Journal Les outils sociaux décentralisés en panne

Posté par . Licence CC by-sa
Tags : aucun
37
23
déc.
2016

Sommaire

Afin de respecter la tradition du lancer de Troll le vendredi, je me lance:

Le cadre

Commençons par cadrer un peu les choses:
Ce que j'appelle "outils sociaux" regroupe 2 grandes catégories:
-la communication d'échange: toute communication dont le but est d'échanger avec un ou plusieurs interlocuteurs: messagerie instantanée, messagerie non-instantanée, c'est-à-dire email, ou messages hors-ligne, mais aussi les communications téléphoniques ou vidéo, IRC, etc.
-la communication de contenu: "gazouilli", post sur Facebook, bref: ce qui d'abord se consulte sans appeler à réponse, mais offre (ou pas) l'option de réagir

Notez qu'un outil peut très bien faire un mélange des 2, mais je vois une distinction forte dans l'utilisation.

Je vais aussi me limiter aux systèmes que je qualifierais d'universels, c'est-à-dire qui ne visent pas un marché de niche (comme Linkedin, par exemple).

Situation

Les 2 types d'outils à visée universelle ont donc envahi l'espace quotidien depuis déjà de nombreuses années, toujours largement dominés, à l'exception des emails, par des protocoles de communication fermés, avec des outils de communication propriétaires. Il y a bien des moteurs de blog ouverts, mais pour la majeure partie des utilisateurs, un compte Facebook remplace facilement un blog perso, et on peut difficilement parler de "réseau social" dans un blog.

Côté Libre et décentralisation, des myriades de solutions existent qui se revendiquent toutes ou presque être une solution alternative, mais là, je sais que je vais en faire bondir un grand nombre: aucune n'a décollé.
Non, désolé, je ne vois encore aucun succès nulle part.

Suprémacie des solutions centralisées et fermées

Quel est la cible d'un outil de communication? La réponse devrait être "tout le monde". Sinon on est dans un marché de niche, et on n'est pas une alternative aux Facebook/WhatsApp/Google+/WeChat/autres.
Que doit proposer une alternative aux solutions existantes? Répondre intégralement aux besoins de communication d'échange ou bien de communication de contenu (voire les 2, mais c'est déjà assez dur d'en avoir un à la fois…).

J'ai déjà trouvé des points de vue différents: le Libre, c'est le choix, on peut avoir plusieurs outils, un pour chaque tâche, plusieurs plateformes, autant de comptes, mais la plupart du temps, je suis au regret de trouver la réponse non-pertinente:
Je n'ai jamais vu de cas où un commentaire sur FB mentionne "parlons-en dans G+", ou une discussion sur WhatsApp finit par "appelle-moi sur Skype".
Chacun de ces outils remplit son rôle: fournir une solution intégrale pour l'échange, ou intégrale pour l'instantanée. Si ce n'était pas le cas, WhatsApp aurait viré du marché à la faveur de Skype et ainsi de suite.

Pour autant, on voit que plusieurs concurrents peuvent co-exister sans rafler un monopole complet:
-côté échange, WhatsApp semble dominer pas mal le marché, mais on ne peut négliger Hangout, Skype, Facebook Messenger, WeChat, Periscope, etc.
-côté contenu, Facebook est évidemment incontournable, mais G+ existe toujours ; je passerai sur RenRen en Chine, qui n'adresse à ma connaissance que le marché Chinois grâce à un monopole forcé par le blocage des concurrents par l'État…

Comment ces solutions se sont-elles imposées?

-Facebook a profité d'un vide: c'est un nouveau marché, il n'y avait personne avant eux.
-G+ a profité de la notoriété de Google, mais aussi de son principe de Cercles (peut-être bien inspiré de Diaspora d'ailleurs).
-WhatsApp est tout simplement ridiculement simple à utiliser et diffuser. De plus il propose un ensemble: voix, vidéo, salons. Il est complet!
-WeChat: a largement profité de la "régulation Chinoise" pour s'imposer à domicile, mais là il remplaçait une autre solution plus ancienne: QQ, grâce aussi à la voix, vidéo, les groupes, l'échange de fichiers, les messages sonores (qu'on peut poster sur une discussion, idéal quand on tape lentement au clavier, comme un appel téléphonique pas instantanée!)
Bref, ils ont tous proposé plus ou mieux que l'existant!

Patinage des solutions décentralisées et Libres

Prenons les "champions" du Libre dans la communication instantanée: les clients XMPP.
Après avoir passé des heures à convaincre votre famille/vos amis/un parfait inconnu à utiliser XMPP pour vous contacter:
"-On peut faire un appel vidéo?
-Non, désolé, je ne suis pas devant mon ordi mais sur mon téléphone. Aucun client mobile ne permet encore ça.
-On peut se partager l'écran?
-Non. Aucun client mobile ne permet ça non plus, et pour les clients de bureau… ça dépend!
-Et les discussions de groupe?
-Suivant le serveur et le client que tu as choisi, tu as ou pas tout l'historique, tu peux ou pas récupérer ce que tu rates si tu es déconnecté, et d'autres trucs qui marchent ou marchent pas"
Sérieusement, à part si vous êtes prêts à vivre isolé dans une grotte au nom de la protection de la vie privée, c'est quoi l'intérêt de XMPP sur n'importe quelle solution centralisée/fermée?

Je sais que XMPP a des succès dans certaines applications d'entreprise. Mais pour être honnête, je m'en fiche un peu. Je ne suis pas après la migration de mon entreprise, mais après le remplacement de Skype, WeChat et autres sur mon PC et mon smartphone pour discuter avec la famille et les amis.
Je me fiche qu'on puisse faire plein de trucs trop cool dont je n'ai pas besoin. Je veux une solution que ma mère peut utiliser et qui ne me bride pas.

Côté communication de contenus, ça a l'air d'aller un tout petit peu mieux: Diaspora a une certaine base d'utilisateur, mais je trouve vite des limitations: si je veux chercher du contenu par tags ou des posts publics sans auteur particulier, alors je suis d'emblée limité à au pod auquel je suis inscrit! C'est une énorme incitation à… la centralisation sur le pod le plus populaire!

La bulle

En réponse à la réponse classique à ce que j'ai écrit plus haut:
L'impression que j'ai des grands défenseurs des solutions ouvertes/décentralisées sont avant tout des passionnés (forcément, dirais-je!) qui ne semblent pas réaliser à quel point le reste du monde ne partage pas leurs convictions.
-Ce n'est pas l'objectif du projet
-On ne veut pas des fonctionnalités FB qu'on répugne
-Sera implémenté plus tard, mais pas avant un bon moment
-Si ça plait pas, il y a d'autres clients
Autant de phrases qui expliquent pourquoi nombre de ces projets sont condamnés à ne toucher qu'un cercle restreint d'utilisateurs: les autres passionnés.

Le sacrifice à faire pour basculer vers une solution Libre/décentralisée est tout simplement énorme. Quand on n'a pas ces convictions très fortes, il est juste totalement absurde.
Combien sont vraiment prêts à remplacer leur smartphone par un autre plus lourd, moins rapide, avec un écran plus petit et une autonomie plus faible, plus compliqué à utiliser et si tu pouvais payer un peu pour le soutenir, ce serait pas plus mal? C'est la même chose qu'on demande au grand public quand on leur présente les solution de communication "alternatives" aujourd'hui!

Parce que non, figurez-vous qu'aujourd'hui, il n'existe aucun client XMPP que je puisse faire passer à ma propre famille! Ce sont tous des régressions en puissance face à ce qu'ils utilisent déjà.
Je ne voudrais pas non plus leur suggérer Diaspora, parce que pour peu qu'ils ne sautent pas tous sur le même pod, ils n'y trouveront pas la même chose!

Solutions?

Attention, le grand yaka va parler…

Des outils complets

Le grand public se fiche qu'on utilise XMPP, JSON, des API Rest ou je ne sais quel autre acronyme incompréhensible.
Il veut juste pouvoir utiliser simplement les choses.

Communication d'échange

Comme je l'écrivais plus haut, je ne vois aujourd'hui aucun client XMPP capable de répondre aux demandes du grand public. À part un séisme, je ne le vois pas en sortir. On est au même point qu'avant: avant, on attendait Jingle le sauveur, et on a attendu des années, pendant que les solutions fermées centralisées proposaient la vidéo, le transfert de fichier, et tout ce que proposait Jingle, mais peut-être pas aussi beau techniquement. Encore une fois, le grand public se balance de la beauté technique: les rares utilisateurs de XMPP ont fui.
Pire: Google a laisser tomber XMPP, et les acteurs ne se sont pas alors demandés si le problème ne pourrait pas venir d'ailleurs que de la méchanceté gratuite de Google.
Aujourd'hui, on attend la finalisation de plusieurs specs (remise à plat des salons, fichiers partagés, etc.), ce qui veut dire qu'on devra ajouter à cette attente encore aussi le temps d'implémentation. Le fait que Jingle qui devait tout régler n'ait même pas été adopté par la plupart des projets me laisse sceptique quant au succès de toutes ces belles specs bien écrites. Il n'y a toujours aucune solution de vidéo mobile (oui je sais: ça vient!). Je ne vois toujours pas de solution de partage d'écran.
Bref: de mon point de vue, rien n'a changé: XMPP est très activement occupé à rester en retard.

Je viens de (re-)découvrir Matrix et Riot.im. Si ça ne vous dit rien, sachez qu'on en a parlé sur ce site-même il y a un bail, et qu'à l'époque j'avais vertement critiqué cette ré-invention de la roue.
Pourtant, 1 an plus tard, XMPP est dans l'état qu'on connaît, et côté Matrix/Riot.im, on a:
-un serveur de référence
-un nouveau serveur en préparation haute performance
-un clients de bureau de référence pour Windows, MacOS, Linux
-un clients de référence mobiles pour Android et iOS
-des SDK pour React, JS, iOS, Android
-des salons de discussion modernes
-la VoIP
-le chiffrage bout-à-bout
-N manières d'enregistrer un ID pour éviter de multiplier les identifiants (# de téléphone, adresse email, etc.)
Et ça fait pas 3 ans uqe ça existe! Soit c'est trop beau pour être vrai, soit le monde XMPP devrait vraiment se remettre en question!
Ça semble déjà être un bon candidat au remplacement immédiat de Skype pour la famille.
À suivre! (enfin surtout à tester mais y'a pas encore de paquet Yunohost…)

Communication de contenus

Diaspora est (n'en déplaise aux partisants de XMPP/PubSub) incontestablement le champion actuel, avec un réseau déjà vaste, et dans la communauté francophone en particulier, le soutient de Framasoft.
J'ai vu passer une proposition sur des tags fédérés, mais qui ne permet pas d'explorer les posts publics des autres pods. Comme je l'écrivais plus haut, c'est une incitation à la centralisation sur le plus gros pod, et un sérieux handicap pour moi.
Certes, Diaspora répond bien à la diffusion de contenu ciblé (avec ses aspects), mais mal à la recherche de contenus. Ça ne me donne pas envie d'installer mon propre pod (histoire de s'isoler complètement?).

Nous n'avons donc pas encore de Facebook/G+ killer!

Le mot de la fin

Comme on le dit souvent: la route est longue, mais la voie est Libre. J'aimerais cependant qu'on prenne l'autoroute maintenant. Ça changerait.

Je pense qu'un certains nombres de dévs vont prendre ce journal comme une attaque contre leurs projets, voire personnelle: sachez que ce n'est pas le but, mais l'expression d'une frustration qui ne sait plus se taire.

Il est encore tôt de ce côté-ci du globe. Il vous reste peu de temps pour Troller en Europe, surtout si proche des fêtes!

Et puis Joyeuses fêtes à toutes et à tous d'ailleurs!

  • # Si si, ça existe

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Les solutions qui s'imposeront devront forcément être disponibles sur smartphone.
    Tox est un bon candidat. Messagerie instantanée, partage de fichiers, visioconférence, partage du bureau, décentralisé et chiffrement de bout en bout.
    Ring est aussi prometteur : voix et vidéo à deux ou en groupe, messagerie instantanée, décentralisé et chiffrement de bout en bout.
    Retroshare n'a pas encore de client pour smartphone mais quand ce sera disponible, il sera un des plus intéressants.

    • [^] # Re: Si si, ça existe

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Retroshare, comme tu le fais remarquer, n’a pas de client mobile, et donc n’est pas un candidat sérieux en l’état. Mais oui, gros potentiel.

      Tox et Ring semblent très intéressants, mais personne n’a envie d’échanger une clé publique de 40 caractères en guise d’identifiant. Pas sans une bonne raison. Donc ces deux solutions, toutes intéressantes qu’elles soient, resteront dans leur niche.

      Une excellente lecture pour compléter : https://ploum.net/google-le-geant-associal/

      • [^] # Re: Si si, ça existe

        Posté par . Évalué à 2.

        Retroshare, comme tu le fais remarquer, n’a pas de client mobile, et donc n’est pas un candidat sérieux en l’état. Mais oui, gros potentiel.

        À mon avis, le plus gros problème, ce n’est pas l’absence de client mobile, c’est la faiblesse des débits montants. Pour du F2F, l’ADSL se révèle insuffisant. Cela dit, je n’ai pas essayé depuis des années… Avec l’essor, même faible, de la fibre, ça devient peut-être intéressant…
        Parmi mes connaissances, toujours pas de fibre, donc je ne vais les embêter avec ça. Mais je suis curieux de savoir ce que c’est devenu.

        • [^] # Re: Si si, ça existe

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Pour du F2F, l’ADSL se révèle insuffisant.

          Les réseaux « fermés » de torrents fonctionnent très bien. C'est une sorte de F2F avec pas mal de monde et une grosse demande en terme de débit.
          À quoi penses-tu en soulevant ce problème ?

          • [^] # Re: Si si, ça existe

            Posté par . Évalué à 1.

            Le P2P privé ne pose aucun problème particulier.
            Mais le P2P privé et le F2F, ce n’est pas la même chose, ça réclame beaucoup plus de débit montant, car on est pris dans le goulet d’étranglement du débit des amis justement. Et que le flux ne vient que de quelques directions à la fois, à moins de réussir à constituer un gros réseau d’amis (ce qui est un peu antinomique avec le concept du F2F, du coup). Sans la fibre, pour avoir essayé, c’est pas simple, et peu efficient. Et même pour échanger juste entre amis, ce n’était pas terrible.

            • [^] # Re: Si si, ça existe

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Je ne saisi toujours pas :-)

              Tu veux dire que le ratio entre le volume envoyé et le volume reçu est proche de 1, ou même inférieur à 1 ? Ce qui implique qu'on est limité par la vitesse de téléversement.

              Alors qu'en P2P on a souvent un ratio largement supérieur à 2. Ce qui implique qu'on est plutôt limité par la vitesse de téléchargement.

              • [^] # Re: Si si, ça existe

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Il me parait évident que la différence c'est que quand tu lances le DL de BlockBusterAlakon.mp4 le lundi pour le regarder samedi soir en famille, tu t'en fiches que ça prenne effectivement la semaine, et tu peux arriver à 2 ou plus de ratio en le laissant ensuite en seed longtemps.

                Alors que quand tu cliques sur la notif de ton réseau social pour voir ce qu'il y a de nouveau, si faut attendre le lendemain pour voir le selfie de ton pote bah tu vas sur Facebook en fait.

              • [^] # Re: Si si, ça existe

                Posté par . Évalué à 3.

                Hmm… il faudrait que tu essaies le F2F… :) Ça n’a aucun rapport avec le ratio non plus.

                Mettons que tu es connecté à 10 amis dont tu es sûr et qu’eux-mêmes sont connectés à 10 amis et ainsi de suite.
                Pour obtenir le fichier d’un ami d’un ami d’un ami, celui-ci doit transiter par tous les amis intermédiaires pour arriver chez toi. La plupart du temps, il n’y aucune connexion directe entre l’émetteur du fichier et le récepteur, le fichier doit transiter par toute la chaîne d’intermédiaires (à moins que ceux-ci en possèdent une copie eux-mêmes). Il peut éventuellement y avoir plusieurs chemins et plusieurs émetteurs, mais le principe du F2F, c’est que tu n’es connecté qu’à tes amis et que ce sont eux qui font transiter les fichiers qui viennent d’un nœud du réseau au-delà de ton cercle.
                C’est pareil pour ce que tu émets. Si tu publies un fichier, les amis des amis des amis ne recevront ton fichier que par les intermédiaires entre toi et lui.

                Donc, chaque nœud est un goulet d’étranglement en puissance, car les chemins multiples ne sont pas si fréquents, et parce que les intermédiaires ont souvent une bande passante limitée ou une bande passante occupée à faire transiter autre chose que ton fichier, plus ce qu’ils émettent aussi eux-mêmes. C’est pourquoi on se retrouve rapidement avec des débits faibles. Ajoute à ça que tes amis ne sont pas toujours connectés…

                Mais ce que j’ai trouvé vraiment embêtant avec Retroshare, c’est que même l’échange avec les amis directs n’était pas rapide (à l’époque). De mémoire, l’upload était au mieux à la moitié du débit possible (environ 50 Ko pour moi).

                • [^] # Re: Si si, ça existe

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Et sinon, autoriser les connexions directes ?
                  Le F2F me semble être franchement la pire des solutions, avec une très bonne probabilité de ne pas fonctionner…

          • [^] # Re: Si si, ça existe

            Posté par . Évalué à 5.

            Torrent marche bien pour de gros fichiers avec beaucoup de sources. C'est l'inverse d'un réseau social où tu as des données plus petites avec peu de sources.

            Après rien n'interdit d'avoir un pair sur un serveur ovh sur le quel tu envois tout. C'est ce que je fais avec syncthings. Ça permet d'accélérer les débits et d'avoir un pair permanent. S'il tombe le réseau n'est pas casser pour autant (il est juste moins efficace).

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

  • # xmpp

    Posté par . Évalué à 6.

    Bonjour,

    Je trouve personnellement que tu résume très bien la situation. En revanche, j'ai l'impression que tu t accroche furieusement à XMPP.

    J'ai un jour en tant que dév voulu implémenter un client … As tu lu les nombreuses rdv du protocole, et autres extensions. C'est compliqué, le ou cela devrait juste être au pire complexe …

    Depuis, je n'utilise plus de client xmpp.

    • [^] # Re: xmpp

      Posté par . Évalué à 10.

      Sur le papier, je pense que XMPP a un très bon potentiel, et j'en veux pour preuve que l'appli de communication d'échange qui a raflé le marché de façon fulgurante, Whatsapp, utilise un fork sauce maison de ejabber!

      Ils ont simplement fait évolué le protocole et le serveur pour l'adapter à leur besoin. Avec ça de bons clients, et le tour est joué.
      Encore une fois, ça devrait être un électrochoc pour les tenants du protocole: un acteur privé les a complètement explosé en forkant leur travail.

      Si WhatsApp avait joué le jeu du standard et proposé leurs modifs en amont, il aurait fallu combien d'années avant qu'on sorte du statut de proposition puis brouillon afin d'obtenir la meilleure amélioration que l'univers ait connu et… ah ben tiens, la boite a fait faillite il y a 5ans?!?

      L'autre aspect, c'est le développement de clients avec toutes les fonctions requises. Mais ça, je ne pense pas que ce soit le souci. SàT et Movim sont très actifs et implémentent le standard. Si le standard n'avance pas, tu implémentes quoi?
      Quant à d'autres projets… je soupçonne que la gestion d'XMPP écœure sans doute pas mal de contributeurs potentiels.

      Mais bref: XMPP a tout le potentiel nécessaire. Le problème est bien dans la gestion du protocole et nulle part ailleurs.

      Cela dit, je ne porte plus trop d'espoir non plus dessus. Si le journal donne l'impression que je m'accroche, c'est involontaire. Je suis plutôt lassé, et curieux de tester la solution Matrix!

      • [^] # Re: xmpp

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Si WhatsApp avait joué le jeu du standard et proposé leurs modifs en amont, il aurait fallu combien d'années avant qu'on sorte du statut de proposition

        Est-ce qu'ils ont vraiment dévié du standard ou est-ce qu'ils l'ont juste implémenté correctement? Les fritures de Whatsapp me semble implémentable avec le protocole XMPP en l'état.

        Est-ce que ce n'est pas simplement qu'ils ont pris le temps de faire marcher les fritures importantes pour la messagerie (audio/vidéo/fichiers) au lieu de courir après la mode du "social" comme Jappix, Diaspora & co?

        http://devnewton.bci.im

        • [^] # Re: xmpp

          Posté par . Évalué à 2.

          De ce que je sais, ils ont au moins cassé la compatibilité pour les notifications mobiles.
          Ils disent aussi avoir optimisé ejabberd pour le passage à l'échelle, mais sans dire si ça impacte le respect du protocole.

          • [^] # Re: xmpp

            Posté par . Évalué à 2.

            Je me réponds à moi-même:
            Il semble qu'ils aient aussi leurs propres extensions pour les salons et les transferts de fichiers, ou au moins ils implémentent des choses pas encore approuvées par le comité (à l'état de brouillon dans le standard XMPP), sans doute un peu des deux.

  • # Hubzilla

    Posté par . Évalué à 2.

    Hubzilla est bien plus avancé que diaspora en termes de fonctionnalités : identité nomade, clones répliqués automatiquement sur plusieurs hubs, authentification automatique entre hubs, ACLs personnalisables, wiki, partage d'infos géographiques, partage de fichiers à la Dropbox avec gestion NFS, partage de calendrier avec CALdav…

    Dommage que ça ne décolle pas plus vite !

  • # Le mobile, un monde fermé de base

    Posté par . Évalué à 1.

    Juste une précision, pour être un peu honnête avec les libristes sur le mobile : ce monde leur est hostile. Complètement.

    On dit qu'une application mobile est plus performante (réactive, riche en fonctionnalité) qu'une page web. C'est faux selon moi. C'est surtout que l'intégration des pages web dans les applications mobiles est tout simplement horrible. Et je pense que c'est à dessein. J'ai essayé de dire à des gens : « Tiens, j'ai fait une page web pour m'envoyer des SMS, tu peux aller sur https://[…] ». La réponse est simple : « J'y vais avec quoi ? ». Je pourrais leur envoyer un lien, mais quand ils vont cliquer dessus, ils n'auront aucune idée de savoir comment y revenir sans passer par le message initial.
    Donc les développeurs sont obligés de se farcir un nouveau framework complètement différent de leurs habitudes, pour fournir un besoin qu'une page web remplit parfaitement. Alors que la convergence des applications, c'est justement le Web. C'est pas parfait, mais c'est ce qui se fait de mieux en ce moment.

    • [^] # Re: Le mobile, un monde fermé de base

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Quel est l'intérêt d'une page web pour envoyer des SMS si tu ne peux pas lire la réponse de la personne ? J'exclue bien sûr les SMS de service qui n'appellent pas de réponse.

      • [^] # Re: Le mobile, un monde fermé de base

        Posté par . Évalué à 1.

        C'était un exemple…

        Bon, sinon, c'est très utile pour les gens qui ne sont pas dans le même pays, et pour qui m'envoyer des SMS coûte une blinde (genre 30 centimes d'euros, c'est très cher).

        • [^] # Re: Le mobile, un monde fermé de base

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Et qu'est-ce que ça apporte de mieux pour l'utilisateur lambda qu'une bête appli type what's app ? Les fonctionnalités de base sont absentes, et en échange on a … bah on ne sait pas trop en fait. Du coup, je comprends tout à fait la réaction des personnes à qui tu as proposé ça.

          On dit qu'une application mobile est plus performante (réactive, riche en fonctionnalité) qu'une page web. C'est faux selon moi.

          Peux-tu en dire plus ? Selon moi, c'est tout à fait vrai au contraire ^^

          • [^] # Re: Le mobile, un monde fermé de base

            Posté par . Évalué à 0.

            Et qu'est-ce que ça apporte de mieux pour l'utilisateur lambda qu'une bête appli type what's app ?

            Les destinataires possibles de cette petite page web n'ont pas de smartphone, ça apporte donc le fait de pouvoir communiquer avec eux.

            On dit qu'une application mobile est plus performante (réactive, riche en fonctionnalité) qu'une page web. C'est faux selon moi.

            Peux-tu en dire plus ? Selon moi, c'est tout à fait vrai au contraire ^

            La plupart du temps, la page web déjà faite pour tous les autres utilisateurs marchent très bien. Évidemment, une application pourra rajouter des choses intéressantes, et exploiter pleinement la puissance de calcul de l'appareil, mais souvent ce n'est pas utile :

            • Comptes bancaires, le web « responsive » est fait pour ça.
            • Consultations et achats de billets de voyages (Trainline au hasard, dont le site web est très bien).
            • Visioconférence : là, il faut qu'on m'explique pourquoi le WebRTC (comme talky.io) ça marche directement dans Firefox et Chrome, et sur iOS, il faut installer une application. Je ne peux pas justifier à mes correspondants l'installation d'une énième application de communication, pourtant très simple, juste parce que moi, je n'ai qu'un navigateur. Pourtant, un navigateur suffit.
    • [^] # Re: Le mobile, un monde fermé de base

      Posté par . Évalué à 2.

      Bon, je ne suis pas dév donc je ne viens pas avec de mauvaises expériences, mais en quoi est-ce que le monde mobile est plus hostile aux Libristes que le monde pas mobile?

      Avant, on devait faire une appli pour Windows, une pour MacOS et une pour Linux. Il existe des outils multiplateformes, mais je ne suis pas sûr que ça veuille dire qu'on appuie sur un bouton et les 3 binaires sortent comme ça.

      Du coup, sur mobile, il y a Android, iOS, Windows (et d'autres si on veut aller plus loin), mais je ne vois pas en quoi ça en fait un monde plus hostile.

      Je rate quelque chose?

      • [^] # Re: Le mobile, un monde fermé de base

        Posté par . Évalué à 1.

        Avant, les technologies web étaient trop primitives pour faire une application dans un navigateur, donc on faisait des logiciels. Aujourd'hui, beaucoup de projets utilisent une interface graphique n'utilisant que le navigateur, donc qui marche indépendamment sous Windows, MacOS, GNU/Linux, GNU/kfreeBSD ou encore WinRT. Ce sont les développeurs des navigateurs web qui se tapent le sale boulot.

        Et aujourd'hui, alors qu'un projet peut avoir une seule technologie d'interface, comme Salut à Toi ou Diaspora* (ou même Facebook finalement), le monde mobile force l'utilisateur à utiliser des applications, utilisant d'autres technologies.

        Un smartphone est un ordinateur, et l'utilisateur n'a même pas le droit de s'en servir (au moins un peu) de la même manière.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.