Journal La FSF France propose une alternative au SaaS propriétaire

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
16
4
mai
2011

Dans divers commentaires j'ai plusieurs fois pointé du doigt la FSF qui critiquait à juste titre les services propriétaires en SaaS (Software as a Services), mais ne proposait aucune alternative.

La FSF France vient de lancer une offre gratuite (pour le moment) de fourniture de machines virtuelles à destination de développeurs de logiciel libre : Une alternative au SaaS. L'usage est large mais bien entendu un contrat moral relie les bénéficiaires afin que seul du logiciel libre soit hébergé.

Le voeux est que des développeurs profitent de ce soutient technique afin de proposer des services SaaS 100% libre, mais il est aussi possible d'installer un desktop afin d'utiliser LibreOffice à distance.

Coté technique la VM est accessible via VNC ce qui permet d'accéder au grub ou bien de reconfigurer son interface réseau s'il celle-ci a sauté, voici une capture d'écran :

Titre de l'image

Ganeti est utilisé pour gérer le cluster des VMs, un Howto est d'ailleurs maintenu par Loic Dachary ici : http://trac.pokersource.info/wiki/GanetiHowto

Loic est l'architecte de cette infrastructure et président de la FSF France. Un grand merci à lui d'avoir bien voulu répondre à mes questions et de m'avoir offert une VM pour mon projet.

  • # C'est quoi un service libre ?

    Posté par . Évalué à 9.

    Réponse de la FSF France : du SaaS = Service as a Software !

    Ce n'est pas lumineux du tout du tout.

    BeOS le faisait il y a 15 ans !

    • [^] # Re: C'est quoi un service libre ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Effectivement c'est un peu difficile à comprendre dans la mesure où SaaS « libre » reste à définir. Côté logiciel, on a des licences claires : liberté d'utilisation, de modification, de distribution. Côté service, il n'existe à ma connaissance aucune licence applicable ou définition claire de ce que serait un service libre.

      L'offre de la FSF semble se concentrer sur la liberté du développeur, ou prestataire du service, accès complet à la machine hébergeant le service, disque chiffré, logiciels libres, etc.
      Il faudrait aussi garantir les libertés de l'utilisateur du service. Par exemple, pour ce qui me semble le plus important :
      - documents enregistrés dans un format ouvert ;
      - données chiffrées, non déchiffrables par le prestataire ;
      - possibilité de changer à tout moment de prestataire.

      • [^] # Re: C'est quoi un service libre ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        L'AGPL semble être une licence qui défini ce qu'est un service libre puisque les modifications apportées au service doivent être publiées même si le logiciel n'est pas distribué aux utilisateurs.

        • [^] # Re: C'est quoi un service libre ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Certes mais elle n'offre aucune garantie à l'utilisateur vis à vis des points que je citais. Mais ce n'est sans doute pas le rôle d'une licence.

    • [^] # Re: C'est quoi un service libre ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Ben oui. C'est à destination de ceux qui ne peuvent (ou veulent ?) pas s'héberger eux-mêmes.

      Je suppose que la FSF part ici du principe que les libristes qui ne s'auto-hébergent pas préfèrent faire confiance à la FSF qu'à Google pour héberger leur code. Un peu comme quand on conseille à Madame Michu d'héberger son blog chez un membre du Réseau des Hébergeurs Indépendants et ENgagés : c'est pas le top mais ça permet toujours un peu plus de décentralisation.

  • # J'ai du mal a comprendre

    Posté par . Évalué à 4.

    Deja pour commencer, comme dit plus haut, c'est quoi la definition d'un service libre?

    Ensuite, que proposent ils au juste?
    Un cloud pour que des developeurs deployent leur propres services?

    Dans ce cas, quel est la difference avec google apps? Le probleme du cloud est aussi son avantage, a savoir que les applis sont un service, donc par definition geree par quelqu'un d'autre que soit meme.
    Seul du logiciel libre doit etre installe. Cool. Mais si c'est pas moi qui administre le serveur, ca me fait une belle jambe d'avoir le code source et de pouvoir le modifier si je peux pas le deployer, a peu pres autant que d'avoir un blog chez wordpress.
    Ou alors leur position c'est de dire "google c'est des mechants, nous on est des gentils"?
    Autre interrogation, la fsf france a les moyens techniques, financiers et humains de proposer un cloud? La j'ai comme qui dirait un doute..

    Ou alors c'est une machine virtuelle pour utilisateur final pour qu'il deploye lui meme ses propres services?
    Leur reponse a google apps serait donc "tiens, v'la une vm que tu configure et t'y accedes depuis ton desktop en vnc"? c'est une blague ou bien?
    Ca va etre sympa l'edition collaborative dis donc...

    If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

    • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

      Posté par . Évalué à 5.

      Je suis assez confusé aussi. La réponse de la FSF au SaaS, c'est du IaaS?

    • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      L'idée est de proposer une VM dans laquelle les développeurs pourront installer leurs logiciels libres. Ces logiciels peuvent fournir un service à des utilisateurs finaux, ce qui dès lors est très différent du service Google Apps puisque toute la pile est ici libre.

      Autre interrogation, la fsf france a les moyens techniques, financiers et humains de proposer un cloud? La j'ai comme qui dirait un doute..

      Un cloud ce sont des services accessibles à distance le plus souvent via un navigateur web ou une API HTTP. Ici il s'agit simplement de fournir uniquement les VMs. A charge aux bénéficiaires de déployer dessus leur logiciel libre. L'effort est réparti, la FSF n'est pas capable de proposer une solution de A à Z et ce n'est pas son but.

      Pour Google Apps je ne vois pas ce qui empêcherait un développeur d'installer sur une VM ou plusieurs, un logiciel libre en web proche de Google Docs. La FSF propose gratuitement l'infra technique pour l'hébergement et le monitoring ce qui n'est pas rien.

      • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        La FSF propose gratuitement l'infra technique pour l'hébergement et le monitoring

        OK...

        ce qui n'est pas rien.

        OK aussi... Mais je ne vois pas le rapport avec le SaaS. Ils font du hosting, ok, mais c'est où le SaaS libre? Je ne vois pas où est l'alternative au SaaS proprio la, je vois surtout une alternative à http://www.ovh.com/fr/vps/

        Corrige-moi si je me trompe, mais le SaaS, c'est du logiciel (premier S de SaaS), et je ne vois rien ici qui permette de proposer une alternative libre aux SaaS proprios, je ne vois rien qui parle de SaaS à part dans la pub.

        comment avoir l'équivalent des Google apps? Tu dois les faire toi-même? d'Amazon S3 / EC2 / etc? Tu dois les faire toi-même. Ben du coup, l'offre n'a rien à voir avec du SaaS, c'est du hosting que je vois, le service est du hosting, pas du software. Et j'ai plus confiance dans le hosting libre d'OVH que d'un nouveau venu qui ne parle pas de puissance, de prix ou autre.

        Si on peut me dire ce qui fait qu'on parle de SaaS dans cette offre...

        • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          C'est de l'IaaS aucun doute là dessus, je pense qu'il y a eu confusion, mais le projet n'est porté pour l'instant que par 2 personnes, donc un peu d'indulgence.

          Pour les besoins de mon projet j'ai pu bénéficier d'une VM avec 50Go d'espace disque, 2Go de RAM et 1 CPU, chez un prestataire comme OVH ou Gandi je te laisse calculer le prix mensuel d'une telle offre... Si ton application est critique et que tu en vie il vaut mieux en effet payer un prestataire qui te garantira une SLA. Mais de nombreux projet libre n'ont pas les moyens de s'héberger sur Internet d'une meilleur qualité que sur son PC de bureau derrière son ADSL.

          Rien n'empêche un développeur/admin de participer et d'installer une stack comme http://openstack.org/ afin de pousser plus loin le concept. Il faut comprendre que la FSF France essaye avec ses petits moyens de lancer les bases d'une alternative et c'est tout à leur honneur.

          • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            C'est de l'IaaS aucun doute là dessus,

            C'est quoi un laaS, par rapport à du hosting? Comprend toujours pas.

            Pour les besoins de mon projet j'ai pu bénéficier d'une VM avec 50Go d'espace disque, 2Go de RAM et 1 CPU,

            Toujours du hosting, 50€/mois de gagné effectivement car OVH par exemple ne fait pas en dessous de 99.9% de SLA dont tu te fous. Mais toujours rien à voir avec du SaaS.

            je pense qu'il y a eu confusion

            Je cite "Une alternative au SaaS propriétaire". Ce n'est pas moi qui l’affirme, c'est le titre de la nouvelle sur FSF France. De l'indulgence? Quand on me vend un produit x et que je reçoit un produit y ou z n'ayant pas grand chose à voir, ben euh...

            chez un prestataire comme OVH ou Gandi je te laisse calculer le prix mensuel d'une telle offre...

            Je ne dis rien la dessus. Ils offrent une alternative au hosting contre engagement moral de faire du libre (du SaaS de préférence), OK. Mais tu ne m'as toujours pas dit le rapport avec le titre de l'annonce dans l'offre réelle.

            Il faut comprendre que la FSF France essaye avec ses petits moyens de lancer les bases d'une alternative et c'est tout à leur honneur.

            Une alternative au hosting, c'est sympa oui. Mais où est l'alternative au SaaS? Si ils disaient "nous offrons l'hébergement à tout projet de SaaS libre dans le but de soutenir le SaaS libre", OK, mais la ils parlent de Une alternative au SaaS propriétaire", et je ne vois toujours pas où est l'alternative... Faudrait au minimum changer le titre. Ca fera moins sexy, c'est clair, car on verra alors qu'il n'y a toujours pas d'alternative au SaaS proprio...

            Encore une fois : ou est "Une alternative au SaaS propriétaire"? C'est dans le titre de l'annonce, je ne vois rien de SaaS dans l'histoire, désolé je ne comprend rien à l'offre, je vois une offre "hosting" contre engagement de faire du SaaS libre, le SaaS libre c'est pour moi, pas chez eux, donc je n'ai pas d'alternative en tant qu'utilisateur de SaaS. Et le SaaS, ben c'est utile pour un utilisateur.

            • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

              Posté par . Évalué à 3.

              Si j'etais mechant, je dirais que la fsf ne comprend rien au saas/cloud, mais comme je suis gentil, je vais plutot dire que la fsf tente vainement de faire du buzz autour d'un mot qui etait a la mode ya 2 ans et qui est devenu banal de nos jours.
              L'annee prochaine, ils vont decouvrir twitter, et en 2015, se revolter contre fesse de bouc.

              Faut dire, avec rms qui surf encore offline via un demon wget qui lui envoit les pages par email, faut pas s'attendre a des miracles...

              If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

              • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

                Posté par . Évalué à 2.

                Faut dire, avec rms qui surf encore offline via un demon wget qui lui envoie les pages par email, faut pas s'attendre a des miracles...

                Ah nom de dieu, à chaque fois que je lis ça, ça me met de bonne humeur :)
                tl;dr : LOL

            • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Ce n'est pas moi qui ai fait l'annonce, j'ai fais part de ces remarques à Loic qui est en déplacement.

              Mais même pour du "simple" hosting je n'ai pas l'impression que tu réalises le changement de paradigme pour la FSF de proposer une telle offre... Ils font un deuxième pas hors du monde du logiciel installé chez l'utilisateur (avec savannah) vers du service libre. Il n'y a encore rien pour l'utilisateur final c'est certain, mais la FSF n'est pas capable de créer un Google Apps like tombé du ciel par magie. A nous de faire le reste, et j'espère que cette petite initiative locale aura un certain succès pour que Dieu à Boston la soutienne.

              • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                que tu réalises le changement de paradigme pour la FSF de proposer une telle offre...

                Ce n'est pas la question. La question est claire il me semble : où est le l'alternative au SaaS propriétaire? Elle est quand même pas compliquée comme question, si?

                mais la FSF n'est pas capable de créer un Google Apps like tombé du ciel par magie.

                Alors qu'elle ne dise pas qu'elle le fait. Elle se met au hosting, soit, ben qu'elle dise qu'elle fait du hosting.

                A nous de faire le reste.

                Ah... Ben voila : la FSF ne propose donc pas du SaaS, puisque le SaaS, c'est justement qu'on ai pas à faire le reste! pas de SaaS, donc pas d'alternative au SaaS proprio.

                • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  où est le l'alternative au SaaS propriétaire? Elle est quand même pas compliquée comme question, si?

                  pour une fois que la réponse est dans la question :-)

                  Comme tu l'as bien compris : elle est en ce que tu en feras :-)

                  Oui, le IaaS, PaaS, SaaS ce sont les buzzwords du moment (tu ne t'y feras pas prendre).
                  Bin là, tu déploies tes services comme tu veux et l'exemple de base t'est fourni pour l'étendre (un peu comme la POO mais je ne voudrais pas (re)venir sur un sujet à troll).

                  Cela m'étonne de ta part : un sujet à réflexion sur un sujet concret tellement galvaudé que tu ne souhaiterais pas y participer pour proposer de nouveaux services et étendre l'offre par toi même, je pense qu'openerp / tryton et même ce qui est taggué auto-entrepreneur t'interpellerait en terme de possibilités.

                  Oui, la FSF propose de l'IaaS, car le reste ils le proposent déjà :-) il te suffit de l'ajouter pour le PaaS et du SaaS (spa dur). Spa pour rien que l'exemple est du Debian GNU/Linux j'aurais tendance à dire (ah flûte je l'ai dit /o\)

                  Mais bon, il serait possible de préciser les besoins auxquels cela répond, mais ce commentaire est trop court pour cela... Mieux vaudrait se reporter aux avantages de l'offre et ses implications.

              • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Ils font un deuxième pas hors du monde du logiciel installé chez l'utilisateur (avec savannah) vers du service libre.

                Perso, j'utilise (parfois) un autre service : http://gcc.gnu.org/wiki/CompileFarm (c'est pas un fsffrance.org/xxx , mais c'est piloté par un français si j'ai bien compris et une tonne de machines et d'admins en France, les machines sont en gccxx.fsffrance.org).

                Comme quoi, ils font déjà du SaaS (la, on peut dire que la partie logicielle est la couche qui permet d'accéder à n’importe quelle machine rapidement, il y a plein de machines disponibles, il y a des stats sur les machines up etc... Bref, il y a un service fourni, pas classique, ce n'est pas qu'une machine posée dans un coin est demmerde-toi, le service est "fournir une ferme de compilation avec du matériel et logiciel différents") à petite échelle ;-).

            • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

              Posté par . Évalué à 8.

              C'est quoi un laaS, par rapport à du hosting?

              C'est pour ceux qui refusent de dire « hébergement ».

      • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

        Posté par . Évalué à 2.

        Ok, ça n’a absolument rien à voir avec du SaaS.
        C’est quoi l’infrastucure dont ils disposent pour faire tourner ça?
        Ça n’aurait pas plutôt sa place au sein de Savannah?

        Depending on the time of day, the French go either way.

      • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

        Posté par . Évalué à 2.

        Non, un cloud, c'est une infrastructure de creation de machines virtualisees preconfigurees.
        En gros, tu donnes une config a manger a ton cloud, tu cliques sur new instance.
        Le cloud va creer ton instance, lancer ton script de CM qui va donc te configurer ta machine (installation des applis + leur config) et 5 minutes plus tard ta vm est la, prete a faire ce que tu veux qu'elle fasse.
        La charge monte dans une certaine partie de ton infrastructure, tes ProdEng vont rajouter des instances en 2 minutes pour repondre a la demande, par opposition au modele de papa ou les mecs commandaient un nouveau serveur et l'installaient a la main.

        C'est exactement ce que propose amazon notamment ou que beaucoup de boites de taille decente ont en interne, que ce soit pour la prod ou le dev.

        Ce que tu decris, c'est du saas, a savor google apps ou salesforce ou que sais je, te fournit une appli en ligne, qui tourne effectivement dans un cloud parce qu'on pas fait mieux encore pour gerer les ressources.
        Un compte (ou un groupe de comptes) est cree/supprime et ton cloud va de lui meme ajouter ou supprimer les instances qui vont bien.

        Bref revenons a nos moutons, la fsf se lance dans le cloud. Comment dire?
        La premiere chose, c'est que je vois pas en quoi ca combat le saas, vu que ce qu'il font c'est justement fournir la brique de base du saas.
        Alors cool, toute la stack sera libre, mais je vois pas en quoi ca rendra les utilisateurs plus libre.
        Ca me fait une belle jambe que l'appli soit libre et que je puisse modifier le code vu que mes donnes sont liees a une instance sur laquelle je n'ai aucun controle.
        C'est le concept du service, tu payes quelqu'un pour qu'il fasse quelque chose pour toi, donc tu es dependant de ce quelqu'un. Si tu veux etre independant, c'est pas en prenant un presta qui utilise une stack libre que tu vas y arriver, mais plutot en faisant tout toi meme, donc commencer par ne pas aller voir ce genre de services. La liberte n'a tout simplement pas de sense dans ce contexte.

        D'un point de vue technique, je me permet d'emmetre des doutes sur la capacite technique de la fsf a deployer un truc decent a une echelle qui interesse qui que ce soit.
        Le concept du cloud, ca commence au datacenter complet, des utilisateurs qui spawnent des vms de partout et qui se tapent des montees en charge soudaines mais courtes, et ca va jusqu'a facebook avec des centaines de milliers de db, front ends et autres serveurs d'infrastrure avec un cdn qui fait le tour de la planete et encaisse un petaoctet par jour (a l'heure actuelle, vu la vitesse a laquelle ca croit, dans un an tu peux multiplier ces chiffres par 10 ou plus).
        En gros il te faut des milliers de machines et une armee d'ingenieurs pour maintenir ton bouzin. A moins que la fsf ait gagne au loto recemment, je vois pas trop comment ils peuvent maintenir un truc pareil en assurant un service a moitie correct, surtout gratuitement.
        Peut etre que je me trompe, mais j'ai comme qui dirait un doute.

        If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

        • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

          Posté par . Évalué à 3.

          Pas la FSF, mais la FSFF.

          Depending on the time of day, the French go either way.

          • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

            Posté par . Évalué à -1.

            Raison de plus pour me permettre d'avoir de serieux doutes sur la viabilite du truc.
            Non pas qu'ils soient pas capable d'ecrire le soft, mais un cloud public, ca demande surtout une infrastructure physique qui va un peu plus loin que le cluster de lignes adsl de tanguy...

            If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

        • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

          Posté par . Évalué à 0.

          Note que c'est plutot cool que la fsf se lance dans ce genre de trucs, mais a lire l'annonce ca me donne l'impression que soit la fsf comprends rien au probleme soit qu'il tentent juste de faire du bruit autour de leur nom.
          Dans les deux cas, ca inspire pas confiance.

          If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

        • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          La définition du cloud est assez large pour définir aussi bien du SaaS, du PaaS que de l'IaaS... Tout dépend de qui en parle.

          Quand à Facebook, tu peux installer une instance Diapora sur une VM de la FSFF, ca n'aura pas la même gueule que Facebook c'est sur, mais il faut bien commencer un jour et pour l'instant le libre n'a pas mieux.
          Personnellement je ne crois pas à une alternative libre centralisée des services SaaS tout simplement parce que libre n'en a pas les moyens et que ça ne correspond pas à l'architecture d'Internet et à l'état d'esprit du Libre. Je crois que l'avenir est dans les services décentralisés comme le fait Status.net par exemple, et dans ce contexte des instances dans des VMs dispersée sur Internet ont tout leur sens.
          A charge aux développeurs d'intégrer des technologies efficientes comme le P2P, qui au passage est stupide de cantonner au partage de fichier, afin de répartir la charge réseau entre chaque instance.

          • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

            Posté par . Évalué à 2.

            La définition du cloud est assez large pour définir aussi bien du SaaS, du PaaS que de l'IaaS... Tout dépend de qui en parle.
            Tu as lu la page Wikipédia que tu pointes?
            [...]Le cloud computing, informatique en nuage ou infonuagique† est un concept qui consiste à déporter sur des serveurs distants des traitements informatiques traditionnellement localisés sur des serveurs locaux ou sur le poste client de l'utilisateur.[...]
            [...]Le journal officiel a précisé que le cloud computing est une forme particulière de gérance de l'informatique, puisque l'emplacement des données dans le nuage n'est pas porté à la connaissance des clients.[...]
            [...]des travaux ont été entrepris afin de trouver des méthodes dans tous les niveaux impliqués afin d'établir un service entre un client final et un fournisseur de service :

            • l'application, qui est en contact avec le client
            • la plateforme, qui exécute l'application
            • l'infrastructure, qui est le support de la plateforme

            [...]La transformation en cloud et donc la mise en flexibilité de ces 3 niveaux correspond aux termes généralement notés ainsi :

            • Software as a Service (SaaS) : l'application est découpée en services
            • Platform As A Service (PaaS) : la plateforme est granulaire
            • Infrastucture as a Service (IaaS) : l'infrastructure est virtualisée[...]

            †infonuagique, WTF?

            Depending on the time of day, the French go either way.

      • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        L'idée est de proposer une VM dans laquelle les développeurs pourront installer leurs logiciels libres.

        J'ai effectivement mal lu au départ. Je pensais qu'une alternative au SaaS propriétaires était du Saas libre. Ben non, l'alternative au SaaS propriétaire est de faire "comme avant les SaaS" = une machine vierge à part l'OS.

        Euh... Reprenons :
        1/ Eh les gars, héberger sa machine c'est chiant, donc en passe au SaaS
        2/ Oui mais le SaaS, c'est en prorpio pour le moment
        3/ OK, donc faisons un truc qui déchire en libre : hébergeons notre machine.
        4/ Retour au 1/, c'est récursif.
        (le fait qu'elle soit virtuelle ou pas, c'était la question il y a quelques années, indépendant du SaaS, on peu avoir du SaaS sur machine physique ou virtuelle)

        Bref, pour avoir une alternative au SaaS propriétaire, on vire la partie SaaS. C'est comme dire que pour virer l'OS proprio d'un machine, on ne met pas d'OS dessus. C'est sûr, c'est efficace, mais bon, pas très utile. Mais je ne vois pas en quoi ça va changer quelque chose contre le SaaS propriétaire.

    • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

      Posté par . Évalué à 0.

      Ensuite, que proposent ils au juste?

      C'est une operation de comm, pas une vrai offre de service.

      A partir de la, comparer avec les offres existantes n'a pas de sens (la version FSF est une vaste rigolade a cote).

      Ca leur permet de montrer leur vision d'une offre de service (on est d'accord, c'est un peu a cote de la plaque, mais bon), a leurs devs de faire joujou avec des VMs, a quelques developpeurs de jeter un coup d'oeil et enventuellement a quelques militants de l'utiliser comme hebergement (les pauvres).

      Et vu sous cet angle c'est une reussite. On parle un peu d'eux, leur nom est cite, on debat sur la place des LL dans le cloud. C'est tout bon.

      • [^] # Re: J'ai du mal a comprendre

        Posté par . Évalué à -1.

        On parle un peu d'eux, leur nom est cite, on debat sur la place des LL dans le cloud. C'est tout bon.

        Il est cite, mais a cote d'"incompetent" et de "ne comprennent rien au probleme", je suis pas sur de l'interet de la chose. Comme qui dirait, des fois vaut mieux se taire et passer pour un con que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute a ce sujet...

        If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

  • # Quelques liens sur le cloud, le SaaS et autres

    Posté par . Évalué à 1.

  • # Je n'ai pas trop compris

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    J'ai l'impression que les services dans les nuages c'est surtout du vent.

    http://devnewton.bci.im

  • # Réponses

    Posté par . Évalué à 4.

    On a beau être sur trollfr, je suis un peu choqué / étonné des commentaires et de leur ton.

    Certes, ce que propose la FSFF n'est pas parfait, certes le mot SaaS est peut être mal choisi, mais en attendant, ils proposent gracieusement un service de VMs aux projets libres pour leurs besoins d'infrastructures. Combien d'entre vous peuvent en dire autant ?

    Personnellement, j'utilise ce service pour les besoins d'un lug, et de projets associés. Ça juste marche. J'en suis très content, je les en remercie grandement et j'espère qu'ils pourront faire évoluer et grossir le truc pour permettre à d'autres d'en profiter.

    • [^] # Re: Réponses

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      On a beau être sur trollfr, je suis un peu choqué / étonné des commentaires et de leur ton.

      Pourquoi?

      Certes, ce que propose la FSFF n'est pas parfait,

      Et ce n'est pas critiqué.

      certes le mot SaaS est peut être mal choisi,

      Remplacer SaaS par "aller sur la Lune", ou "Vaincre la faim dans le monde", ce sera pareil. c'est effectivement mal choisi : l'offre sert autant à vaincre la faim dans le monde (genre faire des calculs pour un produit miracle?) qu'à offrir une alternative au SaaS : dans les deux cas, il manque le logiciel ad-hoc. le hic, c'est que c'est le titre, et la première phrase du communiqué.

      ils proposent gracieusement un service de VMs aux projets libres pour leurs besoins d'infrastructures.

      Et c'est très bien.

      Juste : ce n'est pas ça qui est critiqué!

      La critique est de faire prendre des vessies pour des lanternes. Il n'est pas dit que la vessie est pourrie en soit, il est dit que ce n'est pas une lanterne, et que ce communiqué qui mélange hébergement de base comme on fait depuis des années avec le truc à la mode dont la FSFF ne sait pas comment combattre, ben c'est une insulte à l’intelligence.

      Et encore, j'ai pas parlé du foutage de gueule à comparer l'offre "Autrement dit, OpenOffice sur une machine virtuelle autogérée et non plus Google docs aux conditions imposées par un prestataire surpuissant.", parce que bon, corrige-moi si je me trompe, mais Google Doc, je vais sur le site et je peut écrire ma prose dans mon navigateur web dans la minute, et je n'ai pas l'impression qu'une VM "offerte" sache faire ça de base, comparer une VM avec un Linux de base avec Google Doc, on ne sait pas trop si on doit rire ou pleurer. Ils ont mis un exemple, j'attend une démonstration d'un accès à un l'équivalent de Google Doc maintenant avec l'offre. Quand à "La FSF France propose des machines virtuelles comme alternative au SaaS.", c'est rigolo, SaaS a pour but de ne plus être indépendant de machine, donc la proposition est clairement "vous vous intéressez au SaaS pour ne plus avoir de machine à gérer, nous vous offrons des machines à gérer", pour te paraphraser je suis un peu choqué / étonné du ton du communiqué : j'hésite entre mensonge et incompétence (aucunement dans l'hébergement de VM, mais la compétence SaaS)

      Encore une fois, ce n'est pas l'offre (gratuite, gentille, bénévole, tout ça...) qui est critiquée, c'est le fait de faire croire que la FSFF propose une alternative au SaaS propriétaire ou quoi que ce soit pour faire face aux risques encourus par l'utilisation du SaaS. Elle se donne sans doute pour objectif d'aider d'autres personnes à vaincre le SaaS proprio, mais elle apporte qu'une petite brique (il manque la grosse : le "S" dans SaaS), et non une alternative.

    • [^] # Re: Réponses

      Posté par . Évalué à 2.

      Il y a tromperie sur la marchandise de la part de la FSFF.
      Il y a aussi des attentes grandes de propositions de la FSF au sujet du "problème du SaaS".

      Le second aggrave la déception liée au premier.

      BeOS le faisait il y a 15 ans !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.