Journal La tragédie électronique, c'est maintenant.

28
20
mai
2014

Arte est le dernier rempart du monde audio-visuelle à proposer des documentaires dignes d'intérêts. Ce soir à 20h50, il y a un documentaire sur la tragédie électronique de Cosima Dannoritzer (France - Espagne, 2014, 86 min.)

Le précédent documentaire de Cosima Dannoritzer, Prêt à jeter, diffusé par ARTE en 2011, se terminait près d'une décharge sauvage et tristement célèbre, à Agbogbloshie, dans la banlieue d’Accra, la capitale du Ghana. Là, des enfants jouent et désossent des appareils électroniques hors d'usage environnés de fumées pestilentielles et toxiques. La nouvelle enquête de la réalisatrice allemande prend ce site pour point de départ, aiguillonnée par l'indignation de Mike Anane, journaliste ghanéen spécialisé dans l'environnement. Celui-ci veut savoir pourquoi son pays est devenu la poubelle des pays développés. Cette question va conduire la réalisatrice dans plusieurs pays d'Europe, en Asie et aux États-unis, champion de la pollution électronique, et dévoiler une chaîne de responsabilités et de complicités complexes.

On est sur un dossier Théma, alors on trouve également quelques vidéos intéressantes dans le liens. :

  • Le Mac irréparable : San Luis Obispo, États-Unis (2min)
  • Comment réparer un écran d'iPhone ? San Luis Obispo, États-Unis (2min)
  • Comment est née la directive européenne sur les déchets électroniques? Bruxelles, Belgique (7min)
  • La lutte pour une loi américaine sur les déchets électroniques : Washington D.C., États-Unis (3min)
  • Pour faire évoluer la situation au Ghana : Port de Tema, Ghana (2min)
  • Les dernières heures d'un réfrigérateur : Osorno, Espagne (2min)
  • Les dernières heures d'une télévision : El Pont de Vilomara, Espagne (2min)

Pour ceux qui souhaiterait jeter un œil à Prêt à jeter pour se remettre dans le bain, c'est terriblement intéressant et trouvable sur Youtube.

Ça me fait penser à ce que j'ai vu hier avec je suis tombé sur une vidéo avec David Tennant - Le docteur en Sierra Leonne et avec une queue de cheval. La nimage. (SFW)

  • # En parlant de tragédie électronique

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Erreur
    Cette vidéo n'est pas disponible dans votre pays.

    Maudit blocage géographique de marde…

  • # J'aime pas la télé, arte compris

    Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 20/05/14 à 23:27.

    Cette chaine fait pas mal dans le sensationnel jusqu'à faire de la désinformation.

    Rien que le titre "tragédie" hum…

    Comme cette histoire sur les ampoules soi disant faites exprès pour tenir 1000h alors qu'il s'agit d'un optimisation lumière donnée/durée de vie.

    Et pas que sur ce sujet. http://www.imposteurs.org/article-au-secours-mmr-revient-54198477.html

    Toujours rester critique.

    Exemple on a pas arrêté de taper sur samsung et leurs condo.

    J'ai deux dalles de la période qui sont connues pour avoir ce problème et elles ont passé 20 000 heures sans soucis.

    Quand j'en vois dire que samsung mettait des condensateurs 2000h je pouffe(ça peut aussi être une mauvaise compréhension de la personne qui a dit ça (exemple 2000h à 95 degrés).

    • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

      Posté par . Évalué à 9.

      Je ne peux qu'être d'accord.
      Faut voir que la seule façon de garantir qu'un appareil va tomber en panne, c'est d'y mettre une horloge et une "bombe" (fusible ou autre) et du coup ça coûte plus cher.

      Ce qui se passe en pratique à la conception, c'est que le cahier des charges comprend des clauses genre "durée de vie minimale: 1000h". Ça veut dire que tous les tests sont faits autour de cette durée 1000h, qui est généralement traduite par un test avec mise sous température élevée bien plus court, ou un cycle chaud-froid. Des tables existent pour convertir durée de vie et test "dur".

      Avant de lancer la prod, on prend un échantillon représentatif de la production, on le passe dans les fours, et si tous les échantillons marchent encore après, et bien c'est bon: la qualif est passée, on peut lancer la production. Ensuite, on fait de l'échantillonnage: on envoie quelques pièces se faire tester la durée de vie pour vérifier que c'est stable.

      Après, on dit que "oui mais tel composant va péter, c'est sûr". Ah ben oui, alors on en met un mieux un chouïa plus cher. Et puis le constructeur refait ses courbes, et se rend compte que finalement, on est passé de 1000h et 1010h, parce qu'il y a un autre truc qui va péter à chaque fois. Bon, on le remplace, et c'est un chouïa plus cher. On arrive à 1020.

      Quand on arrive enfin à 2000h garanties, le département marketing t'appelle pour te dire que les gens n'achètent pas un truc plus cher qui tient plus longtemps. Ils préfèrent acheter un truc moins cher même s'il peut péter rapidement.
      Alors le marché a décidé qu'il valait mieux y aller au minimum syndical.

      Et maintenant qu'ils sont au minimum syndical, on va leur demander une plus grosse durée de vie… ah oui mais pas plus cher, sinon on va acheter ailleurs!

      • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

        Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 21/05/14 à 01:19.

        Et oui le prix est généralement l'indice de qualité, on a ce qu'on paie.

        Enfin pas toujours, il y a des marques spécialisées sur un marché juteux où l'on paie beaucoup plus cher pour avoir moins bien qu'un produit correct largement moins cher.

        En général ces marques mettent plus de fric dans leur marketing que dans leurs produits pour nous convaincre que c'est mieux.

        Un produit qui n'est garanti que 2 ans tout en étant assez cher comparé à ses concurrents, je dis méfiance.
        Quelqu'un qui a confiance en ses produits n'aura pas peur d'étendre la garantie au delà du minimum légal.

        • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

          Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 21/05/14 à 01:28.

          suite car mon commentaire est déjà verrouillé.

          La garantie de 2 ou 3ans sur certains types de produits me fait aussi fortement sourire !

          Par exemple on sait très bien qu'un gauffrier et d'autres types d'appareil de chauffe tiendront des lustres…alors pourquoi certains se mouillent si peu…avec le minimum syndical en garantie.

          Ceci dit en rapport au déchets électronique il y a des gens qui ont l'art d'acheter 56machines en 10ans.

          On met bien une limite du nombre de déchets de certains types au parc à conteneurs(exemple, les pneus), pourquoi ne pas limiter le nombre d'achats possible d'un certain type à usage personnel ? Peut-être que cela inciterait certains à arrêté de traiter leur matos comme des punching ball.

          Il y en a qui ont aussi pour un seul pc 36 claviers et souris(j'en connais déjà deux).
          Ils en changent quand l'un leur déplait…après ça traine dans un tiroir ou ça part à la poubelle, que sais je.

      • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

        Posté par . Évalué à 2.

        J'ai un contre-exemple qui me vient clairement à l'esprit : Apple.

        Lorsqu'Apple décide que la batterie ne soit pas changeable, je doute fortement que ça soit pour proposer des produits moins cher, vu le taux de marge su ces matériel (de l'ordre de 70% sur les iPhone je crois).

        Le but premier est bien d'augmenter les profits et non baisser le coût de production, qui est la thèse du documentaire.

        De même pour l'ampoule, ton explication est probablement valable, mais aujourd'hui nous avons les documents qui prouvent que ces 1 000 heures ont été inventés non à cause de contrainte d'ingénierie, mais pour augmenter les profits de quelques sociétés privés.

        • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          pour l'ampoule (…), mais aujourd'hui nous avons les documents

          Je connais ceux sur le plomb dans l'essence (référencés dans L'Histoire secrête du plomb, publié chez Allia), mais pas ceux sur l'ampoule. As-tu des références ?

          "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

          • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            C’était justement dans le précédent documentaire sur l’Obsolescence programmée, passé sur Arte. Il montrait des lettres des compagnies de fabrication et des réunions où ils tombaient d’accord sur le nombre d’heures de fonctionnement. Je crois que ce reportage est dispo sur YouTube ou les trackers bien renseignés.

            • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Le lien est même dans le journal. ;)
              Prêt à jeter - Youtube

              La réalité, c'est ce qui continue d'exister quand on cesse d'y croire - Philip K. Dick

            • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

              Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 21/05/14 à 15:24.

              Sauf que ce que dis arte est contraire à la conclusion de l'enquête et les preuves trouvées.

              Bref quand je parle de désinformation de la part de cette chaine c'est bien de ça que je parle.

              Faire du populisme(ouh le complot des grands méchants industriels !) là où il n'y en a pas.

              • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                Posté par . Évalué à 2.

                Effectivement, j'ai bêtement fait confiance à Arte… Apparemment le cartel Phoebus. a bien été condamné pour entente des prix, mais pas sur l'obsolescence programmée, par faute de preuve.

                Mais cette condamnation montre tout de même que le profit est bien le moteur principal de ces entreprises ;-)

                • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                  Posté par . Évalué à 2.

                  l'affaire n'est pas très clair :
                  – d'un côté le documentaire affiche un système qui clairement favorise l'obsolescence programmé, avec système d'amende, etc. suite à des travaux d'un journaliste allemand dans les archives de Phoebus.
                  – d'un autre côté, apparemment le cartel a été condamné pour entente sur les prix, mais pas sur l'obsolescence programmé, par faute de preuves.

        • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

          Posté par . Évalué à 0.

          Lorsqu'Apple décide que la batterie ne soit pas changeable, je doute fortement que ça soit pour proposer des produits moins cher, vu le taux de marge su ces matériel (de l'ordre de 70% sur les iPhone je crois).

          Le but premier est bien d'augmenter les profits et non baisser le coût de production, qui est la thèse du documentaire.

          Non, la batterie d'un mac n'est pas changeable parce qu'il n'y a une batterie mais des bouts de batterie éparpillés dans le boitier (http://b2b.cbsimg.net/gallery/6291551-620-413.jpg). Le but premier est d'avoir un ordinateur très fin et très solide.

          Idem pour les téléphones : un iphone ou un nexus 5 est en un seul bloc, ne couine pas ou ne craque pas quand on appuie dessus.

          • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

            Posté par . Évalué à 2.

            Le but premier est d'avoir un ordinateur très fin et très solide.

            C'est une question de point de vue, mais le nœud de l'histoire est là. Pour moi le but premier est de faire du profit, un ordinateur fin, solide n'est que le moyen d'y parvenir. Dans cette vision le fait d'avoir un matériel non réparable est donc un atout, puisque ça pousse à la consommation.

            Si le but premier était d'avoir un produit techniquement bon alors avoir un matériel réparable, durable serait considéré comme un atout.

            Cette vision est importante, car dans un cas ou l'autre la pression sur les concepteurs serait très différentes : dans le premier cas on va pousser les ingénieurs à utiliser des techniques fragiles, qui ne durent pas. Dans le deuxième cas ça sera l'inverse.

            Dans prêt à jeter on voit que dans bien des cas, c'est la première vision qui l'emporte, et depuis longtemps ! Enfin dans un monde « jetable » on peut supposer qu'il sera plus difficile pour les ingénieurs de concevoir du matériel durable : business model pas adapté, pièces fiables difficile à trouver, etc.

            • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              les ingénieurs à utiliser des techniques fragiles, qui ne durent pas.

              On pousse les ingénieurs à utiliser des techniques fragiles pour faire des ordinateurs solides ? Il y a une partie du raisonnement qui m'échappe.

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

              • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                Posté par . Évalué à 2.

                Premier cas :

                Dans cette vision le fait d'avoir un matériel non réparable est donc un atout, puisque ça pousse à la consommation.

                Dans ce cas, les ingénieurs serons probablement poussés à utiliser des techniques fragiles.

                • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                  Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                  Pas forcément.
                  En général, ça se passe plutôt comme ça :

                  • Les commerciaux font une étude de marché ou discutent d'un contrat avec un client pour vendre un produit
                  • Une fois le besoin évalué, ils évaluent le coût un peu à l'arrache (car pour vendre il faut être peu cher), ils pondent un document sur vite fait ce que doit faire le produit dont la durée de vie, l'utilisation que veut en faire le client (ou les clients que l'on cherche), évaluation des délais à l'arrache pour la campagne marketing, la distribution et tout, etc.
                  • Le bébé est retransmis à un chef de projet, qui dès le départ va prêter un câble car le commercial a vendu du rêve pour un prix trop bas et des délais trop faibles
                  • Ça négocie entre les différentes sections
                  • Pendant ce temps un CDC et cahier fonctionnel est pondu avec des compromis de partout intenables
                  • L'équipe fait un truc, mais les délais et les coûts étant ce qu'ils sont, les tests de QA sont sommaires quand ils sont là, le design du produit a été fait sur un coin de table dans un restaurant chinois lors d'une nuit blanche
                  • La campagne com et la distribution étant fixée et que tout est bien planifiée, le produit parfois sort en retard pour qualité trop basse ou non respect du besoin mais parfois ça sort. Ce n'est pas grave, les correctifs de certains bogues seront dans les mises à jour ultérieurs que personne ne trouvera.
                  • Et voilà que les clients achètent un produit en apparence top mais qui pour son prix bah vaut ce qu'il vaut dans le temps…

                  Dans l'industrie le schéma que j'ai cité (qui n'est pas forcément une exagération) est plus courant que le coup du complot communiste d'extrême droite pour rendre le produit non fiable afin d'avoir un achat par renouvellement élevé. Ça peut arriver bien entendu, mais quand tu vois comment les projets industriels sont menés parfois tu es déjà content de voir que la plupart des produits arrivent à tenir le temps de la garantie sans difficulté…

                  • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Mais ce fonctionnement induit une certaine obsolèscence ! C'est bien ce schéma qui est responsable de l'obsolescence : pour tourner, il faut du nouveau. Pour que les gens achètent nouveau, l'obsolescence programmée est un outil, tout comme l'achat compulsif

                    Plutôt que de réinventer sans cesse de nouveau produit, avec des délais impossibles, on pourrait imaginer se baser sur l'évolution du même produit. Ainsi les techniques de production, de construction pourraient évoluer beaucoup plus tranquillement, en allant vers une fiabilisation du produit.

                    Mais comme c'est dit dans le documentaire, c'est probablement incompatible avec l'économie de marché…

                    • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                      Mais ce fonctionnement induit une certaine obsolèscence !

                      Où ça ?
                      Le produit à durée de vie illimité ça n'existe pas, et la durée de vie est un coût non négligeable.
                      Donc oui on réduit la durée de vie en abaissant le prix de vente, c'est normal, tu ne peux pas faire autrement.

                      C'est bien ce schéma qui est responsable de l'obsolescence : pour tourner, il faut du nouveau.

                      Mon schéma n'inclus pas le facteur de renouveau. Ou alors tu m'expliques l'endroit.

                      Plutôt que de réinventer sans cesse de nouveau produit, avec des délais impossibles, on pourrait imaginer se baser sur l'évolution du même produit.

                      Développer un produit ça coût cher et c'est un risque. Si tu veux un produit parfait, il te faudra du temps pour avoir une bonne conception, pour avoir de bons tests et une amélioration continue du produit avec les bonnes fonctionnalités qui vont bien.

                      Pendant ce temps là, il faut payer le matériel, il faut payer les locaux, les gens et tout. Tu ne peux pas te lancer dans un projet sur 20 ans avant de le sortir car tu n'auras jamais les fonds pour le faire. Puis en 20 ans il est fort possible que la technologie, les besoins et usages changent ce qui rend ton produit obsolète dès sa sortie car dépassé.

                      Tu imagines sortir aujourd'hui un Intel 8086 sans bogue et avec 100 ans de durée de vie ? Ça ne fonctionnera jamais, sauf pour certains besoins très précis (mais qui auront globalement un truc satisfaisant entre temps).

                      L'avantage aussi de sortir régulièrement des produits c'est de tester l'attente du public, voir ce qui fonctionne ou pas, comment améliorer, tester petit à petit les progrès techniques du secteur, etc. Et le modèle de l'année précédente permet de financer le développement du prochain.

                      en allant vers une fiabilisation du produit.
                      Mais comme c'est dit dans le documentaire, c'est probablement incompatible avec l'économie de marché…

                      Je pense, honnêtement, que le système capitaliste n'a rien à voir avec le résultat actuel.
                      Le problème est qu'aujourd'hui le facteur d'achat primaire est globalement le prix, les fonctions ou la qualité passe souvent au second plan. Le consommateur ne raisonne pas assez sur le long terme au niveau du coût du produit car en effet un produit plus fiable peut être à la longue plus intéressant.

                      Mais la qualité existe, parce qu'il y a des besoins. Globalement les engins militaires et spatiaux ont une bonne conception et une bonne fiabilité car c'est pour eux plus important que le prix (quand tu vois le coût de lancement d'un satellite, tu es prêt à mettre plus pour éviter qu'elle tombe en panne là haut).

                      Le système capitaliste favorise le développement des entreprises qui s'adaptent aux attentes du marché et aux clients pour vendre et prospérer. Si pour le client le prix compte plus que le reste, le prix sera bas mais la qualité aussi. C'est mécanique. Si le consommateur privilégie des produits mieux conçus (et globalement tu en as partout des entreprises qui font de la qualité) alors les entreprises qui font du design low-costs couleront et feront plus de qualité.

                      Le consommateur a le pouvoir, certaines entreprises vivent car le consommateur (du moins, une niche) est prêt à mettre plus d'argent pour de la qualité et un bas coût sur le long terme mais tant que la majorité ne raisonnera pas ainsi on ne sortira pas de ce schéma.

                      • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                        Posté par . Évalué à 6.

                        Le problème est qu'aujourd'hui le facteur d'achat primaire est globalement le prix,

                        Oui, mais pas seulement. Le consommateur n'est pas non plus un gros blaireau, et il est au courant que la technologie évolue. Regarde les machines à laver, on pourrait penser qu'elles se valent toutes depuis 30 ans, or on a connu récemment d'énormes évolutions en terme de consommation d'eau et d'électricité. Du coup, acheter une machine pas cher tous les 5 ans pourrait tout à fait être un comportement rationnel; ta machine qui dure 15 ans, tu l'auras payée cher (peut-être pas loin de 3 fois la machine qui dure 5 ans…), et en plus elle te ruinera en électricité. Et ça, ça ne prend même pas en compte la déflation sur les produits technologiques. D'ici 5 ans, avec la somme que tu auras économisée et placée sur ton livret A, tu vas pouvoir t'offrir un truc beaucoup mieux.

                        Il y a aussi un facteur très important, c'est que tout être humain normalement constitué (en fait, tout organisme vivant, et ce, pour des raisons tout à fait cohérentes) est "risk-adverse". Or, la proximité entre la date de fin de la garantie et la date de mise à la poubelle est un facteur de stabilité. Un appareil de bonne qualité, tu peux le garder 10 ans, 15 ans, ou 20 ans. Mais s'il coute 3 fois plus cher qu'un appareil garanti 2 ans que tu comptes garder entre 4 et 6 ans, ton investissement, logiquement, devrait aller vers le plus prévisible.

                        • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          Le consommateur n'est bien sûr pas qu'un blaireau, et je te pertinente sur le fond de ton argumentation. Mais note que cela n'est pas toujours valable et applicable ce qui signifie que le comportement pourrait être ajusté également.

            • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

              Posté par . Évalué à 1.

              Tu sais quoi, tu me fais penser à un cas tout-à-fait réél:
              Les ventes des Tesla S (oui, la voiture électrique de luxe). Et on voit que le mec a tout compris.

              Les Tesla S sont garanties 8ans, y compris la batterie, kilométrage illimité, et recharges gratuites sur les bornes rapides de la marque.
              Elles coûtent aussi affreusement cher, et voilà pourquoi ça marche: fais ton calcul avec l'essence et l'entretien de ta voiture sur 8ans. Si tu es un gros rouleur, suivant ton cas, elle sera finalement l'une des voitures les moins chères du marché!!

              On ne peut pas réduire le prix d'une voiture électrique même merdique à cause du coût de la batterie. Du coup, Tesla fait un produit de haute qualité, de luxe, et ça marche.

              Pour tout le reste, on sait faire de la merde à bas coût, du coup, le marché de volume est là, tout en bas.
              Aucune entreprise (ou presque) ne demande à ses ingénieurs d'utiliser des matériaux de merde. Aucune entreprise ou presque ne demande à ses ingénieurs de faire en sorte que tout tombe en ruine après un petit moment.

              Par contre, présente un produit bien ficelé, durable et solide, et voilà ce qui va t'arriver:
              Ton produit coûte 2x plus cher que le truc de merde à côté, et les études marketing démontreront que les ventes seront catastrophiques.
              Ce n'est pas le rôle des entreprises de préférer la qualité à la merde si les consommateurs préfèrent acheter de la merde!

          • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Idem pour les téléphones : un iphone ou un nexus 5 est en un seul bloc, ne couine pas ou ne craque pas quand on appuie dessus.

            Un peu comme les anciens Nokia quoi, sauf que eux étaient bel et bien en plusieurs morceaux.

            Opera le fait depuis 10 ans.

        • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

          Posté par . Évalué à 0.

          Apple a arrete les batteries remplacable par le commun des mortels (oui, ca se change une batterie d'iphone, c'est juste tres chiant a faire) parce que:
          - personne ne change sa batterie en pratique, a plus forte raison si la batterie est de bonne qualite a la base et ne canne pas au bout de 6 mois
          - partant de la, un design "dur a changer" permet d'a la fois faire un design plus robuste et compact, et donc de gagner de la place ailleurs/rendre le telephone plus petit, tout en etant moins cher a produire (moins d'ingenierie et cout de production plus faible)
          - ce qui a l'effet de bord d'augmenter la marge a prix de vente fixe.
          Idem pour les macbook.
          Dit autrement, c'est un tres bon exemple du "think different".

          Si ya bien un truc qui differencie apple du reste des constructeurs, sorti de la philosophie intransigeante sur le design, c'est comment apple maitrise la chaine de production et les couts associes.
          La ou tout le monde se perd en customization a la con et perd son temps a decliner 150 modeles, apple se concentre sur tres peu de produits a la fois - laptop, desktop, tablette, telephone, avec 2 variante max par produit. Ils ont optimise l'overhead de design/production avec brio, et c'est ca qui leur permet de bouffer la plupart des benefs de l'industrie.

          Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

          • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

            Posté par . Évalué à 4.

            c'est comment apple maitrise la chaine de production et les couts associes.

            Non, ce ne sont pas les seuls à faire travailler des enfants en milieu polluant sans protection. Apple, ils n'ont rien inventé, même pas dans la production.

        • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

          Posté par . Évalué à 2.

          NON justement l'enquête qui a été faite sur ça prouve le contraire de ce que tu dis(les ampoules)

          C'est Arte qui a inventé que c'était pour le profit alors que la conclusion de l'enquête n'est pas du tout celle la !

        • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

          Posté par . Évalué à 5.

          Lorsqu'Apple décide que la batterie ne soit pas changeable, je doute fortement que ça soit pour proposer des produits moins cher, vu le taux de marge su ces matériel (de l'ordre de 70% sur les iPhone je crois).

          Le but d'Apple dans la vie c'est pas d'arnaquer les gens, c'est de gagner de l'argent. Arnaquer les gens est un moyen d'y arriver, certes, mais pas une fin en soi. (Je ne dis pas qu'ils arnaquent les gens. Je garde mon opinion sur le sujet pour moi)

          En l'occurrence, réduire ses coûts de production sans baisse de prix fait gagner plus d'argent, donc ça c'est bien.

          Quand on enlève la batterie interchangeable, on se passe d'un connecteur, on peut faire un téléphone plus fin, on peut le rendre plus résistant à l'humidité (ben oui, un connecteur soudé, je peux y mettre une epoxy dessus pour empêcher la flotte d'y aller, tandis qu'un simple connecteur, la moindre goutte et pschitt!).

          mais aujourd'hui nous avons les documents qui prouvent que ces 1 000 heures ont été inventés non à cause de contrainte d'ingénierie, mais pour augmenter les profits de quelques sociétés privés.

          Attends, voir, quand un organisme décide que la prochaine norme wifi aura une portée de 20m, c'est pour vendre plus de relais, ou c'est pour faire un standard commun et faisable pour tous les gens autour de la table?

          1000h, ça peut être le standard de fait. "Les gars, faisons de la merde, mais tous pareil, faut qu'il y ait une limite, sinon c'est la course à la plus grosse merde et on va tous y perdre. On dit 1000h?"

      • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

        Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 21/05/14 à 09:28.

        Faut voir que la seule façon de garantir qu'un appareil va tomber en panne, c'est d'y mettre une horloge et une "bombe" (fusible ou autre) et du coup ça coûte plus cher.

        Il y a des astuces. Démonte une imprimante jet d'encre tu vas voir (ou bien procure-toi la notice pour les réparateurs agréés — c'est un document confidentiel mais on en trouve sur le net). Une marque très connue utilise 3 astuces :

        1. un réservoir pour stocker l'encre de nettoyage des têtes : lorsqu'il est plein, ça ne marche plus ;
        2. un disque enregistreur magnétique monté sur le rouleau d'entrainement du papier, qui sert de compteur (10 000 impressions ou 36 mois d'utilisation) ;
        3. un pcb qui décrête la panne générale si le scanner ou l'imprimante ou le lecteur de cartes tombent en panne.

        La notice de réparation — confidentielle — l'indique expressément.


        Commentaire modifié pour mettre "ou" en gras.

        "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

        • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Tu les trouve comment tes notices de réparations ? Quand mon imprimante m'a lachée, j'ai recherché, j'ai pas trouvé…

          • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Cherche dans les nombreux dépots pdf illégaux.
            J'ai égaré cette notice, malheureusement. C'est bien dommage parce qu'il y a un mot-clef (dans la notice) qui permet de les trouver plus facilement.

            "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

        • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Ce que tu cites est vrai et c'est déplorable, cependant dans le documentaire Arte sur le sujet, sur l'obsolescence programmée qui nous a donné une belle période où mauvaise conception = obsolescence programmée alors que c'est faux dans la plupart des cas notamment dans le documentaire présenté.

          Le cas de HP, si je ne me trompe pas de marque, est déplorable et devrait faire l'objet d'une mesure législative pour sanctionner un tel sabotage volontaire.
          Après le fait d'avoir une conception pourrie car le dessin du circuit ou du produit a été fait en 3 jours en Chine pour avoir un truc qui marche au moins X heures est indépendant d'une volonté réelle de sabotage, mais résulte d'une contrainte rapport coût/temps.

          Sans compter que parfois les évidences ne sont pas si évidents que ça, le coup des condensateurs de Samsung en sont un exemple, placer les composants proprement sur un circuit est difficile tellement il y a de paramètre (rayonnement électromagnétique, taille des pistes, nombre de couches dans la carte mère disponible souvent faible, la chaleur générée par les composants à proximité, la place disponible pour le caser dans le boîtier, etc.) et il est difficile de trouver un emplacement idéal où il n'y a aucune merde. Si on déplace ça peut donc foutre la merde ailleurs (abîmer un autre composant, perturber le bon fonctionnement global du circuit) sans nécessiter un design totalement nouveau !

          • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

            Posté par . Évalué à 4.

            devrait faire l'objet d'une mesure législative pour sanctionner un tel sabotage volontaire.

            C'est râgeant, mais je doute que les députés puissent être plus malins que les saboteurs. Ils feront juste en sorte que ça ne se voie pas, ou ils prétexteront des raisons de sécurité. Tu comprends, après 10000 impressions, tu as le ressort du bitonio du rouleau d'entrainement des engrenages de la pompe à encre qui a 0.01% de chances de sauter à la tronche du mec qui ouvre le capot la tête en bas, alors il vaut mieux mettre la machine en panne…

            À mon avis, il serait beaucoup plus efficace d'imposer la réparation du matériel avec une grille tarifaire donnée en %age du prix de vente, avec en pénalité un remplacement à neuf. Mais on ne s'engage pas dans cette voie, malheureusement ; même les bagnoles sont jetables, maintenant.

            • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Ici le sabotage est clairement visible et injustifié, c'est typiquement un vice caché qui trompe le consommateur sur la nature réelle du produit. Cela doit être sanctionné directement.
              Mais en effet, pour éviter des techniques plus discrètes, il suffit d'imposer des règles sur la durée de garantie et autres prises en charge de réparation de la part du constructeur dans certaines conditions.

              Note qu'en plus je ne comprends pas la politique de HP sur les imprimantes, ce qui rapporte des sous n'est pas l'imprimante (qui a une marge ridicule) mais les cartouches, donc pourquoi saboter l'imprimante ? C'est limite dangereux pour eux…

              • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Pour renouveler les cartouches ?

                NB : dans le cas cité plus haut, ce n'était pas HP.

                "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

                • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Dans ce cas là tu poses une limitation au niveau des cartouches.
                  Ce qui est possible car de nombreuses cartouches ont des éléments électroniques pour connaître le niveau, l'utilisation qui en été faite, etc.

                  • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    Non, ce qu'il veut dire, c'est de renouveler les modèles de cartouche, sans doute pour pouvoir introduire plus d’éléments qui empêchent aux concurrents de produire des modèles de cartouches compatibles.

                    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

          Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 22/05/14 à 08:57.

          un réservoir pour stocker l'encre de nettoyage des têtes : lorsqu'il est plein, ça ne marche plus ;

          Je dirais que c'est normal ça. Si ça déborde, ça peut en mettre partout, salir la table où elle est posée, endommager des composants à l'intérieur ou que sais-je. Non ? Je préfère que l'imprimante s’arrête plutôt que de me flinguer tout à l'interieur (et donc pour le coup, de m'obliger à la jeter), de tout dégueulasser, ou de risquer d'empoisonner un petit môme qui aura mis ses doigts dans des gouttes d'encre ressorties de l'imprimante (les jeunes enfants aiment bien tout gouter…).

          Et je pense qu'on peut aussi trouver des raisons techniques pour les deux autres cas que tu cites (mais je ne m'y connais pas assez en technologie d'imprimante :-) )

          Donc, oui, cette notice de réparation liste ces cas de non-fonctionnement : c'est normal pour une notice de réparation. Non ? Ça permet au réparateur de trouver les origines de la panne général. Il sait qu'il faut qu'il vérifie le réservoir, le disque enregistreur magnétique etc..

          Après, si c'est un document "confidentiel", je dirais que c'est pour éviter que les clients s'affolent, et croient à tord qu'il y a tout ça pour faire de l'obsolescence programmée. (et ton commentaire est probablement un exemple concret de ce qu'ils veulent éviter ;-) )

          • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            La notice est explicite : c'est conçu pour s'arrêter de fonctionner après un nombre déterminé d'impressions ou d'heures de fonctionnement, le premier qui tombe ; c'est conçu pour avoir une panne générale non-réparable en cas de pépin avec la partie scanner ou lecteur de carte ; etc.

            Concernant le réservoir, d'abord il y a d'autres sytèmes comme les tampons de feutres dans le fond de l'imprimante (Epson le fait), ensuite ce réservoir n'est pas fait pour être vidé par l'utilisateur (trappe d'accès, etc.) et il est tout petit alors qu'il y a de la place autour.

            Enfin à 45 ans j'ai assez d'expérience et de technique dans les pattes pour me rendre compte que dans ce cas là il s'agit d'une volonté délibérée d'obsolescence. Je t'accorde que d'autres cas relève plutôt de la volonté d'avoir un produit qui fonctionne comme prévu et qu'on a tendance à crier au loup un peu vite — reste que le concept d'un produit qui fonctionne comme prévu pourrait tout de même relever de l'obsolescence programmée : par exemple pour ne pas emmerder le service support avec des clients qui râlent sur un produit marchant sur 3 pattes on préfère mettre en panne totale.

            "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Ce qui se passe en pratique à la conception, c'est que le cahier des charges comprend des clauses genre "durée de vie minimale: 1000h".

        Je suis bien d'accord, on ne peut plus avoir un truc qui tombe en panne sans que quelqu'un parle de l'industriel qui l'a fait exprès. Cependant, il y a quelques cas avérés (notamment, les imprimantes comme expliqué plus haut).

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

      • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

        Posté par . Évalué à 3.

        Quand on arrive enfin à 2000h garanties, le département marketing t'appelle pour te dire que les gens n'achètent pas un truc plus cher qui tient plus longtemps.

        Le soucis, c'est que c'est impossible à savoir au moment de l'achat, puisqu'il faut attendre le retour sur plusieurs années pour certifier que le truc est vraiment solide à l'usage. Le seul repère pour le consommateur reste donc la marque, soit quelque chose de très flottant (il y a souvent plusieurs gammes qui ne disent pas toujours leurs noms) et facturé non pas tant par rapport au coût de fabrication qu'à ce que les gens sont prêts à débourser pour avoir un produit de tel modèle. Il va également sans dire que faire des économies sur le modèle Y succédant au très renommé modèle X peut générer un surplus de marge conséquent…

    • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

      Posté par . Évalué à 1.

      Pour ceux que l'obsolescence programmee interesse, je vous conseille de lire ce pdf fait par le centre europeen des consommateurs.

      • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Ce PDF montre bien le mélange entre la volonté de réduire la durée de vie et la volonté de réduire les coûts. L'exemple de la machine à laver le montre bien. C'est dit que c'est fait avec une cuve en plastique, plus fragile. Mais, c'est aussi moins coûteux à produire (donc un prix de vente plus bas) et plus léger (donc une classe énergétique plus élevée). Au final, il y a des raisons bien plus avantageuse pour le fabricant d'utiliser une cuve en plastique que de vouloir limité son temps d'utilisation.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

      • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

        Posté par . Évalué à 8.

        Ce PDF montre très bien que l'idée de regrouper toutes ces pratiques sous le terme d'obsolescence programmée est assez idiot. Je pense que la seule chose qui est moralement (et potentiellement) condamnable est l'effort délibéré (et coûteux) de faire en sorte de limiter la durée de vie d'un appareil dès sa conception, alors qu'il aurait été moins coûteux pour le fabriquant ou le consommateur de ne pas le faire.

        Le reste, ça n'est que des effets indésirables de notre économie capitaliste. Par exemple, l'obsolescence esthétique n'est pas de l'obsolescence programmée. Si tu changes tes fringues parce que tu ne les aimes plus, ça n'est pas parce que les anciens ont été sabotés par leur fabriquants. Pareil pour l'obsolescence écologique : si tu achètes une machine à laver A+++, ce n'est pas parce que l'ancienne a été volontairement sabotée pour consommer plus d'électricité. L'absence de compatibilité n'est pas non plus de l'obsolescence programmée : la compatibilité coûte cher, et il serait irrationnel de vendre des trucs compatibles avec d'anciennes technologies. Microsoft Office qui va bientôt demander des Téras de RAM si ça continue, ça n'est pas de l'obsolescence programmée : les ingénieurs de MS (jusqu'à preuve du contraire) ne font pas d'efforts de développement spécifiques pour augmenter artificiellement les besoins en mémoire. Bref, faire l'analogie entre la mauvaise qualité d'un produit et l'obsolesence programmée, c'est vraiment ne pas avoir compris le vrai problème.

        • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          l'obsolescence esthétique n'est pas de l'obsolescence programmée. Si tu changes tes fringues parce que tu ne les aimes plus

          1, jamais entendu parler des "diktats de la mode" ?
          2, le goût en matière esthétique est surtout culturel et imposé

          "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

          • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            1, jamais entendu parler des "diktats de la mode" ?

            Cela ne rend pas non fonctionnel les fringues que tu as acheté et qui sont démodés.

            2, le goût en matière esthétique est surtout culturel et imposé

            Bof bof, à part quelques trucs très génériques les goûts en terme de modes et tendances n'a rien de culturel mais c'est plus quelque chose basé sur le renouvellement.

            Globalement la mode sert à se démarquer, quand une tendance est trop répandue elle perd le côté attractive et c'est quelque chose d'autres qui va créer la nouvelle tendance laissant le reste sur le carreau. C'est plus lié au fait que les gens veulent se démarquer et se lassent d'avoir toujours la même apparence pour leur produit.

            Et ça se voit nettement, les gens changent régulièrement l'agencement ou la décoration de la maison sans pour autant respecter des critères de design, juste pour changer, c'est pareil pour les vêtements, pour les thèmes de nos systèmes préférés, etc.

            Personne n'impose rien, si ce n'est qu'un consensus en général se trouve rapidement sur ce qu'est la nouvelle tendance mais personne n'est obligé de les suivre et ça se vérifie sur le terrain.

            • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Personne n'impose rien, si ce n'est qu'un consensus en général se trouve rapidement sur ce qu'est la nouvelle tendance mais personne n'est obligé de les suivre et ça se vérifie sur le terrain.

              Et comme par hasard la nouvelle tendance est dans les magasins… sachant qu'il faut compter plusieurs mois (24 à 36 mois il y a 20 ans) entre le design et la mise en étalage, pour sortir des vêtements à la chaine. Sans être spécialiste du sujet (bien sûr !), je connais un peu grâce à plusieurs de mes petites copines qui étaient créatrices de mode (pour les chaînes, pour les grandes marques voire pour les couturiers).

              "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

              • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Une mode ça se crée, et tu noteras que de nombreux magasins ne suivent pas forcément les mêmes à l'échelle d'une ville.
                Les gens veulent changer d'apparence, les magasins leur proposent un truc différent et si ça leur va ils prennent.

                C'est rarement le consommateur de lui même qui va créer la ligne directrice de la mode, mais il n'y a rien de culturel dedans…
                Typiquement ici je trouve plein de magasins qui suivent une mode du fluo tandis que d'autres feront totalement autre chose. Il n'y a pas un consensus strict.

                • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  Personne n'a dit que la mode était unique. Elle s'adresse à des groupes d'individus. C'est pourquoi elle est plurielle. En outre je pense que tu te bouche les yeux devant les procédés de l'industrie.

                  Et je vais m'arrêter ici parce que ça tourne à la dispute de comptoir alors que la mode n'était qu'un exemple.

                  "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

          • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Dans le reportage précédent, il est également présenté le cas des bas en nylon pour la gente féminine qui à leur début étaient bien trop solide pour être rentable.

            Sur Wikipedia en autre.

            Mis sur le marché par DuPont dans les années 1940, le bas-nylon était si résistant que les ventes s'effondrèrent, faute de besoin de renouvellement. En modifiant la formulation (notamment en réduisant le dosage de certains additifs destinés à protéger le polymère des rayons UV), les bas se remirent à filer1, comme le dévoile le documentaire. Ce thème d'obsolescence industrielle est évoqué dans le film L'Homme au complet blanc.

            La réalité, c'est ce qui continue d'exister quand on cesse d'y croire - Philip K. Dick

          • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

            Posté par . Évalué à 8.

            1, jamais entendu parler des "diktats de la mode" ?
            2, le goût en matière esthétique est surtout culturel et imposé

            Tes anciennes fringues sont toujours portables? Donc ça n'est pas de l'obsolescence programmée.

            Évidemment que Renault va faire des pubs pour te montrer que la Clio 57 elle est vachement mieux que les autres bagnoles, y compris la Clio 56, et que Ariel micro-truc lave encore plus blanc que la lessive d'avant. En plus, c'est même peut-être vrai. C'est juste toi qui prend la décision de virer ton ancienne bagnole qui marche encore, ça n'a absolument rien à voir avec de l'obsolescence programmée. Tu voudrais quoi, que Apple fasse des pubs pour dire de ne pas acheter le nouvel iPhone parce que le premier était finalement vachement bien?

            Le problème avec les "infos" (pdf, documentaires, n'importe quoi) sur l'obsolescence programmée, c'est qu'elles viennent souvent d'un milieu activiste (disons, écolo-décroissant-anticapitaliste, voire limite technophobe sur certains sujets), et que du coup, on ne sait pas très bien ce qui est de l'info et ce qui est de l'idéologie politisée. Encore une fois, l'obsolescence programmée, c'est le sabotage d'un produit à sa conception pour réduire articifiellement sa durée de vie. Or, 95% à la louche des exemples cités ne sont pas des exemples d'obsolescence programmée. Comme vrai exemple, on a quoi? les ampoules électriques (il semble qu'il y ait des documents historiques pour l'attester), les bas nylon (sur quelles preuves), et éventuellement les imprimantes à compteur de pages. Et encore, pour les ampoules par exemple, il n'y a pas d'éléments indiquant le sabotage, on sait juste que les fabriquants se sont entendus pour ne pas mettre sur le marché des ampoules inusables ; on ne sait pas si les ampoules qui grillent ont nécessité un travail spécifique pour les rendre usables (si ça se trouve, elles sont juste de moins bonne qualité).

            Le "problème" avec la théorie du complot de l'obsolescence programmée, c'est qu'elle tient mal face à l'idéologie libérale. Dans un contexte de concurrence idéale (libre et non-faussée, le blabla technocratique européen), une entreprise n'a absolument aucun intérêt à saboter ses produits : le sabotage a un coût, et il y a une perte en image de marque. Pour que l'OP devienne rationnelle, il faut soit être seul sur son marché, soit mettre en place des ententes anticoncurrentielles secrètes. Du coup, le dogme libéral européen répond au problème : s'il y a une concurrence libre et non-faussée, alors l'OP ne devrait pas exister (je ne dis pas que je trouve l'idée géniale, mais ça a le mérite d'être cohérent).

            Évidemment, le marché nous pousse vers la production de merdouilles jetables, qui ont un bilan écologique catastrophique, mais ça n'a rien à voir avec l'OP.

            • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Tes anciennes fringues sont toujours portables? Donc ça n'est pas de l'obsolescence programmée.

              Si. La définition de l'obsolescence programmée ne se limite plus au matériel obsolète. Le pdf que tu as lu, quoique contestable sur certains exemples, en donne les définitions reconnues. Tu peux trouver "idiot" d'englober autant de chose, mais le fait est que le concept a évolué. Le concept est défini par les gens qui travaillent dessus, et ils ont choisi de l'élargir.

              Si ça te choque, rappelle toi que les concepts en informatique sont définis par les informaticiens, pas par les pâtissiers.

              "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

        • [^] # Re: J'aime pas la télé, arte compris

          Posté par . Évalué à 5.

          « Si tu changes tes fringues parce que tu ne les aimes plus, ça n'est pas parce que les anciens ont été sabotés par leur fabriquants. »

          Ah bon ? Et alors les jeans qu'on vend déjà usés alors ? Certains sont même carrément déchirés à la sortie de l'usine ! Tu ne vas pas me faire croire qu'il y a des gens cons au point de vouloir que leur fringues soient déjà foutus au moment de les acheter, non ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.