Journal Le Parti Pirate allemand préfère la libre concurrence au logiciel libre

Posté par . Licence CC by-sa
14
22
mar.
2012

Bon, quelques généralisations à moitié vraies pour arriver à ce titre. La FSF a envoyé un questionnaire aux partis politiques de la Sarre (le Land allemand à côté du Luxembourg) car il y a là-bas des élections parlementaires. Toutes les réponses se trouvent en allemand là, et les réponses du parti pirate local exclusivement en français ici.

Les réponses du parti pirate local n'engagent pas nécessairement, comme mon titre de journal le sous-entend, les positions officielles du parti national. N'empêche ils sont censés être sur la même ligne.

Ce qui a un peu choqué outre-Rhin, faisant presque passer le Parti pirate comme un « traître », ce sont ces deux réponses très libérales sur le fond : 

1.b Est-ce que vous planifiez de soutenir les PME du logiciel libre, et si oui, comment ?

Les Pirates : Nous ne voyons pas de prime nécessité d’acquérir dans le privé de l’influence sur les pratiques commerciales des entreprises. Les entreprises doivent s’affronter dans un cadre de concurrence loyale. Il y a des modèles économiques du logiciel libre et les entreprises qui en vivent peuvent concourir grâce à leur innovation avec autres types d’entreprises du logiciel. Une ingérence politique ressemblerait à une subvention. Si du « logiciel libre » est proposé de manière concurrentielle, il a déjà un avantage financier par rapport au logiciel propriétaire. C’est par la fourniture de services ou un modèle économique propre que l’on y gagne de l’argent. Une ingérence politique pourrait avoir des conséquences fatales.

2. Dans le logiciel non-libre c’est surtout le producteur qui décide qui peut modifier le logiciel. Cela mène à des monopoles de service et à la dépendance à un seul fournisseur. Est-ce que vous prévoyez d’agir contre ces monopoles dans la fourniture de service ?

Les Pirates : C’est le bon droit du producteur de posséder le monopole de son logiciel non-libre et de protéger ainsi son propre produit des manipulations externes. Cela ne conduit pas nécessairement à des monopoles dans la fourniture de service. Il y a beaucoup d’entreprises de services qui réussissent et dont l’existence dépend de celle de logiciels non-libres. Certes cela entraîne certaines dépendances, mais justement le « logiciel libre » offre une alternative. Vouloir complètement supprimer le logiciel non-libre en exerçant des pressions politiques ne peut pas être notre but.

Il semble que le Parti Pirate ne soit pas jusqu'au boutiste comme la FSF et ne se batte pas pour l'éradication du logiciel propriétaire de la planète. Car la liberté d'entreprendre et le respect du droit d'auteur priment. Surprenant ?

  • # Il n'y a rien de choquant

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Le parti pirate, quel que soit le pays où il est présent, reste une vaste blague. Rien que le nom du parti montre que le Logiciel Libre, et le respect d'Internet ne sont pas les vraies revendications du ce parti. Un tel nom suggère l'absence de loi sur Internet ce qui n'est pas souhaitable.

    Donc quand un parti ne fait aucun effort pour choisir correctement un nom qui fait la promotion d'idéologies intéressantes, pas étonnant que les prises de position ne suivent pas derrière…

    • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

      Posté par . Évalué à 9.

      • Pourquoi le parti pirate devrait à tout prix défendre le logiciel libre ?

      • Quel est le rapport entre le sérieux du nom et celui du parti ? (Cf les Verts)

      • Le Parti Pirate allemand fait dans les 5% en moyenne dans tous les sondages. C'est plus que le FDP, l'équivalent du Nouveau Centre ici. Le Nouveau Centre est plus crédible que le Parti Pirate ?

      • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

        Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 23/03/12 à 00:01.

        Pourquoi le parti pirate devrait à tout prix défendre le logiciel libre ?

        Justement, non, je critique l'auteur du journal qui fait le rapprochement obligatoire entre les deux via le nom qui n'a aucun lien direct avec le LL.

        Quel est le rapport entre le sérieux du nom et celui du parti ? (Cf les Verts)

        Les "Verts" n'est pas un nom avec un sens aussi lourd que le parti pirate, je te laisse examiner al définition du mot pirate pour t'en convaincre.

        Le Nouveau Centre est plus crédible que le Parti Pirate ?

        Le jour où les élections reflètent la crédibilité d'un programme, il faut qu'on m'appelle. Dans ce milieu la publicité et la communication comptent plus que les idées en elles-mêmes.

        • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

          Posté par . Évalué à 2.

          Outre ton ton que je trouve condescendant, je t'invite à relever le soupçon de questionnement que j'introduit par un point d'interrogation à la fin du journal.

          Par ailleurs, si tu étais aller lire l'interview dans le lien que j'ai donné dans le journal, tu trouverais que le parti pirate se réclame d'être un des plus fervents défenseurs du logiciel libre. Idée qui paraît aller relativement de soi.

          • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

            Posté par . Évalué à 5.

            Outre ton ton que je trouve condescendant

            Respire. Je ne vois pas où tu l'a vu ce ton condescendant. De plus tu poste un journal politique ne t'attend pas à des débats polissés.

            Par ailleurs, si tu étais aller lire l'interview dans le lien que j'ai donné dans le journal, tu trouverais que le parti pirate se réclame d'être un des plus fervents défenseurs du logiciel libre. Idée qui paraît aller relativement de soi.

            Il suffit de le dire pour l'être ?

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

            • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

              Posté par . Évalué à 1.

              J'ai surtout tiqué sur la « vaste blague ». Mais bon, c'est vrai que fallait s'y attendre, mea culpa donc.

              Pour le parti pirate a priori favorable au logiciel libre, c'est du à l'équation habituelle entre liberté sur Internet=standards libres=logiciel libre.

              • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Pour le parti pirate a priori favorable au logiciel libre, c'est du à l'équation habituelle entre liberté sur Internet=standards libres=logiciel libre.

                Équation assez fausse. Demandes autour de toi à des non-informaticiens la définition de la liberté sur Internet et tu auras droit à
                - Je veux pouvoir regarder des films sur Internet sans jamais rien payer
                - Je veux pouvoir télécharger des {films, BD, CD, logiciels} sur {MegaUpload, eMule, …}

                C'est d'ailleurs plus cette équation qui se rapprocherait de la définition de pirate.

                • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

                  Posté par . Évalué à 5.

                  Et on notera l'omission, de, par exemple "Je veux pouvoir envoyer des mails depuis mon accès ADSL" par exemple.

                  D'ailleurs c'est un peu le gros problème du Parti Pirate français : c'est bourré de wareziens plus ou moins incultes sur le plan technique, pour qui le programme du PP se résume à "Taper sur les droits d'auteur jusqu'à ce qu'on laisse tranquille mon board de warez" et qui sont hermétiques à des questions plus techniques/éthiques.

                  THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                  • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Je n'ai pas encore regardé côté français, mais côté allemand, les mesures sont

                    • dépénalisation des échanges non marchands

                    • raccourcissement de la durée avant de tomber dans le domaine public

                    • encouragement des nouveaux modèles de financement de la culture (j'imagine pub, mécénat, etc…)

                    • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

                      Posté par . Évalué à 4.

                      Ouais, enfin construire un programme uniquement sur l'articulation des droits d'auteur avec le numérique je trouve ça aussi léger qu'un "parti des motards qui veulent remonter les files en cas de bouchon". Il faudrait au minimum étendre la réflexion au reste du numérique (y compris sur des questions n'ayant rien à voir avec les droits d'auteur, comme la neutralité du réseau ou le déploiement du très haut débit), et au reste de la culture (y compris les spectacles vivants, non numérisables).

                      Le PP allemand a un projet de société global, ça manque un peu côté français.

                      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                      • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Le PP allemand est assez bizarre. Il piquent surtout des voix aux libéraux pour l'instant, qui se sont « corrompus » par leur alliance avec la CDU-CSU. Le FDP, c'est un peu comme le Centre devenu Nouveau Centre : une fois entré dans la majorité avec quelques ministères, il s'est fait bouffé. Sauf qu'en France, Bayrou a résisté en créant le Modem, alors que là-bas rien. Donc, le FDP en est à 3% pour l'instant.

                        Mais outre leur particularité « parti jeune et d'internet », sur beaucoup de sujets ils se trouvent quelque part entre les verts et les libéraux.

                • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Assez fausse dans le sens commun ? Rassure-moi !

      • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Ne jamais sortir sans son petit livre rouge !
          Ne jamais sortir sans son petit livre rouge !

          • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Surtout ne jamais citer des textes qui proposerait une réponse à la question, quand on pourrait à la place s'épandre en diverses trolleries. Surtout un vendredi.

            • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Tu peux monter le parti GNU, hein, ça pose pas de problème. Là on parlait du parti pirate. Il a un champ politique assez restreint, mais tout de même un peu plus large que ce qu'on voit avec les œillères fournies par RMS. Tiens, pas con ça, vendre des œillères sous la marque RMS, ça aurait du succès.

              (et je n'ai pas dit que gnu.org est idiot, juste que c'est un peu limité de voir le monde uniquement à travers ça).

              • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Tu peux monter le parti GNU, hein, ça pose pas de problème. Là on parlait du parti pirate

                C'est exactement la même chose : un parti du logiciel libre n'a pas plus de sens qu'un parti pirate : il y a une vie en dehors du logiciel et d'internet (non?).

    • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

      Posté par . Évalué à 2.

      Rien que le nom du parti montre que le Logiciel Libre, et le respect d'Internet ne sont pas les vraies revendications du ce parti. 
      
      

      C'est marrant de ne pas voir une figure de style, le fait de retourner le nom que donne au média, les personnes qui veulent simplement utiliser leur logiciel sans se voir imposer des DRM (par exemple).

      si tu es si doué, quel nom proposes-tu ?

      C'est pas évident de trouver un terme qui rassemble les idées du libre, l'open source, la EFF, la FSF, la quadrature du net, les idées derrières Wikipedia, celles de Lawrence Lessig et les licences CC, etc…

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        C'est pas évident de trouver un terme qui rassemble les idées du libre, l'open source, la EFF, la FSF, la quadrature du net, les idées derrières Wikipedia, celles de Lawrence Lessig et les licences CC, etc…

        Il est amusant de noter que dans ce que tu cites, ne se trouve que des associations et non pas des partis politiques. Justement parce que pour défendre une cause particulière, une association est plus sûrement plus efficace qu'un parti voué entièrement à cette cause.

        • [^] # Re: Il n'y a rien de choquant

          Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 23/03/12 à 22:09.

          Efficace ?

          On est bien heureux quand ils arrivent à faire annuler le pire comme les brevets logiciels. Mais on a eu l'eucd, dadvsi, hadopi, et j'en oublis.

          On est très loin d'avoir des lois de protection de la neutralité d'Internet, de l'interdiction définitive des brevets logiciels, de l'obligation d'interopérabilité notamment pour que les logiciels libres aient leur chance (ex: drm et .doc), ou encore la protection des financements (de wikileaks par exemple, coupé sans jugement).

          Une force politique pourrait faire la même chose pour les libertés, que les verts dans le développement durable.

          "La première sécurité est la liberté"

  • # encore un parti

    Posté par . Évalué à 3.

    se présentant à des élections, et briguant des responsabilités de gestion de la cité, économique et sociale, avec comme programme … le renoncement de la gestion de la vie de la cité.

    • [^] # Re: encore un parti

      Posté par . Évalué à -1.

      encore un parti […] avec comme programme … le renoncement de la gestion de la vie de la cité.

      Encore un parti ? Je ne connais pas la situation en Allemagne, mais en France aucun candidat à la présidentielle ne propose de réduire l'influence de l'état dans la "gestion de la vie de la cité".

      • [^] # Re: encore un parti

        Posté par . Évalué à 6.

        Il n'y a plus de libéraux en France ?!

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: encore un parti

        Posté par . Évalué à 1.

        Wow, -4 et personne capable de me contredire. De mieux en mieux ce site.

  • # La question est mal posée

    Posté par . Évalué à 10.

    Dans le logiciel non-libre c’est surtout le producteur qui décide qui peut modifier le logiciel. Cela mène à des monopoles de service et à la dépendance à un seul fournisseur.

    Ce postulat de base est faux, les monopoles sont plutôt là à cause des formats fermés, des appels d'offre discriminatoires, et de certaines lois non respectées −je pense à la vente liée. Pas étonnant que la réponse ne soit pas celle attendue (Oui parce qu'en plus, la question suggère fortement la réponse attendue).

    • [^] # Re: La question est mal posée

      Posté par . Évalué à 8.

      Ce postulat de base est faux

      Ou pas tant que ça. Quand une entreprise fait faire un système d'information par une autre la problématique de la récupération des données n'est pas un énorme problème, il faut passer d'un schéma de base de données à un autre. Par contre la logique métier intégrée dans le logiciel peut être très lourde et longue à recréer, ce qui crée une dépendance entre l'entreprise qui a développée le logiciel et celle qui l'utilise.

      Le problème des données est important mais il y a une foule de logiciel dont la logique interne vaut de l'or (pourquoi crois-tu que certains veulent breveter des algorithmes ?).

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Re: La question est mal posée

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Non, les monopoles de fait découlent des monopoles de droit.

      Les monopoles constitue l'un des moyens privilégiés de réaliser une classe de projets politiques. Cette classe de projet politique n'est pas fondé sur l'idée d'une répartition des ressources permettant à tout être humain de s'assurer une existence descente.

      Le discours suscité fait l'apologie de la résolution des conflits humains dans l'affrontement plutôt que dans la construction commune. Les encouragements aux comportements impétueux ne sont pas plus acceptable quand ils recommandent l'usage de la coercition économique, que quand ils conseillent l'oppression par les armes.

      Quand on prend comme postulat des règles qui ont pour objectif de désigner un « victorieux » et de nombreux défaits, on ne peut s'étonner qu'en résulte la misère humaine.

  • # Et alors ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    je vais peut-être passer pour un traître aussi ; je pense que le logiciel libre a toutes ses chances et n'a quasi rien à craindre de gens qui développent des logiciels propriétaires —dans le cadre d'une économie purgée des mono|oligo-poles|psones (donc dans le cadre de la libre concurrence, ce qui sera déjà un pas énorme, car on en est très loin).

    On se plaint pas mal des abus de position dominante et du favoritisme, mais la solution n'est pas davantage de favoritisme à la tête du client. Comme dit dans la citation (conséquences fatales), c'est le meilleur moyen de faire casser chacune de ses décisions.
    L'équité sert parfois de cheval de Troie au libéralisme financier, mais ce n'est pas une raison pour la piétiner.

    Par ailleurs, le parti pirate allemand insiste principalement sur les notions de liberté individuelle et de démocratie ; c'est hors sujet dans mon commentaire, mais comme personne d'autre ne le mentionnait, je me suis cru obligé.

    • [^] # Re: Et alors ?

      Posté par . Évalué à 10.

      Je suis d'accord avec toi (et avec le parti en question aussi du coup). Je trouve que le premier commentaire au journal fait un peu réflexe pavlovien (Désolé).

      Dans leurs réponses à la FSF ils expliquent clairement que pour ce qui concerne les marchés publiques et les communications avec l'administration, ça passera par des standards ouverts et des logiciels libres.

      Mais, car il y a un mais, pour le secteur privé, ils considèrent qu'au nom de la liberté individuelle justement, personne ne doit être obligé d'utiliser à titre privé du logiciel libre. Ni ne doit être favorisé parce qu'il en utilise. Ça me paraît sain.

      • [^] # Re: Et alors ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Tout à fait d'accord. En fait, la seule question réellement pertinente à un parti politique concernant le logiciel libre serait:

        « Pensez-vous que les instances publiques doivent exiger des logiciels libres dans leurs appels d'offre ? ».

        Là, la réponse aurait été intéressante.

        • [^] # Re: Et alors ?

          Posté par . Évalué à 10.

          Puisque tu poses la question, je recopie le passage correspondant. Je n'ai pas non plus tout copié parce que ça aurait été lourd et tout n'est pas intéressant : 

          3.b Vous engagez-vous pour un investissement systématique dans les standards ouverts dans l’administration et si oui, comment comptez-vous procéder ?

          Les Pirates : Nous allons même un peu plus loin. Contrairement à notre absence d’ingérence dans le marché du privé, dans l’administration publique nous allons nous engager de manière systématique pour les « logiciels libres ». Cela permet des économies urgemment nécessaires. Il est plus facile d’économiser sur le logiciel que sur le personnel. C’est un excellent moyen de mettre un frein à l’endettement.

          Ça inclut aussi l'Éducation Nationale, ils le précisent plus loin. En revanche : 

          4.b Est-ce votre parti encouragera les formations théoriques indépendantes des fournisseurs à la place des formations à des produits ?

          Les Pirates : L’idée a l’air bonne, mais ne doit pas être mise en œuvre par un parti politique. La question doit plutôt être posée aux entreprises qui veulent changer de modèle économique. Le Parti pirate de la Sarre soutiendrait de telles innovations. Mais il s’agit plutôt d’un travail de conviction de la part du politique, ce sont les premiers responsables qui doivent décider eux-mêmes.

          • [^] # Re: Et alors ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            J'ai l'impression que la question 4b est mal formulé et que le parti pirate a répondu à côté du coup.

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: Et alors ?

              Posté par . Évalué à 1.

              J'ai aussi l'impression que le parti pirate se plante, mais pas parce que la question est mal formulée. La question parle de formation (schulung) et ils répondent entreprise (unternehmen). Mais bon, de ce que je comprends, le PP refuse de diriger les formations des entreprises :)

              • [^] # Re: Et alors ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                Ils ont compris formation en entreprise mais je pense que la question était formation académique.

                « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: Et alors ?

            Posté par . Évalué à 3.

            À toutes fins utiles je rappelle au passage qu'imposer des logiciels libres dans un marché public n'empêche absolument aucune entreprise de remporter le marché :

            http://bartmann.blogspot.fr/2011/10/les-logiciels-libres-remportent-une.html

            THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

            • [^] # Re: Et alors ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Tout à fait. C'est juste une propriété d'un produit et il est logique que, lors d'un appel d'offre, le client puisse préciser les propriétés qu'il souhaite.

              Après, dans le secteur public, c'est une question politique de décider si on va exiger/préférer les produits ayant telle ou telle propriété.

              Exemple bête: un gouvernement écolo peut exiger que les voitures du gouvernement soient électriques ou consomment moins de X litres au 100 alors qu'un gouvernement protectionniste va préférer privilégier les voitures produites dans le pays lui-même et un gouvernement bling-bling va privilégier les grosses limousines qui impressionnent les poufs en boîte de nuit.

              • [^] # Re: Et alors ?

                Posté par . Évalué à 3.

                J'attends quand même de voir dans un appel d'offre public pour acheter des voitures : « grosses limousines qui impressionnent les poufs en boîte de nuit. »

    • [^] # Re: Et alors ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Je n'ai pas vraiment d'avis là dessus, mais c'est un peu la différence philosophique entre l'Open Source et le Free Software ça.

      Tu base ton jugement sur des qualités « classiques » de génie logiciel, alors que le mouvement FS pensent qu'il faut commencer par regarder les libertés puis éventuellement regarder le reste.

      C'est du moins ce que j'ai cru comprendre du passage en question de la bio de RMS.

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Et alors ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Je ne vois pas en quoi ce raisonnement contredit le fait que l'état ne doit pas imposer la licence des logiciels utilisés dans le pays.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # Grosse coquille

    Posté par . Évalué à 2.

    Si quelqu'un peut corriger cette erreur que tout le monde aura compris mais que je viens d'apercevoir : « supprimer le logiciel non-libre » dans la fin de l'avant dernier paragraphe.

  • # Commentaire supprimé

    Posté par . Évalué à -3. Dernière modification le 09/06/12 à 19:05.

    Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.