Humour CVS est de retour !

Posté par . Modéré par baud123.
Tags :
8
1
avr.
2010
Humour
Cela fait quelques temps que CVS n'a pas fait parler de lui. Il est vrai que ce projet tombait en désuétude : Dick Grune et Brian Berliner (les concepteurs de CVS) avaient exprimé l'idée de "passer à autre chose". C'est donc une nouvelle équipe qui a pris le flambeau. Elle a entamé une phase de réflexion profonde sur ce que devait devenir la gestion de code source au sein d'un projet.

Cette réflexion a été nourrie par les nombreuses demandes de la part de l'importante communauté CVS, ainsi que par des rapports de statistiques envoyés automatiquement par chaque appel à la commande CVS (une fonctionnalité non documentée rendue publique lors du départ de Brian).

Une nouvelle version de CVS, nommée CVS 2011, est donc en cours de réalisation afin de porter les fruits de cette longue réflexion.

Rien n'est encore finalisé, mais la nouvelle équipe se focalise sur trois points :
  • nettoyage du code et suppression ou simplification des fonctionnalités existantes
  • mise en place de concepts novateurs comme la gestion de source distribuée
  • création d'outils performants de migration

Python PySide : python et Qt par Nokia

Posté par . Modéré par patrick_g.
Tags :
17
21
août
2009
Python
Du nouveau dans le monde Qt/Python : Nokia vient de publier un nouveau binding, PySide, permettant d'utiliser sa fameuse boîte à outils Qt (base de KDE, multi-plateforme) avec le non moins populaire langage Python. Ce rapprochement n'est pas nouveau puisqu'il existait déjà un produit, PyQt, permettant cette approche. L'initiative de Nokia s'explique du fait du modèle de licence de PyQt vis-à-vis de Qt.

En effet, alors que Qt est, depuis récemment, disponible sous trois licences différentes (GPLv3, LGPLv2.1 et commerciale), PyQt est resté sur le modèle GPL + commercial. Riverbank Computing, l'entreprise développant PyQt, n'ayant probablement pas les reins suffisamment solides (Riverbank Computing vivant de la vente de licence de PyQt, au contraire de Nokia) pour passer PyQt en LGPL. Rappelons rapidement que la licence LGPL permet d'utiliser le code mis à disposition dans un programme dont la licence diffère. Pour caricaturer, on peut faire du propriétaire avec du libre sans payer. D'où donc les réticences de Riverbank Computing, même après discussion avec Nokia.

Nokia, pour sa part, voit dans cette approche un possible frein au développement d'application Qt en python, et cherche à promouvoir ce domaine en recréant un binding en LGPL, dans le même esprit que le passage à la licence LGPLv2.1 permettant une plus grande possibilité d'adoption de Qt. Notons que ce changement de licence, et la création de PySide, interviennent dans un contexte de changement plus profond chez Nokia, qui cherche à faire converger Maemo, système d'exploitation pour tablettes graphiques, et Qt en remplacement de Gtk+.

PySide et PyQt, bien que compatibles au niveau API (pour le moment), possèdent néanmoins quelques différences : PyQt est une solution éprouvée, qui fonctionne indifféremment sous Linux/Unix, Windows et Mac OS X. PySide, de son coté, reste très jeune et ne fonctionne pour le moment que sous X11 (Linux/Unix donc) et n'offre donc pas pour le moment la qualité et le service fourni par Phil Thompson, le créateur de PyQt.

Nokia espère qu'une communauté ouverte se créera autour de son projet. Espérons que cette nouvelle mouture entraîne une saine compétition entre PySide et PyQt, et non pas la mort de l'un et/ou de l'autre.

Technologie YAML 1.2 est disponible !

Posté par . Modéré par Mouns.
Tags : aucun
17
30
juil.
2009
Technologie
Après plus d'un an de travail acharné (enfin...), une nouvelle spécification du langage de sérialisation YAML vient de paraître. YAML 1.2 vise principalement la compatibilité entre ce dernier et JSON (un autre langage de sérialisation plus modeste mais de plus en plus utilisé en lieu et place d'XML dans les requêtes AJAX).

En clair, cela signifie que les messages encodés en JSON seront lisibles par un analyseur YAML. Et que certains messages YAML seront également lisibles en JSON, pour peu que le message s'y prête.

Cette évolution de YAML, officiellement datée du 21 juillet 2009, reste une évolution mineure et montre la stabilité du langage. À part quelques cas spécifiques, les bibliothèques YAML 1.1 fonctionnent toujours. Cette évolution montre aussi l'indépendance de YAML vis à vis d'un langage de programmation puisqu'alors que l'implémentation de référence de YAML 1.1 était en python (PyYAML), celle de la version 1.2 est en Haskell. Bien entendue, d'autres implémentations dans différents langages existent et sont présentés sur la page de YAML.

YAML est utilisé, par exemple, en tant que format des fichiers de configuration des applications fonctionnant sur le Google App Engine.

Plus d'information sur YAML dans la suite de l'article !