Les brevets épinglés dans la presse

Posté par (page perso) . Modéré par Christophe Guilloux.
Tags : aucun
0
21
sept.
2004
Presse
Deux journaux nationaux, Le Monde et Libération, ont publié deux articles qui évoquent chacun à leur façon les problèmes rencontrés avec les brevets.

Le Monde publie, dans sa catégorie "Décalé", un article axé sur les brevets logiciels sous le titre "Le commerce des e-brevets".

Illustré par la célèbre affiche de la FFII, cet article expose brièvement le problème en donnant les exemples les plus grotesques de brevets, et rappelle que ceux-ci ont été validés par l'Office Européen des Brevets, alors que des négociations sont en cours au sujet de la brevetabilité des logiciels.

Libération, quant à lui, propose un article abordant le mécontentement exprimé par les pays en développement pour lesquels le système actuel de brevets et de propriété intellectuelle est bien trop contraignant pour leur permettre de rattraper les pays occidentaux.

L'article évoque le fait que certains pays occidentaux n'ont pas hésité par le passé à refuser les lois internationales sur la propriété intellectuelle afin de donner à leur industrie les moyens nécessaires de se mettre à niveau sur des périodes plus ou moins longues. Or il semblerait que les pays occidentaux se refusent aujourd'hui à assouplir les règles internationales et tentent de conserver leur suprématie en imposant leur modèle aux pays du Sud.

NdM: cette dépêche résulte d'une fusion avec celle proposée par gloups. Merci à lui.

Aller plus loin

  • # les casse pied

    Posté par . Évalué à 8.

    le site des casse pieds internationaux http://www.e-data.com(...) est assez spécial : il est composé de bandeaux verticaux de jpeg, contenant du texte....


    c'est parce qu'ils ont raté le brevet sur le html ?
    • [^] # Re: les casse pied

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Ce que j'aime aussi chez eux, c'est la description du management.

      Chairman of the Board, Bert E Brodsky is a leading entrepreneur and an active philantropist

      Je me demande quelle part de sa personnalité, le pousse à utiliser son brevet vieux de 20 ans pour se faire des tunes sur le dos de Tiscali, Microsoft, etc ...

      Après réflexion, je pense que ça doit être son côté philantropique, c'est probablement pour la défense des artistes qu'il ponctionne la plateforme d'échange de musique en ligne de Micromou.
      • [^] # Re: les casse pied

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        > Je me demande quelle part de sa personnalité, le pousse à utiliser son brevet vieux de 20 ans[...]

        Lart: Luser Attitude Readjustment Tool
        Baseball Bats are popular...
  • # l'auteur de l'article...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je viens de jetter un coup d'oeil sur l'article du monde.

    L'article avait l'air d'être proprement écrit, et me semblait enfin être rédigé par quelqu'un qui avait compris le risque des brevets logiciels.

    Puis j'ai vu le nom du journaliste : Jean-Marc Manach.

    Pour info, c'est un des principaux rédacteurs de feu transfert.net, et c'est aussi un fervent utilisateur de Logiciels Libres.

    il en parle d'ailleurs sur son site http://jean-marc.manach.net/(...)

    Pour ma part, je l'avais croisé au SSTIC02, et il m'avait montré l'intérêt d'une solution knoppix+clé USB, dans le cadre d'une utilisation de type "journaliste itinérant".
    • [^] # Re: l'auteur de l'article...

      Posté par (page perso) . Évalué à -7.

      Ouf, j'ai eu peur, je savais pas si je devais croire l'article ou pas.
      Ha ben alors, tout va bien, s'il a reçu son adoubement de crédibilité, il peut dormir tranquille, sa femme sera pas violée par des soudards et il ne sera pas fouetté sur la place de Grève.
      Pas à dire, ils sont efficaces, les Renseignements Généraux du Libre.
  • # et dans le JdN

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Ces sociétés qui tirent profit des brevets logiciels
    Elles se sont fait une spécialité de la vente de licences, sous menace de procès, sur des brevets logiciels. Un vrai business model pour cette exploitation commerciale un peu particulière qui pourrait bien s'observer aussi en Europe.


    http://solutions.journaldunet.com/0409/040906_brevets.shtml(...)
  • # business model à breveter

    Posté par . Évalué à 5.

    Le future tendance de la PI est la protection à outrance. Etant donné que les gros du marché dispose d'un maximum de brevets, il peuvent tout à fait attaquer un plus petit sur un produit spécifique. Le risque est maximum.

    L'idée est donc de ne pas avoir de produit. Juste des brevets. Il n'y a ainsi pas de risques juridiques.

    Le business model est de demander des royalities. Il faut donc un bon service juridique pour les contentieux et l'écriture de brevets et un petit service de R&D pour les trouver (des stagiaires d'ingènieur feront l'affaire).

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: business model à breveter

      Posté par . Évalué à 5.


      un petit service de R&D pour les trouver (des stagiaires d'ingènieur feront l'affaire).


      Pas en France, Les stagiaires sont propriétaires de leur Copyright devant la Loi ...

      A bon entendeur ...

      Caeies
      • [^] # Re: business model à breveter

        Posté par . Évalué à 0.


        Pas en France, Les stagiaires sont propriétaires de leur Copyright devant la Loi ...


        Ca ne change rien: dans ce contexte, leur boulot c'est pas d'écrire du code, c'est de trouver des idées de code que d'autres vont écrire (ou ont déjà écrit, on s'en fiche).
        Ils produisent des demandes de brevets, pas du code.
        • [^] # Re: business model à breveter

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Sauf que dans un brevet, ce qui est breveté ce n'est pas le code mais le procédé (c'est la même chose pour les brevets sans logiciel, ce n'est pas le mécanisme qui est breveté mais le procédé, qui lui, éventuellement, dépend du mécanisme). Du coup qu'ils écrivent le code ou pas ne change rien.
  • # Et les droits d'auteurs ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Le message de la FFII est clair : les logiciels ne doivent pas être "protégés" par des brevets mais par le droit d'auteur. Toute l'intérêt de la GPL est de justement s'appuyer sur le droit d'auteur.

    Aussi, c'est un peu dommage que le monde n'ait pas trop respecté ceci en affichant l'image de la "boutique en ligne breveté" qui est sous droits Creative Commons comme précisé sur http://webshop.ffii.org/index.fr.html.(...)

    Enfin bon, l'article expose très bien le problème au grand public, on va pas être tatillon...
  • # N'oubliez pas

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    de cliquer sur

    "recommander cet article aux lecteurs du Monde".

    (en bas de page)
    Actuellement, l'article est 9e dans le top 10.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.