Journal Plaidoyer du Sénat contre le vote par Internet (et le vote électronique)

Posté par . Licence CC by-sa
31
25
avr.
2014

Cher journal,

il ne semble pas en avoir vu des échos ici, mais un rapport du sénat est assez critique à la fois sur le vote par Internet et sur le vote électronique/machine à voter.

Sur les machines à voter

Que peut-on trouver dans ce rapport ? Un rappel bienvenu des bonnes propriétés d'un vote (sincérité, anonymat, ce genre de choses). Ensuite, un historique du déploiement des machines à voter, ainsi que des réserves et protestations qui accompagnaient ces mises en place. J'y ai ainsi appris l'utilisation de machines mécaniques durant les années 1970, utilisées jusqu'aux années 1980.

J'ai aussi pu y apprendre que l'actuel ministre des finances Michel Sapin était rapporteur en 1988 d'une loi sur le code électoral, et qu'il approuvait l'introduction des machines à voter. L'objectif à l'époque était la lutte contre la fraude (avant les arguments sur la rapidité du dépouillement qui viendront plus tard). Cette loi ne sera cependant pas suivie d'effets avec les années 2000, et les scrutins dont j'ai l'âge de me souvenir.

On a ensuite une véritable descente en flamme des machines à voter, avec l'impossible traçabilité du vote pour l'électeur, l'incertitude technique des résultats (sic), et la difficulté de maintenir l'anonymat du vote. Viennent ensuite des arguments pour moi plus faible, comme l'affaiblissement du "rituel républicain", l'influence sur la participation, et le coût (si c'était une bonne méthode, la démocratie vaut probablement quelques euros).

Pour autant, les conclusions sont un peu molles. Tout d'abord maintenir le moratoire en cours (les communes qui ont des machines peuvent continuer à les utiliser, mais pas de nouveau déploiements). Renforcer les contrôles et les contraintes sur les spécifications techniques, et interdire les subventions directes de l'état à ces machines.

Sur le vote par Internet

La partie sur le vote par Internet suit la même structure, avec les rappels sur le vote par correspondance pour les français hors de France (dont le droit de vote est garanti par la constitution). Le rapport note que l'impact sur la participation du vote par Internet est très décevant, par rapport à la simplicité qu'il était censé apporter (à l'étranger, il n'est pas rare d'être à quelques centaines de kilomètres de son bureau de vote). Sur ce sujet, le chiffre qui fait mal : la participation est deux fois plus élevée aux élections présidentielles (sans vote par Internet et sans correspondance) qu'aux élections autorisant ce mode de scrutin. De là à conclure qu'il n'aide en rien à la participation, il n'y a qu'un pas. (note personnelle : peut-être que mettre à la même date les législatives et les présidentielles permettrait d'aider à la participation des électeurs…).

Vient ensuite un bon résumé des critiques sur le vote par Internet. Que ce soit sur la fiabilité du vote, le risque de contraintes sur le votant qui n'a plus la protection de l'isoloir, etc.

Pour autant, les recommandations restent une fois de plus assez molles, avec une recommandation de rester dans le statu quo. C'est cependant déjà une bonne nouvelle, les arguments semblent assez forts pour empêcher toute propagation du vote par Internet dans d'autres scrutins, notamment les scrutins en France (un sénateur voulait ainsi la proposer pour les élections européennes).

Quelques liens dans la presse en ligne pour d'autres résumés : contexte, NextINpact, numerama.

  • # pcimpact > pciNpact > NextInpact

    Posté par . Évalué à 7.

    L'erreur est pardonnable car le nom du site contient une faute volontaire. De plus depuis peu ils se sont renommés NextInpact ….

    Pour les machines de vote 99,9% de la population est incapable de vérifier le comptage par ce biais, alors qu'avec les urnes classique toute personne de bonne volonté peux contrôler le comptage. Rien que ça ça devrait être suffisant pour les interdire.
    A une élection Américaine on a vu Obama voter sur une de ces machines … ça fait de moins jolie photos pour les reporter.

    Pour le vote par internet c'est du même acabit, mais il est vrai que les conditions ne sont pas favorable pour ne pas envisager ce moyen de vote.

    • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      L'erreur est pardonnable car le nom du site contient une faute volontaire. De plus depuis peu ils se sont renommés NextInpact ….

      Corrigé, merci.

    • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

      Posté par . Évalué à 8.

      99,9%

      Je dirai que tu es encore gentil avec lesdites machines; mise à part ceux qui les mettent en place (et encore), personne n'est capable de vérifier le bon fonctionnement d'un vote. Rien n'empêche une connexion réseau de modifier le fonctionnement, rien ne garanti qu'il n'y a pas une manip à faire pour activer un menu de transfert de voix; rien ne garanti qu'une erreur électronique ne change un résultat de 1024 vote.
      On change une urne transparente par une urne opaque, un système de comptage ouvert que tout le monde peut vérifier/valider à un système boite noir qui dit qui a gagné. Il n'est plus possible de vérifier le comptage.

      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

      • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

        Posté par . Évalué à 10.

        Je dirai que tu es encore gentil avec lesdites machines; mise à part ceux qui les mettent en place (et encore), personne n'est capable de vérifier le bon fonctionnement d'un vote.

        C'est tellement évident. La vraie question, je pense, est : Qui a intérêt à l'installation de machines à voter. La réponse est simple :

        • Les fabricants desdites machines
        • Les gens qui envisagent de truquer les élections

        On peut retourner le problème dans le sens qu'on veut, il n'y a que ça. Si on élargit un peu la question à "Qui a intérêt à défendre l'installation des machines à voter?", on élargit à

        • Les fabricants desdites machines
        • Les gens qui envisagent de truquer les élections
        • Les gens payés par les deux premiers pour soutenir cette opinion publiquement
        • Les imbéciles qui n'ont même pas besoin d'être payés pour défendre n'importe quelle position idiote sans y réfléchir

        Heureusement pour la République, et malheureusement pour l'humanité, j'ai bien peur que la 4e catégorie soit la plus peuplée.

        • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

          Posté par . Évalué à 10.

          C'est tellement évident. La vraie question, je pense, est : Qui a intérêt à l'installation de machines à voter. La réponse est simple :

          • Les fabricants desdites machines
          • Les gens qui envisagent de truquer les élections

          Les médias qui veulent annoncer les résultats dans leur journal de 20 heures et éviter de se tromper à cause d'estimation.

          Note qu'on peut facilement contourner ce point d'autres façons. Mettre le journal de 20 heures à 23 heures, ou commencer à voter pendant la nuit et finir plus tôt. Parce qu'après tout, qu'y a-t-il de plus important que le journal de 20 heures et son temps de cerveau disponible ?

          Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

        • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

          Posté par . Évalué à -1.

          On peut retourner le problème dans le sens qu'on veut, il n'y a que ça.

          Si on essaye vraiment de chercher, on peut aussi trouver :

          • Les services de la préfecture car ils ont plus rapidement des résultats non susceptibles d'être entachés d'erreur
          • Les mairies car moins de m² carrés nécessaires
          • Les gens qui sacrifient leur soirée pour dépouiller
          • La planète (plus d'enveloppes ni de bulletins de vote, pas besoin de recycler le papier)
          • Les gens qui assurent la logistique : il y a tous les papiers qu'il faut à l'endroit où il faut au moment où il faut.

          (- Les gens, car plus besoin de choper un tas de petit papiers à la con, le plier 42 fois pour qu'il rentre dans l'enveloppe)

          • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

            Posté par . Évalué à 9.

            Les services de la préfecture car ils ont plus rapidement

            Bah, plus rapidement, on parle d'un délai d'une heure ou deux, je ne vois pas ce que ça change pour la préfecture (a priori, de toutes manières, les résultats ne sont jamais publiés immédiatement par la préfecture, qui doit notamment collecter les procès verbaux des bureaux de vote, qui, eux, ne sont jamais dématérialisés.

            des résultats non susceptibles d'être entachés d'erreur

            J'ai du mal à comprendre ce que tu veux dire. Tu préfères que Kim Jong Il rende la justice plutôt qu'un tribunal, parce que ses décisions sont moins susceptibles d'être entachées d'erreur? À la limite, moins contestables parce qu'il n'existe pas de recours, ok, mais moins entachées d'erreurs, ça me semble assez fallacieux comme raisonnement.

            Les mairies car moins de m² carrés nécessaires

            Nonobstant le fait que c'est rarement un problème, je ne vois absolument pas en quoi les machines à voter font gagner de la place. Il faut toujours un isoloir, toujours la table avec les pékins qui vérifient ta carte d'identité… OK, on met l'urne dans l'isoloir. On a gagné 1m2…

            Les gens qui sacrifient leur soirée pour dépouiller

            Ces gens là, je pense qu'ils donneraient bien plus de soirées pour justement qu'il n'y a pas de machines à voter. Soit c'est du deuxième degré, soit tu n'as jamais été dépouiller.

            La planète

            Là c'est complètement con. Construire et transporter un gros ordinateur dans un bureau de vote sera toujours plus coûteux que d'imprimer des dizaines de kilos de papier. Tu n'as probablement aucune idée du coût écologique d'un ordinateur.

            Les gens qui assurent la logistique

            Je pense que c'est aussi totalement fallacieux. Des techniciens compétents devront installer, tester, et dépanner en temps réel la machine à voter. C'est beaucoup plus stressant et beaucoup plus complexe que de faire des petits tas avec des papiers.

            Sérieusement, je trouve qu'aucun de tes arguments ne tienne la réflexion. Le seul qui pourrait éventuellement rentrer en jeu, c'est le problème de la saisie manuelle des résultats. Un fonctionnaire doit récupérer par téléphone les résultats des bureaux de vote et les saisir manuellement, alors qu'un système de machines connectées au réseau le ferait automatiquement… Mais encore une fois, en cas d'erreur, il n'y aurait plus aucun moyen de corriger, ni même de vérifier que la machine a bien transmis tout ce qu'elle devait transmettre.

            • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

              Posté par . Évalué à 2.

              Euh, lol ?

              Je suis personnellement contre le vote électronique, pour le problème de la boîte noire. Par contre je trouve que ton argument selon lequel les seules personnes qui ont intérêt à le voir disparaître ne sont que des méchants est simpliste.

              Tu préfères que Kim Jong Il rende la justice plutôt qu'un tribunal, parce que ses décisions sont moins susceptibles d'être entachées d'erreur?

              Homme de paille. Si la machine fait bien son boulot, il n'y aura pas de problème. Ce n'est pas inhérent aux machines à voter mais leur implémentation actuelle. Sortir ce genre de conneries ne sert pas ta cause.

              Mais encore une fois, en cas d'erreur, il n'y aurait plus aucun moyen de corriger, ni même de vérifier que la machine a bien transmis tout ce qu'elle devait transmettre.

              Oui, c'est la limite. D'où l'intérêt de pouvoir s'assurer que la machine ne fait pas d'erreur (si on sait faire des trains sans pilote et faire marcher des satellites pendant des années, on saurait faire ça) avec les preuves associées (open design, revues de code, certifications, etc), ce qu'on a pas aujourd'hui.

              Là c'est complètement con. Construire et transporter un gros ordinateur dans un bureau de vote sera toujours plus coûteux que d'imprimer des dizaines de kilos de papier. Tu n'as probablement aucune idée du coût écologique d'un ordinateur.

              Re Lol. Le truc servira peut-être 10 ou 15 ans. On n'est pas obligé de les détruire à chaque élection. En plus c'est bien connu les imprimeries sont dans les bureaux de vote. Cela dit, on pourrait imaginer un pool de machines à l'échelle européenne et les machines seraient déplacées en fonction des besoin pour chaque élection dans les pays de l'union.

              C'est beaucoup plus stressant et beaucoup plus complexe que de faire des petits tas avec des papiers.

              Oui, sauf qu'à chaque fois, on constate qu'il y a des bureaux de votes qui n'ont pas les bulletins de vote pour toutes les listes.

              Ce qui me rassure c'est que j'ai ressorti à peu près les arguments pour dans http://fr.wikipedia.org/wiki/Vote_électronique

              Cela dit, je le répète, je ne suis pas pour ce truc, et si jamais ça venait dans ma commune, je pense que je resterai chez moi.

              • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

                Posté par . Évalué à 6.

                Oui, sauf qu'à chaque fois, on constate qu'il y a des bureaux de votes qui n'ont pas les bulletins de vote pour toutes les listes.

                C'est pas vraiment un problème de logistique, mais un problème de financement : l'impression des bulletins n'est pas remboursé par l'état si la liste ne dépasse pas 5%. C'est probablement plus simple que l'état arrête de faire le grippe-sous et des économies de bout de chandelle sur la démocratie, et résolve le problème.

              • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

                Posté par . Évalué à 6.

                Homme de paille. Si la machine fait bien son boulot, il n'y aura pas de problème

                Si Kim Jong Il fait bien son boulot, il n'y a pas de problème non plus.

                D'où l'intérêt de pouvoir s'assurer que la machine ne fait pas d'erreur

                Tu trouves un moyen de le prouver, tu vas chercher ton prix Nobel d'abord, et ensuite tu reviens ici et je te pertinenterai avec plaisir. En attendant, tu spécules sur un truc virtuel sur lequel tous les spécialistes compétents pensent que la solution n'existe pas, ou que si elle existe, elle repose sur des mécanismes complexes (type bitcoin) qui nécessiteraient de toutes manières de faire confiance à 0.01% de la population.

                Re Lol. Le truc servira peut-être 10 ou 15 ans.

                Même en 10 ou 15 élections, tu seras très très loin du coût écologique du papier. Tu peux loler tant que tu veux, l'argument écologique est méga-foireux.

                Franchement, on peut discuter des heures sur les avantages virtuels à avoir les résultats des élections à 20h15 plutôt qu'à 21h30. Pour moi, le problème central est que les machines à voter sont concues pour régler un problème qui n'existe pas. Dans nos sociétés, on a plein de poblèmes : le chômage, la violence, la précarité, les inégalités, la maladie, l'accès à l'éducation, le financement de la culture et de la science… et on perd du temps à parler de quoi? De machines qui posent plein de problèmes destinées à remplacer un système qui marche très bien. Purée, des trucs qui marchent bien, qui sont simples, accessibles et peu couteux, il n'y en a quand même pas beaucoup dans notre vie. Il faut quand même être sacrément pervers pour les remplacer par des technologies foireuses!

                • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

                  Posté par . Évalué à 0.

                  Homme de paille. Si la machine fait bien son boulot, il n'y aura pas de problème

                  Si Kim Jong Il fait bien son boulot, il n'y a pas de problème non plus.

                  L'ordinateur il n'envoie pas des gens au peloton d’exécution, donc la comparaison est stupide. La junte birmane, ils sont plusieurs, c'est bon, ils ont une présomption de bien faire leur boulot ?

                • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

                  Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                  Même en 10 ou 15 élections, tu seras très très loin du coût écologique du papier.

                  A priori j'aurais tendance à confirmer.

                  Voyons avec une estimation des coûts pour chaque bureau de vote.

                  Un bureau de vote ne peut accueillir que 1000 votants (maximum légal).
                  On estime que chaque bureau de vote est au maxi (donc coût du papier maximisé, en faveur des machines à voter).
                  Disons 6 candidats en moyenne (c'est beaucoup, en faveur des machines à voter).
                  On vote une 1,5 fois par an en comptant que beaucoup d'élections ont 2 tours.
                  On garde la machine à voter 7 ans (c'est beaucoup je trouve, en faveur des machines à voter).

                  Papier :
                  Il faut 12.000 bulletins à chaque tour d'élection car ils sont disponibles au bureau de vote, mais également dans notre boîte à lettres. C'est la propagande électorale. Les bulletins sont distribués en même temps que la profession de fois des candidats, donc pas de coûts de distribution supplémentaire : 6 x 2 x 1000 = 12.000
                  Il faut également 2000 enveloppes (1000 au bureau de vote, 1000 dans nos boîtes à lettres).
                  Chez moi on est à moins d'un centime le bulletin arrivé dans le bureau du service « état civil » (c'est cher, en faveur des machines à voter). Disons que les communes se débrouillent mal et payent plus cher : 200 € par bureau de vote
                  Je ne connais pas le prix des enveloppes. Disons 900 € par an (http://www.officedepot.fr/a/pb/500-enveloppes-blanches-auto-adhesives-80-g-110-x-220-mm-a-fenetre-35-x-100-mm/pr=&id=0015539/)
                  --> 1100 € pour un tour de scrutin dans un bureau de vote, donc 1650 € par an (car 1,5 votes par an)

                  Machines :
                  Coût d'achat = 2000 € (improbable d'avoir aussi bas). Coût de maintenance = 500 € annuel (j'en doute également). On va dire qu'il n'y a qu'un machine à voter par bureau.
                  --> 790 € par an

                  --> la machine à voter coûte moitié moins cher que le papier si on mets toutes les estimations en faveur des machines

                  L'utilisation de machines à voter va également économiser l'intervention de la police qui vient chercher les bulletins dans chaque bureau (c'est partout en France ?) car on suppose que le résultat est transmis électroniquement de manière sécurisée (on y croit).

                  • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    Même en 10 ou 15 élections, tu seras très très loin du coût écologique du papier.

                    Papier :
                    --> 1100 €
                    Machines :
                    --> 790 € par an

                    C’est quel mot que tu as raté dans « coût écologique » ?

                    Le coût financier n’a absolument rien à voir avec le coût écologique.

                    Brûler un pneu ça coûte financièrement le prix d’un pneu et d’un allumeur, pourtant brûler le pneu coûte écologiquement plus cher que la fabrication du pneu et de ton allumeur (fabrication du pneu + fabrication de l’allumeur + combustion du pneu > fabrication du pneu + fabrication de l’allumeur). Et si tu voulait comptabiliser financièrement le temps de travail de l’employé qui allume le pneu, tu verrais pourtant que le coût écologique de la combustion n’est pas indexée sur le salaire de l’employé.

                    Fabriquer un ordinateur coûte écologiquement très cher mais financièrement très peu cher (parce qu’il y a des enfants chinois qui sont payés à travailler la tête sur le pot d’échappement).

                    ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

                    • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Ouais, mais de toutes manières, il a budgétisé 2000€ pour une machine à voter. Or, selon toutes les sources disponibles, une machine à voter coûte entre 3000 et 5000€. Donc déja, même avec ce calcul complètement foireux, la machine à voter coûte plus cher (en euros) que le vote paper.

                      Il faut ajouter évidemment la maintenance et surtout le coût de la documentation (une feuille A4 envoyée avec les professions de foi, + le temps perdu en mairie).

                      Parler d'économies en euros pour les machines à voter est de toutes manières absurde. Le coût de l'organisation des scrutins est minoritaire dans le coût de la démocratie. Je n'ai trouvé que les chiffres pour la Belgique, qui évalue environ à 1€ par électeur le coût de l'organisation du scrutin. Or, en France, pour une présidentielle par exemple, on compte déja dans les 20M€ par parti pour les frais de campagne (ça ne doit pas faire loin de 100M€ en tout), plus le financement privé des partis politiques (dont 66% est payé par l'État via des déductions fiscales) ; bref, l'organisation elle-même ne doit pas représenter 25% du coût d'une élection. Parmi ces 25%, il y a énormément de frais de fonctionnement lié à la tenue des bureaux (employés municipaux en heures supplémentaires, mise en place des bureaux de vote, etc). On voit bien que la partie "bulletins papiers + enveloppes" est ridiculement basse. Encore une fois, c'est un non-problème (sauf pour les micro-partis évidemment, qui ne se font pas rembourser les bulletins s'ils font moins de 5%, mais ça, c'est un problème de règles de fonctionnement).

                      Et évidemment, si on parle de coût écologique, il est évident que d'acheter des ordinateurs qui ne servent qu'un jour par an, c'est du grand n'importe quoi.

      • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        C'est déjà arrivé en Belgique:
        http://www.fsffrance.org/news/article2003-07-11.fr.html

        Un Collège d'experts chargé du contrôle des systèmes de vote et de dépouillement automatisés a rendu le 2 juin 2003 un rapport qui plaide remarquablement en défaveur de tout système de vote électronique. La Belgique a la mauvaise fortune d'avoir utilisé des systèmes de vote électronique lors de l'élection du 18 mai 2003. À cette occasion il a été constaté une erreur de 4096 voix et des experts ont été chargés de d'expliquer les raisons de cette erreur de comptage.

    • [^] # Re: pcimpact > pciNpact > NextInpact

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      le nom du site contient une faute volontaire.

      …Et ça c'est grave.

      De plus depuis peu ils se sont renommés NextInpact

      Normal :D C'est vrai qu'on pige encore mieux tout de suite de quoi ça parle.

  • # pourquoi les français de l'étranger

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Rien à voir avec le vote électronique qui est une aberration démocratique, mais quelle est la pertinence du vote des Français de l'étranger pour des élections françaises ?

    Quand on habite depuis un certain nombre d'années à l'étranger, on est déconnecté des réalités de son pays. On est aussi influencé par son environnement local. Au Canada, quand on habite depuis plus de 5 ans à l'étranger, on ne peut (temporairement) plus voter.
    Pourquoi voter pour un président ou un député (a fortiori aux municipales ou aux régionales) alors qu'on n'habite plus le pays ? Pour imposer un gouvernement à ceux qui restent ? Pour les élections européennes, le problème ne se pose pas vraiment : on peut voter dans son pays européen de résidence le cas échéant.

    Est-ce vraiment la peine de malmener la démocratie avec un vote à internet à très haut risque pour les quelques Français de l'étranger ? Pour les Français qui sont temporairement à l'étranger y compris le dimanche (pour un déplacement professionnel), c'est important de voter (mais on peut faire une procuration), mais pour ceux qui y sont depuis des années, je n'en suis pas persuadé.

    • [^] # Re: pourquoi les français de l'étranger

      Posté par . Évalué à 1.

      Je trouve que le droit de vote pour les exilés économiques ou professionnels est pertinent. Il est tout à fait sain de distinguer la nationalité et la résidence. D'ailleurs, on peut très bien être fonctionnaire, dans une ambassade par exemple, et résider à l'étranger. Bref, ta remarque me semble un peu superficielle, et profondément déconnectée de la réalité de la situation de beaucoup de français de l'étranger.

      Pour l'assemblée nationale, c'est le découpage géographique qui est aberrant.

      Pour les élections locales, je suis complètement d'accord avec toi, par contre. On ne devrait pouvoir voter que dans sa commune de résidence. Ceci dit, tu touches du doigt le manque total de contrôle du système : combien d'étudiants, de migrateurs professionnels, ou de gens pas assez organisés pour se réinscrire à temps votent dans des communes où ils ne résident plus depuis des années?

      • [^] # Re: pourquoi les français de l'étranger

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Pour les élections locales, je suis complètement d'accord avec toi, par contre. On ne devrait pouvoir voter que dans sa commune de résidence. Ceci dit, tu touches du doigt le manque total de contrôle du système : combien d'étudiants, de migrateurs professionnels, ou de gens pas assez organisés pour se réinscrire à temps votent dans des communes où ils ne résident plus depuis des années?

        Et si je déménage vers une ville le 30 décembre, je m'inscris sur les nouvelles listes le 31 décembres et je vote pour les municipales en mars suivant. Le vote a de la valeur ou pas ?
        Bref, ce n'est pas simple, parfois i est préférable qu'un non résident vote pour une villes qu'il a fréquenté e temps de régulariser sa situation car il l'a connait mieux, ou parce qu’il a encore des attaches (en général les étudiants qui quittent leur ville du lycée y reviennent régulièrement voir leur famille et amis). Du temps que la situation ne dure pas éternellement.

        Puis personnellement je suis plus inquiet des gens qui votent pour un parti plutôt qu'un programme, pour la meilleure prestance par rapport aux meilleures idées, etc. C'est plus dangereux démocratiquement que les gens qui sont sur une liste électorale d'un lieu où ils ne vivent pas.

    • [^] # Re: pourquoi les français de l'étranger

      Posté par . Évalué à 10.

      Ben je ne sais pas, mais tant qu'on interdira aux non français résident en France de voter aux législatives au prétexte qu'ils ne sont pas français, je ne vois pas pourquoi on interdirait aux français pas en France de voter au prétexte qu'il est déconnecté des réalités de son pays. Parce que l'étranger résident, il est connecté, mais apparemment ce n'est pas pertinent comme critère.

      Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

      • [^] # Re: pourquoi les français de l'étranger

        Posté par . Évalué à -1.

        N'importe quoi. Notamment le français de l'étranger vote aux législatives pour un député spécifique qui le représente, lui et ses problèmes.

        • [^] # Re: pourquoi les français de l'étranger

          Posté par . Évalué à 5.

          En théorie, il représente les français, pas sa région :

          Chaque député, bien qu'élu dans un cadre géographique déterminé, est le représentant de la Nation tout entière. Ainsi, à l'Assemblée nationale et dans sa circonscription, chaque député agit et parle au nom de l'intérêt général et non pas au nom d'un parti politique, d'un groupe d'intérêt ou d'une région. (source)

          Ça c'est pour la théorie. Dans la pratique, regarde un coup la carte des circonscriptions des français de l'étranger, et tu riras peut-être de la représentation que peuvent apporter ces députés vu la diversité des territoires et des problématiques. D'ailleurs les campagnes électorales sont très drôles pour ces législatives…

    • [^] # Re: pourquoi les français de l'étranger

      Posté par . Évalué à 5.

      C'est une question complexe, et qui explique d'ailleurs probablement pour beaucoup l'abstention à certains scrutins. Sur les argument généraux, j'ai tendance à ne pas être d'accord sur la déconnexion supposée des français à l'étranger. Un français de l'étranger n'est pas forcément plus déconnecté qu'un habitant en france (il a de la famille, peut avoir accès aux médias de la même manière, etc). Il peut bien entendu l'être, mais en ce cas ne pas s'inquiéter il ne viendra pas voter.
      L'argument de l'influence par son environnement local, j'ai pas compris. C'est le même que celui qui veut refuser le droit de vote aux heureux bénéficiaires de plusieurs nationalités ?

      Après, Il faut voir aussi de quelles élections on parle. Faisons le tour des scrutins ouverts aux français de l'étranger :

      • Les présidentielles : les français de l'étranger ont depuis très longtemps le droit de participer. Cela ne me semble pas absurde, vu les pouvoir du président sur les relations internationales (notamment son côté chef des armées, domaine réservé sur le domaine diplomatique, garant des traités). Pour les référendums, je suis dans le même genre à penser « pourquoi pas » (traités internationaux et changement de constitution)

      • Pour les élections à l'Assemblée des Français de l'étrangers (si si, ça existe) : comme son nom l'indique, le vote des français à l'étranger est plutôt pertinente. Je suis également assez pour les sénateurs de l'étranger (élus par cette assemblée). Ils permettent d'ouvrir un peu l'horizon du travail parlementaire.

      • Pour les législatives : pour l'historique, c'est inventé par Sarkozy lors de son dernier mandat. Je pense que c'est une connerie, surtout sur le mode actuel de circonscriptions énormes (couper le monde en 11, dont une qui contient toute l'Asie, c'est vraiment n'importe quoi). J'ai cependant rencontré le député de ma circonscription autour d'une bière, qui m'expliquait qu'ils pouvaient ainsi relayer les messages de leurs collègues du sénat sur les problématiques des français de l'étranger (consulats, démarches administratives, soutiens aux initiatives culturelles et économiques…). La rumeur dit que c'était un plan de Sarkozy pour s'assurer des sièges à l'assemblée (les français de l'étranger votants habituellement plutôt à droite). Le plan a foiré, la gauche a pris la majorité des sièges. Hélas, ça ne pousse pas la majorité actuelle à les supprimer…

      • Pour les élections locales : je pense que ça ne sert à rien, que cela devrait être supprimé, et que les conditions pour s'inscrire sont scandaleuses. Un français de l'étranger peut ainsi dans une « commune où est né, est inscrit ou a été inscrit sur la liste électorale un(e) de leurs ascendant(e)s commune sur la liste électorale de laquelle est inscrit ou a été inscrit un de leurs parents jusqu'au quatrième degré. ». Ça fait beaucoup de solutions, un vrai supermarché électorale. À noter qu'au passage, les conditions de procurations sont très assouplies. Si vous avez un parent à l'étranger et voulez une voix supplémentaire, profitez-en !

      • Pour les élections européennes : c'est le "what the fuck" ultime. Les français de l'étranger votent pour la circonscription île-de-france, pour la première fois en 2014 (s'ils ne sont pas inscrits dans un autre pays européen (invérifiable)). C'est un des arguments pour augmenter le nombre de députés de la circonscription île-de-france.

      • [^] # Re: pourquoi les français de l'étranger

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Pour commencer, grosso modo, je suis d'accord avec toi. Pour les présidentielles il peut y avoir un intérêt à ce que les Français de l'étranger votent. Bref, pour résumer, quel est l'intérêt que Monsieur Untel qui réside depuis 3 ans à Amsterdam ait le droit de voter aux élections municipales de Montluçon ? Ou aux législatives ? Après, évidemment, il y a sans doute des cas particuliers et des aménagements à prévoir par la loi.

        L'argument de l'influence par son environnement local, j'ai pas compris.

        C'est simple. Ton environnement a une influence sur ta manière d'être et de te comporter. Tous les étrangers où les gens qui déménagent loin de chez eux s'en rendent compte : il se créé une distance avec les gens restés sur place. C'est normal. Tes conditions de vie, ton niveau de revenu, tes fréquentations influent sur ta perception des choses.

        Ce que je souligne, c'est que quelqu'un qui ne vit plus en France (ou dans sa région, sa ville), risque de ne plus comprendre les problématiques des gens sur place. Il va comprendre les événements locaux à travers son prisme distant. Pourtant, la majeur partie du temps son vote va avoir des conséquences sur la vie de ces gens, mais pas sur la sienne : l'exemple le plus typique est le cas des élections municipales.

        • [^] # Re: pourquoi les français de l'étranger

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Bref, pour résumer, quel est l'intérêt que Monsieur Untel qui réside depuis 3 ans à Amsterdam ait le droit de voter aux élections municipales de Montluçon ?

          Les conseils municipaux élisent des grands électeurs qui eux mêmes élisent les sénateurs: les élections municipales sont donc aussi un enjeu national.

          http://devnewton.bci.im

  • # élection législative ?

    Posté par (page perso) . Évalué à -1.

    Je n'ai pas bien compris cette phrase :

    Sur ce sujet, le chiffre qui fait mal : la participation est deux fois plus élevée aux élections présidentielles (sans vote par Internet et sans correspondance) qu'aux élections autorisant ce mode de scrutin.

    Ne serait-ce pas plutôt "votations autorisant ce mode de scrutin" ? Il me semblait que les élections n'étaient que pour des personnes…

    • [^] # Re: élection législative ?

      Posté par . Évalué à 4.

      En Suisse et au Québec peut-être. En France le terme de votation (action de voter) est très rarement employé.

    • [^] # Re: élection législative ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      En France, non, municipales, communautaires, départementales, régionales, législatives, sénatoriales, présidentielle et européennes sont des élections. Cf http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-elections-en-France/Les-differentes-elections Sinon c'est un référendum par exemple.

      Votation est un terme utilisé en Suisse et au Québec, pour autant que je sache.

      • [^] # Re: élection ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 25/04/14 à 15:47.

        Désolé, c'est difficile de savoir quels mots courrant en Suisse ne sont pas utilisés en France (surtout celui-là, je n'y aurais jamais pensé).

        Par contre, tous les types d'élections élisent des personnes après lecture du lien (ah désolé, j'ai interprété "législative", ce n'était pas écrit dans le journal), que ce soit des membre de conseils, des représentants, des sénateurs…

        Je ne comprends donc toujours pas comment des élections peuvent "autoris[er] ce mode de scrutin". Ça n'aurait pas été plutôt un référendum selon la même page ?

        • [^] # Re: élection ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          c'est difficile de savoir quels mots courrant en Suisse ne sont pas utilisés en France

          Si ça sonne bien, c'est Français.

          Si c'est moche c'est Suisse.

          Si c'est drôle, c'est Belge.

          Et si c'est incompréhensible, c'est québecois.

          http://devnewton.bci.im

    • [^] # Re: élection législative ?

      Posté par . Évalué à 4.

      Pour un français, le terme de "votation" est une barbarité. Pourquoi pas une électure?

    • [^] # Re: élection législative ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Ne serait-ce pas plutôt "votations autorisant ce mode de scrutin" ? Il me semblait que les élections n'étaient que pour des personnes…

      En plus des réponses plus haut, en France, on ne fait qu'élire des personnes ou presque. Les élections législatives, on élit une seule personne par circonscription. L'exception, c'est les référendums, et c'est pas souvent (2005-2000-1992 pour les trois derniers).

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.