Virtualisation Archipel arrive sur Mars

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
26
27
juil.
2011
Virtualisation

Archipel, l’outil d’orchestration de virtualisation open source basé sur libvirt (bibliothèque de gestion des différentes technologies de virtualisation existantes, comme KVM ou Xen) et XMPP continue son chemin paisiblement vers la version 1.0.

La bêta 3, baptisée Mars, a été publiée la semaine dernière et apporte son lot de nouveautés et de corrections de bogues, parmi lesquels :

  • suppression de l’adhérence au module ejabberd_xmlrpc (tout en gardant le choix) ;
  • ajout du support des Golden Drives (disque COW2 de base, puis copie différentielle sur le disque attribué à la machine virtuelle) ;
  • prise en charge d’un système multilingue (le français et l’allemand sont en cours d’ajout) ;
  • un module de définition de machine virtuelle complètement réécrit ;
  • prise en charge de l’affichage des captures d’écran des machines virtuelles ;
  • nouveaux contrôles de définition (Block I/O tuning, filtres réseau de la libvirt, memory tuning) ;
  • nouvelles versions de Cappuccino, TNKit, StropheCappuccino, VNCCappuccino ;
  • ajout d’un outil de vérification de configuration du serveur XMPP ;
  • refonte d’une grande partie de l’interface ;
  • optimisation des performances.

La liste complète des modifications est disponible dans les liens ci‐après.

Virtualisation Publication de la première Beta Archipel

Posté par (page perso) . Modéré par Jaimé Ragnagna.
27
6
jan.
2011
Virtualisation
Archipel est une solution d'orchestration open source pour le contrôle des machines virtuelles. Elle est basée sur la libvirt (NdM : la libvirt est une bibliothèque, outil de gestion des différentes technologies de virtualisation existantes comme KVM ou Xen) et sur XMPP pour tout ce qui est communication. Chaque objet (hyperviseurs, machine virtuelle ou utilisateurs) dispose de son propre JID et l'utilise pour communiquer avec le reste de la plateforme en temps réel.

Archipel est constitué de deux composants :
  • un agent à installer sur les hyperviseurs permettant la création d'un pont entre la libvirt et XMPP, le tout écrit en python

  • une interface web écrite en Cappuccino permettant de contrôler l'ensemble.


Archipel est basé sur une architecture totalement modulaire (de chaque côté, serveur et client) permettant de l'adapter à ces besoins. Tout le coeur du métier tourne autour d'un petit noyau gérant XMPP (comme n'importe quel client de chat) et le chargement de modules. À cela s'ajoute une vingtaine de modules de base permettant le contrôle de la plateforme virtualisée, la gestion des packages, le chat, la migration, etc..

Après un an de développement, les sources de la première bêta sont désormais publiées sur GitHub. Le code est couvert par la licence AGPL v3.

Technologie Un p'tit Cappuccino ?

Posté par (page perso) . Modéré par Bruno Michel.
Tags :
13
14
fév.
2010
Technologie
Cappuccino est un framework d'application web open source distribué sous licence LGPL. Il permet de créer des applications web "lourdes" avec gestion de vues, contrôles, tableaux, etc et de créer des interfaces utilisateur graphiquement.

Sa principale particularité est de reprendre complètement les concepts de l'objective-C et NextStep/Cocoa. Les applications Cappuccino sont écrites en Objective-J, qui est au javascript ce qu'est l'objective-C au C : Une petite bibliothèque apportant de puissants concepts objets.

Technologie OpenCL, en version 1.0

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
Tags :
21
10
déc.
2008
Technologie
OpenCL (Open Computing Langage) est un projet ambitieux, initialement lancé par Apple. Les spécifications ont été proposées et acceptées par le consortium Khronos, qui par ailleurs s'occupe aussi d'OpenGL, en juin 2008. La version 1.0 est sortie aujourd'hui (09/12/2008) et est disponible sur http://www.khronos.org/registry/cl/ (spécification et headers).

Le but de ce projet est de permettre aux développeurs de tirer parti des énormes capacités de calcul des processeurs graphiques (GPUs) d'aujourd'hui. En effet, sauf quand une application graphique est lancée (un jeu par exemple), cette puissance de calcul reste inutilisée pour la plupart du temps. On appelle ce genre de technique, qui consiste finalement à détourner l'utilisation principale d'un processeur graphique, « General Purpose Computing on Graphics processing Units » ou tout simplement, GPGPU.

OpenCL permet donc de consolider la puissance de calcul absolue des machines en utilisant le GPU comme un simple CPU, et donc d'utiliser ce CPU « virtuel » pour les besoins de n'importe quel type d'application. Cette technologie sera incluse dans Mac OS X v10.6 (Snow Leopard) et normalement strictement transparente pour les applications. Le package OpenCL + transparence pour les programmes répond au doux nom marketing « Grand central », et ce regroupement ne sera évidemment pas libre. Cependant, rien n'empêchera au monde du libre de l'adapter dans un « Grand Central » complètement libre.

La spécification est définie comme ouverte et libre de droit. Malheureusement, il m'a été impossible de trouver une quelconque licence ou de quelconques démos. Confidentialité sur Snow Leopard oblige...

Cependant, un grand nombre d'acteurs se sont joints au projet et aujourd'hui on trouve, entre autres : Apple, AMD, NVIDIA, Intel, Broadcom, Blizzard, EA, Ericsson, IBM, Movidia, Nokia, Sony, Symbian, Texas Instruments. Bref, on ne trouve que du beau monde.

Cette technologie, définie comme indépendante du matériel, pourra potentiellement donner un grand coup de fouet aux capacités de calcul de nos machines actuelles. Il ne reste plus qu'à espérer qu'elle soit réellement « open and royalty-free ».

NdM : Afin d'éviter que CUDA (la technologie propriétaire qui est soutenue par NVidia) ne s'empare totalement de ce nouveau marché, les autres acteurs se sont regroupés derrière la bannière d'OpenCL. Cette technologie va donc bien au delà de MacOS X et elle va sans doute devenir "la" technologie de GPGPU sur les systèmes libres.