture des tests, vous pouvez toujours utiliser des outils de couverture de code, cela donne une idée de ce qui est oublié par les tests courants (la couverture structurelle n'implique pas la couverture fonctionnelle, mais son absence implique un oubli dans la couverture fonctionnelle).

        Les tests haut niveaux qui correspondent à ce que voient les utilisateurs est à mon avis le meilleur investissement possibles. Ensuite, je pousserais les revue de code et les revue de teste, avec des vrais fiches de revue (pour guider le relecteur). Ce genre de revue peut attraper des bugs impossibles à attraper en test, et à tendance à faire que les codeurs codent plus propre :)

        "La liberté de tout dire n'a d'ennemis que ceux qui veulent se réserver le droit de tout faire". "La question n'est pas de savoir si vous avez quelque chose à cacher. La question est de savoir si c'est nous qui contrôlons le gouvernement ou l'inverse

    • [^] # Re: Hum

      Posté par . Évalué à  1 .

      la théorie et la pratique…

      …en théorie c'est la même chose, mais en pratique…

      • [^] # Re: Hum

        Posté par . Évalué à  2 . Dernière modification : le 05/12/12 à 18:24

        …en théorie c'est la même chose, mais en pratique…

        La pratique m'a apprise que quand tu laisses la théorie et la pratique différer tu te retrouves avec une bouse ingérable et la qualité/vélocité du projet ne fait que descendre au cours du temps au lieu de croitre. À moyen terme dès qu'on parle de brader la qualité pour autre chose c'est toujours une mauvaise idée. Si tu n'as pas le temps de faire les choses; il ne faut pas les faire, pas les faire mal. Gérer un projet c'est adapter les buts à la bande passante de l'équipe. Quand tu sais ou découvre que ca rentre pas, l'option n'est pas de bouriner mais de revoir ce que tu livres.

        Après oui publier un truc interne demande du travail, je me renseignais sans préjugé sur la nature réelle du travail par ce que les 3 premiers points sont en général majoritairement indépendant du fait qu'un projet soit publié ou non modulo le nettoyage requis éventuel. Et je suis justement largement d'accord avec les liens données par Cygal. Se forcer à avoir la même attitude quelque soit le projet, c'est le meilleur moyen de faire vite et bien. Quelques soit les excuses, dès que tu relaches tu bascules dans le vite et mal pendant quelques mois puis dans le lent et mal pour le reste des temps.

        • [^] # Re: Hum

          Posté par . Évalué à  2 .

          Entièrement d'accord. Malheureusement la bête immonde de la procrastination est toujours tapie dans l'ombre et resurgit trop souvent à mon gout - à commencer par moi :-/
          C'est terrible, on sait que c'est mal, et on le fait quand même…

  • # licence ?

    Posté par . Évalué à  5 .

    Sous quelle licence sera distribué ce futur logiciel libre ?

    • [^] # Re: licence ?

      Posté par . Évalué à  7 .

      Il y a deux possibilités : GPL 3 ou LPGL 3. La décision n'est pas encore prise.

  • # Fichage et Enquête de moralité

    Posté par . Évalué à  6 .

    Est-ce que le stagiaire aura droit à une enquête "de moralité" sur sa personne réalisée par la zélée Direction Centrale de la Sécurité (DCS) ?
    Résultat de l'enquête auquel il n'aura bien sur pas accès (à part FAVORABLE/INDESIRABLE) sauf en faisant une demande via la CNIL, dans quel cas il recevra un ersatz d'explication après un (long) laps de temps.

    Signé: un indésirable (aigri ?)

    p.s: à part ça en effet, le stage à l'air intéressant et les gens que j'ai pu rencontré au CEA LIST sont eux aussi intéressant.

    • [^] # Re: Fichage et Enquête de moralité

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      La procédure pour le recrutement de stagiaires au CEA est à peine allégée par rapport à un recrutement CDI. Donc il y a bien la période de 3 mois au bout de laquelle on te répond oui ou non.

      Par curiosité, quelle explication t'a-t-on donnée ?

      • [^] # Re: Fichage et Enquête de moralité

        Posté par . Évalué à  10 .

        Après avoir lu pas mal de choses qui disait que la démarche était longue et fastidieuse pour pas grand chose d'intéressant au final, j'ai préféré rebondir et trouver autre chose plutôt que de me lancer dedans.
        Mais la seule chose que j'imagine, c'était un fichage au STIC pour détention (légère) de cannabis. Rien de quoi craindre un acte terroriste ou d'espionnage industriel.
        En parlant avec mes collègues et chefs de l'époque, ils disaient que c'était déjà arrivé à un mec et que la raison donnée était qu'il jouait dans un groupe de rock (jugé trop subversif).

        Le problème est que j'ai eu quelques mois après un entretien avec une SSII pour un projet au CEA, sur un autre site. Je les ai prévenu mais ils ont dit qu'en presta ça ne poserait pas de problèmes. J'ai fait l'entretien client, ils étaient OK pour m'embaucher, et le jour où ils ont voulu me créer l'accès, j'étais fiché indésirable => retour à la case chomage.

        Du coup ça parait un peu disproportionné quand on voit ensuite qu'un mec ayant falsifié ces diplômes a pu tranquillement être directeur d'un aéroport (Limoges).

        Je comprends que la sécurité des sites du CEA soit sensible, mais je pense que leurs critères doivent faire autant de faux positifs que de faux négatifs (ce qui peut poser d'autres problèmes).

        • [^] # Re: Fichage et Enquête de moralité

          Posté par . Évalué à  3 .

          Vu qu'il y a 30% d'erreur dans le stic, dont des inversions victimes/coupables, cela promet.

          "La liberté de tout dire n'a d'ennemis que ceux qui veulent se réserver le droit de tout faire". "La question n'est pas de savoir si vous avez quelque chose à cacher. La question est de savoir si c'est nous qui contrôlons le gouvernement ou l'inverse

  • # Ahhh, les stages de 6 mois…

    Posté par . Évalué à  2 .

    … quand on n'a que 3 mois. C'est toujours compliqué de trouver un stage de 3 mois intéressant. POurtant celui là avait l'air tentant, linguistique et informatique font bon ménage, et offrent des problèmes et des champs de recherche intéressants. Et comme toujours, c'est mieux quand c'est libre !

    PS. Bien entendu, cette affirmation n'a rien à voir avec l'objet de mes études, la linguistique et l'info.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.