Revue de presse de l’April pour la semaine 36 de l’année 2020

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
22
8
sept.
2020
Internet

Cette revue de presse sur Internet fait partie du travail de veille mené par l’April dans le cadre de son action de défense et de promotion du logiciel libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l’April.

[Acteurs Publics] 1 milliard d’euros pour accélérer la transformation numérique des services publics (¤)

✍ Émile Marzolf, le jeudi 3 septembre 2020.

« Dans le cadre du plan de relance présenté ce 3 septembre par le gouvernement, une enveloppe spécifique d’1 milliard d’euros est prévue pour financer l’innovation et la transformation numérique des administrations d’État et locales sur les deux prochaines années. Cinq cents millions d’euros sont également alloués à l’inclusion numérique et à la couverture du territoire en haut débit. »

[Journal du Net] Je ne suis pas une licorne !

Le jeudi 3 septembre 2020.

« Le rapport du Sénat est clair : pour préserver notre souveraineté numérique, nous avons besoin d’une licorne ! Vraiment ? Et si on n’est pas une bête curieuse alors ? »

[Le Monde Informatique] Open source : préserver les mainteneurs du code

✍ Matt Asay, le jeudi 3 septembre 2020.

« Si les logiciels open source sont gratuits et reproductibles à l’infini, les personnes qui prennent en charge le maintien du code sont rares et précieuses. »

[Etourisme.info] Chemins des Parcs : quand le service public assure !

✍ Jean‑Luc Boulin, le lundi 31 août 2020.

« J’avais envie d’écrire ce billet de rentrée en soulignant une réussite du service public. Il s’agît de “Chemins des Parcs“, un site web et une appli développés par les parcs naturels régionaux de la région Provence‐Alpes‐Côte d’Azur. »

Aller plus loin

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.