Concert Creative Commons à Paris

Posté par . Modéré par Christophe Guilloux.
Tags : aucun
0
5
août
2005
Son
Un concert un peu spécial est organisé à Paris le vendredi 16 septembre : toutes les personnes venant avec leur clé USB ou baladeur pourront repartir avec l'enregistrement (en Ogg Vorbis ou MP3) du concert sous licence Creative Commons (by-nc-sa, Attribution-NonCommercial-ShareAlike), gratuitement.

Les licences Creative Commons proposent différents degrés de liberté, entre le domaine public et le copyright, dont une licence "libre" au sens de la GPL. Bien que ce ne soit pas celle utilisée par les groupes de la soirée, on peut se réjouir de ce pas dans la bonne direction.

Les trois groupes pop/rock, choisis parmi les artistes plébiscités sur le site de musique libre Jamendo, proposent leurs albums en écoute libre et téléchargement BitTorrent ou eMule : tout le monde peut se faire une idée avant d'aller au concert. Les groupes sont « ...anabase* » (pop mélancolique et sensible, CC by-nc-nd), Myassa (pop-rock français, CC by-nc-nd) et Both (eclectick rock, CC by-nc-sa).

L'enregistrement sera réalisé par un petit logiciel GPL en python appelé jamcorder, qui permet d'encoder à la volée et de découper facilement les différentes pistes. La distribution sera faite à l'aide de plusieurs hubs USB.

Le concert a lieu de 19h à 23h à la Maroquinerie (23 rue Boyer dans le XXème, métro Ménilmontant), limitée à 500 personnes : des préventes sont disponibles.

Aller plus loin

  • # vive les concerts de branchouilles

    Posté par . Évalué à -3.

    C'est bien de diffuser de la musique libre, mais la maroquinerie c'est pas génial comme salle. Entrée à 10 euros (en prevente...sympa), grande salle avec une scène loin du public et vigile à l'entrée qui t'empeche de rentrer avec ta propre boisson, c'est pas l'idéal pour passer une bonne soirée.
    Ce genre de conditions servent surtout à une chose : empecher que les plus fauchés/crados puissent entrer.
    Que l'on lache quelques euros en fonction de ses moyens pour défrayer les groupes qui viennent de loin, pourquoi pas, mais 10 euros et des vigiles, c'est loin de l'idée que je me fais de la liberté.
    • [^] # Re: vive les concerts de branchouilles

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      10 euros c'est pas grand chose quand même, pour 3 groupes et une soirée à clef USB!!!! Faut pas déconner ....
      tu crois que la sono, l'impôt spectacles, les taxes diverses sont payées commetn????

      Et pour le vigile, Ça évite pas mal de soucis. Pour avoir organisé encore récemment ce genre de manifestation, c'est indispensable, ne serait-ce que pour la sécurité en cas d'incendie.

      Y'en a des, qui sont jamais contents... C'est desespérant.
    • [^] # Re: vive les concerts de branchouilles

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Faut pas abuser non plus. Quand j'etais alle voir Bob Dylan, a l'epoque c'etait en francs, mais ca devait tourner dans les 70 voir 80 euros, pour un concert super court, puis a la fin les techniciens demontent la scene, retirent le matos et tout pendant le dernier morceau, histoire qu'il n'ai pas a revenir en jouer un ou deux. J'etais super decu
      • [^] # Re: vive les concerts de branchouilles

        Posté par . Évalué à -4.

        Je me doutais bien que j'allais me faire moinser mais je pense qu'il est important de critiquer ce genre de salle, surtout lorsqu'elles se donnent des airs d'alternatif avec ce genre d'initiative, alors qu'il existe à paris et ailleurs des gens qui se galerent à faire des concerts vraiment accessibles à tous (parceque c'est ca à mon avis l'interet de la musique libre, c'est que meme fauché tu peux toujours demandé à un pote de te faire une copie du cd).
        Il y a par exemple à 100 mètres de la maroquinerie le squat de la miroiterie qui organise des concerts à 5 euros, sans vigile ni règles à la con.
        Ce genre de concert attire effectivement plus les "soucis" (fauchés, mecs bourrés...) que les brouchouilles, mais personne ne vient t'y faire chier parceque t'es fauché et que tu bois ta bierre à 50 centimes de ED, que tu fumes un joint, ou que t'as envie de discuter à les groupes à la fin.
        La liberté pour ceux qui ont les moyens, bien protégé par des vigiles, ca donne pas la meme ambiance.
        • [^] # Re: vive les concerts de branchouilles

          Posté par . Évalué à 5.

          Ben si on a envie que ce type d'initiative soit reconnu, et que les licences Creative commons soient acceptées par les acteurs du marché de la musique : majors, Etat et autres, on a tout intérêt à entrer dans une démarche légale, non ?
          Organiser ce type d'évènement dans un squat' c'est du suicide pur et simple, ou comment faire parler de tout ça avec une connotation négative, du style "t'as vu, ils ne respectent pas la loi". Comment faire comprendre aux gens la légalité de télécharger un artiste Creative Commons sur eMule, tout en organisant un concert sans payer d'électricité, en se mettant dans l'illégalité d'un lieu non conforme, etc...
          C'est dommage ce type de réaction.
          • [^] # Re: vive les concerts de branchouilles

            Posté par . Évalué à 7.

            tout en organisant un concert sans payer d'électricité, en se mettant dans l'illégalité d'un lieu non conforme, etc...

            Je crois qu'il faudrait arrêter avec les images d'épinal à la sauce TF1. C'est pas parce qu'on vit dans un squatt ou qu'on y organise des choses (concerts, projections-débat, bouffe) qu'on est des zonardEs avec une canette de bière à la place du cerveau.

            Le squatt, c'est souvent un choix politique, c'est occuper une maison vide, bien souvent depuis des années (alors qu'on connait les problèmes de logement en france ou ailleurs), c'est aussi le choix d'un autre mode de vie, qui ne veut pas dire déresponsabilisation, bien au contraire. Un concert dans un squatt, c'est tout gérer à la main, du logement des groupes à l'organisation du son, la sécurité des lieux, le bar s'il y en a un... J'en ai co-organisé quelques-uns, vu des tas d'autres et s'il y a eu des problèmes, on les a géré collectivement à chaque fois.

            Ah oui, et l'électricité, elle se paie bien entendu, les lignes téléphoniques aussi (il y a des accès internet et des projets autour du LL dans pas mal de squatts).

            C'est dommage ce type de réaction.
            idem.

            Ceci dit, pour rebondir sur le premier commentaire, un entrée de concert à 10 euros et des consos chères c'est tout simplement pas possible pour beaucoup de gens.

            Tiens, un peu de mauvaise foi pour finir:
            La Maroquinerie, elle paie pas des taxes SACEM ?
            • [^] # Re: vive les concerts de branchouilles

              Posté par . Évalué à 4.

              Juste pour dire qu'on organise assez régulièrement des concerts gratuits ou à prix libre, sans vigiles et ou les gens rapportent leur alcool.

              Le prix libre c'est pas mal, ca permet aux gens de juger ce qu'ils vont donner pour ce qu'ils vont voir, ca permet aussi en quelque sorte aux plus "riches" de payer pour les plus "pauvres". Contrairement aux idées reçues tout le monde ne donne pas 1¤, le public est bien souvent plus généreux qu'on ne le pense !


              C'est donc possible est même "rentable" (puisqu'ici certains mélangent culture, liberté et "marché") bien que ca ne soit pas notre but ... Pour payer le peu dépenses que l'on fait (en plus de l'entrée si c'est prix libre) on vend des bières à 1¤, elles partent comme des petits pains, financent nos concerts et notre asso ...

              Des vigiles y'en a pas, et n'y a pas ou peu de problèmes. Y'a souvent moins de problèmes que dans des concerts avec vigiles ou ca tourne mal quand (par exemple) un vigile agresse un fumeur de joints ...

              La vrai liberté ce n'est pas (que) sur Internet, c'est (aussi et) surtout dans la vrai vie et dans le vrai monde ... C'est juste une question de choix !

              P.S: L'enregistrement du concert et sa distribution en libre à la fin est une très bonne idée qu'on essaiera de vous piquer ;-) !
              • [^] # Re: vive les concerts de branchouilles

                Posté par . Évalué à 3.

                P.S: L'enregistrement du concert et sa distribution en libre à la fin est une très bonne idée qu'on essaiera de vous piquer ;-) !


                Mais c'est fait pour :)
                d'ailleurs le logiciel que nous utilisons pour ça s'appelle le jamcorder, c'est bien évidemment un logiciel libre, tu as le lien plus haut, vous pouvez sans problèmes l'utiliser, n'hésitez surtout pas, on vous y encourage :) @+
            • [^] # Re: vive les concerts de branchouilles

              Posté par . Évalué à 2.

              "Je crois qu'il faudrait arrêter avec les images d'épinal à la sauce TF1. C'est pas parce qu'on vit dans un squatt ou qu'on y organise des choses (concerts, projections-débat, bouffe) qu'on est des zonardEs avec une canette de bière à la place du cerveau."

              Aucun cliché à la TF1 (coup bas et d'ailleurs très "cliché" aussi de ta part)... je n'attaque absolument pas les squats ni autre... je dis juste que pour que soit accepté le mouvement de la musique dit libre (en tous cas un mouvement alternatif quelconque) faut que ce soit fait dans un cadre légal. Maintenant que ça plaise ou non, c'est ainsi.


              "Ah oui, et l'électricité, elle se paie bien entendu, les lignes téléphoniques aussi (il y a des accès internet et des projets autour du LL dans pas mal de squatts)."

              Peut-être, mais qu'on me fasse pas croire que tout ça est déclaré... puisque le lieu même est déjà non habilité... mais vous faîtes ce que vous voulez. Y a juste que si on nous demandais des comptes, comment justifier de tout ça ?

              "Tiens, un peu de mauvaise foi pour finir:
              La Maroquinerie, elle paie pas des taxes SACEM ?"

              C'est là où je rigole :) La maroquinerie paie des taxes sacem lorsque des artistes affiliés à la sacem sont diffusés... la sacem ne peut rien demander si les artistes ne sont pas membres de leur système... c'est assez fondamental, non ?
              • [^] # Re: vive les concerts de branchouilles

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Pour la SACEM c'est loin d'être certain. Rien n'empêche la SACEM et les salles de concert d'avoir des accords forfaitaires "au nombre de concert" sans autre précision. C'est même tout à fait probable.
  • # Bonne idée

    Posté par . Évalué à 2.

    Je trouve que c'est une trés bonne initiative.
    Si celà pouvais se reproduire plus souvent et ailleurs que sur Paris se serait le TOP.
    Le tarif me semble abordable (bon il est vrai que celà fait tellement longtemps que je ne suis plus allé à un concert, que je n'ai plus trop la notion du plrix des places)
    • [^] # Re: Bonne idée

      Posté par . Évalué à 4.

      merci :)

      ce concert est en fait le premier d'une tournée qui va silloner la France, en cas de succès !

      C'est pour ca qu'on espère vraiment que vous viendrez nombreux à Paris, ca nous donnera les ressources nécessaires pour organiser des évènements similaires à Nancy, Strasbourg, Nantes, Toulouse, Lyon et Grenoble.
      • [^] # Re: Bonne idée

        Posté par . Évalué à 1.

        organiser des évènements similaires à Nancy, Strasbourg, Nantes, Toulouse, Lyon et Grenoble.

        Vous évitez la partie Sud-Est de la France pour des raisons de coût ou purement marketing, à moins que ce soit tout simplement un oubli?

        Il doit bien exister des petites salles pas trop chère pour organiser un concert sur Marseille, non?

        Je suis allé vite fait sur le site, c'est super bien, je retournerais regarder et fouiller un peu plus les trésors qu'il contient.
        • [^] # Re: Bonne idée

          Posté par . Évalué à 1.

          on évite pas, tout contact est bon à prendre... il se trouve juste qu'on en a pas encore à Marseille... tu peux nous envoyer un mail si tu es du coin et que tu souhaites aider !
          • [^] # Re: Bonne idée

            Posté par . Évalué à 1.

            Et le nord de la France ça vous intéresse ?
            • [^] # Re: Bonne idée

              Posté par . Évalué à 1.

              Lille pourquoi pas c'est assez étudiant !

              envoie nous un mail si tu peux être notre contact local !
    • [^] # Re: Bonne idée

      Posté par . Évalué à 3.

      Comme il a déjà été dit c'est vraiment une très bonne initiative et de plus l'idée de repartir du concert avec les morceaux sur une clef usb est tout simplement géniale.

      Félicitation pour votre site http://www.jamendo.com/,(...) non seulement vous proposez un catalogue fourni mais en plus on trouve des artistes de qualités. Comme quoi le téléchargement et la création artistique peuvent cohabités quoi qu'en dise l'industrie du disque. Ca nous change du discours officiel qui circule actuellement.

      Bonne continuation et à bientot à la Maroquinerie
  • # un pas dans la bonne direction ?

    Posté par . Évalué à 4.

    Les licences Creative Commons proposent différents degrés de liberté, entre le domaine public et le copyright, dont une licence "libre" au sens de la GPL. Bien que ce ne soit pas celle utilisée par les groupes de la soirée, on peut se réjouir de ce pas dans la bonne direction.

    Qu'est-ce qui permet d'affirmer que c'est "un pas dans la bonne direction" ? Les groupes ont-ils dit qu'ils iraient plus loin et qu'ils abandonneraient la clause "non-commerciale" ? Ou alors, est-ce simplement une excuse pour venir promouvoir un spectacle sur Linuxfr ?

    NB : la "liberté au sens de la GPL", ça n'existe pas. Il existe les "quatre libertés du logiciel libre", que deux licences Creative Commons satisfont effectivement (et pas les autres).
    • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

      Posté par . Évalué à 5.

      En même temps les "quatre libertés du logiciel libre" ne sont pas écrites dans la déclaration des droits de l'homme, et en plus je vois mal le groupe chanter du code source :)
      Et enfin s'ils choisissent une NC, c'est leur droit.
      • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

        Posté par (page perso) . Évalué à -3.

        Ton commentaire est complémentement à coté de la plaque. La question d'Antoine est : «que viens faire une annonce de ce concert sur linuxfr ? » Est ce du logiciel libre ? Ce concert a-til un caractère libre au sens du logiciel libre ? Non.

        D'ici ça ressemble à de la retape pour essayer de faire venir les geeks à fort pouvoir d'achat à un concert dans un lieu branché de la capitale en utilisant d'un argument trompeur sur le caractère soit disant «libre» de l'évènement. Argument qui consiste à dire que les personnes choisissant des licences à la shareware/freeware voire proprio font un pas vers le libre (car il compterait changer de licence ?). L'auteur de la news est soit télépathe soit prend les lecteurs pour des cons. D'autant plus que le logiciel libre ne se définit pas par les licences, mais par les libertés accordées. Libertés qui ne sont pas au rendez vous dans ce cas.

        Pour info, la GPL ne fait jamais mention de code source, et peut tout à fait s'appliquer à d'autre contenu que le logiciel. Le logiciel par ailleurs est protégé à l'international par le droit d'auteur car il est considéré comme une oeuvre littéraire. Une partition n'est pas la musique, et celui qui joue la partition l'interprète. Autrement dit la séparation de problématique entre les problèmes de PI appliqué à l'info et à l'«art» me semble plus artificielle qu'autre chose.
        • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

          Posté par . Évalué à 3.

          la question "que vient faire une annonce de concert sur linuxfr" est à poser aux modérateurs, si tu remets leur décision de passer la news en question tu peux en parler avec eux, je ne crois pas qu'ils apprécient. apparement ca a intéressé du monde, donc ca me semble tout à fait légitime.

          je ne prends pas les lecteurs pour des cons, merci. je travaille toute la journée avec des artistes et j'ai à priori une bonne idée de leurs ambitions. mais encore une fois j'ai du mal à lire entre les lignes de ma propre news pour voir où j'ai affirmé que les artistes allaient passer vers des licences plus libres. j'ai juste parlé d'un pas dans la bonne direction ? peut être qu'ils reculeront, qu'ils s'arrêteront là ou qu'ils continueront, mais est-ce une raison pour ne pas leur accorder qu'ils sont dans la bonne direction ?
          • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

            Posté par (page perso) . Évalué à -2.

            apparement ca a intéressé du monde, donc ca me semble tout à fait légitime.


            Si le nombre fait la vérité alors Windows étant utilisé par plus de personnes que linux, ça doit être meilleur alors aussi je suppose.

            peut être qu'ils reculeront, qu'ils s'arrêteront là ou qu'ils continueront, mais est-ce une raison pour ne pas leur accorder qu'ils sont dans la bonne direction ?


            Je ne vois juste pas comment tu détermines «une bonne direction». Sans rien pour étayer ton affirmation, elle est gratuite, et dans ce contexte mensongère. La plupart des gens passant sous CC utilisent des licences propriétaires (ou non libres au choix) Je ne vois pas la notion de bonne direction dans ce contexte comme étant autre chose qu'un voeu pieu. Je ne peux t'accorder que les artistes sous nc ou nd sont dans une quelconque direction.

            Si tu peux appuyer ton argumentation je suis toute ouïe, dans le cas contraire, l'église c'est l'url à coté : http://www.cef.fr/(...)
            • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

              Posté par . Évalué à 2.

              je suis sidéré par tant de mauvaise foi et je n'ai pas du tout compris la référence à l'église catholique :/

              sur le premier point, le but de linuxfr est de communiquer des infos intéressantes aux utilisateurs des logiciels libres, les modérateurs ont jugé que c'en était une, c'était justifié puisque tous les autres commentaires sont très positifs, je ne vois même pas pourquoi il faut continuer à en parler ? on parle pas de vérité on parle d'intérêt des gens.

              pour la bonne direction, quand tu parles de degrés de liberté, il y a une petite échelle qui va du moins au plus libre, on pourrait schématiser ca :

              (copyright/drm) => by-nc-nd => by-nc-sa => by-sa/lal/GPL => domaine public

              les groupes du concert en sont à la 2ieme ou 3ieme étape. donc ils vont dans la bonne direction... c'est pas plus compliqué que ca. ils s'arrêteront peut être là, mais ils ont déjà accordé à leur public certaines des libertés que tous les autres artistes copyright leur refusent.

              je ne vois pas ou est le mensonge dans ce que je raconte ...
              • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

                Posté par . Évalué à 4.

                Non, c'est clairement pas libre sans le sens Logiciel Libre. C'est plutôt du « free as in free beer »

                Sinon tu peut aussi etendre ta classification des libertés à

                Version d'essai limité à 90 jours => limité à 60 jours => limité à 30 jours, etc ... Mais ça n'a pas de sens.

                Ce qu'il y a d'agacent avec les licenses Creative Common, c''est qu'elles ont un « aura » de Libre, alors que la plupart ne le sont pas. Et ça ne veux pas dire grand chose, si on précise pas les sigles by, nc, etc ... Finalement ça fini par embrouiller plus qu'autre chose.

                Ceci dit, de la musique « free as in free beer » , à defaut d'être Libre, c'est déjà sympa, et c'est pas la premiere fois qu'une dépèche parlant d'autre chose que de logiciel passe sur linuxfr. Et ça fait même du bien, des fois de voir autre chose ;-)
        • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Pour info, la GPL ne fait jamais mention de code source...

          Il semblerait que tu ne l'aies jamais lue.

          Article 1: You may copy and distribute verbatim copies of the Program's source code...

          En tout, 12 occurrences de l'expression «code source» dans la GPL, et 78 occurrences du mot «programme». Cela fait un peu beaucoup pour l'appliquer à n'importe quel type de contenu, sans compter que Stallman a souvent répété qu'elle ne concernait que le logiciel.
          • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

            Posté par . Évalué à 3.

            Le "programme" selon la GPL est défini par :
            « This License applies to any program or other work which contains a notice placed by the copyright holder saying it may be distributed under the terms of this General Public License. »

            Le "code source" selon la GPL est défini par :
            « The source code for a work means the preferred form of the work for making modifications to it. »

            Bref, les stipulations de la GPL ne sont pas spécifiques au logiciel.
    • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Antoine, donc même quand je prends bien la peine d'expliquer que Creative Commons, "spa libre", il faut encore subir ta mauvaise humeur ici ? personne ne cherche d' "excuses" pour promouvoir un spectacle sur linuxfr ?! stop à la théorie du complot....

      Ne peux tu pas pour une fois te réjouir de l'initiative, qui va faire du bruit autour de la musique libre et qui va faire se poser des questions aux gens ? crois-tu que la majorité des lecteurs de linuxfr ont le même genre de réaction que toi ? tu fais bien de poster ton opinion, mais ne vient pas contester la légitimité d'une annonce sur linuxfr, qui est du ressort des modérateurs.

      et un pas dans la bonne direction, ben oui c'en est un, désolé. tu aurais peut être préféré que les groupes mettent des DRM dans leurs fichiers ? comment peut-on affirmer que des groupes qui diffusent fièrement leurs albums sur les réseaux P2P, pour que le plus grand nombre les écoutent, font un pas dans la mauvaise direction ?
      • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

        Posté par . Évalué à 0.

        et un pas dans la bonne direction, ben oui c'en est un, désolé.

        Tu ne réponds pas à la question : qu'est-ce qui permet d'affirmer qu'il s'agit bien d'un "pas dans la bonne direction", c'est-à-dire que la position des groupes va évoluer vers plus de "liberté" ?

        Si tu n'as aucune information sur la volonté de ces artistes d'aller plus loin "dans la bonne direction", tu pouvais simplement t'abstenir de faire croire à l'existence d'une probabilité dans ce sens. Par ailleurs je trouve amusant que tu parles dans ton dernier message de "musique libre", sans préciser de quoi il s'agit puisque tu affirmes dans la dépêche qu'il ne s'agit pas d'oeuvres libres selon l'unique définition communément admise. Ta terminologie est incohérente.

        Et je ne vois pas le rapport avec les DRM et d'autres choses encore. Je ne critique pas le fait que ces groupes mettent leur musique à disposition gratuitement, je reproche une formulation trompeuse dans la rédaction de ta dépêche.

        (au fait, bravo pour l'attaque ad hominem, charmante)
        • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

          Posté par . Évalué à 2.

          L'éternel débat du NC et du ND par Antoine.... et on avance toujours pas !
          Je vais me répéter pour la énième fois. Avant que tu en remettes une couche, je comprends tout à fait pourquoi tu trouves que ces deux clauses ne sont pas libres, en parallèle avec les licences pour logiciel, aucun soucis on a compris...

          La clause ND est pour moi inutile, je n'aime pas cette clause, donc passons, je préfère m'attarder un peu plus sur la NC.

          Ne crois-tu pas qu'une clause NC, appliquée dans la musique, ne démontre pas une certaine qualité du groupe qui la choisit ? Car avec une LAL ou une by ou une by-sa, n'importe qui peut faire un usage commercial de la musique. Et cela me ferait marrer qu'Universal ou un autre reprenne une musique non NC... ce qui ne sera jamais le cas, puisque les meilleurs choisissent une NC généralement.

          Parfois, les artistes choisissent une NC ou une ND, simplement pour savoir quelle utilisation sera faite de leur musique. De nombreuses licences CC ou LAL sont bafouées, puisqu'on les utilise sans même citer l'auteur, donc sans respecter le BY pourtant fondamental.
          Cela ajoute un degrès de protection supplémentaire (je sais il n'y a pas de protection à proprement parler), mais si tu demandes à ces artistes pour utiliser leur musique, ils te diront oui la plupart du temps. ça coûte rien de passer un petit coup de fil ou envoyer un mail, c'est finalement assez respectueux de l'auteur... Ce n'est donc pas 100% libre mais à 90% dirons nous.

          Bien sûr le libre est sensé faciliter considérablement la démarche d'utilisation d'une oeuvre, à contrario du modèle copyright, qui est très lourd. En fait, la NC est une clause adaptée à un usage, à un besoin précis et elle permet aussi d'aborder des artistes sans trop les brusquer. Peut-être passerons-ils à un modèle plus libre par la suite, mais en douceur... ces mêmes qui n'auraient même jamais envisagé une seule seconde le libre, ça c'est la grande force du NC. C'est sûr que quand je lis tes propos, j'ai encore plus envie de prendre une NC, car ton intégrisme crée une peur du libre.

          Exemple concret : je suis porteur de deux projets musicaux.
          Le premier est ma démo, l'album de mon groupe que je vais mettre en circulation libre sur les réseaux P2P. Je vais choisir pour cela une by-nc-sa, car je n'ai pas envie qu'on utilise ma musique dans n'importe quel film ou sur n'importe quel site web etc... j'aimerai juste être consulté avant. Si l'utilisation commerciale est en phase avec mon éthique, avec les idées de mongroupe, son image, derrière j'accepterai sans problème que soit utilisée ma musique.

          Le second est un projet d'instrumentals de hiphop que j'ai crée. Je vais les mettre en by-sa, car j'espère bien que des rappeurs, freestyleurs et groupes de rap vont poser leurs textes et voix dessus et si ça marche commercialement pour eux, je veux juste être cité, c'est tout. Donc là pas de NC puisque c'est un réel besoin de plus de liberté pour ce projet musical.

          Je crois que le parallèle logiciel/musique a quelques limites tout de même. Désolé pour ce post long, mais c'est mon opinion, qu'elle plaise ou non.
          • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

            Posté par . Évalué à 5.

            « Je vais choisir pour cela une by-nc-sa, car je n'ai pas envie qu'on utilise ma musique dans n'importe quel film ou sur n'importe quel site web etc... j'aimerai juste être consulté avant. »

            J'espere que tu comprend également les auteurs de logiciels propriétaires qui n'ont pas envie que leur logiciel soit utiliser « sur n'importe quel site web etc... » et qui aimeraient « juste être consulté avant » ?
          • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

            Posté par . Évalué à 1.

            ND au moins c'est franc.

            Ca me fait penser au "copyright verbatim" que Stallman utilise pour ses textes d'opinion.

            Ca me parait un choix légitime pour une oeuvre musicale. On n'a pas envie de se voir attribuer la paternité d'un morceau de techno, alors que l'on a fait un morceau de jazz :-)

            En même temps, quel intérêt de brimer les remixeurs en leur interdisant de sampler des petits bouts de son morceau de musique. Et dans ce cas, on a envie d'être cité au générique, c'est logique.

            Alors que faire ?
            • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              >Alors que faire ?

              Utiliser une licence Sampling, peut-être?
              http://creativecommons.org/license/sampling(...)
            • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

              Posté par . Évalué à 1.

              Ca me parait un choix légitime pour une oeuvre musicale. On n'a pas envie de se voir attribuer la paternité d'un morceau de techno, alors que l'on a fait un morceau de jazz :-)

              Si une version modifiée de ton oeuvre circule, tu peux demander à ce que les modifications soient clairement indiquées, sans quoi l'oeuvre modifiée porte atteinte à ton honneur en te faisant passer pour l'auteur d'une oeuvre qui n'est pas de ton seul fait. Tu peux même demander à ce que la diffusion de l'oeuvre modifiée soit interdite.
              C'est le droit moral de l'auteur, qui est indépendant des licences.

              (mais on peut questionner cette position - ne pas avoir envie qu'un morceau de jazz soit réutilisé pour faire de la techno -, qui me paraît bien obtuse et infantile...)
              • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                Surtout que les musiciens de jazz n'ont pas attendu les licences libres pour user joyeusement des citations, et jouer les thèmes des uns et des autres.

                Rappelons aussi que les courtes citations sont explicitement autorisées par le droit d'auteur (bien que restreintes par le "caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'oeuvre à laquelle elles sont incorporées"... je ne sais pas si les législateurs avaient pensé à la musique).
              • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

                Posté par . Évalué à 1.

                - ne pas avoir envie qu'un morceau de jazz soit réutilisé pour faire de la techno -

                Ce n'est pas que je cherche à me justifier (j'assume d'avoir une position infantile mais pas obtuse), mais je voulais parler : d'un morceau de Jazz repris tel quel avec un fond de boite à rythme, en gardant en gros le nom de l'auteur original pour raison publicitaire. (comme cela se fait pour des morceaux de classique, et ça m'agace)

                Ce n'était pas pour dire du mal de la techno, j'essayais juste de me mettre dans la peau d'un musicien... et de lancer le débat.

                Sur le fond : ça ne rimerait à rien d'interdire à quiquonque de copier ou de s'inspirer d'un morceau déjà existant. Mais en ce qui concerne les déclarations qui accompagne un tel morceau :

                - on ne met pas avant le nom d'un auteur contre son accord, et cela d'autant plus que les modifications sont importantes.
                - a l'inverse, on eclipse pas le nom d'un auteur alors que les 3/4 des samples viennent de morceaux qu'il a conçu.

                Le droit moral d'auteur peut servir à cela, mais il est souvent utilisée de façon excessive à mon goût, et il reste à l'exporter dans le monde anglo-saxon.

                Keep zen |-)
        • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

          Posté par . Évalué à 5.

          je dit "musique libre" parce que j'ai pas encore de meilleure formulation qui englobe tout. "libre" a un sens bien précis dans le monde du logiciel, je ne vois pas pourquoi on devrait transposer ce sens à l'identique dans la musique avant qu'un organisme comme la FSF en pose une définition reconnue par tous.

          ces groupes ont fait un pas, quand à savoir s'ils comptent en faire un autre (ce qui est la question que tu poses), je n'en ai aucune idée. ils sont très ouvert d'esprit, ils y viendront peut être si l'expérience se révèle intéressante pour eux.

          le pire c'est que nous avons les mêmes idées. moi aussi je pense que les meilleures licences pour les groupes sont les licences by-sa/lal. ca m'embête vraiment que Myassa qui fait de l'excellente musique soit en "No Derivatives". je trouve ca profondemment bête.

          la seule différence et c'est ca que j'essayais de te dire sans aggressivité aucune, vraiment, c'est que je suis résolument optimiste. laissons le temps aux groupes de se rendre compte de ce qui est mieux. ils y viendront. on peut leur en parler aussi, c'est basiquement ce qu'on fait toute la journée à jamendo. je ne crois pas qu'un groupe qui faisait du copyright puisse basculer directement vers du libre. il faut y aller petit à petit, pour la plupart. c'est ce qu'on essaie de faire.

          j'aimerais qu'on mette un point final à toute cette animosité ici... je suis en train de préparer une interface de "libération" pour tous les artistes jamendo, qui leur permettra de passer automatiquement vers une licence plus libre, en éliminant le NC ou le ND. ca, c'est bien, non ??

          est-ce que d'une facon on va arriver à tomber d'accord ? à trouver un nouveau terme pour "musique libre" si ca ne plait pas ? à mettre notre motivation en commun ? je sais pas... vous voulez un stand au concert pour pouvoir présenter ? vous voulez aller discuter avec les groupes à propos de leurs licences ? tout ca peut se faire...
          • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

            Posté par . Évalué à 2.

            je dit "musique libre" parce que j'ai pas encore de meilleure formulation qui englobe tout.

            Le problème est précisément que tu veux une formulation qui englobe "tout", alors que ça n'a pas de sens. Il n'y a pas commune mesure entre une oeuvre sous licence libre (par ex. CC by-sa) et une autre sous licence très restrictive (par ex. CC by-nc-nd).

            Une terminologie de bon sens, à deux étages :
            - musique libre : oeuvres sous LAL, CC by, CC by-sa, GPL
            - musique gratuite : oeuvres sous CC by-nc-nd, by-nc-sa, by-nd, etc.

            C'est exactement ce qu'a fait Framasoft : au départ, c'était un annuaire indistinct de freewares et logiciels libres (principalement sous Windows). Puis ils ont compris l'utilité de faire valoir la distinction à leurs visiteurs, et ont séparé le site en deux parties : logiciels libres et logiciels gratuits propriétaires. Depuis, la partie "libre" est devenue largement majoritaire.
        • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Tu ne réponds pas à la question : qu'est-ce qui permet d'affirmer qu'il s'agit bien d'un "pas dans la bonne direction", c'est-à-dire que la position des groupes va évoluer vers plus de "liberté" ?

          Je ne vois rien dans l'expression "un pas dans la bonne direction" qui sous-entende que ce pas sera suivi de plein d'autres pas dans la même direction. C'est une expression qui peut être utilisée pour dire "c'est déjà bien, mais il est encore possible de faire mieux", par exemple.

          En l'occurence, by-nc-sa est, par rapport aux conditions habituelles, "mieux". Donc c'est un pas dans la "bonne" direction.
    • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Je suis modérateur ici et biensûr, je peux vous dire qu'on n'était pas tous d'accord pour passer la news parce qu'on n'a pas la même compréhension ou le même recul face à la liberté appliquée à l'art.

      La clause ND :
      ----------------------
      La clause la plus gênante et qui, à mon avis, serait minimale pour considérer une oeuvre libre est la possibilité de modifier. La clause ND est la clause critique mais c'est aussi un choix de l'artiste que je respecte. C'est là que les gens ne comprennent pas que produire une oeuvre et en faire son bébé, c'est très attachant et l'idée de voir des dérivés n'est pas forcément facile à avaler.
      Comment peut-on juger qu'une modification améliore l'oeuvre ?
      Je leur répondrais qu'il faut penser à la façon de créer. Beaucoup d'artistes s'inspirent d'autres artistes, il y a malgré eux une transmission inconsciente. La modification permet la transmission de la culture. C'est à mon avis un peu le même débat que pour les brevets logiciels. Interdire la modification, c'est comme breveter une idée en étant un peu extrêmiste.
      Une solution que j'apporterais serait d'aller de façon incrémentale. Si l'artiste se sent suffisament bon et sûr de lui avec des fans, il n'aura pas de problème de faire sauter la clause ND car les gens continueront à écouter sa musique. Mais ceux qui voudraient à tout prix réussir veulent se donner une chance peut-être en protégeant.
      En fait, je dirais que ça dépend des intentions de l'artiste. Celui qui met ND par égoîsme et celui qui le met par pure peur.
      Tous ceux qui réagissent en éjectant ND directement ici sans même chercher à réfléchir un peu ont tord. Je pense qu'il est plus utile d'encourager les artistes et de lui expliquer qu'enlever ND, c'est avant-tout favoriser la transmission de la culture et sa réputation. BY impose la citation de l'auteur d'origine.
      Et je vous parle du cas pratique de la rediffusion impossible d'une oeuvre ND, c'est l'impossibilité de passer la musique pendant une soirée pour un mix DJ car son rôle est de mixer de la musique donc il modifie la version originale pour en faire un mélange qui est souvent enregistré. Donc aucune musique ND ne peut être passée lors de soirée DJ.

      La clause NC :
      ---------------------
      Je ne crois pas que ce soit le non-commercial en soit le problème. Je pense que beaucoup d'artistes ne veulent pas voir leur morceau diffusé à côté des petits copains non-libres. Cette clause permet d'imposer la volonté de liberté de l'artiste à coup sûr. Je pense qu'il faudrait proposer une vraie clause pour exprimer cette volonté pour éviter ce choix imposé.

      Christophe

    • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Alors que l'on devrait se réjouir et se féliciter de cette initiative, on en vient à polémiquer sur le prix de la place de concert, si on va pouvoir rentrer dans la salle avec ces propres boissons, si la musique est un logiciel libre ou pas et du bien fondé des choix des des artistes concernant la licence de leurs oeuvres.

      Ce qui semble le plus important dans cette nouvelle n'est pas tant le concert, mais bien la plateforme jamendo qui propose au téléchargement plus de 173 albums pour pratiquement 150 artistes, de manière tout à fait légale.
      Alors qu'actuellement, certaine maisons de productions ou de grands groupes de radio font tout pour présenter Internet comme un repère de pirates et le peer to peer comme la mort de la création artistique afin de promouvoir leurs propres plateformes de téléchargement payant et ainsi tenter de vérouiller le marché.
      Jamendo nous propose une alternative de distribution musicale qui permet à des artistes (ayant peu de chance de percer dans le circuit classique) de pouvoir faire connaitre et diffuser leurs oeuvres.

      Alors oui il est toujours possible de critiquer et de continuer à jouer sur les mots mais cela parait bien futile, en tout cas moi je préfère applaudir le projet et remercier les artistes qui ont choisit de distribuer leurs compositions via jamendo. Pour ceux qui n'aurait pas encore visiter le site, je ne peux que leur conseiller d'y aller de suite ; c'est un pas dans la bonne direction.
      • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

        Posté par . Évalué à 3.

        Jamendo nous propose une alternative de distribution musicale qui permet à des artistes (ayant peu de chance de percer dans le circuit classique) de pouvoir faire connaitre et diffuser leurs oeuvres.

        C'est très bien. Si si.
        Il y a des tas d'initiatives géniales sur Terre. Celle-ci a été annoncée sur Linuxfr, qui est un site sur l'informatique et plus particulièrement le logiciel libre. Il faut bien un rapport avec le sujet. La dépêche semble établir ce rapport en postulant un lien entre licences libres et musique sous licence Creative Commons (*). Il est normal de le discuter.

        (*) C'est d'autant plus rigolo que, par ailleurs, certains défenseurs de la dépêche défendent de vouloir appliquer les libertés du libre à la musique, parce que la musique et le logiciel n'ont rien à voir. Mais alors pourquoi cette annonce sur Linuxfr, si la musique n'a rien à apprendre du logiciel ?
        • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

          Posté par . Évalué à 1.

          ... si jamais l'idée te prend de répondre à mon post "constructif" ....

          http://linuxfr.org/submit/comments,19400,609008,1.html#reply(...)
        • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

          Posté par . Évalué à 1.

          (*) C'est d'autant plus rigolo que, par ailleurs, certains défenseurs de la dépêche défendent de vouloir appliquer les libertés du libre à la musique, parce que la musique et le logiciel n'ont rien à voir. Mais alors pourquoi cette annonce sur Linuxfr, si la musique n'a rien à apprendre du logiciel ?


          Bravo !
          ne déformons pas ce qui est dit... entre "n'a rien à voir" et "à quelques limites" y'a de la marge tout de même.
          EN plus ce n'est pas en terme de licence que je parle mais bien en terme de différence pure musique/logiciel... Musicien/Informaticien...
          Toutefois, c'est bien du modèle des lgiciels libres dont s'inspire cette initiative.
          Antoine : ne serais-tu pas le P. Nègre du copyleft ? :O [mode sarkastik on]
          • [^] # le modèle du logiciel libre

            Posté par . Évalué à 2.

            EN plus ce n'est pas en terme de licence que je parle mais bien en terme de différence pure musique/logiciel... Musicien/Informaticien...

            Ca ne change rien. Pourquoi postuler une filiation si ça n'a rien à voir ?
            Et si au contraire ça a quelque chose à voir, pourquoi ne pas aller jusqu'au bout de la démarche et appliquer *toutes* les libertés du libre ?

            Toutefois, c'est bien du modèle des lgiciels libres dont s'inspire cette initiative.

            Je ne comprends pas en quoi. Elle s'inspire beaucoup plus du modèle du freeware/shareware, c'est-à-dire un produit d'appel gratuit et "non-commercial" pour inciter les gens à la consommation payante traditionnelle. Pas de "liberté" particulière là-dedans.
            Je trouve qu'on a tendance à accomoder le "modèle du logiciel libre" à toutes les sauces sans justification, et je ne suis pas le seul :
            http://mako.cc/copyrighteous/ip/20050729-00.html(...)
    • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Salut Antoine,
      merci de ne pas relacher ta vigilance ;-)

      Mais je nuance juste pour t'embêter. D'après ce que j'ai compris de Stallman, pour un type de création, à une époque donnée, il y a telle ou telle réponse pertinente, mais on ne peut pas faire de généralité sur la propriété intellectuelle.

      Déjà on peut penser que le libre est très adapté actuellement au logiciel, mais qu'il l'est seulement pour logiciel. C'est une opinion répandue et, pour moi, tout à fait respectable.

      Ensuite, on peut défendre les logiciels libre, avoir envie de promouvoir la "philosophie" du libre à d'autres domaine, tout en appréciant les licences creative common pour leur aspect pédagogique, leur adaptabilité, et leur concession aux mentalités actuelles, et cela y compris lorqu'elle comporte une clause "commerce réservé".

      D'autant plus que la nuance "commerce réservé" ne représente pas une contrainte pour la diffusion sur les sites de p2p, ni pour le gravage entre copain. Ce qui veut dire qu'en pratique cette contrainte n'en est pas vraiment une, du moins juqu'au jour où un éditeur voudra proposer des compilations ogg vorbis de musique "libre" sur DVD, à la Fnac, avec une jolie pochette, et un encouragement à soutenir les artistes.

      Même si j'ai beaucoup plus d'affection pour la Licence Art Libre, il n'y a qu'un point qui me gène vraiment avec les creative common, c'est l'ambiguité du terme "non commercial" que j'ai rebatisé "commerce réservé". Sans même parler de savoir ce qu'il en est d'une publicaton d'une telle oeuvre sur un site qui (sur)vit avec de la publicité, ou sur une revue avec CD vendu à prix coutant par une association...

      Pour beaucoup la clause "non commercial" exprime un cri radical contre la marchandisation de tout : ils manifeste ainsi leur envie d'éloigner leur oeuvre de ces préoccupations mercantiles. Hors il s'agit en fait du contraire : c'est une clause "tout droit d'exploitation commercial réservé à moi et à l'éditeur que je me choisirais".

      Autrement dit si on veut pousser un cri d'art pour l'art, la solution est de démonétariser sa création, en abolissant tout privilège d'exploitation, et de la laisser ainsi circuler librement, sans qu'aucun éditeur ne puisse mettre véritablement le grapin dessus. Bien sur cela peut choquer au premier abord que des entreprises comme Mandrake ou Redhat fasse leur business avec de nombreuses créations conçues dans un but non-commercial... mais cela fonctionne : pas de privilège d'exploitation qui empeche la concurrence (commerciale et surtout non commerciale), et reversement au pot commun de nombreux bouts de code. Le shareware n'a pas le même dynamisme, ni les mêmes valeurs.

      En conclusion, que l'on soit plus ou moins idéaliste ou pragmatique, dans telles ou telle direction, chacun fait comme il veut. Mais mettons nous d'accord sur les définitions :

      NE DITES PLUS CLAUSE "NON COMMERCIALE"
      MAIS DITES CLAUSE "COMMERCE RESERVEE"

      ET DANS CE CAS,
      NE DITES PLUS "MUSIQUE LIBRE"
      MAIS DITES "MUSIQUE SEMI-LIBRE"

      Tiens ça me rappelle un album de Gaston Lagaffe.
      Merci de m'avoir lu juqu'ici.

      Allez, au boulot, moi, maintenant !
      • [^] # Re: un pas dans la bonne direction ?

        Posté par . Évalué à 3.

        Pour beaucoup la clause "non commercial" exprime un cri radical contre la marchandisation de tout : ils manifeste ainsi leur envie d'éloigner leur oeuvre de ces préoccupations mercantiles.

        Ah? Pour moi la clause non commercial veut dire "je vous file ce que j'ai fait gratuitement alors je ne vous autorise pas à vous faire du beurre avec, si vous comptez vendre mon oeuvre contactez moi, on discutera d'un partage équitable des profits générés.". Bon c'est sûr que "non commercial" c'est plus court.
  • # Bravo & questions

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Félicitations et encouragements à l'équipe de Jamendo qui réalise un boulot d'utilité publique :-)

    Ceci dit, quelques questions me viennent à l'esprit, pas trop indiscrètes j'espère:

    - Comptez vous faire des bénéfices sur ce concert, et si oui comment seront-ils distribués entre artistes et organisateurs?

    - Envisagez vous de mettre en place un autre système de don que PayPal (via par exemple des cotisations ou chèques à une association qui reverserait aux artistes)?

    - Peut-on faire un don global à tous les artistes de Jamendo?

    - Pourquoi 50 centimes pour Jamendo lors de la transaction, et pourquoi pas plus (Magnatune prend bien 50%) ou moins (vu qu'on pourrait aussi bien donner directement aux artistes)?

    Bref vous l'avez compris, cette initiative suscite ma curiosité et c'est bon signe... Encore bravo & bon concert.
    • [^] # Re: Bravo & questions

      Posté par . Évalué à 2.

      merci pour tes encouragements :) pour répondre à tes questions (j'en incluerais certainement dans notre FAQ)

      - Notre ambition pour le concert est de ne pas perdre d'argent... c'est pas gagné d'avance (on compte sur vous...), les éventuels bénéfices seront répartis entre les groupes et nous... on entretient d'excellentes relations avec eux et ils sont vraiment doués donc le plus on peut les aider, le mieux c'est :) de notre côté les éventuels bénéfices seront immédiatement réinvestis dans les concerts de province...

      - je n'ai pas bien compris ton idée d'association. tu voudrais une structure associative parallèle à jamendo qui s'occuperait de redistribuer les dons en fonction de votes des membres ou qqch du genre ? essaie de préciser ton idée, elle a l'air intéressante.

      - on ne peut pas encore faire de don global mais on a prévu ca à moyen terme.

      - on est parti avec 50c par transaction pour couvrir nos frais (il y a encore du traitement humain derrière), assez symboliquement. passer par nous permet aux utilisateurs de rajouter leur nom à la liste publique des donateurs, ce qui n'est pas possible quand ils passent directement par paypal. on a bien vu avec l'exemple de la pub firefox que laisser son nom quelque part peut être une vraie motivation à faire un don (on les met tout en haut de notre page d'accueil, et on fera peut être plus bientôt).

      merci de ton intérêt, n'hésite pas à préciser ta 2ieme question. en espérant te voir au concert :)
      • [^] # Re: Bravo & questions

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        > n'hésite pas à préciser ta 2ieme question

        Je suggérais d'abord qu'on puisse faire des dons ou paiements autrement qu'en donnant un numéro de carte bancaire. Mais en allant plus loin, j'imaginais aussi une structure dans laquelle les donateurs ne feraient pas qu'envoyer de l'argent, mais pourraient aussi se prononcer sur son utilisation, et auraient accès aux comptes, comme dans toute association. (C'est pour ça que j'évoquais le modèle associatif, mais une coopérative serait peut-être plus conforme au niveau légal vu que ça peut être assimilé à du commerce.) La possibilité de connaître et de décider l'usage de son argent me semble en effet bien plus motivante que le fait d'afficher son nom quelque part, comme tu le suggères. Une autre motivation serait aussi de financer collectivement des projets choisis par les membres, tels que les concerts, mais aussi séances d'enregistrement, remix, distribution de CD, don à l'étalage, financement des auteurs, fanzines, livres, que sais-je encore... Jamendo a fait comme tu dis des pas dans la bonne direction, mais un grand resterait à franchir!

        > en espérant te voir au concert

        Hélas, 850 km ça fait un peu loin... Je vous encourage donc par la pensée, en attendant mieux!
  • # re

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Etant un peu musicien je ne trouve pas que la programmation et la musique soit si eloigné.

    La musique sous ca forme sonore et joué et le "binaire". Le code source serait les partition des chansons qui en plus serait libre si elle devait etre comme la GPL.

    Des groupes qui font payer leur spectacles ou leur CDs (binaire) peuvent tous a fait etre libre (diffusion libre et ouverture des partitions musicales).

    Je ne pense pas que ca existe, pourtant sa se trouve ce serait mieux quel'actuel licence free as beer :)
    • [^] # Re: re

      Posté par . Évalué à 2.

      Proche de ce concept , il existe un site entierement consacré au partition libre : http://www.mutopiaproject.org(...) , avec un moteur de recherche de mélodie ( j'en ai revé , ils l'ont fait ) . Les partitions sont en format natif , generalement du lylipond , dans un format de publication , generalement pdf et en midi ( format de lecture pour instruments midi). Evidement c'est pas des partitions recentes , mais des partitions dont la musique est tombé dans le domaine publique.
      SI ca peut donner des idees aux groupes actuels, les contributions sont les bienvenus.
    • [^] # Re: re

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      > free as beer :)
      Heu je crois que le mot français c'est gratuit :)

      Pourquoi s'inventer des complications que seuls les anglophones ont ;)
  • # Stallman sur la musique libre

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Un certain Richard Stallman s'était exprimé sur le sujet le mois dernier sur le site musique-libre.org:
    http://musique-libre.org/article.php?sid=266&thold=0(...)

    Sa position nuancée relativisera le dogmatisme de certains. La preuve:

    «Je crois qu'il y a une liberté essentielle qui s'applique à toute oeuvre publiée, et qui est la liberté d'en redistribuer des copies et des versions modifiées pour un usage non commercial.»

    Ou encore:

    «Je ne crois pas qu'il soit essentiel pour tout le monde de redistribuer commercialement des oeuvres musicales et artistiques, ou de publier des versions modifiées - du moins pas immédiatement.»

    De quoi relancer le débat...
    • [^] # Free as in free speech?!

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      Il est toujours aussi navrant de constater que pour certains le débat consiste à censurer les avis qui dérangent à coup de -1...
    • [^] # Re: Stallman sur la musique libre

      Posté par . Évalué à 4.

      Il est vrai que Stallman a apporté un bon bol d'air au débat, notamment en indiquant que tous les types d'oeuvres n'appellent pas les mêmes degrés de liberté...

      Le procès fait aux gens de Creative Commons est assez écoeurant. Je revois encore il y a maintenant un peu moins d'un an Mélanie Dulong de Rosnay expliquer posément en quoi consiste les licences CC et en quoi la CC-BY-SA apporte des libertés « équivalentes à celles de la GPL », en mettant quantité de guillemets autour de cette formule... Dans le genre « j'entretiens la confusion », on a surtout vu pire... :-)

      Certains utilisateurs s'y perdent, font des raccourcis. Tout comme d'autres s'y perdent dans les licences de logiciel libre... Heureusement qu'on ne prête pas immédiatement les pires intentions à tous ceux ceux qui assimilent logiciel libre à gauche d'auteur ou nos rangs seraient plutôt clairsemés. :-) Ou encore la meute de ceux qui déclarent définitivement que « cépaGPLdonkcépalibre ». Peut-être que l'on pourrait également commencer par discuter avec ceux qui parlent de « libre » à tort et à travers avant de mordre ? Pour ma part, quand on me parle de musique libre, je demande invariablement à mon interlocuteur de préciser sa pensée... Le plus souvent, ensuite on cause, et, parfois, on boit un coup : c'est bien plus agréable. :-)

      Quel rapport entre le logiciel libre et les CC ? Ils participent tous les deux d'une meilleure circulation de l'information. Les premiers, étant les outils permettant de la créer, transformer, transmettre, visualiser, requièrent quelques précautions supplémentaires. Les secondes apportent au moins la possibilité de copier à des fins non-commerciales. Dans le contexte actuel de raidissement sur des « droits de propriété intellectuelle », dont les fondements sont pourtant bien vaseux, je ne peux m'empêcher de trouver cela positif. .. Mais ils participent de manières forts différentes. Les libertés définies pour le logiciel sont une implémentation pour ce dernier d'une philosophie alors que les CC sont surtout une boîte à outils où piocher.

      J'ai du mal à croire que l'essentiel des lecteurs de GNU/LinuxFr font tourner une multitude de logiciel pour le plaisir de voir leur processeur chauffer et je me dis donc que cela a tout de même de fortes chances de les intéresser. :-) Tout comme j'ai du mal à croire que le degré d'ouverture des réseaux ou la disponibilité de matos de qualité pour moins cher (rêvons un peu : accessible à tous) les laisse indifférents...

      Bref, une CC-NC n'est, *peut-être*, tout comme une licence de logiciel semi-libre ( http://www.gnu.org/philosophy/categories.fr.html#semi-freeSoftware(...) ), pas la panacée. Mais, tout comme pour cette dernière, son utilisation est probablement préférable à celle d'une licence réservant par défaut tous les droits...

      Ne vomissons pas les tièdes... ;-)
      • [^] # Re: Stallman sur la musique libre

        Posté par . Évalué à 1.

        ++
      • [^] # Re: Stallman sur la musique libre

        Posté par . Évalué à 1.

        Le message ci-dessus est typique des gens qui inventent des arguments pour mieux les réfuter.

        Le procès fait aux gens de Creative Commons est assez écoeurant.

        N'importe quoi. Personne n'a fait un "procès aux gens de Creative Commons". Le débat porte sur les idées, pas sur les personnes.
        Pour info, des mois avant que le texte de Benjamin Mako Hill soit publié, je l'ai envoyé (avec l'accord de son auteur) à Mélanie Dulong de Rosnay pour qu'elle puisse prendre connaissance des arguments énoncés.

        Ou encore la meute de ceux qui déclarent définitivement que « cépaGPLdonkcépalibre ».

        N'importe quoi bis. Au contraire, ceux qui font la confusion entre GPL et logiciel libre sont souvent ceux qui voient dans les CC une filiation avec le logiciel libre (cf. la dépêche ci-dessus, qui parle de "liberté au sens de la GPL").
        • [^] # Re: Stallman sur la musique libre

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          J'ajoute aussi une différence fondamentale entre logiciel et musique, il n'y a actuellement, m'a-t-on dit, AUCUNE protection pour l'auditeur. L'artiste peut à tout moment changer ses droits qui s'appliquent immédiatement à toutes les copies distribuées. Il est facile de mettre hors la loi n'importe qui très rapidement. C'est un problème urgent à régler.

          Christophe

          • [^] # Re: Stallman sur la musique libre

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            On t'a dit ça? Il me semble au contraire qu'une fois la création libérée (quelle que soit la licence) l'auteur ne peut pas revenir unilatéralement sur les droits concédés, puisqu'il s'agit d'un contrat. A moins bien sûr qu'il n'use (lui ou ses ayants droit) de son droit moral...
          • [^] # Re: Stallman sur la musique libre

            Posté par . Évalué à 2.

            On t'a mal dit. :-)

            Pour exercer son droit de retrait, l'ayant droit doit indemniser tous ceux qui disposent d'une copie. Ce qui rend cette disposition quasi-inapplicable en pratique...
          • [^] # Re: Stallman sur la musique libre

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Une oeuvre musicale, tout comme un logiciel, sont vus aux yeux de la loi comme des créations littéraires et artistiques auxquelles s'appliquent de manière similaire le droit d'auteur.

            J'ai l'impression que celui qui « t'a dit » t'as « mal dit ».

            C'est comme l'autre jour où j'ai causé avec un promoteur du Logiciel Libre qui croyait dur comme fer que pour qu'une oeuvre soit protégé par le droit d'auteur, il fallait le déposer dans un organisme quelconque. Et qui ne comprenait pas que la GPL repose sur le droit d'auteur. Alors des gens qui « disent mal », il y en a, il faut pas faire confiance à tout le monde ;-)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.