Journal Meta-Press.es v1.7 : recherches programmées et type de sources Agenda

17
11
fév.
2021

Contenu transmis depuis : https://www.meta-press.es/fr/journal/2021/v1.7_scheduled_searches.html

Il aura fallu beaucoup de travail pour ajouter ce simple bouton ⏰ recherche programmée dans l’interface principale. Cela demandait pas mal de travail de conception pour garder les choses simples en apparence, une cargaison de code spécifique aux WebExtensions (différent du code habituel des pages web) et enfin il fallu affronter l’enfer des fuseaux horaire.

Voici un extrait de la documentation (rédigée pour l’occasion) :

Une fois les termes de recherche saisis et la (…)

Une mise en cause infondée de logiciels libres dans une affaire de fausses factures ?

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Pierre Maziere, Nicolas Boulay, Ysabeau, Davy Defaud et Bruno. Modéré par Davy Defaud. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
54
23
juin
2020
Presse

Voici une série d’articles récents rapportant la réalisation de fausses factures dissimulées via des logiciels. Ils contiennent une mise en accusation inappropriée des « logiciels libres » en général, sans qu’aucune précision ne vienne éclairer les lecteurs de ces articles qui, pour la plupart, ne savent probablement pas ce que sont les « logiciels libres » et en quoi ils diffèrent des autres logiciels.

Je ne prétends pas vouloir jouer dans la même cour que les spécialistes de la vérification des faits comme Les Décodeurs (Le Monde), Factuel AFP ou CheckNews (Libération), mais regardons néanmoins le contenu de ces articles :

  • France Bleu, 11 juin 2020, par Cécile Soulé (rédactrice en chef adjointe de France Bleu Lorraine‑Nord), micro‑blogging : chapô « (…) Elle avait dissimulé ses fausses factures grâce à des logiciels libres. », sous‑titre « Des fausses factures dissimulées par des logiciels libres », texte « mais elle a surtout émis des fausses factures dissimulées grâce à des logiciels libres qui ont trompé les contrôles » ; on notera que le terme logiciel libre n’est pas défini dans l’article (pas de lien vers Wikipédia ou la définition de la FSF ou même le dictionnaire de l’Académie française, pourtant peu réputé pour sa modernité) ; de plus, ce terme non défini n’apporte rien à l’article et n’est pas utilisé pour argumenter ou expliciter : le fait qu’il s’agirait de logiciels libres change‑t‑il quelque chose ? Une caractéristique particulière des logiciels libres a‑t‑elle été utilisée dans cette affaire ? Aurait‑on écrit « des fausses factures faites avec des logiciels propriétaires » ?

Selon la journaliste, contactée par un des contributeurs de cette dépêche via son compte Twitter, « c’est l’Agape la [structure victime] qui a mentionné l’utilisation de logiciels libres dans la fraude de cette salariée. » Cela ne change rien à l’intérêt de cette précision qui n’apporte rien à l’article en l’état.

  • Le Républicain Lorrain, 11 juin 2020, par Sébastien Bonetti : « un mécanisme de fausses factures, rédigés avec des logiciels libres de droits » ; il ne s’agirait donc pas de logiciels libres mais de « logiciels libres de droits » ? Faut‑il comprendre « libres de droits » dans le sens du milieu musical libre de droits pour dire gratuits, sans redevance, royalty‑free, ou bien libre de droits comme entrés dans le domaine public (situation assez rare pour du logiciel), ou bien une correction abusive sur « logiciels libres » entraînant un contre‑sens ? Par ailleurs, en dehors de ce choix de mot, cette information n’est pas utilisée pour argumenter ou expliciter.

Reprises :

Journal CPU Ex0130 Presse informatique

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
9
27
fév.
2020

Dans cette release de CPU : Des rumeurs, un communiqué de presse, 1500 signes et des chips Doritos. Nous recevons David Legrand, directeur des rédactions chez Next Inpact. Une version longue de l'interview est disponible sur notre site.

Émission, podcast et liens documentaires : http://cpu.pm/0130

Segments :

La semaine prochaine, nous rediffuserons notre release sur le harcèlement contre les joueuses

Meta‑Press.es : un méta‑moteur de recherche pour la presse dans votre navigateur

37
1
nov.
2019
Mozilla

Mozilla vient de valider l’ajout de l’extension Meta‑Press.es à son catalogue. C’est l’aboutissement de plusieurs années d’efforts et c’est une étape importante pour ce projet de méta‑moteur de recherche, conçu d’abord pour les journalistes et les revues de presse des associations.
logo de Meta‑Press

Meta‑Press.es est techniquement simple, il permet d’interroger suffisamment de journaux pour découvrir plusieurs millions de résultats en quelques secondes, tout en rapatriant les dix derniers de chaque journal dans le navigateur de l’utilisateur.

De là, les résultats peuvent être triés, explorés, filtrés, sélectionnés et exportés. Une sélection de résultats peut être réimportée plus tard dans le navigateur ou bien dans le navigateur d’un autre utilisateur. Elle peut encore servir à alimenter le flux RSS de la revue de presse d’une association.

Journal Pirate Mag est de retour :)

Posté par  . Licence CC By‑SA.
40
10
août
2019

Bonjour,

Pour les plus nostalgique de la version du canard enchainé en informatique, l'irrévérencieux Pirate Mag est de retour. Après le Virus informatique (du même éditeur), son cousin le Pirate Mag revient (pour on ne sait pas combien de temps) mais ça m'a fais plaisir de le retrouver dans le libraire du coin, comme au bon vieux temps.

Cette situation me donne une lueur d'espoir en me disant que les projets ayant un contenu indépendant et loin du publi-reportage reviendront (…)

Journal Les éditions Diamond passent au numérique GAFAM

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
80
19
mar.
2019

Bonjour à tous,

je suis abonné depuis quatre ans aux publications numériques des
éditions Diamond (Linux Pratique, Misc ou GLMF).

Préférant (pour un gain de place et une recherche plus pratique) le numérique au papier, j'avais choisi leur formule « PDF » qui me permettait de recevoir chaque mois un lien avec un fichier pdf à télécharger.

Pour éviter la dispersion ou le partage trop excessif, chaque numéro était marqué discrètement de mon adresse électronique.

Mais mon abonnement se termine (…)