• # Formats et standards ouverts

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

    Joli laïus sur l’écologie. Mais dommage que l’article ne pousse pas le raisonnement jusqu’au bout. L’auteur s’arrête en ayant remarquer que le coût de maintien d’objet connectés privateurs devraient nécessairement pousser leur constructeur à en programmer l’obsolescence. Il cite ensuite l’exemple d’un objet utilisant un protocole standardisé et ne présentant donc pas cet inconvénient. Mais sans jamais trouver les mots justes. Dommage.

    « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

  • # Ce n'est pas de l'obsolescence programmée

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

    Comme d'habitude, le terme « obsolescence programmée » est utilisé à tort et à travers.
    C'est une désactivation volontaire suite à une action de l'utilisateur (qui a en principe lu les explications, c'est une autre histoire).

    C'est la même chose lorsqu'on a une prime à la casse pour une automobile ou un canapé : personne n'oblige à passer par ce genre de deal, donc ce n'est pas de l'obsolescence programmée.

    • [^] # Re: Ce n'est pas de l'obsolescence programmée

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      Sauf à considérer que la programmation désignée soit celle du modèle économique. QED. Non ?

      « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

      • [^] # Re: Ce n'est pas de l'obsolescence programmée

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

        Je ne saisi pas pourquoi.

        Le vendeur d'automobile ou de canapé intègre la même chose dans son modèle économique, et ce n'est pas de l'obsolescence programmée.

        obsolescence programmée = l'ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie d'un produit pour en augmenter le taux de remplacement (Wikipedia)

        Dans le cas présent c'est un accord avec le client : tu achètes le nouveau moins cher, en échange l'ancien va à la poubelle et on s'assure qu'il va bel et bien à la poubelle.

        • [^] # Re: Ce n'est pas de l'obsolescence programmée

          Posté par  . Évalué à 0. Dernière modification le 29/01/20 à 17:00.

          Le vendeur d'automobile ou de canapé intègre la même chose dans son modèle économique>

          Pour le vendeur de canapé OK. Pour le vendeur automobile, non. Car il s'agit d'une subvention de l'Etat qui visait a encourager un comportement écologique.
          En revanche, je ne commenterai pas l'efficacité ou les postulats du modèle de la prime à la casse, je n'ai pas trouvé de sources suffisamment claires et fiables à ce sujet controversé.

        • [^] # Re: Ce n'est pas de l'obsolescence programmée

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          « [O]bsolescence programmée = l'ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie […] »

          Sans être certain de vous rejoindre entièrement quant à la définition que vous donnez, il me semble pouvoir m'y plier pour paraphraser le discours de l'article :
          En l’occurrence le choix technique est celui du logiciel fermé (dans un contexte capitalistique d'après l'article, mais cela me semble assez accessoire ici). Le fait d'avoir délibérément choisi du logiciel non-ouvert pour un produit qui aura nécessairement besoin de mise à jour (car connecté) conduit à un coût de maintient en état des produits déjà vendus. Comme ce travail ne rapporte rien au vendeur, il aboutit nécessairement à ce que ce dernier stop un jour où l'autre le support. Ce qui a plus ou moins long terme résulte en l'altération des capacités de l'objet pour des raisons logiciels (piratage, incompatibilité avec les nouveaux standards de fait des logiciels non-ouverts…).

          La mise au rebut volontaire couplée à une offre de reprise n'étant à mon sens qu'un palliatif à cette obsolescence programmée, destinée d'une part à la rendre plus acceptable pour les anciens clients et d'autre part à leur ôter ce qualificatif.

          De manière général, il me semble avoir remarqué qu'il ne s'agisse nullement d'un cas particulier pour Sonos. Les gens autour de moi qui achètent du matériel couplé à des connecteurs matériels non standards ou logiciels non-ouvert semblent régulièrement en subir les effets. À qui n'a-t-on jamais demandé : peux-tu faire fonctionner mon scanner/imprimante/caméra/dispositif d'acquisition… Ça marchait avant mais plus maintenant avec le nouveau PC ? Combien d'ordinateurs datant de plus de vingt ans trouve-t-on dans les laboratoires, associés à des gens croisant les doigts pour que ça ne tombe pas en panne, car il s'agit du seul moyen de faire fonctionner un appareil crucial pour un dispositif à plusieurs centaines de milliers d'euros ?

          Tout le monde malheureusement ne consulte pas openprinting.org, la liste des compatibilités de libxane, ou encore n'étudie pas les protocoles de communication de son matériel avant d'acheter. Tout ça de matériel fonctionnel rendu inutilisable par la soif de pouvoir de quelques uns, et l'incurie de la masse qui considère normal de ne plus de disposer des informations et droits relatifs à la réparation et au maintient en fonctionnement des dispositifs acquis.
          Sans en avoir la compétence je ne peux que m'associer à la complainte de l'ingénieur électronicien de mon laboratoire faisant remarquer qu'autrefois tous les appareils étaient livrés avec leurs plans, alors que désormais pour les réparer il est obligé de commencer par les refaire lui-même. L'obsolescence programmée et la culture du jetable est à ce point rentrée dans les mœurs…

          « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

    • [^] # Re: Ce n'est pas de l'obsolescence programmée

      Posté par  . Évalué à 1.

      Certes.
      On pourrait parler d'obsolescence encouragée / provoquée.

      C'est à mon avis très légèrement différent de la prime à la casse (que je ne cautionne pas) : dans ce dernier cas, c'est en fait un rachat déguisé de ton véhicule à une valeur qui peut être inférieure à sa VRADE. Le professionnel qui te rachète ton véhicule a ensuite obligation de le recycler. Les dé-constructeurs sont contrôlés.

      Dans le cas de l'opération en question, l'industriel ne reprends pas l'ancien matériel. Pour autant, il le rend inutilisable, donc il ne t'appartient plus vraiment.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.