Brevets logiciels dans Libération

Posté par . Modéré par orebokech.
Tags :
0
13
mar.
2002
Presse
Deux articles encourageants sur les brevets logiciels sont parus dans Libération du mardi 12 mars. Le premier est un résumé du problème posé, le deuxième rappelle les positions des politiques sur le sujet. À noter que tous sont contre, pour des raisons différentes.

Note du modérateur : merci à Thierry Stoehr, Anonyme, Marc Honnorat et lePnume qui ont aussi proposé cette nouvelle.

Aller plus loin

  • # Crédibilité

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Il y a quelques mois, on entendu aucune réaction vis à vis de ce débat par les parties
    Depuis un mois environ, il est vrai que c'est devenu un débat à la mode (par rapport à avant) cependant il faut se poser la question de la crédibilité des infos.
    En effet, pensent ils réellement qu'ils sont mauvais pour l'inovation (ainsi que les autres raisons citées) ? Et mieux, vont-ils réagir contre les brevets après les élections ?

    En outrepassant les idées politiques, je pense que quelques parties sembles moins crédibles que les autres
    Jospin et Chirac me paraissent suivre des idées à la mode. Il me semble qu'une news précédente montrait que le RPR ne trouvait pas de pb aux brevets, je vais essayer de la retrouver.

    Pour Hue et Chevènement, cela me semble aussi soudain comme engagement.

    Cependant Mamère et Madelin me paraissent quant à eux assez crédibles, Mamère ayant même invité RMS à l'assemblée dernièrement.

    Mais bon, ce n'est pas ce sujet qui fera les élections, et on verra bien ce que donne ces positions après les élections :)
    • [^] # Re: Crédibilité

      Posté par . Évalué à 8.

      Non, le RPR était pas contre, il était juste indécis... peut-être mes explications, remises par une connaissance à Alliot-Marie, ont-elles porté leurs fruits. plus surement, quelqu'un s'est rendu compte que ce n'était pas très gaulliste comme position, vu l'hégémonie américaine dans le domaine.

      Ceci dit, ne rêvons pas en effet, il faudra voir après les élections, quelque soit celui qui est élu.

      L'administration française et les collectivités locales étant déjà bien lourdes à faire bouger vers Linux et l'Opensource, souvent sous de mauvais prétextes, alors que très souvent, c'est pour elles la meilleure solution....
    • [^] # Re: Crédibilité

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Peu importe la crédibilité des candidats. Il est de notoriété publique qu'un personnage politique en campagne n'est pas crédible.

      Ce qu'il est important de retenir, c'est l'orientation globale que prend le discours "officiel" des différents partis : le fait qu'il y ait une sorte de consensus (même électoraliste) contre les brevets logiciels ne peut être qu'une bonne chose quand viendra l'heure du débat au niveau européen. La France a son mot à dire, ses politiciens ont un avis sur la question, le débat aura bien lieu et ne sera pas volé par les lobbies.

      C'est tout ce qui compte.
    • [^] # Re: Crédibilité

      Posté par . Évalué à 3.

      > Il me semble qu'une news précédente montrait que le RPR ne trouvait pas de pb aux brevets, je vais essayer de la retrouver.

      Ouaip, c'est même un peu inquiétant un retournement de veste comme ça à quelques semaines des élections.

      http://www.presidentielles.net/alaune/index.php?id_article=54(...)

      Face à cette contre-offensive, le RPR cherche lui à ménager la chèvre et le chou : "Notre position est celle du pragmatisme. Rendre les logiciels brevetables n'empêche pas de continuer à aider et protéger les logiciels libres. Par contre, empêcher à tout prix le brevet, c'est empêcher aux gens de créer des logiciels, de créer des emplois et de l'activité. C'est un peu comme si on avait empêché Bill Gates de créer Windows..." Cette position "médiane", et pour le moins "économique", est celle défendue par Alain Joyandet, le "monsieur nouvelles technologies" du RPR, qui a récemment reçu le président du Syndicat de l'industrie des technologies de l'information, naturellement favorable à la directive. Voir la communauté du libre pencher à gauche ne manque pourtant pas d'agacer à droite. "Défendre le libre, c'est populaire, c'est sympa, mais aussi un peu démago. Il y a un certain dogmatisme dans la défense du logiciel libre à tout prix", se plaint-on au RPR. En "off", un membre du staff de campagne de Jacques Chirac parle même "d'ayatollahs du libre", bien qu'il se sente personnellement "plutôt proche du concept, en tant que libéral".
      • [^] # Re: Crédibilité

        Posté par . Évalué à -1.

        Hem, désolé, problème de lien, les points d'interrogation ne passent pas tels quels on dirait.

        Il faut ajouter ?id_article=54 au lien précédent.
        • [^] # Re: Crédibilité

          Posté par . Évalué à 0.

          Non, ton lien est bien passé correctement.
          C'est juste les urls trop longues qui sont tronquées à l'affichage, rien de plus ;)
      • [^] # Re: Crédibilité

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Ne nous plaignons pas ! Si le vent tourne, le girouettes tournent aussi ;-)

        La première réaction des politiques "qui ne sont pas spécialistes" est de se tourner vers des gens qui savent de quoi ils parlent en matière de brevets, donc vers l'INPI, l'OEB, les cabinets d'avocats qui déposent les brevets...
        Comme nous avons fini par leur mettre la puce à l'oreille, ils sont en train de découvrir qu'ils se sont fait berner.
        Ce que j'espère, c'est qu'ils soient très fâchés et qu'il en reste quelque chose après les élections.
      • [^] # Re: Crédibilité

        Posté par . Évalué à 4.

        le RPR cherche lui à ménager la chèvre et le chou : "Notre position est celle du pragmatisme. Rendre les logiciels brevetables n'empêche pas de continuer à aider et protéger les logiciels libres. Par contre, empêcher à tout prix le brevet, c'est empêcher aux gens de créer des logiciels, de créer des emplois et de l'activité. C'est un peu comme si on avait empêché Bill Gates de créer Windows..."

        Personnelement quand je lis un truc comme ca, et quelquesoit mon courant politique, il est hors de question que je vote pour ceui qui a ecrit ca ! "rendre les logiciels brevetables" tout en "protégeant les logiciels libres" est assez contradictoire voire un gros mensonge démago (y'aurait pas du super menteur la derriere ;-)

        Le reste prouve aussi l'ignorance du sujet et le fait de vouloir priviliégier certains lobbys : "empêcher à tout prix le brevet, c'est empêcher aux gens de créer des logiciels" car chacun sait qu'aujourd'hui comme il n'y a pas de brevets logiciels, on ne cree pas de logiciels et et que l'industrie du logiciel se porte de plus en plus mal et a besoin d'aides.<humour> Chacun sait aussi que c'est parcequ'il y a des brevets logiciels aux USA que Bill Gates a pu cree Windows</humour>

        Il ne faut pas se voiler la face, ce texte, délibérement confus en essayant de ne pas prendre position, dit clairement "nous sommes pour les brevets logiciels".
        <politique>Et moi je dis clairement, je ne sais pas trop de quel bord politique je suis, mais je ne suis definitivement plus de droite RPR, et super menteur peut se gratter pour avoir ma voix. Je le la donnerai pas forcement plus a Mamere d'ailleurs car je suis loin de penser que toutes ces idees sont bonnes, a commencer par l'abandon du nucleaire, la decision la moins ecolo qui soit (comme la fermeture de superphenix)!! de tt manière l'ecologie devrait etre un geste naturel de tous et donc pas soutenu par un partie mais par tous. Mamere est peut-etre le moins pourri, celui qui a le plus de bon sens chez les verts, il est quand meme salement entoure (Voynet...)</politique>

        pour rejoindre d'autres posts, c'est bien que le sujet soit a l'actualite, ca informe, mais vu la facilite avec laquelle ceux qui ont le fric impose leur vues, je suis un peu pessimiste quant a l'issue (ce qui ne m'empeche pas de continuer a y croire, et a me battre dans le bon sens, a convaincre et convertir mon entourage, mes clients au libre, et faire signer le plus de gens sur eurolinux).
  • # Que c'est drôle..

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Oui tous les politiques ça coute rien, même à celui qui gagnera.

    De tout façon quand la brevetabilité passeras en europe ces menteurs nous diront "c'est pas nous, c'est à cause de l'europe on ne peut rien y faire". Barnier à récemment fait un bon papier qui explique cela.

    Bref je crois pas vraiment à ces boniments d'où qu'il viennent. Il faut se focaliser sur des mesures plus ambitieuses comme les lois d'initiative citoyennes. En recueillant 300 000 signatures de citoyens on peut lancé une discussion à l'assemblée et le vote d'une loi.On dépasserai dans ce cas le stade vélléitaire de nos politiques.
    • [^] # Re: Que c'est drôle..

      Posté par . Évalué à 4.

      En recueillant 300 000 signatures de citoyens on peut lancé une discussion à l'assemblée et le vote d'une loi.

      C'est vrai ça ?
      Comment se fait-il que des « grosses » assos comme l'APRIL, l'AFUL & co n'en ai jamais profité ?
      • [^] # Re: Que c'est drôle..

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Parce que ce n'est pas évident de recueillir 300 000 signatures. Eurolinux n'en a recueilli qu'un peu plus de 100 000 au niveau européen.
      • [^] # Re: Que c'est drôle..

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Non cette loi n'existe pas :-( C'est une proposition d'un des "petits" candidats à la présidentielle : Pierre Laroutourou.

        Mais d'une part, il ne risque pas d'être élu, deuxièmement, de ne pas être candidat car il n'a pas encore ses 500 signatures !!!
  • # Brevets & LL

    Posté par . Évalué à 10.

    Les brevets c'est un gros probleme pour les boites inovantes et taille petite et moyen.

    Ca ne favorise que les grosses boites ou les pays qui ont deja depose beaucoup de brevet.

    Enfin, c'est une benediction pour les avocats.

    Les brevets peuvent ralentir la capacite de la CE d'innover et donc d'etre concurrenciel face au USA.

    Que les politiciens soit contre, ce n'est pas seulement pour les LL. C'est aussi car les Brevets, c'est mauvais pour les affaires.
  • # Paroles, Paroles, paroles... Tous des "supers menteurs"...

    Posté par . Évalué à 4.

    Que c beau de voir des politiques s'interrer à des problemes en periode electorale, on se croirait au temps des sofistes...
    Non, mais on croit rever, tout est vraiment bon pour ratisser large ! Le probleme des brevets est avant tout un probleme europeen, je ne suis pas sure que les prises de positions des demagos en relations a ce dossier brulant que constitu la brevabilite fasse reellement evoluer les choses !

    Ca c'est un travaille pour super Menteur :)
    • [^] # Re: Paroles, Paroles, paroles... Tous des "supers menteurs"...

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Oui il semble bien que ces prises de position soudaine ne soit qu'un essai pour amasser des voix. Cependant, il ne faut pas oublier que ce sujet était jusqu'à présent ignoré, et que peu de gens y pensaient.
      Que les politiques en parlent me semble une excellente chose, ça a mis le problème un peu plus en avant.
      Reste à voir ce que fera le prochain gouvernement, et là effectivement, j'ai un peu peur, d'autant que , comme tu le soulignes, cela se décide au niveau Européen. Mais si les gens commencent-à avoir conscience du probléme, c'est déjà un bon début (même si pas suffisant).
  • # Election, vous avez dit election ?!

    Posté par . Évalué à 2.

    Hello,

    apres les elections, aucun politique ne va y penser.

    Comme les elections n'ont pas encore lieu, faut taper dans tout les electeurs possibles, ceux du libre, ceux du proprio (ca va venir je le sens ;), les chasseurs, ...etc....etc

    Le seul a mon avis qu'on entend depuis quelques temps sur le sujet (sans aucune arriere pensee politique, je prefere le dire) me semble etre mamere des verts, que j'ai vu avec RMS ya pas longtemps et a d'autres occasions.

    Bref, sitot les elections passees, plus personne ne sera la pour defendre le sujet ou alors pour faire une loi usine a gaz (toute ressemblance ...hasard ...blabla).

    Evidemment, j'ai du voir l'argument mais je le redis, toute faute sera a mon avis rejetee sur l'europe (c'est la faute de l'europe les brevets, nous on etait contre).

    On peut se consoler en se disant qu'ils en parlent mais bon.
  • # :() arretez , vous parlez d un homme de paille

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    La loi qui est proposée est européene...

    Elle sera voté par les représentants Français à la commission européene, non pas par le président de la république.

    D ailleurs, les lois qui sont aujourd hui voté , et qui vont s'appliquer en France, le sont pour la majorité par la Ce ;()

    Alors il faut arretez l hypocrisie ! est ce que l'on peut considerer encore le vote aux élections présidentielles comme un acte démocratique?

    @+
    Code34
    • [^] # La grange et la paille

      Posté par . Évalué à 1.

      Ne pas oublier que les représentants de la France à la CE sont certainement nommés par l'exécutif, c'est-à-dire le gouvernement (et leurs hauts fonctionnaires qui leur obéissent). L'antienne "c'est pas nous, c'est l'Europe" est bien pratique pour faire avaler qu'on reste attaché aux valeurs-citoyennes-agriculture-de-qualité-exception -culturelle-droits-de-l'homme mais que les méchants fonctionnaires européens nous ont chipé le pouvoir. Le traité de Maastricht, son acceptation a été décidée par le gouvernement ; pareil pour la Banque Centrale Européenne ; pareil pour la Politique Agricole Commune ; pareil pour tout ce qui continue un transfert de souveraineté, ou même une directive un tant soit peu importante (ceci sans préjuger du mérite respectif de chacune de ces décisions...)

      En outre, contrairement à d'autres pays, la France a effectivement les moyens de faire pression : l'Europe avec un trou de 60 millions d'habitants juste en plein milieu, ça aurait une sale tronche....
    • [^] # Re: :() arretez , vous parlez d un homme de paille

      Posté par . Évalué à 2.

      C'est marrant cette tendance à reporter la culpabilité sur l'organe politique le plus éloigné des gens, le plus "abstrait" au fond. C'est pas nous c'est l'Europe ! Et vous n'avez rien à dire dans le conseil européen (surtout la France) ?
      Mais c'est une tendance générale. En Belgique, qui est un état fédéral, quand les mecs des régions se font gueuler dessus, on entend souvent "eh, c'est pas nous, mais les mecs du fédéral". Un pote qui a séjournés aux USA m'a rapporté un phénomène semblable. Le gouverneur local reporte la faute sur les fédéraux de Washington qui sont bien sur tous pourris (et pas lui)...

      Bref, la bonne excuse pour se déresponsabiliser...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.