Forum général.général Question sur les licences des distributions (RedHat, Suse ...)

Posté par .
Tags : aucun
0
24
août
2004
Bonjour,


Bon, je suis desole, mais j'ai une question sur les licences et les droits appliqués par et sur les distributions. Je sais qu'un code GPL doit etre fourni avec ses sources et peut etre librement redistruable, moyennant finance ou non.

La est ma question : Qu'est qui dans une distribution, empeche la redistribution, payante ou non, de celle-ci, modifiee ou non ?

Je sais que pour Redhat, le nom et le logo au chapeau rouge sont deposes. Est-ce les seules choses limitantes ?

Et pour Suse ou Mandrake par exemple ?

Merci de me faire part de vos commentaires et eclaircissements
  • # Mandrake

    Posté par . Évalué à 1.

    Pour mandrake y'a pas de restrictions, plusieurs distribs sont basées sur mandrake (PCLinuxOS ou un nom dans ce style là)
    Le seul critère que je vois, c'est de dire gentiment : "basé sur mandrake" sinon c'est pas cool :)
    • [^] # Re: Mandrake

      Posté par . Évalué à 2.

      Je pense quand-même que le nom "mandrake" doit être déposé.
  • # Remarque :

    Posté par . Évalué à 2.

    Attention quand-même à un "détail" : il y a aussi des programmes tournant sous Linux et dont la licence n'est pas libre.

    Il est possible que la distrib Machin-uX aie obtenu le droit de distribuer un logiciel propriétaire gratuitement, mais que les utilisateurs de cette distrib' n'aient pas le droit de le redistribuer.

    D'après ce que j'ai entendu dire, il faut se méfier de ce genre de choses chez Suse (mais ce n'est qu'un ouï-dire, je n'ai pas de Suse).
  • # ...

    Posté par . Évalué à 2.

    > Je sais que pour Redhat, le nom et le logo au chapeau rouge sont deposes. Est-ce les seules choses limitantes ?

    Ça dépend. Pour RedHat, oui.
    Fedora a moins de restriction puisque tu peux vendre aussi.
    RHEL est "bizarre" car ce qui limite, c'est le support (et pas seulement la protection de la marque). Or pour avoir une RHEL il faut aussi acheter du support. Mais dès qu'il n'y a plus de support c'est de nouveau "normal". En même temps ce n'est pas un problème puisque des "faux-fork" (des copies) de RHEL existent et en toute légalité.

    Il faut noter que la protection de la marque qu'utilise RedHat existe aussi pour les autres. Mais les autres le disent moins pour "faire plus cool". Mais toute personne qui utilise le nom Gentoo ou Mandrake ou Debian pour ce qui n'est pas du Gentoo ou du Mandrake ... se fera "allumé".

    Sinon tous ce qui est ajouter à une distribution peut empêcher la distribution de l'ensemble de la distribution. Par contre ça ne peut pas empêcher la diffusion de gcc ou linux (qui sont sous GPL) de la distribution. La licence par programme reste pleinement appliqué.
    • [^] # Re: ...

      Posté par . Évalué à 1.

      Merci a tous pour vos remarques.

      Par rapport a Debian (ou autre), est-ce qu'un constructeur peut librement l'installer sur ses systemes et les distribuer ? En precisant clairement que c'est une debian et en fournissant le source ?
      Les autres projets tels que knoppix et autres sont basés sur debian. Quels élements ont-ils du supprimer ?

      Meme pour chose pr les forks de redhat, Suse et Mandrake ?

      Quels sont les forks entierements libres de RedHat ?

      Merci encore pour vos contributions !

      Welty
    • [^] # Re: ...

      Posté par . Évalué à 1.

      Mais toute personne qui utilise le nom Gentoo ou Mandrake ou Debian pour ce qui n'est pas du Gentoo ou du Mandrake ... se fera "allumé".

      D'ailleurs Mandrakesoft à tenté d'utiliser Mandrake pour sa distribution Mandrakelinux et les propriétaires de la marque n'ont pas manqué d'attaquer l'entrreprise.
  • # Encore une petite question :

    Posté par . Évalué à 1.

    Tous les scripts, par exemple, et la documentation, sont ils librement distribuables ? Il y a peu de script avec l'entete GPL ? Quelle licence s'applique alors ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.