Journal CEGID racheté

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
65
19
avr.
2016

L'éditeur Lyonnais de logiciels de gestion CEGID vient d'être racheté par des fonds de pension américains : http://www.zdnet.fr/actualites/cegid-group-change-de-mains-39835732.htm
CEGID n'est pas un vrai éditeur, il ne crée pas de logiciels mais se contente de racheter des logiciels de gestion existants (ERP, comptabilité, RH etc.) et de les commercialiser sous sa marque. Lorsqu'un de ses logiciels ne lui rapporte plus assez ou vient en concurrence avec un autre de ses produits, il n'hésite pas à arrêter sa commercialisation, forçant ses clients à racheter au prix fort une nouvelle solution. Par exemple, il a arrêté l'ERP Produflex, obligeant ses clients à se relancer dans une nouvelle intégration d'ERP coûteuse et pouvant être fatale à l'activité d'une PME.
Les produits CEGID sont fortement intégrés avec les produits Microsoft, ils ne sont pas multi-plateforme.
Les administrations françaises sont fortement équipées avec des produits CEGID, pour des raisons commerciales et sûrement aussi politiques. Le choix de tels outils est suicidaire à long terme, les clients n'ont aucune maîtrise de leur système d'information.

Le rachat de CEGID par des fonds de pensions américains vont faire empirer les choses, ça me fait bien rigoler quand j'entends les discours sur la souveraineté des outils informatiques et tout le bla bla bla des politiques. Là, la souveraineté vient d'en prendre un sacré coup.

Point de salut hors des logiciels libres.

  • # Incompréhension

    Posté par . Évalué à 10.

    Franchement avec la richesse actuelle des ERP libre dont certains mastodontes comme Odoo (nouveau nom de OpenERP) je ne comprend pas que des entreprises quelle qu'en soit la taille continue à acheter ce type de logiciels.

    kentoc'h mervel eget bezan saotred

    • [^] # Re: Incompréhension

      Posté par . Évalué à 10.

      Je peux te répondre déjà pour une partie du problème : la compta publique française. Je ne m'étendrais pas sur CegidPublic pour l'instant, mais leurs produits et processus de développement sont une véritable honte.

      Par contre, là où je bosse, on a caressé l'idée d'Odoo (c'était OpenERP à l'époque) au moment de partir chez Cegid. Les modules dédiés à la compta publique n'existaient pas, alors on a essayé de convaincre nos décideurs de financer leur développement. On a même essayé de réunir d'autres collectivités pour mutualiser les coûts. Sauf qu'en face, CegidPublic promettait un truc déjà fonctionnel - c'était un mensonge, mais ça on ne le savait pas encore - et que notre plan de conquête du monde par le libre n'a pas tenu longtemps.

      • [^] # Re: Incompréhension

        Posté par . Évalué à 10.

        on a essayé de convaincre nos décideurs de financer leur développement …
        c'était un mensonge, mais ça on ne le savait pas encore

        Et que disent ces décideurs maintenant qu'ils savent qu'ils se sont faire avoir par des mensonges ?
        Est ce que en tant qu'ingénieurs vous appuyez régulièrement sur ce point pour leur rappeler qu'il faut écouter les gens qui savent ?

        kentoc'h mervel eget bezan saotred

        • [^] # Re: Incompréhension

          Posté par . Évalué à 10.

          Ils s'en foutent, ils ont eu leur repas au resto et voila tout. C'est de l'histoire ancienne.

          • [^] # Re: Incompréhension

            Posté par . Évalué à 10.

            Ils s'en foutent pas, ils en profitent pour fixer un nouveau rendez vous pour une nouvelle séance de mensonge commercial au restaurant.

            Enfin nous c'est comme ça. Plus on démontre les problèmes liés à Cegid, plus la direction passe des contrats avec Cegid.

            • [^] # Re: Incompréhension

              Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 19/04/16 à 21:08.

              Plus on démontre les problèmes liés à Cegid, plus la direction passe des contrats avec Cegid.

              dans ce cas, démontrez les problèmes avec Odoo et surtout ERP5 voire les autres http://alternativeto.net/software/dolibarr/?license=opensource cela permettra de démontrer l'adage « s'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème » ou « plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. » cf. Les Shadoks

              (en précisant que c'est open-source et gratuit, pour avoir le combo, interopérabilité et formats ouverts, c'est bon pour les faibles selon certains o_O)

              • [^] # Re: Incompréhension

                Posté par . Évalué à 7.

                Odoo et ERP5 gèrent tous les types de déclarations fiscales et obligations en matière de comptabilité française ? Parce que dans un cabinet comptable nous sommes assez exigeants en la matière.
                Je ne dis pas que Cegid le fasse parfaitement (et surtout ce mois ci ils auront réussi à me pourrir quelques semaines avec le changement de millésime) mais la dernière fois que j'ai regardé en offres open-sources y'avait pas grand chose à part une liasse fiscale et une ou deux déclarations.

                Par contre niveau productivité, stabilité et fonctionnalités je ne doute pas que Cegid soit battu à plate couture par tout un tas de logiciels open-source.

                • [^] # Re: Incompréhension

                  Posté par . Évalué à 6.

                  C'est un faux problème.
                  Si l'ERP gère tous les aspects purement métier c'est déjà très bien.
                  Les experts comptables ont leurs propres logiciels très spécialisés. Ces logiciels doivent êtres mis à jour très régulièrement, ils intègrent de plus en plus de liaisons avec les services en lignes de l'état et des outils de reconnaissance automatique / numérisation des documents.
                  Je ne vois pas l'intérêt d'avoir un logiciel de ce type intégré dans un ERP, ce sont deux problématiques différentes.
                  Fournir des interfaces pour extraire les données utiles et les intégrer dans leur logiciel suffit à régler le problème.

                  • [^] # Re: Incompréhension

                    Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 20/04/16 à 14:42.

                    Les experts comptables ont leurs propres logiciels très spécialisés.

                    Cegid ou équivalent donc.

                    Je ne vois pas l'intérêt d'avoir un logiciel de ce type intégré dans un ERP, ce sont deux problématiques différentes.

                    L'intérêt apparaît dès que l'on prend en compte le nombre d'intervenants et d'applis métiers pour un même client. De plus il doit y avoir quelques personnes qui ne sont pas de ton avis vu le nombre de logiciels comptables et erp intégrés.
                    Séparer les outils pose un vrai problème de circulation de l'information dans l'entreprise, du coup malgré leurs défauts monstrueux les logiciels propriétaires intégrés ont encore la côte. Je dis encore parce que je ne compte plus les expérimentations pour en sortir.

                    Fournir des interfaces pour extraire les données utiles et les intégrer dans leur logiciel suffit à régler le problème.

                    Interfaces qui n'existent pas (volontairement) ou qui sont inutiles car trop limitées. De plus il faut pouvoir extraire et importer en temps réel les données clients.

                    • [^] # Re: Incompréhension

                      Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 21/04/16 à 11:38.

                      Cegid ou équivalent donc.

                      Tout logiciel ou l'éditeur se concentre uniquement sur les aspects expertise comptable et analyse financière.
                      (comme Cador par exemple). Je ne connais pas Cegid, donc je ne me prononce pas sur son cas.
                      Ces logiciels très spécialisés restent complexes à paramétrer pour obtenir un fonctionnement exact, respectant toutes les évolutions réglementaires / législatives françaises et européennes, la qualité du suivi est des mises à jour est vraiment un critère très important.

                      L'intérêt apparaît dès que l'on prend en compte le nombre d'intervenants et d'applis métiers pour un même client. De plus il doit y avoir quelques personnes qui ne sont pas de ton avis vu le nombre de logiciels comptables et erp intégrés.
                      Séparer les outils pose un vrai problème de circulation de l'information dans l'entreprise, du coup malgré leurs défauts monstrueux les logiciels propriétaires intégrés ont encore la côte. Je dis encore parce que je ne compte plus les expérimentations pour en sortir.

                      Je ne suis pas contre les ERP, au contraire un outil unique pour gérer son activité, ses clients, devis facturation , stats, c'est une très bonne choses surtout si l'outil couvre bien les aspects métiers.
                      Mais je mets clairement l'activité comptable à part car c'est une finalité dans le processus et utiliser de l'export dans ce cadre permet d'avoir un logiciel métier qui colle à la manière de travailler de l'entreprise et un logiciel de compta qui fait correctement son boulot.

                      • [^] # Re: Incompréhension

                        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                        Attention, tout dépend de la taille de l'entreprise.
                        Par exemple, mon entreprise est petite, moins de 10 personnes, la séparation entre compta et outils opérationnels est claire et bienvenue.
                        Mais mes clients sont côtés en bourse et d'une taille importante, pour eux séparer les outils front-office, back-office et la compta serait une grosse erreur.

                        L'intégration des outils de production à l'ensemble est un souhait également, mais vient en dernier quand on gère déjà tout le reste et est le plus compliqué.

                        Les ERPs sont la solution la plus exploitable à grande dimension. Et le changement se fait sur des années, une fonctionnalité à la fois, en général pas par faute de moyens financiers, mais faute de capacité à changer.

                        Sans compter les problèmes de droits et de sécurité qui augmentent exponentiellement avec la taille de l'entreprise.

                        • [^] # Re: Incompréhension

                          Posté par . Évalué à 2.

                          Front office et back office séparé c'est une chose ce n'est pas le sujet. Ne pas confondre l'aspect gestion et l'aspect comptable. Je le répète la comptabilité est une finalité, une constatation, un registre. La compta ne ré influe pas sur les chiffres qu'il l'ont crée. Seul son analyse peut déclencher des processus décisionnels qui eux vont peut être modifier le workflow ou certaines procédures de l'entreprise.
                          D'ailleurs tu affirmes mais ne démontre pas en quoi la taille change quoi que ce soit au problème.
                          Prenons comme contre exemple le cas d'une multinationale : je ne connais absolument aucun logiciel capable de s'adapter aux normes comptables de x pays en faisant correctement le job. Beaucoup (trop) sont déjà à la rue quand on gratte un peu alors qu'ils ne sont censés gérer qu'une seule législation.
                          Pour être rentable, crois tu qu'il vaut mieux acheter un logiciel qui gère la compta pour chacun de ces pays et différencier si il le faut les exports ou engager une équipe de développeurs et d'experts comptable pour développer des rustines et faire en sorte que ton ERP face correctement le job pour ces x pays un jour quand il y a des éditeurs qui font déjà et très bien ce boulot ?

                          • [^] # Re: Incompréhension

                            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                            Je travaille pour des multinationales, ce sont mes clients.

                            Concernant la taille de l'entreprise, je constate qu'il est difficile de maintenir une solution informatique quelconque quand on est gros. Quand on a pas un ERP intégré c'est encore plus compliqué.

                            La communication inter équipe est difficile, le départ d'un employé est problématique car il est plus difficilement remplaçable avec de multiples petites équipes.

                            Lors de l'acquisition d'une autre société, les méthodes dans la société en question étaient différentes et vont évoluer vers une logique groupe.
                            Y mettre en place un ERP est déjà complexe, y mettre plusieurs outils non intégrés est plus complexe (on va éviter de parler de cas particulier.) Laisser l'existant peut être difficile à gérer aussi.

                            Le support est un point important, avoir un ERP permet d'avoir des équipes de taille globalement ok avec des personnes qui sont plus facilement interchangeables. Plus on multiplie les outils, plus on multiplie les équipes et les risques.

                            Concernant les législations comptables je suis en plein dedans. Un ERP adapté à l'international gère un plan de compte par pays/entité. Il dispose ensuite ou non des états légaux nécessaires à l'établissement d'une comptabilité statutaire.
                            Lorsque c'est non, le client doit ajouter un module personnalisé ou bien exporter la compta de son logiciel intégré pour la fournir à un cabinet local qui va la reformuler et extraire les états légaux.

                            Le Back office contient la comptabilité, la facturation (qui se distingue de la compta dans certaines grosses boites par la gestion dans des équipes différentes) mais aussi la gestion des notes de frais, des temps, des budgets, des rapports financiers. Normalement on gagne à intégrer tout ces éléments dans un ERP si on a une société de grande taille.

                            Le Front office contient les outils de gestion projet, le CRM, le suivi de production. Ces élements peuvent être difficiles à gérer dans l'ERP car beaucoup plus orienté métier.

                            Enfin, pour répondre à ta question je ne pense pas qu'il y ait de règle fixe sur la méthodologie à utiliser par rapport aux outils locaux. L'important est de réussir à fournir un service correct aux utilisateurs pour un coût maîtrisé.
                            En ce qui concerne mes clients (et comme je travaille sur ERP ils sont forcément de ma catégorie de besoin), le coût de gestion de multiples entités chacune avec ses systèmes est devenu plus important que le coût d'aménagement d'un ERP central.
                            Nous n'avons pas eu trop de problèmes de gestion de compta pour les payes suivants :
                            France, Espagne, Italie, Angleterre, Belgique, Hollande, Allemagne, US, Inde, Maroc.
                            Je suis en cours d'adaptation pour la Roumanie qui a des particularités qui rendent le problème plus ardu.
                            Le back office général (rapports financier, facturation, achats…) est le même partout. Les localisations sont effectivement au niveau des états légaux de comptabilité mais sont gérables.

                            Là où je te rejoins c'est sur la paye, c'est un véritable calvaire à gérer et est probablement beaucoup moins souvent rentable à intégrer.
                            Mais dans la plupart des cas elle est même externalisée et donc gérée par interfaces.

                            Sinon, la compta n'est pas une finalité, c'est une nécessité. C'est une interprétation et non une constatation de par sa nature, "refléter au mieux la réalité de l'entreprise" donne une liberté d'expression au comptable. La part constatation est importante, mais les provisions et les choix de classification font une différence importante au bilan.

                            • [^] # Re: Incompréhension

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Encore une fois le débat n'est pas sur un gérer les maximum de chose avec le même outil je suis totalement d'accord avec toi sur ce point.

                              Concernant les législations comptables je suis en plein dedans. Un ERP adapté à l'international gère un plan de compte par pays/entité. Il dispose ensuite ou non des états légaux nécessaires à l'établissement d'une comptabilité statutaire.
                              Lorsque c'est non, le client doit ajouter un module personnalisé ou bien exporter la compta de son logiciel intégré pour la fournir à un cabinet local qui va la reformuler et extraire les états légaux.

                              Il est certain qu'il de notions comptable dans l'erp / l'outil à la base pour identifier correctement la destination de chaque ligne d'achat / facturation / whatever. Mais gérer la génération du bilan pour la corée en est clairement une autre.

                              Le Back office contient la comptabilité, la facturation (qui se distingue de la compta dans certaines grosses boites par la gestion dans des équipes différentes) mais aussi la gestion des notes de frais, des temps, des budgets, des rapports financiers. Normalement on gagne à intégrer tout ces éléments dans un ERP si on a une société de grande taille.

                              Là on est dans de la gestion.

                              Sinon, la compta n'est pas une finalité, c'est une nécessité

                              Une finalité dans le processus ou en bout de la chaîne mais pas une finalité pour l'entreprise en effet.

                              Là où je te rejoins c'est sur la paye, c'est un véritable calvaire à gérer et est probablement beaucoup moins souvent rentable à intégrer.
                              Mais dans la plupart des cas elle est même externalisée et donc gérée par interfaces.

                              La paye, les immobilisations, les amortissements, le bilan, les liasses fiscales, les services en ligne de l'état …la compta quoi ;)

                              • [^] # Re: Incompréhension

                                Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                                lol,
                                Pour l'instant seule la paye à réellement été un problème. Les bilans et les liasses fiscales sont des rapports et sont faciles à intégrer.
                                Je n'ai pas rencontré de problème à gérer les immobilisation avec le standard que j'ai pour l'ensemble des pays, parfois il a fallu ajouter un état.
                                Concernant les services en ligne, pour l'instant on est passés à côté. Il y a des exports XML qui sont en réflexion pour le Maroc sur la TVA, dans le reste du temps les sociétés n'ont pas besoin de liaison directe/automatique avec les services d'état et peuvent utiliser des moyens locaux.

                                Franchement à t'écouter je sens bien que pour tes clients tu as raison. De mon côté ce sont des sociétés qui ont un besoin d'intégration fort, du coup on pourrait reformuler de "faut-il mettre un ERP partout dans l'entreprise" à "comment s'y prendre quand il faut mettre un ERP partout dans l'entreprise"

                                Et que penses-tu de ma question sur l'existence d'un groupement économique qui viserait à représenter l'ensemble des indépendants et PME face aux gros systèmes ?
                                Personne n'a rebondi sur ce point.
                                Cela existe-il déjà ?

                                • [^] # Re: Incompréhension

                                  Posté par . Évalué à 2.

                                  Franchement à t'écouter je sens bien que pour tes clients tu as raison. De mon côté ce sont des sociétés qui ont un besoin d'intégration fort, du coup on pourrait reformuler de "faut-il mettre un ERP partout dans l'entreprise" à "comment s'y prendre quand il faut mettre un ERP partout dans l'entreprise"

                                  Je me pose plutôt la question de la façon suivante pour ma part : comment se concentrer sur ce qui apporte un maximum de valeur ajoutée pour le client. Et quelque part un système de gestion moderne peut s'interfacer avec d'autres composants dans bien des domaines en dehors de la compta. Des plateformes mobiles pour de la gestion de stock, des automates pour de la remontée d'information depuis la chaîne de production, des interfaces de configuration de produits complexes avec de la génération de plans ou de schémas. C'est finalement bien plus concret pour l'utilisateur final.

                                  Et que penses-tu de ma question sur l'existence d'un groupement économique qui viserait à représenter l'ensemble des indépendants et PME face aux gros systèmes ?

                                  Je suis passé à coté. Mais c'est une très bonne idée.

                                  Personne n'a rebondi sur ce point.
                                  Cela existe-il déjà ?

                                  Aucune idée.

        • [^] # Re: Incompréhension

          Posté par . Évalué à 10.

          Et que disent ces décideurs maintenant qu'ils savent qu'ils se sont faire avoir par des mensonges ?

          Qu'on est chiants, à l'informatique, à toujours nous focaliser sur ce qui ne marche pas. Au lieu de réparer les ordinateurs qui sont toujours cassés, et Internet qui est lent, et l'imprimante qui me perd souvent mon document que je l'envoie sur la mauvaise.

          Est ce que en tant qu'ingénieurs vous appuyez régulièrement sur ce point pour leur rappeler qu'il faut écouter les gens qui savent ?

          Plus depuis que ça me coûte mes primes de fin d'année ;)

        • [^] # Re: Incompréhension

          Posté par . Évalué à 3.

          Hahaha !
          Un proverbe dit: "Il ne sert à rien d'avoir raison trop tôt."
          J'ajouterais même qu'il ne sert à rien d'avoir raison. Ce qu'il faut, c'est savoir convaincre tout en brossant dans le sens du poil.

          • [^] # Re: Incompréhension

            Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 19/04/16 à 21:27.

            Un proverbe dit: "Il ne sert à rien d'avoir raison trop tôt."

            un pote m'a pris au dépourvu en m'ajoutant : « il ne sert à rien non plus d'avoir tort trop tôt » :-)
            c'est tellement vrai, dans les deux cas tu es perdant, sauf que quand tu avais raison, tu as le malheur de les mettre devant leurs responsabilités, une nouvelle raison de te faire cordialement détester. Bienvenue dans les boulots du « qui perd perd », c'est ce que j'appelle la « double peine ».

            La seule alternative que j'ai trouvée : c'est de faire le maximum pour arriver dans le mur le plus vite, selon leur avis et malgré mes recommandations. Deux-trois murs plus tard, 4-5 jalons non tenus plus tard, parfois ils proposent d'eux-même de faire comme j'avais initialement proposé et je suis le premier étonné quand ça arrive tout de même dans les temps ;-)
            À chaque fois que j'ai montré mon opposition ferme, j'ai été sorti des boucles et on ne m'a rappelé que lorsque la situation devenait complètement ingérable… et les délais explosés depuis longtemps. Cela m'a parfois permis d'imposer mon planning et ma manière de faire (quitte à être en retard, autant être vraiment en retard et que ça fonctionne :D), mais généralement je me suis fait pas mal d'ennemis (me reprochant notamment de n'avoir pas su leur faire comprendre plus tôt que ce que je proposais était la bonne manière de faire… /o\).

            Bon, je ne prétends pas encore tout maîtriser, 2-3 fois cela m'a valu de me faire sortir ou de demander à sortir, bah je suis consultant, c'est le jeu : si je ne conviens pas, autant gagner du temps plutôt que de se battre peine perdue (bon, je ne suis pas fier du champs de mine retrouvé 4-5 ans ensuite dans au moins 1 cas, pas faute d'avoir prévenu et fourni une ligne directrice, avec les conséquences indiquées si non suivie : le champ de mines que je constate aujourd'hui :/). Je me console en me disant que certaines personnes ne souhaitent ni apprendre ni s'impliquer dans la durée, mais cela me laisse une certaine amertume et une déception profonde, heureusement qu'il y a quelques bonnes volontés dans le lot qui sauvent les meubles.

            • [^] # Re: Incompréhension

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Si les décideurs étaient compétents, le nombre de consultant serait probablement divisé par beaucoup (genre divisé par 50).
              Tu dois une énorme partie de tes revenus de consultant à ces gens là.

        • [^] # Re: Incompréhension

          Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 19/04/16 à 23:35.

          Et que disent ces décideurs maintenant qu'ils savent qu'ils se sont faire avoir par des mensonges ?

          Qu'ils ne sont pas responsables puisque c'est le fournisseur qui fait défaut.

          En revanche, si les développements internes avaient foiré, leur responsabilité aurait été engagée.

          C'est pas plus compliqué que ça.

      • [^] # Re: Incompréhension

        Posté par . Évalué à 8.

        on a essayé de convaincre nos décideurs de financer leur développement

        C'est bien vu car quand je vois la quantité de spécifique qu'une boite ajoute à un ERP (cas général, sauf exception) et donc paye à l'éditeur en plus des licences, je me dis qu'il vaut mieux investir cet argent dans du code ouvert.

        Mais bon, pressions politiques et commerciales, tout ça…

        • [^] # Re: Incompréhension

          Posté par . Évalué à 9.

          C'est bien vu car quand je vois la quantité de spécifique qu'une boite ajoute à un ERP (cas général, sauf exception) et donc paye à l'éditeur en plus des licences, je me dis qu'il vaut mieux investir cet argent dans du code ouvert.

          On va être honnête : on utilise les softs de CegidPublic sans aucun ajout spécifique, pour autant que je sache. Paramétrage initial et reprise de données, évidemment, mais hors ça et formation (surtout métier, côté admin j'attends encore) rien. Donc en effet, ça représentait objectivement moins de boulot qu'Odoo.

          Sauf que les trucs de chez Cegid ne marchent toujours pas, avec parfois des blocages hautement baroques, et aucune solution que d'attendre que le support rappelle avec - peut-être - une solution plus créative que de redémarrer Oracle. Au moins, Odoo nous aurait permis - pour les parties communes - de changer de crémerie si l'envie s'en faisait sentir.

          Mais ça, dans le public (en tous cas les collectivités que je fréquente), c'est un peu passé de mode. À contre-temps de tout le monde, on est dans l'externalisation à outrance, si possible de la partie "intelligente" des processus - clairement, il vaut mieux payer des salariés aux boulots chiants, et laisser les prestas décider de ce qu'on va acheter chez eux.

          • [^] # Re: Incompréhension

            Posté par . Évalué à 10.

            À contre-temps de tout le monde, on est dans l'externalisation à outrance

            Detrompe toi ce n'est pas a contre-temps c'est juste que la logique de privatisation des profits et de mutualisation des pertes. C'est bien dans l'odeur du temps au contraire.

            • [^] # Re: Incompréhension

              Posté par . Évalué à 10.

              Disons qu'à bien des endroits, on commence tout juste à voir le revers de cette médaille-là. Et parfois même à changer de cap.

              Dans le public, on commence tout juste à voir les avantages de l'externalisation. Avec cette idée géniale qu'un sous-traitant privé - payé aux prix du privé (au moins 30% plus cher dans nos branches) et avec une marge - coûtera moins cher qu'un agent public.

              • [^] # Re: Incompréhension

                Posté par . Évalué à 10.

                Avec cette idée géniale qu'un sous-traitant privé … avec une marge, coûtera moins cher qu'un agent public.

                Faut vraiment avoir fait l'ENA pour penser comme ça. :-D

                kentoc'h mervel eget bezan saotred

              • [^] # Re: Incompréhension

                Posté par . Évalué à 3.

                Ca coute plus cher dans l'immédiat, mais à long terme c'est tout bénef : tu peux t'en débarasser quand tu veux.

                De ce point de vue ça ne me choque pas plus que ça.

                • [^] # Re: Incompréhension

                  Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 19/04/16 à 16:15.

                  tu peux t'en débarasser quand tu veux.

                  Contre exemple: Microsoft Office. Ca fait des annees que Openoffice/libreoffice fait 99% du boulot necessaire et pourtant il y a des millions et des millions d'argent public utilise pour continuer a acheter des licences de ce produit. Donc non ce n'est pas vrai tu ne peux pas t'en debarasser comme tu veux, bien souvent tu te retrouves pied et poing lies avec un solution merdique ou tres cher.

                  • [^] # Re: Incompréhension

                    Posté par . Évalué à 5.

                    Quel est le rapport avec "Avec cette idée géniale qu'un sous-traitant privé - payé aux prix du privé (au moins 30% plus cher dans nos branches) et avec une marge - coûtera moins cher qu'un agent public ?"

                    • [^] # Re: Incompréhension

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Je repondais a cela.

                      Ca coute plus cher dans l'immédiat, mais à long terme c'est tout bénef : tu peux t'en débarasser quand tu veux.

                      • [^] # Re: Incompréhension

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Faut suivre les fils de discussion. Ma réponse était une réponse au commentaire que je t'ai cité. Si tu réponds sans te renseigner un minimum sur le contexte, ça n'aura pas de sens.

                        mon commentaire n'a rien a voir avec Ms Office : je parle simplement de la possibilité de se débarasser facilement d'un presta par rapport à un agent public.

                        • [^] # Re: Incompréhension

                          Posté par . Évalué à -2.

                          Laisse tomber, c'est Albert_ et son anti-Microsoft primaire qui s'allume.

                          "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

                          • [^] # Re: Incompréhension

                            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                            il n'a pas tort pour autant : de ce que l'on peut constater, le boulet MS word de version en version perdure bien plus que beaucoup d'agents publics partis à la retraite depuis bien longtemps (mais dont les superbes documents issus de word 6 sont toujours aussi illisibles avec word 2010, vu que le déploiement de word 2013 n'est pas fini).

                          • [^] # Re: Incompréhension

                            Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 20/04/16 à 12:37.

                            Excuse moi j'aurai pu te parler d'autre logiciel tel que Ansys ou catia mais je soupconne que ces logiciels sont legerement moins connu que celui mentionne au dessus!

                            Et je tiens juste pointer vers ce message qui montre bien que je suis un con mais que le probleme est reel:

                            une licence MS Office - une seule, pour les trois postes du service - pour pallier l'incompatibilité OOo/LO.

                            Mais en dehors de l'attaque "ad hominem" je suppose que tu as des arguments pour contredire mon exemple?

                            • [^] # Re: Incompréhension

                              Posté par . Évalué à -4.

                              M'en fiche de tes bêtises, en fait.

                              "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

                              • [^] # Re: Incompréhension

                                Posté par . Évalué à -1.

                                Donc tu n'as aucun argument et tu adores me faire passer pour un con et un cretin. Merci c'est agreable et tu es une personne charmante…

                                • [^] # Re: Incompréhension

                                  Posté par . Évalué à -1.

                                  Juste que tu venais parler de MS Office alors que :
                                  1° ça n'avait rien à voir.
                                  2° Il y a encore énormément de boulot pour que LibreOffice puisse remplacer entièrement MS Office.

                                  C'est pas la première fois que ça arrive, et au bout de la millième fois, c'est un peu lourd.

                                  "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

                                  • [^] # Re: Incompréhension

                                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                    Il y a encore énormément de boulot pour que LibreOffice puisse remplacer entièrement à peu près MS Office.

                                  • [^] # Re: Incompréhension

                                    Posté par . Évalué à 0.

                                    Mon post:

                                    Posté par Albert le 19/04/16 à 16:15. Évalué à 4 (+7/-5). Dernière modification le 19/04/16 à 16:15.
                                    _
                                    fait bien suite a:

                                    Posté par Larry Cow le 19/04/16 à 14:24. Évalué à 10 (+9/-0).

                                    donc dire que je suis celui qui amene Microsoft Office dans la discussion c'est … un mensonge ou au minimum une erreur.

                                    Donc tu n'as bien aucun argument (et deja cela n'en etait pas un de plus).

                                    • [^] # Re: Incompréhension

                                      Posté par . Évalué à 2.

                                      Le problème c'est que tu t'es inséré au mauvais endroit dans la conversation : tu a s répondu à mon post qui répondait à un post sur l'externalisation des myens humains (remplacer un agent par un presta). Le post auquel je réponds ne parle pas de Ms Office. Ce n'est pas dramatique, mais quand je t'ai lu je ne comprenais pas le rapport avec le fil de discussion en cours.

                            • [^] # Re: Incompréhension

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Faudrait peut être faire la citation complète :

                              Et que les gars nous ont promis :
                              une licence MS Office - une seule, pour les trois postes du service - pour pallier l'incompatibilité OOo/LO.

                              Donc l'éditeur a promis une licence MSoffice parce qu'il n'a pas été capable d'implémenter une fonction présente sur la plaquette commerciale. Et donc ne sais pas générer un document ODS.
                              Pas de quoi incriminer LO donc.

                              • [^] # Re: Incompréhension

                                Posté par . Évalué à 3.

                                Et donc ne sais pas générer un document ODS.

                                Par souci de précision, bien que ça ne change pas grand chose, ils savaient probablement générer des documents ODS (CSV, au pire, hein). Et puis LibreOffice ne se démerde pas si mal avec de l'XLS "courant". Par contre, les maquettes budgétaires sont des outils à elles-seules : c'est truffé de formules dans tous les coins. Et ça, évidemment, c'est pas compatible ODS.

                        • [^] # Re: Incompréhension

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Un presta il te file des outils? La on parle de CEGID et d'un EPR. On dit toujours comme tu le fais que c'est facile de passer de l'un a l'autre outil et je te donne juste un contre exemple pour illustrer que cela n'est pas vrai.

                          Au pire tu vas trouver un autre prestataire qui va te garantir que le transfert se fera sans douleur a 100% et en fait, comme les montre les messages ici, cela est jsute un mensonge et tu te retrouves dans une merde pendant des annees.

                          Apres le coup de l'agent public non interchangeable cela veut dire que tu ne met que une personne et une seule personne sur un projet. C'est un peu comme dire que ton presta va mettre une seule personne sur un projet, il sera lui meme tenu par les c…. dans ce cas la.

                          • [^] # Re: Incompréhension

                            Posté par . Évalué à 6.

                            Apres le coup de l'agent public non interchangeable cela veut dire que tu ne met que une personne et une seule personne sur un projet. C'est un peu comme dire que ton presta va mettre une seule personne sur un projet, il sera lui meme tenu par les c…. dans ce cas la.

                            C'est pourtant souvent ce que fait le presta, même (surtout?) quand il ne te le dit pas. Sauf qu'il n'est pas tenu par les gonades le moins du monde : le jour où SON "expert" sur TON cas se barre, il le remplacera par un non-expert, considérant que tu ne feras pas la différence. Et le pire, c'est que ça marche plus souvent que ça ne devrait.

                            • [^] # Re: Incompréhension

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Je suis assez d'accord avec toi mais c'est l'argument utilise pour "acheter" des solutions cles en mains. Et comme tu le pointes il est faux et archi-faux.

                • [^] # Re: Incompréhension

                  Posté par . Évalué à 7.

                  Ca coute plus cher dans l'immédiat, mais à long terme c'est tout bénef : tu peux t'en débarasser quand tu veux.

                  C'est vrai quand ton prestataire utilise des outils à peu près standards (fussent-ils non-libres). C'est pas pour rien que beaucoup te proposent leur solution "maison" (en fait une merdouille indienne re-brandée) chaque fois qu'ils peuvent. C'est autant de choses que tu galéreras à changer en te passant de leurs services.

                  Quand ils ne gardent pas carrément les codes d'accès admin aux services qu'ils te revendent…

                  • [^] # Re: Incompréhension

                    Posté par . Évalué à 2.

                    C'est vrai quand ton prestataire utilise des outils à peu près standards (fussent-ils non-libres).

                    Ca c'est au demandeur de bien négocier ses contrats.

                    C'est pas pour rien que beaucoup te proposent leur solution "maison" (en fait une merdouille indienne re-brandée) chaque fois qu'ils peuvent. C'est autant de choses que tu galéreras à changer en te passant de leurs services.

                    Rien ne t'oblige à l'accepter. La encore, c'est une question de gestion de contrats.

                    Quand ils ne gardent pas carrément les codes d'accès admin aux services qu'ils te revendent…

                    Les contrats, toujours les contrats …

                    • [^] # Re: Incompréhension

                      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                      Quand ils ne gardent pas carrément les codes d'accès admin aux services qu'ils te revendent…

                      Les contrats, toujours les contrats …

                      les clauses de réversibilité sont bien souvent oubliées (par les acheteurs eux-mêmes en plus !), ne parlons pas des formats ouverts non plus… ce serait faciliter la réintégration des données ailleurs :/

                    • [^] # Re: Incompréhension

                      Posté par . Évalué à 4.

                      Ca c'est au demandeur de bien négocier ses contrats.

                      Dans le monde merveilleux des marchés publics, et en dessous d'une certaine taille critique qui intéresse autre chose que le revendeur d'antivirus du coin, tu es déjà content d'avoir UNE réponse à tes appels d'offres. Alors mettre des clauses compliquées qui vont potentiellement t'amener un marché infructueux et t'obliger à refaire le boulot deux fois, autant dire que tes responsables marchés vont t'adorer.

                      Rien ne t'oblige à l'accepter. La encore, c'est une question de gestion de contrats.

                      Quand tu as la compétence technique pour en juger (et que ton service marché te laisse ton mot à dire, cf. infra), oui, clairement. Quand tu as externalisé ton intelligence "parce que c'était plus facile", tu l'as dans le baba.

                      Les contrats, toujours les contrats …

                      Ce n'est même plus les contrats à ce stade, c'est limite illégal "de base". Sauf que je le constate encore trop souvent, généralement dans des petites mairies sans trop de moyens humains.

                • [^] # Re: Incompréhension

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Mouais … dans les faits, tu multiplies les frais par deux (coût d'un interne par rapport à un presta), tu le formes à tes frais (et rien ne l'empêche de se barrer quand il le souhaite, la boite de consultant le remplacera … ) et en plus, il est quand mm rare que l'ajout d'un presta externe gagne réellement du temps …

                  Entre la formation, la gestion, le retour sur investissement est rarement en faveur de la prestation … et il faut être un décideur pressé peu compétent pour réellement croire qu'augmenter artificiellement le nombre de "ressource" permet d'avoir un vrai gain en productivité …

                  Il y a tant de chose à faire avant …

                  Mon expérience : gestion de projet en santé et en SIRH dans des boites privées comme publiques …

              • [^] # Re: Incompréhension

                Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                C'est surtout que le cout d'un presta ne rentre pas dans la même ligne budgetaire qu'un agent et bien souvent, la ligne budgetaire "agents" est tres faible et se reduit d'années en années alors que la ligne budgetaire "investissements SI" dans laquelle entrent les prestas a tendance à etre assez large et peut-être même qu'elle augmente un peu…

                • [^] # Re: Incompréhension

                  Posté par . Évalué à 6.

                  Exactement, c'est là la clé du problème !

                  Les prestataires privés c'est de l'investissement, alors que payer des salaires c'est du fonctionnement. Etant donné que pour réduire les déficits il faut réduire le fonctionnement, y a qu'à emprunter de l'argent pour les investissements…

            • [^] # Re: Incompréhension

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              "la logique de privatisation des profits et de mutualisation des pertes." ou la socialisation des pertes

        • [^] # Re: Incompréhension

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Pressions, probablement, et grosse inertie aussi.

          J'enseigne en BTS Compta. ERP obligatoire dans le référentiel. De là deux (voire 3) produits à la fois "abordables" et "utilisables" sont mentionnés (ou poussés) :
          - CEGID
          - EBP
          - dans une moindre mesure SAGE.

          Odoo est hors-course car beaucoup d'aspects réglementaires propres à la comptabilité française ne sont pas ou partiellement implémentés.

          Selon le produit, le coût associé aux licences tourne autour de 600€ (EBP) à beaucoup plus pour CEGID si on veut du "support" (parfois utile pour résoudre LEURS bugs, par exemple les mises à jour de bases qui foirent et où il faut relancer à la main des services etc., des trucs non documentés). Coût que l'on peut considérer comme annuel pour bénéficier des montées en versions, conserver un support technique, proposer les licences étudiants.

          Faites le calcul : coût des licences * nombre d'établissements (lycées publics) proposant cette formation. Cela représente beaucoup d'argent.

          Sur une liste de diffusion spécifique, à portée nationale lue par des enseignants et inspecteurs, j'ai suggéré qu'il pourrait être pertinent de mutualiser (même partiellement) ces ressources pour financer le développement d'OpenConcerto, qui est 100% libre, développé en France et semble fiable. Il manque juste quelques aspects (ex : gestion des immobilisations) pour que cela soit techniquement exploitable d'où le financement qui permettrait d'axer le développement sur les fonctionnalités manquantes et qui nous intéressent. Sans parler du fait que le logiciel serait disponible pour tous les établissements, participation au financement ou non.

          Je m'attendais ou j'espérais quelques retours, réponses, objections, voire (soyons fous) une dynamique s'enclencher. Mais non. RIEN. ABSOLUMENT RIEN. De personne : ni enseignant, ni inspecteur ou autre. RIEN…

          • [^] # Re: Incompréhension

            Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 19/04/16 à 16:26.

            Trop honnête, ce n'est pas la bonne méthode. Il faut d'abord proposer à l'inspecteur de faire développer les logiciels gratuitement par des élèves et/ou des enseignants puis de signer un contrat d'auteur avec un éditeur pour qu'il puisse toucher des royalties. C'est comme cela que ça fonctionne, j'ai longtemps négocié des contrats d'auteurs chez des fournisseurs de l'éducation nationale (feu Pierron Industrie/RANCHET/JEULIN, feu CAMIF Collectivités etc.).

          • [^] # Re: Incompréhension

            Posté par . Évalué à 3.

            Il manque juste quelques aspects (ex : gestion des immobilisations) pour que cela soit techniquement exploitable

            Si j'ai bonne mémoire, c'est (c'était?) aussi une grosse limite de CegidPublic. Ça existait peut-être, mais c'était inexploitable dans notre cas.

    • [^] # Re: Incompréhension

      Posté par . Évalué à 9. Dernière modification le 19/04/16 à 13:18.

      CEGID n'est pas un vrai éditeur, il ne crée pas de logiciels mais se contente de racheter des logiciels de gestion existants

      J'ai bossé 4 ans avec Civitas jusqu'à le connaître par coeur (db, gestion) et j'ai subi le rachat renommé en Cegid Public. Grosse période à vide avec un soft qui régressait en terme de stabilité. Je ne sais pas si Cegid a taillé dans les effectifs des dév… Ils se sont améliorés vers la fin quand bon nombre de clients partaient à la concurrence qui proposaient ces amélioration depuis déjà plusieurs années.

      Les administrations françaises sont fortement équipées avec des produits CEGID, pour des raisons commerciales et sûrement aussi politiques.

      Je peux même te préciser :

      1. raisons commerciales : le code des marchés publics, on peut se demander s'il ne fait pas plus de mal que de bien…
      2. sûrement aussi politiques : les délais. Souvent le délais imposé à la migration vers une nouvelle solution exclut tout développement en interne ou via la base d'une solution libre. Ce qui fait qu'on passe par un éditeur (1).

      Le choix de tels outils est suicidaire à long terme, les clients n'ont aucune maîtrise de leur système d'information.

      Ça dépend ce que tu appelles maîtrise ?

      • Jusqu'à présent les gros éditeurs se connaissent entre eux et assurent la reprise des données depuis un concurrent.
      • Moyennant un peu d'huile de coude, on arrive toujours à comprendre la logique de la base de données et donc partir sur une solution perso ne pose généralement pas de problèmes.

      Sur la durée du contrat, je suis d'accord, on est pied et poings liés à l'éditeur en terme d'évolutivité ou de corrections de bugs.

      • [^] # Re: Incompréhension

        Posté par (page perso) . Évalué à 7. Dernière modification le 19/04/16 à 13:56.

        Sur un ERP ou un gros logiciel de gestion, ce qui est critique, ce n'est pas tant la reprise des données que les changements de fonctionnalités. Il faut refaire toutes les procédures qualité, les manuels d'utilisation, les formations des utilisateurs, souvent repenser l'organisation de la gestion, redéfinir les flux d'informations et de pièces etc. C'est ce qui est le plus long dans l'intégration d'un ERP. Changer d'ERP ou de gros logiciel de gestion peut tuer une entreprise.

      • [^] # Re: Incompréhension

        Posté par . Évalué à 10.

        J'ai bossé 4 ans avec Civitas

        Je suis content de ne pas être le seul à souffrir. Nous, on était plutôt Visa avant, donc on a subi l'autre moitié du rachat. Pas brillant non plus. Pendant presque deux ans, on a enchainé approximations, foutages de gueule patents, et gros n'importe quoi, dont :

        • base de test qui devient une base de prod sans autre forme de procès ("ben, et ma base de tests elle est où?").
        • même pas foutus de mutualiser les instances Oracle - un peu parce que pas foutus d'avoir les mêmes versions d'un produit à l'autre. Du coup, j'ai cinq serveurs Oracle (avec chaque fois les services associés) qui tournent sur le serveur, dont trois avec la même version.
        • on te vend une compatibilité OpenOffice (brochure commerciale à l'appui), mais en fait il faut un vrai Excel pour travailler sur les maquettes budgétaires.
        • des grognements intempestifs des agents sensés se servir des outils (incohérences dans l'interface, traitements qui foirent sans dire pourquoi, etc.).
        • des grognements intempestifs de l'admin (serviteur!) qui supporte de moins en moins bien de n'avoir guère que le reboot (ou le script de redémarrage des services, fait à la main avec le formateur, lequel n'avait l'air que modérément au courant) pour répondre aux plantages.

        Et je rajoute le produit qu'on te vend "full-web" et qui en réalité nécessite :
        * Internet Explorer
        * l'acceptation d'un gros ActiveX bien vilain
        * qui tourne vachement moins bien quand l'utilisateur n'est pas admin du poste
        * et qui nécessite (mais ce peut être un autre produit, j'ai un trou à ce niveau) d'avoir une version précise (genre le XX de 1.6.XX) qui a plusieurs mois - années, depuis - de retard.

        Bref, autant dire que ça fini par ruer dans les brancards. Et que les gars nous ont promis :

        • une licence MS Office - une seule, pour les trois postes du service - pour pallier l'incompatibilité OOo/LO.
        • qu'ils venaient de réembaucher une quinzaine de gusses pour faire la fameuse "version 2.0" promise à l'achat, sous un autre nom et finalement pas compris dans le prix initial.

        On a eu la licence, ok. Bon, j'aurais été à la négo, j'aurais exigé au moins trois licences, voire une par poste client de la structure - ben oui, à aucun moment on ne leur a spécifié que les postes étaient nominatifs : le DF peut très bien travailler selon les disponibilités des ordis, même si c'est un peu tiré par les cheveux.

        Pour l'embauche, je me suis retenu très fort de hurler en réunion. Quand ton produit merde à ce point, remettre des développeurs tous neufs dessus est rarement efficace pour autre chose que rassurer le client (qui n'a jamais vu un cycle de développement de sa vie).

        Quant aux raisons invoquées pour justifier ce choix - sur lequel je n'ai pas eu mon mot à dire à l'époque, même si je ne m'étais pas privé quand même - c'était largement les délais, la garantie de compatibilité avec Visa et les "excellents" états de service de ces derniers.

        • [^] # Re: Incompréhension

          Posté par . Évalué à 7. Dernière modification le 20/04/16 à 00:52.

          on te vend "full-web"

          Ça a été le plus grand foutage de gueule pour te faire passer racheter obligatoirement la nouvelle version.

          Vers 2009, de nouveaux éditeurs ont mis en avant le fait que leur soft fonctionne simplement avec le navigateur. Puis ça a été une course pour les vieux de la vieille à celui qui allait sortir sa version web. Et là, on a eu droit aux 2 cas d'écoles en matière de gestion de projet :

          1. Ceux qui en avaient une grosse et qui ont réussi une réécriture from scratch en web en moins de 2 ans (j'en connais 2 ou 3 pas plus).
          2. Le reste, 90% d'éjaculateurs précoces, s'est vautré. Toujours la même technique : le bon vieux contrôle ActiveX qui lance l'ancienne appli en client/serveur. "On vous livre l'application fullweb, module par module".

          On est passé d'une appli lourde qui satisfaisait tout le monde, à un monstre en fullweb qui faisait chier tout le monde. J'ai repris de volé quelques commerciaux lors des démos quand ils parlaient de fullweb.

          • [^] # Re: Incompréhension

            Posté par . Évalué à 5.

            On est passé d'une appli lourde qui satisfaisait tout le monde, à un monstre en fullweb qui faisait chier tout le monde. J'ai repris de volé quelques commerciaux lors des démos quand ils parlaient de fullweb.

            Veinard. Moi j'étais subalterne à l'époque, et je n'avais plus le droit. Ça mettait les commerciaux de mauvaise humeur pour négocier après, qu'il paraît.

  • # LOL

    Posté par . Évalué à 4.

    il a arrêté l'ERP Produflex

    Ce nom…
    Il était pas assez "flex" ?

    • [^] # Re: LOL

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Adobe_Flex est une technologie que Adobe a enterré dans le cimetière de la fondation apache, aux côtés de OpenOffice (même si certains ne connaissent pas encore LibreOffice o_O).

      Du client lourd, une survivance de flash, même adobe l'abandonne… en 2017 il n'y aura plus de contrat de support et non reconduction, dommage pour ceux ayant choisi cette techno novatrice en 2007 (greffon inside, pourrie, non multiplateforme, malgré l'apparence… comme java : « develop once, test everywhere »)

      Je ne commenterai pas le rapport entre flex et son adaptation au monde du travail, par souci de prétérition.

  • # comparaison libre/privé

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je travaille depuis 1999 sur un logiciel ERP privé nommé Agresso. Le produit est bon, il a des qualités vraiment utiles et des défauts acceptables.
    J'ai essayé de basculer sur un ERP libre en 2008. J'ai évalué à l'époque OpenERP et ERP5. J'ai fait venir un formateur ERP5 à notre bureau pour avoir un point de départ.
    On a abandonné suite à la formation.
    Pas assez de documentation, société trop petite pour réussir à percer chez les clients.
    Et toutes les fonctionnalités nécessaires n'étaient pas disponibles.

    Sur mes implantations, on est à plus de 90% de standard, on paramètre les choix fonctionnels et la majorité du travail repose sur la conduite du changement, les migrations de données et la mise en place des workflows. Du coup chaque année on progresse non pas sur le développement mais sur la compétence fonctionnelle et d'organisation.

    Il y a pour moi plusieurs éléments qui entravent la montée du libre sur ce segment. L'absence de volonté d'investissement de la part du public. Il serait plus pertinent de faire des appels d'offres pour améliorer un ERP libre et mettre en concurrence les entreprises locale pour cela que de faire des appels d'offre pour avoir des produits. J'ai vu qu'il y a un précédent sur libreoffice à Nantes justement sur ce sujet.

    Mais surtout une force connue commerciale habituelle. Une force qui pourrait rendre le besoin d'aide du gouvernement un bonus au lieu d'une nécessité.

    Il serait nécessaire d'avoir un poids financier important. Je ne sais pas si il existe par exemple des association économiques autour des ERP libres. Mais si il y avait un GIE autour d'un ERP il pourrait remplir la fonction de répondre aux appels d'offres, assurer un pool de consultants, témoigner d'un chiffre d'affaire consolidé suffisant et gérer les certifications et les formations. Il pourrait donc attaquer les mêmes marchés que les boites privées avec les mêmes armes sans attendre un coup de pouce de l'état.
    Il serait aussi moteur des futures évolutions du produit et définirait la roadmap qui rend le produit commercialisable au mieux.
    Il pourrait faire du lobbing auprès de l'administration pour par exemple permettre aux PME d'avoir un avantage fiscal sur la mise en place du produit qualifié "écologique".

    J'ai donné des conférences sur le libre au Maroc, j'avais souvent un mec super sympa en face de moi, "évangelisateur Microsoft". Qui venait parler de la liberté offerte par Microsoft dans les journées linux des universités. Il était comme le gars qui défend le cloppe dans le film "Thank you for smoking".
    Le GIE devrait aussi avoir un gars comme ça qui va prêcher la bonne parole.
    C'était très dur de passer derrière lui parce qu'il avait un discours d'embrouille très bien rôdé, qu'il ne respectait pas la durée et saturait le public.

    Dans ces conditions, les défauts de l'outil ne seraient plus un problème, on ferait comme MS, on parlerait d'autre chose, on parlerait du client par exemple.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.