Forum Linux.général clef usb sur red hat via vmware

Posté par  .
Étiquettes : aucune
0
19
mar.
2005
Bonjour à tous, j'utilise Red Hat 8.0 par l'intermédiaire du logiciel VMware sous Windows XP.

Je souhaite monter ma clef usb 1.0 128Mb sous Red Hat par l'intermédiare de la commande : mount /dev/sda1 /mnt/clefusb.
(N.B : le rep clefusb est déjà créé).

Mais le problème, c'est que la clef n'est pas monté, il me met tous les dossiers situé à la racine (ex : home, dev, ...) dans le dossier clefusb. Pourtant je n'ai pas de message d'erreur.

Comment puis-je régler ce problème?
Sous VMware, dois t'on utiliser sda1 ?

Merci pour votre aide
  • # mes 2 cts

    Posté par  . Évalué à 1.

    sous red hat 8 je ne sait pas la version du kernel ni si la gestion des clef usb en mass storage est presente dans le kernel que t'utilise.
    Normalement quand tu branche ta clef tu doit trouver des infos un peut partout si le systeme la detecte bien.
    un "dmesg |less" et regarde les dernieres lignes si tu voit des truc sur l'usb qui aurait detecte un branchement ou quelque chose comme ca.
    un petit "lsusb -v" te montrera la config usb de ton pc.
    Mais globalement je suis dubbitatif devant le fait que vmware emulerait aussi parfaitement un pc pour te donner plein acces au ressource materiel...(en clair j'ai du mal a croire que ce que tu veut faire soit possible).
    Par contre VMware te donne peut etre acces au disque dur present sous windows non auqeul cas tu pourrait acceder a ta clef comme ca?
  • # disque scsi

    Posté par  . Évalué à 1.

    Sous vmware sda1 correspond normalement a ton disque, qui dans la conf par défaut est en scsi, donc il est tout a fait normal que tu ayes a racine dans ton rep de montage.
    Donc a prioris ta clef doit être sdb ou un truc du genre

    Perso avec les periphs usb et vmware, il faut que le focus soit sur la machine lorsque tu branches le periph pour que celui-ci soit reconnu

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.