Forum général.général Programmes GPL et JRE Oracle

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa.
Tags : aucun
0
15
mai
2014

Bonjour,

Je n'arrive pas à comprendre comment l'utilisation de programmes Java sous licence GPL (ex: jEdit) pourrait être permise avec la JVM d'Oracle (laissons de coté l'utilisation d'OpenJDK et GNU Classpath). En effet, si on utilise jEdit avec le JRE d'Oracle, le tout ne forme-t-il pas un travail dérivé (qui devra pouvoir être sous les termes de la GPL en cas de redistribution)?
Est-ce que ça ne revient pas à la même chose que de faire un plugin GPL pour un soft propriétaire quelconque?

  • # Dans un sens, pas dans l'autre

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Tu peux faire un plugin GPL pour un soft propriétaire quelconque. Tu ne peux pas faire un plugin propriétaire pour un soft GPL quelconque (sauf s'il est à toi).

    • [^] # Re: Dans un sens, pas dans l'autre

      Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 15/05/14 à 19:56.

      Tu ne peux pas faire un plugin propriétaire pour un soft GPL quelconque

      Et pourtant…
      Je te défie de me trouver une façon de m'attaquer si je fourni un module linux proprio (et que tu es un auteur du code GPL de Linux, seuls les auteurs peuvent attaquer), vu que je ne fourni aucunement ton code (oui, tu ne peux pas filer de plugin proprio dans un package contenant du code GPL, mais personne ne dit que tu dois filer dans le même package plugin et code GPL, tu peux filer le code GPL d'un coté, et le plugin proprio de l'autre).

      Pour te faire mentir, VirtualBox est GPL et télécharge à la volée le plugin USB qui est proprio, et la GPL ne peut rien faire contre ça, n'en déplaise aux anti-proprio.

      Tu peux faire un plugin GPL pour un soft propriétaire quelconque.

      Pareil que dans l'autre sens : tu peux filer le truc GPL seul comme le truc proprio seul, mais ne peut pas filer les deux en même temps dans le même package, quelque soit le sens.
      Ou si je n'ai pas bien compris, je te demande de m'expliquer en quoi la GPL empèche un sens et pas l'autre pour le même packaging (les deux ensemble).

      PS : pour répondre à la question du journal, c'est simple, le package de jEdit ne contient pas le JVM, donc aucun code d'Oracle n'est inclu, donc aucune chance de violer la license d'Oracle avec le logiciel sous GPL.
      "Before installing jEdit, make sure you have a compatible Java virtual machine;"
      On se fout donc complet de la licence de la JVM vu qu'on ne la distribue pas (ni l'auteur de jEdit, ni l'utilisateur qui installe les deux séparément). Rappel : la GPL parle de la distribution, et ici personne ne distribue jEdit+JVM ensemble, donc on se fout des limitations de la GPL dans ce cas, c'est pas plus compliqué que ça. la JVM serait GPL et jEdit proprio que ça serait pareil.
      Que de préjugés sur la GPL…

      • [^] # Re: Dans un sens, pas dans l'autre

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Merci beaucoup pour ta réponse.
        Ma recherche avec des mauvais mots clés (gpl java sun jre) n'avait rien donné, mais je suis ensuite tombé sur la FAQ de la GPL qui indique qu'il existe une exception pour les bibliothèques systèmes (qui ne devront pas être distribuées avec le logiciel). Elle donne l'exemple de la libc de Visual C++.
        Pour les plugins, leurs interprétations est que cela forme un seul programme. Mon interprétation est que la distribution séparée (et fictive) des parties GPL et proprio d'un programme ne serait qu'une manière déguisée de distribuer un tout (un peu comme les boîtes qui envoient leurs bénéfices dans des sociétés-écrans, et qui ensuite se font taper dessus par le fisc pour dissimulation), donc que ça ne respecterait pas la licence.

      • [^] # Re: Dans un sens, pas dans l'autre

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Je te défie de me trouver une façon de m'attaquer si je fourni un module linux proprio

        Ça dépend quelles symboles tu utilise. Ce n'est pas pour rien qu'il y a export() et export_gpl(), ces derniers ne pouvant être utilisé que par les modules sous licence GPL parce qu'ils sont considérés comme interagissant de manière trop importante avec le noyau pour ne pas être un travail dérivé. C'est pour cela que Nvidia a un module sous GPL qui serte de glue entre son pilote proprio et le noyau (et même ça, c'est critiqué mais il semble que personne ayant des droits sur le code en question n'ai envie de leur faire un procès).

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Dans un sens, pas dans l'autre

          Posté par (page perso) . Évalué à -2. Dernière modification le 17/05/14 à 09:25.

          Oh oui, un procès pour bien faire comprendre que la GPL interdit des choses comme on voudrait que ce soit interdit, et finir comme avec Free par un accord confidentiel pour ne pas se risquer à aller au bout de procès et avoir le résultat venant du droit…

          Ce qui est pratique quand on dit une chose mais qu'on évite le procès, c'est qu'on évite de demander à une personne tierce de confirmer qu'on a raison (ou pas).

      • [^] # Re: Dans un sens, pas dans l'autre

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Dans les cas où elle s'applique, la GPL interdit de se lier spécifiquement à un binaire GPL sans être GPL soi-même. Après, que le droit civil et commercial soit surtout une affaire de rapport de force et de trésorerie pour payer des avocats dilatoires, news at 11. Possible qu'on ait de bonnes nouvelles prochainement à ce sujet.

        • [^] # Re: Dans un sens, pas dans l'autre

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Dans les cas où elle s'applique, la GPL interdit de se lier spécifiquement à un binaire GPL sans être GPL soi-même.

          Je ne crois pas. D'après ce que je comprends, les restrictions s'appliquent au moment de la distribution. Si on ne redistribue pas (ou si l'usage est interne, comme au sein d'une même entreprise), pas de restrictions.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.